eco TV
Le calendrier importe 09/05/2017

Les négociations en vue du Brexit commenceront bientôt. Elles pourraient s’étendre et être plus compliquées que ce qu’espéraient les Britanniques. Theresa May a ainsi décidé d’appeler des élections anticipées.

TRANSCRIPT // Le calendrier importe : mai 2017

François Doux : Le Royaume-Uni est en campagne électorale sur fond de Brexit. Alexandra Estiot, bonjour.

Alexandra Estiot : Bonjour

François Doux : Pour le graphique du mois, nous avons le taux de change effectif de la livre sterling, c’est-à-dire contre un panier de devises. Depuis 2016, on note une belle inflexion de la courbe. Pourquoi ?

Alexandra Estiot : La chute est liée au vote en faveur du Brexit, quand les Britanniques se sont prononcés pour la sortie de l’Union européenne. La livre souffre alors à la fois des perspectives de croissance à court terme et de la réaction anticipée de la banque d’Angleterre (assouplissement monétaire) et des craintes quant à l’attractivité et donc sur les perspectives de croissance à moyen terme.

Ensuite, on a été rassuré sur quelques points et c’est au fil des annonces politiques que la livre a évolué.

François Doux : Justement, les annonces politiques, ces élections anticipées, pouvaient attendre 2020. Finalement, le 8 juin 2017 auront lieu ces élections générales provoquées par le premier ministre Theresa May. Pourquoi ?

Alexandra Estiot : Pourquoi ? Deux décisions en fait ont été prises depuis le début de l’année. Au niveau du Royaume-Uni, la cour suprême a statué que c’était au Parlement d’avoir le dernier mot sur le Brexit et non au gouvernement. On a aussi eu des annonces côté européen. Sachant que la majorité conservatrice est assez fine, et que les négociations pourraient durer, la tâche pour Theresa May, c’est d’assurer sa base.

François Doux : Et donc une dernière question, le calendrier des négociations est le plus important maintenant au Royaume-Uni. Comment l’analyser ? Que faut-il suivre ?

Alexandra Estiot : Alors déjà, le sous texte. Le sous texte est très important, notamment parce qu’il a été validé par le Parlement qui a décidé de suivre les recommandations de la Commission européenne. Ce calendrier dit que l’on fait les choses les unes après les autres. C’est-à-dire que l’on contre la stratégie britannique qui aurait été de négocier un peu tout en même temps de façon à avoir des avancées sur les points qui les intéressaient eux et de faire pression sur les Européens sur d’autres points. L’Europe a dit non, ce n’est pas comme ça qu’on fait les choses, on commence par des sujets importants pour nous, et ensuite on verra.

François Doux : Sujets importants ?

Alexandra Estiot : La facture. Les Britanniques vont devoir la solder avant de sortir. Ils se sont engagés sur de nombreux éléments, il va falloir payer. Le deuxième élément, qui est très compliqué, et particulièrement épineux pour le Royaume-Uni, c’est la question irlandaise. Et donc, ce que dit l’Europe, c’est on règle d’abord ces questions et ensuite à la fin, à la toute fin, on se préoccupera des accords commerciaux qui est  le point qui intéresse réellement les Britanniques.

