eco TV
La volatilité récente des marchés : décryptage et enseignements 14/05/2018

Comment expliquer la volatilité des marchés actions aux États-Unis au mois de février 2018 ? C'est l'un des sujets traités par l'enquête trimestrielle de la Fed de New York réalisée auprès des grands gérants d'actifs.

TRANSCRIPT // La volatilité récente des marchés : décryptage et enseignements : mai 2018

François Doux : Comment expliquer la volatilité des marchés actions aux États-Unis au mois de février 2018. C'est l'un des sujets traités par l'enquête trimestrielle de la Fed de New York réalisée auprès des grands gérants d'actifs.

William De Vijlder bonjour.

William De Vijlder : Bonjour.

François Doux : De cette série statistique, vous avez tiré le Graphique du mois de mai 2018 d'ECO TV. Quel est ce graphique, présentez-le nous ?

William De Vijlder : En abscisse, nous avons les facteurs explicatifs possibles. En ordonnée, j'ai repris les scores 1 et 2, c'est-à-dire les facteurs qui jouent peu ou pas, que je montre avec un signe négatif, et les scores 4 et 5 qui sont des facteurs qui jouent un rôle très important.

François Doux : Quels sont ces facteurs ? Entrons dans ce graphique.

William De Vijlder : Ce qui est frappant, c'est que les choix sont très tranchés. Lorsqu'il y a du rouge cela va très loin. On le voit ici par exemple, les perspectives de croissance n'ont pas du tout joué. Un autre élément qui frappe, c'est que la politique et la communication de la Réserve fédérale n'ont pas joué non plus. Cela signifie que la Réserve fédérale fait un bon travail, qu’elle ne pousse pas à une hausse de la volatilité des marchés comme on le voit ici.

François Doux : « Ouf » si j'ose dire…

William De Vijlder : Oui, on est soulagé.

François Doux : Donc quels facteurs accentuent la volatilité sur ces gérants d'actifs ?

William De Vijlder : Il y a effectivement une série de facteurs. Tout d'abord ce qui a joué, à gauche, ce sont bien évidemment les surprises liées à l'inflation. Il y a également eu la remontée des taux longs que l'on voit ici. On comprend que quand il y a une surprise d'inflation les taux montent. Mais ce qui pose problème, bien évidemment, c'est la valorisation de Wall Street. Du coup la bourse devient très sensible à des remontées de taux longs, on le voit ici. C'est donc un facteur très important. Et puis il y a celui-là, très important également : les gérants d'actifs disent que des stratégies de volatilité ont joué un rôle extrêmement important comme accélérateur de la volatilité.

François Doux : Quels enseignements tirer de cette enquête ?

William De Vijlder : Les enseignements sont qu'il faut à garder deux points à l'esprit : la valorisation de la bourse américaine élevée et la panoplie de stratégies de volatilité, mais également le positionnement des investisseurs dans des actifs risqués. Cela donne un niveau de sensibilité élevé par rapport à des chocs possibles.

François Doux : Il y a quand même une conclusion plutôt favorable à tout ça ?

William De Vijlder : Oui,  ce qui en quelque sorte nous remonte le moral, c'est que la Réserve fédérale fait du bon boulot. Mais en même temps il faut être réaliste : elle ne peut qu'observer les mouvements de volatilité, elle ne peut rien faire en amont, elle ne peut pas la contrôler...

Tout au mieux, elle peut agir au travers de sa communication, de sa politique, de ses décisions, intervenir après un choc pour calmer le jeu.

François Doux : Ex post et pas ex ante ?

William De Vijlder : Tout à fait.

