eco TV
La relation entre incertitude, les marchés et l'économie 08/03/2017

Traditionnellement, un niveau élevé d'incertitude de la politique économique est accompagné d'une aversion au risque élevée des investisseurs. La bonne tenue récente de l'économie mondiale semble toutefois avoir cassé ce lien.

TRANSCRIPT // La relation entre incertitude, les marchés et l'économie : mars 2017

François Doux : Les prévisions économiques comme les sondages politiques doivent intégrer une certaine incertitude, une certaine volatilité qui influence des facteurs comme les taux d’intérêt, les décisions d’investissement, les décisions d’épargne… William de Vijlder bonjour…

William de Vijlder : Bonjour

François Doux : Est-ce que cette incertitude économique se mesure ?

William de Vijlder : En tout cas, des méthodes ont été développées et l’une d’elles, qui est très souvent utilisée, consiste à compter dans les médias le nombre de références aux mots « politique », « économique » et  « incertitude »… Ici, à l’écran, la ligne rouge montre la dynamique de cette série depuis 1997. Vous remarquerez bien évidemment les oscillations, mais surtout les pics en 2016 liés au Brexit et à la victoire de monsieur Trump.

François Doux : Vous avez mis une courbe bleue. C’est l’écart entre le rendement des obligations d’entreprises notées BBB et le rendement des emprunts d’Etat à 10 ans que l’on appelle le « spread ». Pourquoi ?

William de Vijlder : La logique est que quand l’incertitude monte, l’appétit pour le risque va baisser et l’aversion pour le risque va augmenter. Donc normalement, l’écart de taux devrait augmenter. On l’a vu dans le passé à de multiples reprises.

François Doux : Oui, mais à partir de 2015, la corrélation semble cassée

William de Vijlder : Effectivement, elle semble cassée. On doit donc essayer de comprendre. Pour cela, nous avons un deuxième graphique qui montre à nouveau le même indicateur d’incertitude, mais aussi l’indice des directeurs d’achat au niveau mondial, ici en jaune et en échelle inversée. Pourquoi en échelle inversée ? Parce que quand l’incertitude augmente, l’économie mondiale devrait en quelque sorte plonger. On l’a vu par exemple en 2008. Il est important de constater que, dans un passé récent, certes l’incertitude a augmenté, mais l’économie s’est comportée nettement mieux. 

François Doux : Alors, que s’est-il passé ?

William de Vijlder : Il y a eu une conjonction d’éléments qui soutiennent vraiment la dynamique de l’économie mondiale : les taux d’intérêt, la Chine qui a relancé son économie, la relance budgétaire américaine. Donc au final, qu’est-ce qu’on a ? Eh bien, on arrive à expliquer pourquoi cet écart de taux a plutôt baissé face à cette montée de l’incertitude : simplement parce que le marché comprend que l’économie va bien.

François Doux : Il y a donc de l’incertitude dans l’incertitude.

William de Vijlder : C’est tout à fait ça.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Politique monétaire : quels objectifs ? 12/04/2017
Unique pour la BCE, dual pour le Fed et multiples pour la PBoC, les objectifs peuvent être très différents d’une banque centrale à une autre.
Politique monétaire : quelles actions ? 12/04/2017
De la même façon que pour les objectifs, les instruments utilisés différent d’une banque centrale à une autre, et surtout d’un point à l’autre du cycle.
Politique monétaire : quelle efficacité ? 12/04/2017
Il est assez consensuel de conclure à l’efficacité des politiques monétaires. Reste que les banquiers centraux ne sont ni omnipotents, ni infaillibles.
La conjoncture au printemps 2017 12/04/2017
Au printemps 2017, les indicateurs d'activité sont bien orientés en Europe comme aux Etats-Unis. Proche de 2% par an, la croissance en zone euro est plus dynamique. Elle est aussi mieux répartie, les cycles conjoncturels des Dix-Neuf tendant à s'harmoniser. Les Etats-Unis enregistrent une reprise des activités liées au pétrole et gaz de schiste ; l'investissement des entreprises devrait y avoir rebondi en début d'année. L’inflation accélère, sous l’effet du renchérissement du pétrole ; elle dépasse la cible officielle des 2% aux Etats-Unis, et s’en rapproche en zone euro. Les banques centrales mènent cependant des politiques antagonistes : hausse des taux d’intérêt pour la Réserve fédérale américaine, maintien à zéro et achats de titres pour la Banque centrale européenne.
Du mieux partout... ou presque 07/04/2017
Les indicateurs d'activité s'améliorent dans la plupart des pays développés.
G-SIB : des exigences CET1 cumulées plus élevées en zone euro pour 2017 05/04/2017
Au vu des rapports annuels 2016, les exigences cumulées de fonds propres durs (ratios Common Equity Tier 1, CET1) imposées aux banques d’importance systémique mondiales (G-SIB) pour 2017 sont plus élevées, en moyenne, dans la zone euro qu’aux Etats-Unis. En moyenne, il est imposé aux huit G-SIB de la zone euro de respecter, sur base consolidée, un ratio de fonds propres CET1 transitoire (phased-in) d’au moins 8,3% (hors recommandations du Pilier 2, P2G, non communiquées) contre 7% pour les huit G-SIB américaines. Les demandes de fonds propres CET1 cumulées comprennent l’exigence minimale de Pilier 1 (4,5%), le volant de conservation des fonds propres (1,25%), la surcharge G-SIB (0,75% en moyenne dans la zone euro et 1,25% aux Etats-Unis) et, pour les banques de la zone euro uniquement, l’exigence de Pilier 2 (P2R, 1,8%) fixée par la BCE au terme du processus de surveillance et d’évaluation prudentielle (SREP) de 2016. Pour l’ensemble des banques placées sous la supervision directe de la BCE (MSU), les exigences s’élèvent à 8,3% hors P2G et 10,4% avec P2G.
Impact économique de Bâle III : une adaptation de l’analyse de la BRI à la zone euro 23/02/2017
La Banque des règlements internationaux (BRI) a publié en novembre 2016 une étude d’impact économique actualisée de Bâle III et des réformes en cours suggérant l’existence d’une marge de manœuvre pour instaurer des matelas de capitaux propres supplémentaires. Nous montrons dans cette analyse que cette latitude n’existe plus dans la zone euro, où le rôle prépondérant des banques dans le financement accentue le coût économique des nouvelles exigences réglementaires et réduit le ratio optimal de solvabilité bancaire, au-delà duquel le coût économique excède le bénéfice supposé.
Les marchés face aux incertitudes : aveuglement ou les yeux grands ouverts ? 17/02/2017
L’économie mondiale fait face à de nombreuses incertitudes mais certains indices boursiers atteignent de nouveaux sommets. Inefficience des marchés ou un comportement rationnel ?
Changement de corrélation 15/02/2017
La corrélation négative entre les prix du pétrole et des métaux, qui était la règle depuis 2003, s'est inversée en 2016. La reprise dans l’industrie et la construction en Chine et l’accélération de la croissance aux Etats-Unis tirent de nouveau les prix à la hausse. D’autre part, le durcissement monétaire américain et la réduction de la facture énergétique extérieure des Etats-Unis, grâce au développement du pétrole et du gaz de schiste, jouent en faveur du dollar. Ces facteurs sont-ils solides ? Probablement, s’agissant du dollar. En revanche, le redressement des prix des matières premières reste fragile car l’offre peut s’ajuster rapidement à la demande, surtout pour le pétrole, et les risques baissiers sur la croissance chinoise demeurent élevés.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1480 articles et 368 vidéos