François Doux : Alexandra, merci. On aura plein de choses à vivre ensemble dans les mois à venir sur le Royaume-Uni.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Difficult times 28/05/2018
Le Royaume-Uni n’est plus qu’à dix mois de la date officielle de son retrait de l’Union européenne, fixée au 29 mars 2019. L’incertitude politique reste particulièrement élevée, les accords conclus jusqu’ici demeurant imprécis sur des sujets d’envergure, comme le traitement réservé à l’Irlande du Nord. Difficile, dans ce contexte, de prévoir avec précision le scénario de sortie. En outre, le temps perdu sans avancée concrète amoindrit la probabilité d’un accord global satisfaisant pour toutes les parties. L’économie s’en trouve ralentie : la croissance est atone, dans un contexte de dépréciation de la livre sterling et de hausse de l’inflation. Ces conditions conduisent à une politique monétaire très prudente et retardent l’ajustement fiscal.
La Banque d'Angleterre : prudente mais confiante 18/05/2018
Depuis le référendum sur le Brexit, l’économie britannique se porte plutôt bien et la marge d’utilisation des capacités de production est réduite d’après la Banque d’Angleterre. Augmenter progressivement le taux directeur permettrait de rapprocher l’inflation de l’objectif fixé. Néanmoins,  le Comité de politique monétaire a décidé la semaine dernière de laisser le taux inchangé malgré sa confiance dans les perspectives de croissance. Cela reflète la prudence de la Banque d’Angleterre. Après tout, le Brexit reste une source d’incertitude.
Brexit, où en est-on ? 16/02/2018
Depuis qu’il s’est embarqué dans l’aventure du Brexit, le Royaume-Uni a vu son économie ralentir. Si le climat des affaires s’est stabilisé récemment, le répit est fragile.
Gloomy weather 24/01/2018
Mal orientés l’automne dernier, les indices de la conjoncture se sont un peu redressés depuis. Au moment de basculer en 2018, l’économie britannique progresse à vitesse réduite, sans être tout à fait au point mort. La chute de la livre est enrayée. Un simple répit ? La procédure du « Brexit » entre, en tout cas, dans sa seconde phase, la plus difficile. Celle-ci va consister à définir le futur cadre des relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, dans l’optique d’un accord en octobre 2018, pour un retrait définitif en mars 2019. Le principal risque est bien celui de l’impasse, les négociateurs disposant de peu de temps pour réconcilier des positions encore très éloignées.
Brexit : des progrès incomplets, et toujours des difficultés à venir 12/12/2017
Les questions préalables au Brexit (compensation financière, statut de l'Irlande du Nord et des expatriés) ont fait l'objet d'un compromis laborieux entre Londres et Bruxelles. La deuxième phase des négociations, consistant à redéfinir le cadre des relations futures entre  Royaume-Uni et l'Union européenne, va pouvoir commencer. De loin, la plus difficile...
Royaume-Uni, le ciel s'assombrit 17/11/2017
La conjoncture économique se dégrade au Royaume-Uni. La Banque d’Angleterre relève pourtant son taux directeur... pour mieux l’abaisser demain ?
La vieille dame a la migraine 07/07/2017
Les divisions montent au sein de la Banque d’Angleterre, une conséquence parmi d’autres de la décision britannique de quitter l’UE.
Le choix de Mark 07/07/2017
Des divergences apparaissent au sein de la BoE. L’équilibre devrait être maintenu lors de la réunion du mois d’août. Ensuite, tout dépendra de la croissance au T2.   
Inflation britannique : à la hausse toute ! 28/06/2017
Les négociations en vue du Brexit viennent de débuter. Elles pourraient bien durer plus longtemps que prévu, retardant d’autant les conséquences économiques de la sortie de l’UE par le Royaume-Uni. Si ce n’est qu’une des conséquences de cette sortie à venir est d’ores et déjà mesurable. Le référendum a en effet autorisé une dépréciation marquée de la livre, entraînant une hausse du prix des biens importés. Ceci se reflète dans l’inflation des prix à la consommation, avec un taux annuel de 2,9% en mai, alors même qu’il demeurait inférieur à 1% avant novembre dernier. Certes, l’énergie a joué un rôle, mais bien moins important que dans les autres pays développés : hors cette composante, l’inflation a accéléré de 0,8% à 2,7%. Les prix sous-jacents et celui des denrées alimentaires jouent un rôle bien plus important. Ces derniers subissent directement les conséquences de la chute de la livre. Si les effets sont plus indirects pour l’inflation sous-jacente, ils sont indéniables. Le casse-tête de la Banque d’Angleterre n’est pas près de prendre fin : elle doit à la fois soutenir une économie qui ralentit et ne pas trop s’éloigner de son objectif d’inflation…

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1823 articles et 502 vidéos