eco TV
Politique monétaire : quels objectifs ? 12/04/2017

Unique pour la BCE, dual pour le Fed et multiples pour la PBoC, les objectifs peuvent être très différents d’une banque centrale à une autre.

TRANSCRIPT // Politique monétaire : quels objectifs ? : avril 2017

François Doux : On commence à présent ce tour d’horizon des politiques monétaires avec les Etats-Unis. Alexandra Estiot, quels sont les objectifs de la Réserve fédérale américaine ?

 

Alexandra Estiot : Les objectifs de la Fed ont été fixés par le Congrès, dans le « Federal Reserve act » de 1913. Il lui faut assurer le plein emploi, la stabilité des prix et la faiblesse des taux d’intérêt. On oublie souvent ce dernier objectif, comme on oublie également celui fixé par Dodd Frank : la stabilité financière.

 

François Doux : Pourquoi cet objectif ?

 

Alexandra Estiot : Il s’agit d’assurer une stabilité de la croissance de l’activité. De faire en sorte qu’il n’y ait ni sous-régime, ni surchauffe. L’un se payant par des pertes d’emplois, l’autre par des pertes de pouvoir d’achat via les poussées inflationnistes.

 

François Doux : On parle à présent de la politique monétaire en zone euro. Thibault Mercier, la particularité de la BCE, c’est qu’elle n’a qu’un objectif.

 

Thibault Mercier : C’est la stabilité des prix. Ce qui correspond pour la Banque centrale européenne à une inflation légèrement en deçà de 2% à moyen terme. Donc il y a deux éléments : 2% et à moyen terme.  

 

François Doux : Dans le contexte actuel, qu’est-ce que cela veut dire ?

 

Thibault Mercier : Justement, c’est intéressant de mettre l’accent sur le moyen terme, puisque aujourd’hui l’inflation est à 2%, mais essentiellement du fait d’éléments temporaires. C’est-à-dire la hausse ou la remontée des prix du pétrole et de certains prix de l’alimentation. Cela pousse mécaniquement l’inflation à la hausse vers 2%, mais ce ne sera pas valable à moyen terme. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui ce que l’on regarde le plus, c’est l’inflation sous-jacente. C’est-à-dire l’inflation des prix des services et des biens industriels hors énergie. Et cette inflation-là, la plus importante dans une perspective de moyen terme, est encore très faible : elle est inférieure à 1%.

 

François Doux : Si on part de l’autre côté de la planète, en Chine, les objectifs de la Banque centrale de Chine sont légèrement différents.

 

Christine Peltier : La Banque populaire de Chine a des objectifs multiples. Elle doit, entre autres, assurer la stabilité des prix, soutenir la croissance et le marché de l’emploi, promouvoir les réformes financières. Sur la période récente et pour 2017, la banque centrale a mis en avant deux grands objectifs, qui peuvent l’amener à conduire des actions contradictoires. Premier grand objectif : elle souhaite soutenir la croissance. La croissance chinoise ralentit progressivement depuis 2010, pour des raisons structurelles. Or, pour éviter un ralentissement trop prononcé, la banque centrale a mené une politique monétaire expansionniste en 2015 et jusqu’au troisième trimestre 2016. Deuxième grand objectif : la stabilité financière. Cet objectif requiert de contenir les risques de crédit et les risques de bulles sur les marchés d’actifs. Or ces risques sont élevés en Chine, ne serait-ce que parce que la Chine est dans une situation d’excès de dette, avec une dette interne du secteur non financier supérieure à 200% du PIB. Donc, depuis quelques mois, la banque centrale a commencé à resserrer sa politique monétaire pour contenir ces risques financiers. Pour 2017, elle a annoncé une politique « neutre et prudente ».

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Etats-Unis, au-delà de l'effet "Trump" 21/04/2017
Aux Etats-Unis, l’amélioration de la conjoncture économique ne saurait se résumer à un simple effet « Trump ».
Effet "Trump" ou effet pétrole ? 21/04/2017
La remontée des prix du pétrole n’est pas étrangère au rebond de l’investissement américain. « L’effet Trump » se dissipe.
Optimisme prudent 21/04/2017
La situation économique continue de s’améliorer en zone euro, mais les pressions inflationnistes sont faibles, voire inexistantes. Nous continuons de prévoir une politique monétaire durablement accommodante.
Etats-Unis : Mais où sont les "canaris" du stress financier ? 19/04/2017
Les indicateurs de stress financier sont utilisés comme autrefois les canaris dans les mines : ils préviennent des éventuelles tensions que peut engendrer un resserrement de la Fed, et qui pourraient plonger l’économie dans la récession. Ce graphique montre deux indicateurs : l’écart de taux des obligations des sociétés américaines notées BBB relatif aux titres du Trésor américain et l’indice de stress financier de la réserve fédérale de St-Louis (un composite de 18 séries). Exploiter ces indicateurs pour anticiper les principaux ralentissements de la croissance ou les entrées de récession est un exercice délicat : lors de la récession de 2001, l’indicateur composite avait à peine varié et le point haut de l’écart de taux n’était apparu que fin 2002, quand la reprise était déjà amorcée ; lors de celle de 2008, les deux indices avaient grimpé en flèche. Mais compte tenu de la volatilité des séries, il semble que lorsque le signal est suffisamment clair, l’entrée en récession est imminente. Si le canari ne chante plus, lâchez tout et courez vers la sortie !  
Wait and see 14/04/2017
L’inflation reste trop faible en zone euro. C’est ce qui compte pour la BCE. 
Politique monétaire : quelles actions ? 12/04/2017
De la même façon que pour les objectifs, les instruments utilisés différent d’une banque centrale à une autre, et surtout d’un point à l’autre du cycle.
Politique monétaire : quelles actions ? 12/04/2017
De la même façon que pour les objectifs, les instruments utilisés différent d’une banque centrale à une autre, et surtout d’un point à l’autre du cycle.
Politique monétaire : quelles actions ? 12/04/2017
De la même façon que pour les objectifs, les instruments utilisés différent d’une banque centrale à une autre, et surtout d’un point à l’autre du cycle.
Politique monétaire : quelles actions ? 12/04/2017
De la même façon que pour les objectifs, les instruments utilisés différent d’une banque centrale à une autre, et surtout d’un point à l’autre du cycle.
Politique monétaire : quelle efficacité ? 12/04/2017
Il est assez consensuel de conclure à l’efficacité des politiques monétaires. Reste que les banquiers centraux ne sont ni omnipotents, ni infaillibles.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1480 articles et 368 vidéos