eco TV
My Taylor is poor 08/03/2017

Si l’indépendance de la Fed venait à être remise en question, ce serait via l’amendement de la loi de 1913, et probablement par une restriction de la discrétion dont bénéficie aujourd’hui le FOMC. En clair, l’introduction d’une règle de politique monétaire, comme celle que Taylor présentait il y a vingt-cinq ans.

TRANSCRIPT // My Taylor is poor : mars 2017

François Doux : L’indépendance de la Banque centrale américaine en question… ce n’est plus qu’un sujet de cours dans les manuels d’économie, c’est aujourd’hui l’actualité. Le président Trump a déjà donné des signes de sa volonté de mettre la Fed à sa botte… Alexandra Estiot bonjour…

Alexandra Estiot : Bonjour

François Doux : Première question, est-ce que l’administration républicaine et le Président Trump peuvent faire plier la Fed ?

Alexandra Estiot : La réponse courte, c’est non. Le Président peut nommer les Gouverneurs, mais le Sénat doit les confirmer. Par ailleurs, l’action de la Fed est régie par le Federal Reserve Act de 1913 et seul le Congrès peut changer cette loi.

François Doux : Justement, est-ce que le Congrès peut, lui aussi, remettre en cause cette indépendance ?

Alexandra Estiot : Il pourrait, oui sauf qu’il faut quand même tenir compte du fait qu’au Sénat, les Démocrates disposent d’une minorité de blocage. Il ne faut pas trop s’inquiéter de ces questions-là. Il y en a de beaucoup plus importantes.

François Doux : Mais si on va un petit peu plus loin, comment pourraient-ils s’y prendre ?

Alexandra Estiot : Plus qu’un changement d’objectifs, une plus faible autonomie, on pourrait imaginer que le Congrès oblige la Banque centrale américaine à suivre une règle précise de politique monétaire.

François Doux : Une règle de politique monétaire… vous pensez à la règle de Taylor ?

Alexandra Estiot : La règle de Taylor, oui, c’est la plus connue, qui détermine le niveau des taux en fonction de la déviation de l’inflation à sa cible et du taux de chômage à sa cible.

François Doux : Mais Alexandra, ce n’est pas déjà ce que fait la Fed ?

Alexandra Estiot : Oui, mais ! La règle de Taylor a été construite sur les actions passées de la Fed, au début des années 90. Donc oui, c’est quelque chose qui est dans le modèle, dans le cerveau des banquiers centraux, aux Etats-Unis ou ailleurs. Mais la Fed dispose aussi d’une grande flexibilité, comme on le voit sur le graphique. Sur ces dernières années, pendant et après la crise, les taux, s’ils avaient suivi la règle de Taylor, si on n’avait pas mis en place toutes ces politiques non conventionnelles, auraient été beaucoup plus élevés et ils auraient été remontés beaucoup plus rapidement et beaucoup plus violemment.

François Doux : A quoi cela tient-il ?

Alexandra Estiot : Ça tient à plusieurs choses. Les deux premiers éléments dont il faut tenir compte, c’est la définition du plein emploi, c’est-à-dire l’indicateur à retenir et quel niveau on lui attribue. On a vu ces dernières années qu’on pouvait avoir un taux de chômage très bas alors que persistait un sous-emploi résiduel. La deuxième chose dont il faut tenir compte, c’est le fait que le taux neutre n’est pas constant dans le temps. Il est actuellement très faible.

François Doux : Principalement, Alexandra, est-ce qu’il y a d’autres limites justement ?

Alexandra Estiot : Oui, la dernière limite, soit quand les déviations de nos deux objectifs, les prix et le chômage, sont contradictoires. Des situations comme ces dernières années, où on a à la fois un taux de chômage faible et une inflation faible. La règle de Taylor nous dit de ne rien faire dans ce genre de cas. La politique de la Fed a été d’être aussi souple que possible pour faire remonter le taux d’inflation, ce qui montre une vraie symétrie de la cible.

François Doux : Merci Alexandra, on mesure la complexité de cette question de politique monétaire, trop complexe pour un tweet.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

