eco TV
Capacité d’acquisition immobilière des ménages en France 07/06/2018

Comment la capacité d’acquisition immobilière des ménages soutient-elle les prix des logements en France ?

TRANSCRIPT // Capacité d’acquisition immobilière des ménages en France : juin 2018

LE GRAPHIQUE DU MOIS

 

François Doux : Y a-t-il un risque de bulle immobilière en France ? Le niveau actuel des prix est-il soutenable : + 4 % en 2017, + 3% attendu en 2018. Pour en parler, nous sommes avec Richard Malle, le directeur de la Recherche de BNP Paribas Real Estate. Bonjour.

Richard Malle : Bonjour.

François Doux : Richard, pour parler de ce sujet, vous avez choisi l’indice de capacité d’acquisition immobilière des ménages en France. Que présente cet indice ?

Richard Malle : Nous avons conçu cet indice pour mesurer l’évolution de la surface de logement qu’un ménage peut acquérir. Cet indice est rétropolé depuis 1985. Il a une moyenne de long terme égale à 100, si bien que lorsque cet indice dépasse 100, la surface que l’on peut acquérir est supérieure à la moyenne de long terme ; lorsqu’il est inférieur à 100, le raisonnement est inverse.

François Doux : Comment cet indice est-il calculé ? Quels facteurs l’influencent ?

Richard Malle : Cet indice est calculé suivant trois facteurs :

Premièrement, le revenu : le revenu des ménages progresse tendanciellement et impacte à la hausse la capacité immobilière des ménages.

Deuxièmement, l’emprunt : les taux d’intérêts et la durée moyenne des emprunts jouent sur l’évolution de la capacité d’acquisition immobilière des ménages.

Enfin, les prix des logements : quand les prix des logements progressent, la capacité d’acquisition est impactée à la baisse.

François Doux : On va regarder la tendance. Aujourd’hui, nous sommes à 14% au-dessus de la moyenne historique. Et sur 10 ans, vous l’avez indiqué sur ce graphique, la hausse est de 31%. Comment analysez-vous cela ?

Richard Malle : Effectivement, la hausse de la capacité d’acquisition immobilière des ménages pour l’ensemble des logements en France est importante sur 10 ans. Les prix des logements ne l’expliquent pas forcément puisque sur l’ensemble de la France ils ont baissé doucement (-1%), donc cela a assez peu d’impact.

Deuxième élément, l’impact des revenus. Les revenus ont progressé de manière significative pour l’ensemble des ménages (+ 15% en 10 ans) néanmoins, dans le même temps, les ménages ont progressé de + 9%, soit deux fois plus vite que la population en raison de phénomènes sociétaux bien connus tels que la décohabitation, la mise en couple tardive, la monoparentalité et le vieillissement démographique.

François Doux : Alors quel est le vrai facteur ?

Richard Malle : L’impact de l’emprunt joue énormément avec, en 10 ans, une baisse des taux de plus de 300 points de base tandis que la durée moyenne des emprunts est assez stable, autour de 18 ans.

François Doux : En conclusion, est-ce que le niveau actuel des prix est soutenable ?

Richard Malle : Oui compte tenu de cet indicateur et de son niveau actuel. Les prix pour l’ensemble des logements en France sont tout à fait soutenables. Sur le moyen-long terme on peut même tabler sur des évolutions identiques, voire supérieures à l’inflation dans les zones les plus tendues, c’est-à-dire là où la demande en logements restera forte.

