eco TV
France : ça va mieux, et en même temps... 10/07/2017

Les signes de redressement de l'économie française, que ce soit en termes de croissance, de compétitivité, de finances publiques ou de marché du travail, abondent mais l'amélioration reste, dans tous les cas, d'ampleur limitée.

TRANSCRIPT // France : ça va mieux, et en même temps... : juillet 2017

François Doux : A l’aube de ce second semestre 2017, nous faisons un point sur l’économie française.

Hélène Baudchon, bonjour. 

Hélène Baudchon : Bonjour

François Doux : Il y a un peu plus d’un an, le président d’alors, François Hollande, disait que l’économie française allait mieux. Aujourd’hui, est-ce vrai ? Est-ce que cela se concrétise, et à quel point ?

Hélène Baudchon : En avril 2016, l’économie française donnait des signes d’amélioration, mais timides et peu nombreux, d’où l’accueil sceptique, dubitatif réservé au jugement de François Hollande. Aujourd’hui, la réalité de l’amélioration ne fait plus aucun doute. Regardons d’abord les performances en termes de croissance. Celle-ci a bien résisté au choc de la crise financière de 2008 et à la crise des dettes souveraines européennes en 2011/2012. La croissance est de retour depuis 2013 mais ce que l’on retient surtout, c’est son manque de vigueur : tout juste 1 % par an en moyenne de 2013 à 2016. 

François Doux : Hélène, n’y a-t-il pas de signes encore plus visibles de ce redressement, notamment au niveau de la compétitivité ?

Hélène Baudchon : Si, en effet. D’une part, les entreprises ont bénéficié d’allégements de charges importants au travers du crédit impôt pour la compétitivité et l’emploi et du pacte de responsabilité. Leur taux de marge s’est nettement redressé, la progression des coûts salariaux unitaires nettement ralentie et les parts de marché ont quasiment cessé de baisser. Mais le chemin est encore long avant de regagner des parts de marché si tant est que cela soit possible. Le déficit commercial reste élevé, il n’y a pas non plus de signe visible d’amélioration du côté de la compétitivité hors coût et les gains de productivité sont proches de zéro.

François Doux : On a parlé de la compétitivité, cela va un petit peu mieux quand même. Qu’en est-il des comptes publics ?

Hélène Baudchon : Là encore, des progrès ont été accomplis. Mais d’importants déséquilibres persistent. Le déficit budgétaire s’est effectivement nettement réduit mais, à 3,4 % du PIB en 2016, il demeure à un niveau élevé. Le ramener sous la barre des 3 % en 2017 et le maintenir sous ce seuil ensuite est un engagement difficile à tenir. Le poids des dépenses publiques dans le PIB et des impôts est à peine moins élevé, la baisse obtenue en 2015 et 2016 étant minime et surtout le ratio de dette publique n’a pas encore commencé à baisser. Il ne fait qu’augmenter plus lentement. Donc, dans ce contexte, le budget 2018 qui va être négocié cet automne s’annonce particulièrement compliqué, parce qu’il va falloir concilier les mesures envisagées de soutien de la croissance et les mesures de consolidation budgétaire.

François Doux : J’ose une dernière question, Hélène Baudchon, sur la réforme emblématique du président Hollande, la réduction du chômage structurel. Où en est-on ?

Hélène Baudchon : C’est sur le front du marché du travail que les progrès sont les moins satisfaisants. C’est vrai qu’une amélioration se dessine depuis 2015, avec la reprise soutenue de l’emploi et une baisse du taux de chômage. Celui-ci est même repassé sous la barre symbolique des 10 % au 1er trimestre 2017, mais il est seulement moins élevé. Et la baisse du nombre des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi est encore plus timide. Malgré les réformes engagées et les remèdes éprouvés, on n’a pas encore de signe d’une amélioration en profondeur du fonctionnement du marché du travail à même de venir à bout du chômage de masse. L’enjeu est de taille, c’est pourquoi le traitement de ce dossier est déjà entre les mains du nouveau gouvernement.

François Doux : Nous verrons toutes ces réformes dès la rentrée. Merci Hélène Baudchon.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

