eco TV
France : l’emploi va-t-il poursuivre sur sa lancée ? 13/11/2017

La dynamique de l’emploi en France a été la bonne surprise de ces deux dernières années. Mais, à l’horizon des prochains trimestres, le chemin n’apparaît pas tout tracé : il n’est pas certain que cette dynamique perdure.

TRANSCRIPT // France : l’emploi va-t-il poursuivre sur sa lancée ? : novembre 2017

François Doux : On parle à présent de l’emploi en France. Hélène Baudchon bonjour.

Hélène Baudchon : Bonjour

François Doux : Hélène, la dynamique est plutôt bonne depuis 2 ans, mais pourquoi se pose-t-on aujourd’hui la question de la pérennité de cette embellie ?

Hélène Baudchon : Il faut tout d’abord avoir à l’esprit que depuis 2015, même si c’est un petit peu moins vrai depuis fin 2016, que la dynamique favorable de l’emploi en France a de quoi étonner, au regard du manque de dynamisme de la croissance sur la période. L’explication de cette performance est à chercher du côté des mesures qui sont venues enrichir le contenu en emplois de cette croissance. Les contrats aidés de toutes sortes en font partie, de même que les diverses mesures d’allègement du coût du travail : crédit d’impôt compétitivité-emploi, baisse de charges patronales du pacte de responsabilité et prime à l’embauche dans les PME.

François Doux : Sauf que certaines mesures ont pris fin. C’est notamment le cas de la prime à l’embauche ou d’autres mesures qui voient leur enveloppe fortement réduite.

Hélène Baudchon : C’est pourquoi il faut s’attendre à un ralentissement des créations nettes d’emplois d’ici la fin de l’année. Dans le secteur marchand, il devrait rester mesuré parce que la fin de la prime à l’embauche depuis le 30 juin devrait être amortie par les effets positifs des autres mesures d’allègement du coût du travail et par l’effet positif de la croissance en général. Ce ralentissement n’est d’ailleurs, pour le moment, guère visible dans les différentes enquêtes disponibles nous informant sur la tendance prévue des effectifs. En revanche, la réduction importante annoncée du nombre de contrats aidés devrait entraîner un recul marqué de l’emploi dans le secteur non marchand. Et donc, l’emploi total (marchand et non marchand) devrait voir sa progression fortement freinée.

François Doux : Ce ralentissement ne risque-t-il pas de se prolonger au-delà de la fin de cette année et n’y a-t-il pas des raisons de le voir se prolonger en 2018 ?

Hélène Baudchon : C’est possible, en effet, mais ce n’est pas certain. Et si ralentissement il y a, il devrait rester limité d’après nous. En 2018, c’est vrai que l’emploi va perdre un certain nombre de soutiens : ceux déjà évoqués et aussi un CICE un peu moins favorable (son taux repasse de 7 à 6%). Mais l’emploi devrait, en même temps, conserver le soutien de la croissance et gagner celui, indirect, des nouvelles mesures fiscales en faveur de l’investissement et de l’attractivité. Pourraient aussi se greffer les premiers effets des réformes du Code du travail, de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’assurance-chômage, au travers de leur capacité à influer positivement sur le climat des affaires. La bonne tenue de celui-ci est facteur de croissance et donc d’emploi.

François Doux : Hélène Baudchon, merci beaucoup.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Premier aperçu du budget 2019 24/09/2018
Confronté à une croissance moins élevée que prévu, le gouvernement a revu à la hausse le déficit budgétaire pour 2018 et 2019. Il prévoit désormais un déficit d’environ 2,6% du PIB en 2018 et de 2,8% en 2019 (contre, respectivement, 2,3% et 2,4% dans le programme de stabilité d’avril 2018). Le creusement du déficit en 2019 est dû à la bascule du CICE en baisse de charges, dont le coût budgétaire se monte à environ 1 point de PIB. Il masque une amélioration du déficit structurel, qui devrait être de l’ordre de 0,3 point, grâce à un effort sur les dépenses. Les préconisations des experts du « Comité d'action publique 2022 » (Cap 2022) en matière d’économies budgétaires ne sont pas reprises in extenso, mais certaines mesures gouvernementales s’en inspirent. Elles sont, toutefois, distillées au compte-goutte, ce qui ne permet pas de dégager une vision d’ensemble pour le moment.
France : éléments de cadrage du budget 2019 21/09/2018
Confronté à une croissance moins élevée que prévu, le gouvernement français a revu en hausse ses objectifs de déficit budgétaire.
Cycle, conjoncture : où en est l'économie française ? 11/09/2018
Au premier semestre 2018, la croissance française a sensiblement ralenti. En apparence, son rythme trimestriel est même repassé en deçà de la croissance potentielle faisant état d'un infléchissement plus marqué qu'il ne l'est en réalité.
10/09/2018
Une conjoncture estivale encore en demi-teinte 31/08/2018
Après un premier semestre marqué par un net ralentissement de la croissance, les signes de la ré-accélération attendue sont encore timides.
Croissance sous surveillance 29/07/2018
Au début de l’année 2018 et jusqu’à l’approche de l’été, la croissance française a été pénalisée par un certain nombre de facteurs ponctuels (fiscalité, grèves dans les transports) ou impondérables (tensions sur les prix du pétrole). Au second semestre, elle devrait accélérer de nouveau grâce aux facteurs internes de soutien qui reprendraient le dessus (amélioration du marché du travail, baisses d’impôts, conditions de financement et politique économique favorables). Le maintien d’une demande mondiale dynamique est aussi une hypothèse centrale mais plus incertaine, entourant d’un risque baissier notre prévision de 2% de croissance en moyenne cette année.
L’immobilier de bureaux à Paris : les prix sont-ils soutenables ? 13/07/2018
Le bureau est la première classe d’actifs détenus par les investisseurs institutionnels en immobilier, devant le commerce et le résidentiel. Ce patrimoine de bureaux représente plus de 900 milliards d’euros en Europe, les deux principaux marchés étant Londres et Paris.
Croissance sous surveillance 11/07/2018
Au début de l’année 2018 et jusqu’à l’approche de l’été, la croissance française a été pénalisée par un certain nombre de facteurs ponctuels (fiscalité, grèves dans les transports) ou impondérables (tensions sur les prix du pétrole). Au second semestre, elle devrait accélérer de nouveau grâce aux facteurs internes de soutien qui reprendraient le dessus (amélioration du marché du travail, baisses d’impôts, conditions de financement et politique économique favorables). Le maintien d’une demande mondiale dynamique est aussi une hypothèse centrale mais plus incertaine, entourant d’un risque baissier notre prévision de 2% de croissance en moyenne cette année.
09/07/2018
France : dans l’attente, toujours, du rebond de la consommation des ménages 06/07/2018
Quasi-stagnation de la consommation au premier trimestre, recul marqué du pouvoir d’achat, nouvel effritement de la confiance en juin : les dernières statistiques relatives aux ménages français ne sont pas favorables.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1910 articles et 526 vidéos