eco TV
2018, l’année de la confiance vigilante 09/01/2018

Après la surprise favorable de 2017, la conjoncture devrait continuer sur sa lancée en 2018 avec une croissance en accélération et qui s’auto-alimente. La vigilance est toutefois de mise, eu égard aux valorisations de certains marchés financiers qui les rendent particulièrement sensibles à des surprises, notamment d’inflation.

TRANSCRIPT // 2018, l’année de la confiance vigilante : janvier 2018

- William De Vijlder, bonjour.

- Bonjour.

- Vous êtes le chef économiste de BNP Paribas. Quand je regarde vos prévisions, 2,3% de croissance en 2017 aux USA, puis cela accélère en 2018 à 2,9%. Pareil pour la zone euro, on passerait de 2,3 à 2,4%. Et même en France, de 1,8 à 2% en 2018. Qu’est-ce qui soutient cette accélération de la croissance ?

- Il y a plusieurs facteurs. Les taux réels restent bas,  un effet d’auto-alimentation qui a créé des emplois. Cela augmente le revenu des ménages, alimente la consommation, donne envie aux entreprises d’investir. Le commerce mondial reprend également, et donc finalement une conjoncture où tous les pays s’autoalimentent et se renforcent mutuellement.

- Quand on est économiste, on préfère rester vigilant. Si on regarde l’approche bilancielle, on a l’impression que l’endettement a augmenté ces derniers mois. On compte beaucoup sur l’effet de levier.

- Effectivement on a beaucoup compté sur l’effet de levier. C’est pour cela que l’on a mené une politique de taux bas, de taux zéro, et puis d’assouplissement quantitatif. On peut dire que le cycle est devenu anormal, avec une hausse de l’effet de levier. On le voit du côté des entreprises américaines dont l’endettement a augmenté. Certains diront «c’était pour augmenter les dividendes et racheter nos propres actions. » On le voit dans le secteur immobilier dans plusieurs pays, notamment les pays scandinaves, le Canada, la Nouvelle Zélande, l’Australie. On le voit surtout aussi dans les multiples qu’on paie pour les opérations de fusion/acquisition. Cela montre qu’il y a beaucoup de liquidités qui doivent être mises en œuvre.

- Sur les marchés, les primes de risque, elles, ont tendance à se comprimer.

-  Oui, et c’est une conséquence de cette combinaison taux bas, liquidités abondantes et une conjoncture qui est au beau fixe. Donc qu’est-ce qui se passe ? On arrive à un rapport cours/bénéfices très élevé aux Etats-Unis qui alimente certaines inquiétudes. On le voit également en termes de spread entre les obligations des entreprises et la dette souveraine. Ces  spreads sont très comprimés.

- Quels risques pèsent sur cette croissance en 2018?

-  On a un peu l’impression que le point faible, c’est le marché parce que c’est là que nous pouvons avoir la plus grande réactivité à des chocs, à des nouvelles un peu surprenantes. Et c’est vraiment l’inflation qu’il faut regarder parce jusqu’ici elle a plutôt été absente, ce qui a permis à la banque centrale de continuer ses politiques souples. On n’est pas à l’abri de l’une ou l’autre surprise défavorable à l’inflation qui provoquerait une remontée des taux longs et qui pèserait sur la bourse.

- On va aussi regarder ce qui se passe aux USA : les réformes fiscales annoncées par le président Trump.

- Oui, après la fête, la réalité. Pour 2018 on a anticipé que tout ceci allait créer un emballement supplémentaire de l’économie américaine dont elle n’a pas besoin. Cela a tout de même alimenté des perspectives bénéficiaires à la hausse. Reste à voir la suite.

- Pour conclure William De Vijlder, si on se projette dans un an, à janvier 2019, qu’est-ce que vous nous dites?

