eco TV
My Taylor is poor 08/03/2017

Si l’indépendance de la Fed venait à être remise en question, ce serait via l’amendement de la loi de 1913, et probablement par une restriction de la discrétion dont bénéficie aujourd’hui le FOMC. En clair, l’introduction d’une règle de politique monétaire, comme celle que Taylor présentait il y a vingt-cinq ans.

TRANSCRIPT // My Taylor is poor : mars 2017

François Doux : L’indépendance de la Banque centrale américaine en question… ce n’est plus qu’un sujet de cours dans les manuels d’économie, c’est aujourd’hui l’actualité. Le président Trump a déjà donné des signes de sa volonté de mettre la Fed à sa botte… Alexandra Estiot bonjour…

Alexandra Estiot : Bonjour

François Doux : Première question, est-ce que l’administration républicaine et le Président Trump peuvent faire plier la Fed ?

Alexandra Estiot : La réponse courte, c’est non. Le Président peut nommer les Gouverneurs, mais le Sénat doit les confirmer. Par ailleurs, l’action de la Fed est régie par le Federal Reserve Act de 1913 et seul le Congrès peut changer cette loi.

François Doux : Justement, est-ce que le Congrès peut, lui aussi, remettre en cause cette indépendance ?

Alexandra Estiot : Il pourrait, oui sauf qu’il faut quand même tenir compte du fait qu’au Sénat, les Démocrates disposent d’une minorité de blocage. Il ne faut pas trop s’inquiéter de ces questions-là. Il y en a de beaucoup plus importantes.

François Doux : Mais si on va un petit peu plus loin, comment pourraient-ils s’y prendre ?

Alexandra Estiot : Plus qu’un changement d’objectifs, une plus faible autonomie, on pourrait imaginer que le Congrès oblige la Banque centrale américaine à suivre une règle précise de politique monétaire.

François Doux : Une règle de politique monétaire… vous pensez à la règle de Taylor ?

Alexandra Estiot : La règle de Taylor, oui, c’est la plus connue, qui détermine le niveau des taux en fonction de la déviation de l’inflation à sa cible et du taux de chômage à sa cible.

François Doux : Mais Alexandra, ce n’est pas déjà ce que fait la Fed ?

Alexandra Estiot : Oui, mais ! La règle de Taylor a été construite sur les actions passées de la Fed, au début des années 90. Donc oui, c’est quelque chose qui est dans le modèle, dans le cerveau des banquiers centraux, aux Etats-Unis ou ailleurs. Mais la Fed dispose aussi d’une grande flexibilité, comme on le voit sur le graphique. Sur ces dernières années, pendant et après la crise, les taux, s’ils avaient suivi la règle de Taylor, si on n’avait pas mis en place toutes ces politiques non conventionnelles, auraient été beaucoup plus élevés et ils auraient été remontés beaucoup plus rapidement et beaucoup plus violemment.

François Doux : A quoi cela tient-il ?

Alexandra Estiot : Ça tient à plusieurs choses. Les deux premiers éléments dont il faut tenir compte, c’est la définition du plein emploi, c’est-à-dire l’indicateur à retenir et quel niveau on lui attribue. On a vu ces dernières années qu’on pouvait avoir un taux de chômage très bas alors que persistait un sous-emploi résiduel. La deuxième chose dont il faut tenir compte, c’est le fait que le taux neutre n’est pas constant dans le temps. Il est actuellement très faible.

François Doux : Principalement, Alexandra, est-ce qu’il y a d’autres limites justement ?

Alexandra Estiot : Oui, la dernière limite, soit quand les déviations de nos deux objectifs, les prix et le chômage, sont contradictoires. Des situations comme ces dernières années, où on a à la fois un taux de chômage faible et une inflation faible. La règle de Taylor nous dit de ne rien faire dans ce genre de cas. La politique de la Fed a été d’être aussi souple que possible pour faire remonter le taux d’inflation, ce qui montre une vraie symétrie de la cible.

