eco TV
La relation entre incertitude, les marchés et l'économie 08/03/2017

Traditionnellement, un niveau élevé d'incertitude de la politique économique est accompagné d'une aversion au risque élevée des investisseurs. La bonne tenue récente de l'économie mondiale semble toutefois avoir cassé ce lien.

TRANSCRIPT // La relation entre incertitude, les marchés et l'économie : mars 2017

François Doux : Les prévisions économiques comme les sondages politiques doivent intégrer une certaine incertitude, une certaine volatilité qui influence des facteurs comme les taux d’intérêt, les décisions d’investissement, les décisions d’épargne… William de Vijlder bonjour…

William de Vijlder : Bonjour

François Doux : Est-ce que cette incertitude économique se mesure ?

William de Vijlder : En tout cas, des méthodes ont été développées et l’une d’elles, qui est très souvent utilisée, consiste à compter dans les médias le nombre de références aux mots « politique », « économique » et  « incertitude »… Ici, à l’écran, la ligne rouge montre la dynamique de cette série depuis 1997. Vous remarquerez bien évidemment les oscillations, mais surtout les pics en 2016 liés au Brexit et à la victoire de monsieur Trump.

François Doux : Vous avez mis une courbe bleue. C’est l’écart entre le rendement des obligations d’entreprises notées BBB et le rendement des emprunts d’Etat à 10 ans que l’on appelle le « spread ». Pourquoi ?

William de Vijlder : La logique est que quand l’incertitude monte, l’appétit pour le risque va baisser et l’aversion pour le risque va augmenter. Donc normalement, l’écart de taux devrait augmenter. On l’a vu dans le passé à de multiples reprises.

François Doux : Oui, mais à partir de 2015, la corrélation semble cassée

William de Vijlder : Effectivement, elle semble cassée. On doit donc essayer de comprendre. Pour cela, nous avons un deuxième graphique qui montre à nouveau le même indicateur d’incertitude, mais aussi l’indice des directeurs d’achat au niveau mondial, ici en jaune et en échelle inversée. Pourquoi en échelle inversée ? Parce que quand l’incertitude augmente, l’économie mondiale devrait en quelque sorte plonger. On l’a vu par exemple en 2008. Il est important de constater que, dans un passé récent, certes l’incertitude a augmenté, mais l’économie s’est comportée nettement mieux. 

François Doux : Alors, que s’est-il passé ?

William de Vijlder : Il y a eu une conjonction d’éléments qui soutiennent vraiment la dynamique de l’économie mondiale : les taux d’intérêt, la Chine qui a relancé son économie, la relance budgétaire américaine. Donc au final, qu’est-ce qu’on a ? Eh bien, on arrive à expliquer pourquoi cet écart de taux a plutôt baissé face à cette montée de l’incertitude : simplement parce que le marché comprend que l’économie va bien.

François Doux : Il y a donc de l’incertitude dans l’incertitude.