François Doux : Merci William De Vijlder.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Etats-Unis, les déficits explosent 10/10/2018
Baisses historiques d’impôts, hausses des dépenses militaires, transferts aux agriculteurs, premières victimes collatérales de l’affrontement commercial avec la Chine : à l’approche des élections de mi-mandat, tout est mis en œuvre par l’Administration Trump afin de soutenir la conjoncture. Quitte à faire exploser le déficit fédéral, dont la hausse est l’une des plus fortes jamais enregistrée hors période de récession. Les Etats-Unis, dit-on, peuvent se le permettre, grâce au statut international du dollar. Mais l’exercice a ses limites. A bien des égards, la politique américaine consiste à emballer un moteur qui fonctionne déjà à plein régime. Des tensions en découlent, les taux d’intérêt remontent. A 3,23% sur le compartiment de la dette fédérale à 10 ans, ils sont au plus haut depuis mai 2011.
Taux d'ouverture et balances courantes : liaison incertaine 09/10/2018
Taxer les échanges permet-il d’éliminer les déficits ? Pas si sûr !
Croissance américaine : fondamentaux solides mais des incertitudes liées à la politique commerciale 09/10/2018
Les fondamentaux solides de l'économie américaine devraient continuer à soutenir la croissance. Toutefois, les chefs d'entreprises sont de plus en plus inquiets de l'effet des mesures commerciales protectionnistes.
Quand la dépendance aux données crée le malaise 05/10/2018
Les indicateurs récents confirment la persistance d’une croissance robuste aux Etats-Unis. L’indice ISM non manufacturier a fait grimper les rendements des Treasuries : compte tenu de la dépendance de la forward guidance à l’égard des chiffres économiques, les marchés s’attendent à ce que la Fed ne reste pas inactive face à la vigueur particulière des données. Malgré le ralentissement de la croissance mondiale, en dehors des Etats-Unis, les rendements obligataires partout dans le monde ont emboîté le pas à leurs homologues américains. Le dollar s’est également raffermi, une mauvaise nouvelle pour les entreprises des pays en développement, dont beaucoup sont très endettées en dollar.
Fed : la courbe de Phillips est plate 28/09/2018
Le président de la Fed, Jerome Powell, a fait des déclarations importantes lors de sa conférence de presse. La politique budgétaire est sur une trajectoire non viable et la hausse généralisée et durable des droits de douane serait néfaste pour les Etats-Unis et le reste du monde. La politique monétaire américaine reste accommodante et dépendante de la conjoncture. Les marchés ont apprécié le ton modéré (« dovish ») de ce message.
Fed : changement dans la continuité 28/09/2018
"Cela dépend" est, en résumé, le message délivré par le président de la Fed, Jerome Powell, lors la conférence de presse qui a suivi la décision du FOMC d'augmenter de 25 points de base le taux cible. Une décision pleinement anticipée par les marchés. La suite du cycle de resserrement dépendra effectivement de l’évolution de la croissance et de l’inflation.
Chiffres solides et inflation maîtrisée 21/09/2018
A l'exception notable de l'inflation sous-jacente, tous les chiffres atteignent ou dépassent (de beaucoup) leur moyenne de long terme. De plus, les deux indices ISM, la confiance des consommateurs et les créations d'emplois ont dépassé les attentes en août. Cela ressemble fort à une "situation idéale"...
La Fed se méfie des étoiles 31/08/2018
Pour décider de son orientation de politique monétaire, la Fed considère les écarts entre l’objectif d’inflation et la hausse effective des prix, entre le taux de chômage et son niveau naturel, et entre le taux directeur et le taux d’intérêt « neutre ». Or, il est très difficile d’évaluer précisément ces valeurs de référence. La Fed adopte donc une approche pragmatique fondée sur les chiffres et la progressivité : la modération prévaut toujours.
Réserve fédérale : le cycle de resserrement monétaire est bien avancé, selon le marché 27/07/2018
D’après une étude récente de la Réserve fédérale, la pente de la partie courte de la courbe de taux est un indicateur plus fiable que l’écart de rendement entre les obligations à 10 ans et les titres à 1 ou 2 ans. De la même façon, nous pouvons analyser la différence entre le taux forward  Libor 3 mois et le taux spot. Cette différence s’est récemment creusée. Cependant, le niveau et le profil de la courbe forward dans son ensemble montrent que, d’après le marché, le cycle de durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale est déjà bien avancé.
Courbe de taux américaine : il faut savoir ce que l’on veut 20/07/2018
Dernièrement, l’aplatissement de la courbe des Treasuries a été au centre des attentions car d’après les données historiques, les récessions sont précédées d’une inversion de la courbe. Une courbe de taux relativement plate n’annonce pas nécessairement une crise. L’histoire montre néanmoins que lorsque la courbe commence à se repentifier après s’être aplatie ou inversée, une récession est proche. Au lieu de se concentrer sur la pente, mieux vaut donc se demander quand la Réserve fédérale mettra un point final au resserrement de sa politique monétaire.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1908 articles et 526 vidéos