eco TV
Afflux de liquidités vers les pays émergents : aubaine ou menace ? 13/11/2017

Hors Chine, les réserves de change des banques centrales se sont renforcées aussi bien pour les pays importateurs de matières premières que pour les pays exportateurs au cours des deux dernières années. Toutefois, cette augmentation de la liquidité ne signifie pas forcément une moindre vulnérabilité.

TRANSCRIPT // Afflux de liquidités vers les pays émergents : aubaine ou menace ? : novembre 2017

François Doux : La croissance dans les pays émergents accélère : 4,6% sont désormais attendus en moyenne sur 2017, même 4,8% sur 2018. François Faure bonjour.

François Faure : Bonjour.

François Doux : Au-delà de cette phase d’accélération, attention tout de même à la dépendance au dollar. C’est pour cela que le Graphique du mois que vous avez choisi concerne la liquidité extérieure de ces pays émergents. Quelle est-elle ?

François Faure : Et bien elle est plutôt bonne hors Chine, qui est un cas très spécial. On a une augmentation à la fois très forte pour les pays importateurs de pétrole, mais également un redressement assez net pour les pays exportateurs de pétrole, même si le point haut de 2013 n’a pas encore été atteint.

François Doux : Une notion permet de nuancer ce niveau de liquidité extérieur. Cela concerne les investissements en portefeuille pris en compte et qui sont très volatils. Comment nuancer ces courbes ?

François Faure : Ce qu’on peut faire c’est comparer l’évolution des réserves de change par rapport à celles des investissements de portefeuille. On remarque sur ce graphique que, d’une manière générale, les réserves de change ont augmenté moins vite que les investissements de portefeuille. C’est surtout vrai de ce groupe de pays avec en tête la Turquie et l’Afrique du Sud, mais aussi des pays tels que le Mexique, le Chili, la Colombie et la Malaisie qu’il faut surveiller.

François Doux : François Faure, est-ce que ces investissements en portefeuille sont une variable suffisante pour analyser la vulnérabilité de ces pays émergents ?

 

François Faure : Non, ce serait trop simple. Ce qu’il faut au moins regarder également, c’est ce que l’on appelle la solvabilité extérieure, c’est-à-dire le haut de la balance des paiements. On remarque que lorsqu’on compare les pays entre eux au titre de cette balance de base, à savoir la balance des transactions courantes et les investissements directs en net, on retrouve trois des pays mentionnés tout à l’heure : la Turquie, l’Afrique du Sud et la Colombie. A ceci près que pour l’Afrique du Sud et la Colombie on a plutôt une amélioration de la situation, c’est-à-dire un moindre déficit de la balance de base entre 2015 et 2017.

François Doux : François Faure, merci pour ce point de vue global de la situation des pays émergents.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

La vulnérabilité externe des pays émergents : 10 ans après 12/09/2018
La dette des secteurs public et privé des économies émergentes s’est accrue depuis dix ans. Les pays d’Asie, en particulier la Chine, font principalement face à un problème d’endettement en monnaie locale ; seule l’Indonésie a vu sa dette en dollars (en pourcentage du PIB) augmenter fortement. En revanche, les pays d’Amérique latine, la Turquie et l’Afrique du Sud ont affiché une hausse importante de la dette en dollars de leurs entreprises. Dans les pays du Golfe, ce sont les gouvernements qui ont financé sur les marchés obligataires internationaux les déficits importants apparus suite à la chute des prix du pétrole de 2014-2015. Les emprunteurs émergents ont donc largement profité du contexte mondial de liquidité abondante et de taux US faibles des années qui ont suivi la crise de 2008. Certains pays, au-devant desquels la Turquie, l’Argentine, le Chili, l’Afrique du Sud et l’Indonésie, affichaient les ratios d’endettement en dollars les plus dégradés à la fin du premier trimestre 2018 – soulignant leur forte vulnérabilité au resserrement de la politique monétaire américaine et à l’actuel mouvement de dépréciation de leurs monnaies.
Coup de froid 18/05/2018
La dette importante en dollars accumulée par les émetteurs des marchés émergents ces dernières années, en particulier les entreprises, a accru leur sensibilité à l’appréciation du billet vert. La hausse des rendements des Treasuries, le raffermissement soudain du dollar et des problèmes spécifiques à certains pays ont déclenché des sorties de portefeuille considérables et un fléchissement des devises émergentes.
Maillons faibles 14/05/2018
Les rapports du FMI publiés mi-avril insistent une fois de plus sur la vulnérabilité financière extérieure et l’endettement des pays émergents et en développement. Les risques potentiels qui en découlent sont cependant très ciblés sur les PED à faible revenu. Au sein des grands émergents, l’Argentine, l’Égypte et l’Afrique du Sud présentent aussi des points de faiblesse…
Rebond de la croissance du PIB en Malaisie 09/03/2018
La croissance économique en Malaisie a surpris à la hausse au quatrième trimestre 2018 en affichant un rebond de 5,8% en g.a. (+0,9% t/t). L’activité a été soutenue, notamment, par le dynamisme de la consommation des ménages dans un contexte de baisse des pressions inflationnistes (+3,6% en g.a.).
Rebond de l'activité au Mexique 02/02/2018
Un rebond de l’activité était attendu au Mexique au T4 2017, après la contraction du PIB au T3 liée notamment aux catastrophes naturelles. Les chiffres préliminaires de la croissance du PIB au T4 ont même surpris positivement.
Pays émergents : croissance économique au T3 2017 22/12/2017
Bien qu'il ait été inférieur aux attentes, le taux de croissance aux Philippines est resté solide au T3 2017. La demande interne s'est un peu essoufflée, mais les exportations ont pris le relais, permettant à la croissance du PIB réel d'approcher les 7% en glissement annuel.
Pays émergents 03/11/2017
Par rapport aux autres principales économies émergentes, l'économie mexicaine ralentit et s'est faite largement distancer au T3 2017 en raison de la faiblesse de l'investissement. Le quatrième trimestre pourrait continuer de décevoir avec 1/ l’attentisme des investisseurs en quête de visibilité économique et politique et 2/ les effets retardés du durcissement monétaire.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1910 articles et 526 vidéos