William de Vijlder : C’est tout à fait ça.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Synchronisation de la reprise mondiale et européenne: facteurs communs ou coïncidence? 09/05/2017
Depuis l'été 2016 la conjoncture mondiale s'est nettement améliorée. Ce mouvement, qui est général dans les pays avancés et qui se manifeste également dans beaucoup de pays émergents, est porté par un ensemble de facteurs (monétaire, pétrole, Chine, etc). La synchronisation est également très nette en zone euro grâce entre autres à la politique de la BCE, la reprise du commerce international, un euro compétitif. La convergence du momentum cyclique cache toutefois des différences en termes de taux de croissance et surtout au niveau des caractéristiques structurelles comme les finances publiques et le chômage.
Prix du pétrole, un faux rebond ? 05/05/2017
 Les prix du pétrole plafonnent. Pourtant, la croissance mondiale accélère. Paradoxe temporaire ?
Immobilier résidentiel : quelle vulnérabilité aux hausses de taux d'intérêt ? 27/04/2017
Alors que les taux d’intérêt restent proches de leurs plus bas historiques et que les signes d’une remontée de l’inflation mondiale se multiplient, une question centrale se pose : celle de la vulnérabilité des marchés de l’immobilier résidentiel à une hausse des taux. Il convient d’abord d’examiner les ratios de valorisation. Nous étudions ici le rapport du prix de l’immobilier résidentiel au revenu disponible des ménages sur quarante ans pour un échantillon de 21 pays. L’échantillon comprend 47 phases d’expansion du secteur immobilier (la phase d’essor médiane dure 5,5 ans et s’accompagne d’une augmentation de 45% du rapport du prix du logement au revenu disponible des ménages) et 36 phases de contraction du secteur immobilier (la période de récession médiane est de 6 ans et s’accompagne d’une baisse du ratio prix-revenus de 34,4). Au-delà des ratios d’évaluation, un fort endettement peut être une source de risque. Or, l’endettement des ménages a considérablement baissé dans la plupart des pays développés au cours des cinq dernières années.
Politique monétaire : quels objectifs ? 12/04/2017
Unique pour la BCE, dual pour le Fed et multiples pour la PBoC, les objectifs peuvent être très différents d’une banque centrale à une autre.
Politique monétaire : quelles actions ? 12/04/2017
De la même façon que pour les objectifs, les instruments utilisés différent d’une banque centrale à une autre, et surtout d’un point à l’autre du cycle.
Politique monétaire : quelle efficacité ? 12/04/2017
Il est assez consensuel de conclure à l’efficacité des politiques monétaires. Reste que les banquiers centraux ne sont ni omnipotents, ni infaillibles.
La conjoncture au printemps 2017 12/04/2017
Au printemps 2017, les indicateurs d'activité sont bien orientés en Europe comme aux Etats-Unis. Proche de 2% par an, la croissance en zone euro est plus dynamique. Elle est aussi mieux répartie, les cycles conjoncturels des Dix-Neuf tendant à s'harmoniser. Les Etats-Unis enregistrent une reprise des activités liées au pétrole et gaz de schiste ; l'investissement des entreprises devrait y avoir rebondi en début d'année. L’inflation accélère, sous l’effet du renchérissement du pétrole ; elle dépasse la cible officielle des 2% aux Etats-Unis, et s’en rapproche en zone euro. Les banques centrales mènent cependant des politiques antagonistes : hausse des taux d’intérêt pour la Réserve fédérale américaine, maintien à zéro et achats de titres pour la Banque centrale européenne.
Du mieux partout... ou presque 07/04/2017
Les indicateurs d'activité s'améliorent dans la plupart des pays développés.
G-SIB : des exigences CET1 cumulées plus élevées en zone euro pour 2017 05/04/2017
Au vu des rapports annuels 2016, les exigences cumulées de fonds propres durs (ratios Common Equity Tier 1, CET1) imposées aux banques d’importance systémique mondiales (G-SIB) pour 2017 sont plus élevées, en moyenne, dans la zone euro qu’aux Etats-Unis. En moyenne, il est imposé aux huit G-SIB de la zone euro de respecter, sur base consolidée, un ratio de fonds propres CET1 transitoire (phased-in) d’au moins 8,3% (hors recommandations du Pilier 2, P2G, non communiquées) contre 7% pour les huit G-SIB américaines. Les demandes de fonds propres CET1 cumulées comprennent l’exigence minimale de Pilier 1 (4,5%), le volant de conservation des fonds propres (1,25%), la surcharge G-SIB (0,75% en moyenne dans la zone euro et 1,25% aux Etats-Unis) et, pour les banques de la zone euro uniquement, l’exigence de Pilier 2 (P2R, 1,8%) fixée par la BCE au terme du processus de surveillance et d’évaluation prudentielle (SREP) de 2016. Pour l’ensemble des banques placées sous la supervision directe de la BCE (MSU), les exigences s’élèvent à 8,3% hors P2G et 10,4% avec P2G.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1509 articles et 378 vidéos