France : quel potentiel de rebond ? 17/01/2018
Le graphique compare l’évolution du PIB français entre 1999 et 2019 (prévision 2018-2019 de BNP Paribas) selon a) le PIB potentiel calculé par  la Commission européenne* ou b) l’extrapolation du PIB, à partir de 2007, sur la base du rythme de croissance généralement considéré comme soutenable depuis la crise (1,25%). Dans le scenario a) le PIB français dépasserait légèrement son niveau potentiel dès 2018, impliquant un ralentissement marqué de la croissance au-delà. Ce scenario suppose de façon classique que la croissance potentielle ait ralenti avec la crise mais aussi que l’économie ait été en surchauffe entre 1999 et 2007, ce qui n’a rien d’évident : l’inflation est restée proche de 2%, les coûts salariaux unitaires réels n’ont pas augmenté, le solde courant, même s’il s’est dégradé, est resté très contenu (-1% du PIB en 2007). Nous considérons donc le cas b) dans lequel les effets négatifs de la crise sur l’offre seraient également durables mais où la période pré-crise n’est pas considérée comme déséquilibrée. L’écart de production resterait conséquent à horizon 2019, d’où un potentiel de rebond important compte tenu de l’ampleur des pertes de production accumulées depuis 2007, une hypothèse que semble appuyer la faiblesse actuelle de l’inflation sous-jacente. *La Commission estimait l’output gap à +0,5% en 1999.
France : baisse des émissions nettes de titres de dette à long terme des SNF 03/01/2018
Les émissions nettes, cumulées sur un an, de titres de dette à long terme des sociétés non financières (SNF) françaises se sont repliées de 33% entre leur pic de mars 2017 (EUR 51 mds) et octobre 2017 (EUR 34 mds). Cette baisse ne semble pas motivée par un arbitrage en faveur des crédits mobilisés, en progression entre octobre 2016 et octobre 2017 (+3,6% pour les PME, +5,4% pour les ETI et +4,1% pour les grandes entreprises). En effet, l’écart entre les taux de marchés, en baisse, et ceux pratiqués par les banques, relativement stables, se creuse depuis mars 2017. Des effets de structure et/ou de qualité participent aussi à cet écart : les émetteurs de dette, de taille importante, présentent, en moyenne, un risque plus faible que les entreprises plus petites qui empruntent traditionnellement auprès des banques. De plus, le Corporate Sector Purchase Programme (CSPP) de la BCE exerce une pression à la baisse sur les rendements obligataires. Ce repli des émissions s’expliquerait notamment par une normalisation du comportement des grandes entreprises qui, profitant des taux de marché bas, les avaient augmentées afin de se prémunir contre une future hausse des taux. Ces arbitrages inter-temporels ont ainsi contribué à la forte hausse du numéraire et des dépôts des SNF entre le T2 2016 et le T2 2017 (+EUR 52 mds de flux cumulés sur un an contre +EUR 40 mds chacune des deux années précédentes). Tandis que le comportement des grandes entreprises semble se normaliser, les PME et les ETI reprennent le chemin du crédit bancaire à la faveur de l’amélioration de la conjoncture domestique (portée notamment par la FBCF) dont elles dépendent plus fortement.
France : le tournant de 2017 22/12/2017
S’il fallait ne retenir qu’une chose de l’année 2017, sur le plan économique, en France, ce serait le passage à la vitesse supérieure de la croissance.
France : confiance en hausse 15/12/2017
Les dernières enquêtes sur le climat des affaires et la confiance des ménages non seulement s’améliorent mais, en plus, elles surprennent favorablement. C’est de bon augure pour la croissance au quatrième trimestre et pour l’inflation, dont le redressement manque encore à l’appel.
France : l'emploi et ses soutiens 05/12/2017
La fin de la prime à l’embauche dans les PME, la réduction du nombre de contrats aidés, ou encore le moindre soutien du CICE, freinent à court terme la dynamique de l’emploi. Une prolongation du ralentissement de l’emploi en 2018 n’est toutefois pas le scénario le plus probable. La croissance prenant de la vitesse, elle devrait stimuler les embauches. De nouveaux soutiens devraient aussi entrer en jeu (allègements fiscaux, renforcement de la flexi-sécurité du marché du travail). En 2019, malgré la décélération attendue de la croissance, nous anticipons une légère accélération de l’emploi, qui trouverait un nouveau soutien dans la bascule du CICE en baisse de charges permanente et l’allègement supplémentaire du coût du travail au niveau du Smic.  
France : tendance ne rime pas avec constance 24/11/2017
Une fois remise dans son contexte, la remontée inattendue du taux de chômage français au troisième trimestre n’est pas si surprenante que cela et il y a matière à la relativiser.
A propos du chômage structurel en France 23/11/2017
La distinction conceptuelle entre chômage structurel et chômage conjoncturel est aujourd’hui essentielle pour la conduite de la politique économique. Mais l’estimation du chômage structurel pose des difficultés importantes qui se révèlent plus grandes encore lorsque l’économie fait l’objet d’une crise prolongée. L’idée que le taux de chômage actuellement constaté en France (9,5%) serait entièrement de nature structurelle mérite d’être discutée. Comment notamment la concilier avec la faiblesse de l’inflation ?
France : le positif l'emporte sur le négatif 17/11/2017
Sur les huit indicateurs de notre baromètre, trois ont surpris à la hausse (indice composite PMI, production industrielle, consommation des ménages en biens), trois à la baisse (indice INSEE du climat des affaires, confiance des ménages, taux de chômage) et deux ont été conformes aux attentes (inflation et croissance).
France : l’emploi va-t-il poursuivre sur sa lancée ? 13/11/2017
La dynamique de l’emploi en France a été la bonne surprise de ces deux dernières années. Mais, à l’horizon des prochains trimestres, le chemin n’apparaît pas tout tracé : il n’est pas certain que cette dynamique perdure.
Croissance française : du simple au double 08/11/2017
Après avoir peiné autour d’un rythme trimestriel moyen de 0,2% de 2014 à 2016 (un peu moins de 1% annualisé), la croissance française est passée à la vitesse supérieure depuis le T4 2016. Au T3 2017, selon la première estimation de l’INSEE, le PIB a progressé de 0,5% t/t, soit le quatrième trimestre consécutif sur ce rythme voire un rythme légèrement supérieur (0,6% t/t au T4 2016 et au T2 2017). Moins volatile, la croissance trimestrielle moyenne s’élève ainsi à un peu plus de 2% annualisé. Ce changement de rythme notable pourrait durer : portée par l’ensemble de ses composantes, la croissance a aussi gagné en robustesse. Une nouvelle accélération est même du domaine du possible. Pour l’heure, son rythme plus élevé, un point au-dessus des estimations actuelles de la croissance potentielle, permet d’entamer enfin la fermeture de l’écart de production.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1697 articles et 443 vidéos