François Doux : Merci Richard Malle, directeur de la Recherche de BNP Paribas Real Estate.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Capacité d’achat immobilier : dichotomie Paris-province 20/06/2018
En région, la surface achetable - le ratio du montant (déterminé à partir du revenu moyen par ménage et des conditions moyennes d’emprunt) qu’un ménage peut emprunter au prix moyen du m2 dans l’ancien - dépasse de 13% sa moyenne 1990-2017 et atteint son niveau le plus élevé depuis le début des années 1990. A Paris, elle est inférieure de 18% à sa moyenne 1990-2017 et de 37% à son niveau (record) de 1999. L’envolée des prix de la pierre entre 1998 et 2012 à Paris (+268%) a lourdement pesé sur la surface achetable (-44%). Celle-ci s’est ensuite redressée jusqu’en 2016 à Paris (+28%) comme en province (+31%), portée par la baisse des taux d’intérêt et le léger recul des prix. Du fait de la faible variation des conditions d’emprunt depuis 2016, le montant empruntable a connu des évolutions très comparables à celles du revenu par ménage. Toutefois, en 2017 si la progression modérée des prix de l’immobilier en province (+2,6%) a autorisé une relative stabilité de la surface achetable, cette dernière a reculé à Paris en raison de l’accélération des prix (+8,7%).
Le rebond aura-t-il lieu ? 08/06/2018
Le net rebond attendu de la croissance au T2 (0,6% t/t d’après nos prévisions), après son accès de faiblesse au T1 (+0,2% t/t), risque de ne pas être au rendez-vous. Les enquêtes sur le climat des affaires restent à un niveau élevé mais elles ont continué de fléchir en avril et mai.
France : fin de l'accélération ? 01/06/2018
Fin de l’accélération de la croissance française en 2018 par rapport à 2017 ? Il est, en effet, depuis peu, plus probable que la croissance en 2018 soit inférieure à celle de 2017 et non plus supérieure. Ce changement de perspective résulte d’une double révision : celle, en hausse, de la croissance en 2017 et celle, en baisse, des prévisions pour 2018.
Macronomics, an 1 29/05/2018
La politique du président Emmanuel Macron fait le pari du « choc » de compétitivité et de confiance, qu’appelait déjà de ses vœux le rapport Gallois, en 2012. Menés à vive allure et sur tous les fronts, les « Macronomics » ambitionnent de libérer et réorienter les initiatives au profit de la croissance et de l’emploi. Nous retraçons ici, dans un jeu de questions-réponses, l’action du gouvernement au terme de la première année du quinquennat Macron. Nous évoquons aussi la suite de l’agenda, qui s’annonce chargé. Les trois principaux chantiers qui restent à mener à bien sont la rationalisation des dépenses publiques, la réforme systémique des retraites et la refonte de la fiscalité locale.
France : les premiers jalons du quinquennat Macron 14/05/2018
Une année s'est écoulée depuis la prise de fonction d'Emmanuel Macron. C'est l'occasion de dresser un premier bilan de son action sur le plan économique.
La faiblesse de la croissance au T1 en (grande?) partie passagère 04/05/2018
La décélération de la croissance au T1 2018 a été plus marquée que prévu (0,3% t/t selon la première estimation après 0,7% au T4 2017). Cette faiblesse peut être mise sur le compte de plusieurs facteurs. Il est, en revanche, difficile de faire précisément la part des choses entre ces différents facteurs. Mais, à choisir, la balance semble pencher du côté d’un ralentissement ponctuel plutôt que d’un essoufflement plus profond.
Croissance, budget, réformes en France : quoi de neuf 20/04/2018
Nouvelles prévisions de croissance, nouveau programme de stabilité, nouveau programme national de réforme : l’actualité économique de ces derniers jours a été riche.
Des attentes élevées 13/04/2018
En 2017, la croissance française  est passée à la vitesse supérieure : en moyenne annuelle, elle a atteint 2%, après 1,1% en 2016, et a terminé l’année en accélérant, sur un rythme proche de 3% l’an. 2018 serait encore une année de croissance vigoureuse (2,3%, en moyenne annuelle, d’après nos prévisions) mais selon une dynamique trimestrielle et une composition différentes. Trimestre après trimestre, la croissance plafonnerait voire décélèrerait légèrement. C’est d’ailleurs le message renvoyé par les enquêtes de confiance sur les premiers mois de l’année. Au niveau de ses moteurs, la croissance, en moyenne annuelle, serait portée par l’accélération de la consommation des ménages et des exportations qui prendrait le relais de l’investissement privé.
France : extension du domaine de l’amélioration 30/03/2018
La France présente toujours des déséquilibres macroéconomiques et budgétaires mais ils ne sont plus jugés excessifs par la Commission européenne.
France : quelles perspectives de croissance au premier trimestre 2018 ? 30/03/2018
Après avoir fait l’objet d’une nouvelle légère révision en hausse, la croissance au T4 2017 est désormais estimée à 0,7% t/t. Nous anticipons son maintien sur ce rythme au T1 2018, une prévision assortie d’un risque à la baisse au regard des indicateurs disponibles à ce jour.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1823 articles et 502 vidéos