eco TV
États-Unis : Mais où est passée l’inflation? 08/09/2017

L’ensemble des différentes mesures de l’inflation porte le même message : l’inflation décélère. Ni les prix du pétrole ni la valeur du dollar ne peuvent être accusés…

TRANSCRIPT // États-Unis : Mais où est passée l’inflation? : septembre 2017

François Doux : Pour le graphique du mois, direction les Etats-Unis où tout le monde se pose une question : où est passée l’inflation ? Alexandra Estiot bonjour.

Alexandra Estiot : Bonjour.

François Doux : ma question : l’indice des prix à la consommation ralentit aux Etats-Unis. Est-ce que c’est juste l’indice principal ou est-ce qu’on la retrouve en creusant ?

Alexandra Estiot : Le graphique présente l’indice des prix à la consommation et le déflateur de la consommation privée.

François Doux : C’est ce qui intéresse la Fed ?

Alexandra Estiot : L’objectif d’inflation de la Fed porte effectivement sur cet indice. On observe une décélération très marquée, sachant que cette évolution pourrait être en partie liée à celle des prix de l’énergie, des prix du pétrole.  Il faut donc regarder plus en détail.

François Doux : Le sous-jacent.

Alexandra Estiot : Le sous-jacent. On retire les prix de l’énergie et des biens alimentaires. La décélération est toujours là. On s’intéresse alors à d’autres mesures pour tenter d’observer le  « cœur ». Il s’agit de trier les sous-indices afin d’exclure ceux dont les fluctuations sont les plus fortes.

François Doux : C’est ce que font certaines Fed régionales.

Alexandra Estiot : Effectivement : Cleveland sur l’indice des prix à la consommation, Dallas sur le déflateur de la consommation privée. Et de la même façon, on a une décélération depuis le début de l’année.

François Doux : Pourquoi l’inflation décélère aux Etats-Unis ?

Alexandra Estiot : C’est une grave question. On comprend pourquoi pendant longtemps l’inflation était empêchée d’accélérer. L’output gap était négatif, le marché de l’emploi n’était pas encore dynamique. Il y avait aussi l’appréciation du dollar qui pesait sur les prix à l’importation. Mais tous ces freins se lèvent.

François Doux : Et vous, quelle est votre analyse? Parce tous les signaux de la croissance sont au vert, la Fed se pose aussi cette question.

Alexandra Estiot : Je pense que la Fed s’inquiète énormément de cette décélération. Je pense qu’il faut vraiment garder en tête quelque chose que l’on a oublié : les conséquences de la crise économique et financière d’il y a presque 10 ans maintenant continuent de peser sur l’économie. Donc l’écart de production, l’output gap, reste négatif et certainement beaucoup plus négatif que ce que l’on pense. Et bien que le marché de l’emploi apparaisse dynamique, avec de vives créations d’emplois, et un taux de chômage qui se rapproche de plus en plus de 4%, on n’a toujours pas d’accélération des salaires. Et sans accélération des salaires, il n’y a pas d’accélération des prix.