États-Unis : le ratio élevé patrimoine/revenu pointe vers un ralentissement de croissance 12/12/2017
Depuis le début des années 80, on peut observer aux Etats-Unis une relation négative entre le ratio patrimoine/revenu et la croissance du PIB dans les 3 années qui suivent. Le niveau actuel élevé de cet indicateur met en perspective une croissance plus lente dans les années à venir.
Les inquiétudes s'auto-alimentent-elles face à l'inversion de la courbe ? 08/12/2017
La courbe des Treasuries s’est considérablement aplatie cette année. Or, un tel aplatissement a été par le passé un bon indicateur avancé des récessions. Ce signal est désormais moins fiable mais on peut se demander s’il ne finira pas par impacter la confiance à l’égard des perspectives.
En bonne santé 01/12/2017
L'économie américaine se porte bien, la plupart des données récentes dépassant les attentes et la moyenne de long terme.
L'Aléna dans tous ses états 30/11/2017
Donald Trump a donné le coup d’envoi à la renégociation de l’Aléna en mai 2017. Les propositions qui visent à inclure un chapitre sur l’économie numérique et à conforter les dispositifs actuels de l’accord trouvent un écho plutôt favorable, vingt-trois ans après l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange nord-américain. D’autres, comme le durcissement des règles d’origine et la modification des recours commerciaux, suscitent l’inquiétude.
Rendements des Treasuries : le retour du casse-tête 24/11/2017
La courbe des rendements américains s’est considérablement aplatie cette année. Une telle évolution a souvent été le signe avant-coureur d’un ralentissement économique majeur. Dans le cycle actuel, le signal envoyé par la courbe de taux est probablement moins fiable.
Donald Trump a-t-il de la chance ? 10/11/2017
Elu il y a un an 45e président des Etats-Unis, Donald Trump peut se targuer d’une conjoncture économique flatteuse…à laquelle il est relativement étranger.
Etats-Unis : Faible croissance non inflationniste 27/10/2017
À première vue, l’économie américaine gagne en solidité, avec deux trimestres consécutifs de croissance supérieure à 3% (taux trimestriel annualisé) et un glissement annuel en accélération. Les détails sont moins encourageants, avec une demande intérieure finale qui décélère, tout comme l’inflation sous-jacente (mesurée par le déflateur de la consommation privée) qui se limitait à 1,3% au T3. En résumé, la croissance est plus faible qu’il n’y paraît et l’inflation aussi faible qu’il n’y paraît.
Etats-Unis : une politique monétaire moins favorable aux ratios de liquidité bancaires 25/10/2017
En ce mois d’octobre 2017, la Réserve fédérale américaine (Fed) entame une réduction de la taille de son bilan, en limitant le montant de ses réinvestissements à échéance. Le cadre monétaire pourrait ainsi devenir moins favorable aux ratios de liquidité bâlois à court terme (LCR) des banques américaines. Cette norme impose aux banques de détenir suffisamment d’actifs liquides de haute qualité (HQLA), non utilisés comme garanties, pour faire face aux sorties nettes de trésorerie qu’occasionnerait une grave crise de liquidités d’une durée de 30 jours. La politique d’assouplissement quantitatif (QE) a conduit à un gonflement des réserves des banques commerciales auprès de la Fed - considérées comme les actifs les plus liquides au sens du LCR - mais aussi des dépôts de leur clientèle - lesquels bénéficient, lorsqu’ils sont considérés stables, d’un traitement privilégié dans le cadre du LCR (assortis de faibles taux de fuite théoriques). Toutes choses égales par ailleurs, les réserves en banque centrale (en moyenne 40% des HQLA des six plus grandes banques américaines) vont mécaniquement diminuer avec la réduction du bilan de la Fed. Cela pourrait contraindre les banques à accroître leur détention de Treasuries ou de MBS d’Agences. L’effet net sur les dépôts clientèle est plus incertain. D’autres agents (notamment non bancaires) vont se porter acquéreurs des Treasuries et MBS, réduisant de fait leurs dépôts, tandis que le volume des dépôts créés par la Fed, à l’occasion du réinvestissement des tombées de dette, sera réduit. La croissance des prêts bancaires (canal traditionnel de création des dépôts) compensera en partie ces effets.
Raffermissement quantitatif 19/10/2017
La Réserve fédérale américaine (Fed) entame une cure d’amaigrissement de son bilan, qui devrait être réduit d’un tiers d’ici à la fin de 2020. Si l’inflation n’est pas un problème, le risque d’instabilité financière augmente aux Etats-Unis. Sauf imprévu, le resserrement monétaire se poursuivra. Il pourrait finir par entraîner l’atterrissage du marché des actions, caractérisé par des multiples élevés et une amplification de l’effet de levier. Il aurait aussi pour conséquence une réévaluation du risque attaché à la dette des entreprises, aux Etats-Unis comme dans les pays en développement.
Ne pas surprendre, ne pas heurter 18/10/2017
L’activité conserve un rythme modéré de progression et le chômage recule. Les ouragans ont entraîné des perturbations mensuelles (recul de la production industrielle et des effectifs salariés, rebond artificiel des salaires, poussée du prix des carburants) mais ils ne devraient pas avoir affecté les tendances de fond de l’économie. L’une des principales est l’absence de tensions sur les prix et les salaires, évolutions difficilement réconciliables avec la fermeture de l’output gap. La Fed semble adopter le point de vue relativement consensuel d’une suspension temporaire de la relation qui lie chômage et prix. Elle continue d’anticiper un retour en validité de cette relation mais choisit tout de même la prudence et le gradualisme dans le processus de normalisation de sa politique.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1680 articles et 437 vidéos