François Doux : Merci Alexandra, on mesure la complexité de cette question de politique monétaire, trop complexe pour un tweet.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

D’un revirement à l’autre 24/04/2017
Il apparaît de plus en plus clairement qu’il n’y aura pas de « relance » budgétaire, du moins en 2017. L’attention se reporte sur les évolutions intrinsèques de l’économie. Les données d’enquêtes et d’offre sont plutôt bien orientées, alors que la consommation des ménages ralentit. En mars, l’emploi a connu un coup de frein. Il est trop tôt pour s’en inquiéter réellement, mais, en conjonction avec une inflation qui n’accélère plus, on peut y voir une justification, pour la Fed, de faire une pause. Reste que le processus de normalisation monétaire est ainsi pensé que chaque opportunité sera utilisée : si en juin prix et emploi ont conservé quelque dynamisme, la Fed remontera de nouveau les taux, dans l’espoir de pouvoir décider d’une troisième hausse d’ici la fin de l’année.
Etats-Unis, au-delà de l'effet "Trump" 21/04/2017
Aux Etats-Unis, l’amélioration de la conjoncture économique ne saurait se résumer à un simple effet « Trump ».
Effet "Trump" ou effet pétrole ? 21/04/2017
La remontée des prix du pétrole n’est pas étrangère au rebond de l’investissement américain. « L’effet Trump » se dissipe.
Etats-Unis : Mais où sont les "canaris" du stress financier ? 19/04/2017
Les indicateurs de stress financier sont utilisés comme autrefois les canaris dans les mines : ils préviennent des éventuelles tensions que peut engendrer un resserrement de la Fed, et qui pourraient plonger l’économie dans la récession. Ce graphique montre deux indicateurs : l’écart de taux des obligations des sociétés américaines notées BBB relatif aux titres du Trésor américain et l’indice de stress financier de la réserve fédérale de St-Louis (un composite de 18 séries). Exploiter ces indicateurs pour anticiper les principaux ralentissements de la croissance ou les entrées de récession est un exercice délicat : lors de la récession de 2001, l’indicateur composite avait à peine varié et le point haut de l’écart de taux n’était apparu que fin 2002, quand la reprise était déjà amorcée ; lors de celle de 2008, les deux indices avaient grimpé en flèche. Mais compte tenu de la volatilité des séries, il semble que lorsque le signal est suffisamment clair, l’entrée en récession est imminente. Si le canari ne chante plus, lâchez tout et courez vers la sortie !  
La redécouverte des marchés émergents : facteurs explicatifs 07/04/2017
Un environnement monétaire toujours bénin aux Etats-Unis et une nette amélioration des données économiques expliquent le regain d’intérêt des investisseurs internationaux pour les marchés émergents.
Une préférence pour l’épargne ? 07/04/2017
Créations d’emplois et salaires ralentissent en mars. Nouveau point bas cyclique pour le taux de chômage à 4,5%.
Une certaine tolérance au dépassement de l’objectif d’inflation 07/04/2017
En affirmant de façon explicite son approche symétrique de l'inflation, la Fed pourrait accepter de dépasser temporairement sa cible. Sa capacité à faire face à de futurs ralentissements en serait renforcée.
Etats-Unis, premières contrariétés pour M. Trump 31/03/2017
Le président Trump échoue à abroger Obamacare. Les baisses d’impôts « massives » en sont encore au stade des promesses.
Arlésienne à l’américaine 31/03/2017
Les propositions budgétaires du Président Trump ne couvrent que les dépenses, en légère baisse. Côté fiscalité, il n’y a toujours aucun détail. Une relance budgétaire apparaît de moins en moins probable…
Origin of Symmetry 17/03/2017
La Fed réitère l’exploit d’une hausse de taux dans la souplesse, 25 points de base de plus, annoncés sur fond de prévisions inchangées, du rappel de la faiblesse du taux neutre et, surtout, la confirmation de la symétrie de l’objectif d’inflation.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1487 articles et 370 vidéos