François Doux : Merci Alexandra Estiot. On suivra bien sûr l’inflation et notamment les décisions de la Fed dans les mois à venir. Dans un instant, retour en Europe avec Anna Dorbec.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Une chose après l’autre 22/09/2017
La Fed a choisi de ne pas surprendre du tout, une volonté qui va certainement s’inscrire dans la durée.
Un dollar tiré par les "dots" 22/09/2017
L’EUR/USD réagit aux nouvelles de manière très sélective. La pertinence d’une information dépend des indications qu’elle donne sur l’évolution de la politique monétaire. Les nouvelles projections du taux cible (« dots ») des membres du FOMC renforcent les spéculations de relèvement du taux en décembre.
Saison des ouragans 22/09/2017
A la fin du mois d’août, Harvey dévastait le Texas, puis la Floride fut balayée par Irma. Aujourd’hui, la trajectoire de Maria, au-delà de Puerto Rico, demeure incertaine. Comme l’a souligné la Fed cette semaine, « les destructions suivies de reconstructions après le passage des tempêtes affectent généralement l’activité économique à court terme mais […] il est très improbable de les voir changer la trajectoire de moyen terme de l’économie nationale ». En résumé, la Fed décidera certainement de ne pas tenir compte des données publiées pour la fin de l’été, que ce soit la chute de la production industrielle ou le rebond des prix.
Invitation à un vernissage : la réduction du bilan de la Fed 15/09/2017
La semaine prochaine, la Fed annoncera probablement un début de réduction de la taille de son bilan. L’opération est délicate mais les marchés restent sereins. La forward guidance et les décisions de la Fed sur les taux gagnent en importance.
Pas si vite 06/07/2017
La croissance a connu son traditionnel ralentissement de début d’année, cette fois imputable à la consommation des ménages. Les perspectives de rebond, bien réelles, sont néanmoins limitées, et 2017 pourrait s’achever sur une performance décevante. Les risques au cours des prochains mois sont concentrés sur le marché de l’immobilier qui donne les premiers signes de réaction à la hausse des taux hypothécaires. Pourtant la Fed continue de normaliser sa politique, ayant annoncé les prochaines étapes sans pour autant préciser un calendrier. Et pour cause : il s’agit de diagnostiquer les causes profondes de l’actuel ralentissement de l’inflation avant de lever davantage le soutien monétaire à la croissance.
Marché hypothécaire américain : vers une redistribution des risques de crédit 05/07/2017
La semaine dernière, la commission bancaire du Sénat tenait audience sur la réforme du marché hypothécaire américain, notamment sur le devenir des deux agences de refinancement (ou GSE), Fannie Mae et Freddie Mac - sauvées de la faillite et placées sous la tutelle du Trésor en septembre 2008. A la fin 2016, les risques de crédit associés à près de 4 500 milliards de dollars de prêts au logement (45% de l’encours) étaient couverts par les deux GSE alors qu’elles accusaient un déficit de fonds propres durs de plus de 220 milliards de dollars. Sous la réforme envisagée, le statut des GSE serait revu et l’essentiel des risques de crédit « non extrêmes » transféré des agences vers le marché (en approfondissant les expériences menées en ce sens depuis 2013). Afin de préserver la liquidité du marché secondaire, l’Etat fédéral offrirait une garantie explicite et inconditionnelle contre les risques de pertes « extrêmes » (un fonds de garantie serait abondé afin d’indemniser intégralement les contribuables dans cette éventualité).
L'économie américaine est-elle en haut de cycle ? 26/06/2017
A première vue, l’économie américaine est loin d’un haut de cycle : écart au potentiel à peine refermé, immobilier résidentiel convalescent, tensions mesurées sur les salaires et les prix, taux monétaires négatifs en termes réels, courbe relativement pentue…mais sous certains aspects, elle s’en rapproche : endettement record des entreprises, plafonnement des marges bénéficiaires, valorisations boursières élevées, « boom » du marché de l’automobile et du crédit à la consommation… Mélange de chaud et de froid, la situation économique des Etats-Unis est atypique et plus fragile qu’il n’y paraît, notamment face au risque de remontée des taux d’intérêt. Compte tenu de l’importance prise par les activités liées aux gaz et huiles de schiste, elle devient aussi plus sensible aux variations des prix du pétrole. A l’horizon de 2018 ou 2019, la possibilité d’un atterrissage abrupt n’est pas à écarter.
Une flexible précision 16/06/2017
La Fed dévoile les détails du processus de normalisation de son bilan. Comme souvent, le plan est précis, détaillé tout en laissant place à une grande flexibilité.
Et désormais la question est : « Quand » ? 16/06/2017
   La Fed relève le taux cible des fonds fédéraux. Elle annonce la méthode de réduction de la taille de son bilan. Et pendant ce temps, l'inflation continue de fléchir…   
Etats-Unis : interactions pétrolières 08/06/2017
Cycle des affaires et pétrole aux Etats-Unis: une histoire ancienne, loin d'être terminée...

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1607 articles et 410 vidéos