- 2019 devrait être l’année d’un certain ralentissement qui commence à se dessiner. C’est inévitable après plusieurs années d’une croissance très soutenue. Il faudra surveiller dans quelle mesure cette perspective d’un ralentissement deviendra un facteur anxiogène pour les marchés financiers ; cela donne lieu à une sorte de remise en question des perspectives bénéficiaires. Il faut donc rester vigilant et c’est ce que nous devrons suivre en particulier.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Du mieux sur les marchés et pourtant rien n'a changé 21/09/2018
D’après l’évolution récente des marchés financiers, les investisseurs ont de nouveau le moral. Sur le plan économique (croissance, perspectives de politique monétaire), on note toutefois peu de changements. L’euro a bénéficié de cet environnement où les investisseurs sont enclins à prendre plus de risque. Il s’est renforcé face au dollar en dépit d’un élargissement du différentiel de taux d’intérêt.
Economie mondiale : dix ans après, où en sommes-nous ? 21/09/2018
Dix ans après la grande crise financière mondiale de 2008, le tableau du paysage économique apparaît contrasté. Dans la plupart des pays, le PIB réel par habitant est plus élevé qu’avant la crise tandis que le taux de chômage est redescendu à son niveau d’avant 2008 voire même en deçà. Néanmoins l’effort de stimulation pour y parvenir a été considérable, en particulier sur le front monétaire. Les taux d’intérêt restent, encore aujourd’hui, très faibles, limitant ainsi la marge de manœuvre des banques centrales en cas de nouveau ralentissement. La dette publique n’a pas diminué malgré la croissance du PIB et la forte baisse des taux d’intérêt. Dans plusieurs pays émergents, la dette des entreprises libellée en devises s’est envolée dans un contexte de liquidités abondantes des économies développées, augmentant ainsi la sensibilité de ces pays à la politique de resserrement monétaire américaine ou à la hausse du dollar. En cas de récession, les politiques budgétaires contra-cycliques seront davantage contraintes par le niveau de la dette publique que par les déficits budgétaires structurels. Ainsi, au-delà des efforts à fournir pour renforcer l’économie mondiale (réformes structurelles) et éviter les déséquilibres (politique macroprudentielle), il est urgent de réfléchir à la manière d’aborder, le moment venu, la prochaine récession.
Dix ans après : une nouvelle normalité qui interroge 14/09/2018
Dix ans après la faillite de Lehman Brothers, la crise financière puis la Grande récession qui ont suivi, dans quelle mesure les grandes économies se sont-elles relevées ? Le tableau est mitigé : dans la plupart des pays, le PIB réel par habitant est plus élevé qu’avant la crise. Mais la dette publique n’a pas reculé et la croissance a été lente, malgré les politiques expansionnistes. Les taux directeurs sont (très) bas et la taille des bilans des banques centrales a considérablement augmenté. Avec une marge de manœuvre qui n’a toujours pas été restaurée, il est urgent de réfléchir à la manière d’affronter le prochain repli conjoncturel.
La baisse de la confiance dans le secteur manufacturier ralentit 07/09/2018
Depuis la fin de 2017, l’indice Markit PMI pour le secteur manufacturier est en retrait dans la plupart des pays. Le rythme du repli a néanmoins ralenti au cours des trois derniers mois par rapport aux trois mois précédents. Cette évolution, ajoutée au niveau toujours élevé de l’indice dans de nombreux pays, indique que le rythme de croissance reste satisfaisant.
Endettement, dix ans après 29/08/2018
La faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 a marqué, pour les pays avancés, la bascule dans la Grande Récession et un coup d’arrêt à l’endettement de nombreux ménages et entreprises. Pour soutenir l’activité, les banques centrales ont fortement abaissé leurs taux directeurs tandis que les gouvernements ont augmenté leurs dépenses. De plus, afin de consolider le secteur financier, des dettes privées liées à la bulle immobilière ont finalement été reprises par l’Etat, en particulier dans les pays périphériques de la zone euro. Le désendettement a été lent. Le ratio de la dette des ménages par rapport au PIB est sur une tendance baissière depuis fin 2009, en particulier dans la zone euro. Ailleurs, il est resté proche de son maximum. L’endettement des sociétés non financières a peu évolué malgré l’amélioration de la rentabilité, les taux d’intérêts bas rendant le financement par emprunt très attractif. Cet environnement a aussi atténué l’urgence de l’assainissement budgétaire. La baisse du ratio de dette publique ne s’est amorcée qu’à partir de mi-2016 grâce au redressement économique en cours.
Menaces sur le commerce mondial 17/07/2018
Alors que les échanges commerciaux progressent à nouveau rapidement, la montée du protectionnisme suscite une inquiétude grandissante. Sous l’impulsion de leur président Donald Trump, les Etats-Unis remettent en cause le principe même du multilatéralisme qui régit le commerce mondial depuis l’après-guerre. Ils ont ainsi initié, en mai 2017, la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), puis sont arrivées les premières taxes à l’importation (notamment sur l’aluminium et l’acier) et l’enquête diligentée sur les importations de véhicules et de pièces automobiles. Des mesures de rétorsion sont prises et le risque d’escalade est désormais important. S’il venait à se matérialiser, tous les pays, à commencer par les Etats-Unis, en sortiraient perdants et l’économie mondiale ralentirait sensiblement.
Marchés financiers : des signaux contradictoires 13/07/2018
D’après les positions spéculatives des contrats à terme sur le VIX, la volatilité resterait faible et exclurait tout choc de croissance ou d’inflation. L’aplatissement de la courbe des taux aux États-Unis montre que les investisseurs anticipent un ralentissement. Ces anticipations contradictoires peuvent refléter des horizons d’investissement différents mais au final une seule sera juste.
Incertitude : la hausse reste contenue 13/07/2018
L’incertitude influence les décisions des ménages et des entreprises. A défaut d'observations directes, les indicateurs permettent de le vérifier : ceux de la couverture médiatique, de la dispersion des estimations des perspectives économiques par les entreprises allemandes et les indices de la dispersion des rendements des composantes des indices S&P500 et Eurostoxx 50.
Confiance relative 11/07/2018
Les hypothèses de croissance restent favorables pour 2018 grâce aux créations d’emplois, au développement du crédit, à la faiblesse des taux d’intérêt. Pourtant, les risques augmentent. Ils sont de nature politique et commerciale. Si tous ne se matérialisent pas, ils font naître un climat d’incertitude qui, à la longue, peut freiner la consommation des ménages, l’investissement des entreprises et les échanges mondiaux.
Y a-t-il retournement de conjoncture ? Regards croisés sur les États-Unis et l’Europe 10/07/2018
Le climat des affaires se tempère quelque peu, aux États-Unis mais surtout en Europe. Assagissement passager ou début de retournement conjoncturel ?

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1894 articles et 520 vidéos