eco TV
Y a-t-il retournement de conjoncture ? Regards croisés sur les États-Unis et l’Europe 10/07/2018

Le climat des affaires se tempère quelque peu, aux États-Unis mais surtout en Europe. Assagissement passager ou début de retournement conjoncturel ?

TRANSCRIPT // Y a-t-il retournement de conjoncture ? Regards croisés sur les États-Unis et l’Europe : juillet 2018

LE DÉBAT

 

François Doux : En ce second semestre de l'année 2018, qu'en est-il de la conjoncture économique mondiale ? On va en parler, non pas avec un, mais avec deux économistes.

William De Vijlder, bonjour.

William De Vijlder : Bonjour.

François Doux : Jean-Luc Proutat, bonjour

Jean-Luc Proutat : Bonjour.

François Doux : Les enquêtes de confiance ont été plutôt bonnes jusqu'à aujourd'hui Jean-Luc Proutat. Or l'euphorie semble cesser. Quelle est votre analyse tant sur l'Europe que sur les États-Unis ?

Jean-Luc Proutat : C'est vrai que cela retombe un petit peu. Les indices de conjoncture étaient vraiment très bien positionnés en début d'année. Cela n’était sans doute pas extrapolable. On assiste donc actuellement plutôt à une normalisation du climat des affaires. Les prévisions de croissance aux États-Unis tournent toujours autour de 3 %. Cela reste un bon chiffre, en partie embelli par les baisses d'impôts. La zone euro, est plutôt à 2 % de croissance, et s’inscrit en décalage par rapport aux États-Unis, qui sont dans leur neuvième année d'expansion. Elle était encore en récession en 2013, elle n'a véritablement commencé à accélérer qu'en 2017. Elle est donc en phase de rattrapage par rapport aux États-Unis, et dans les deux zones les indices de conjoncture se normalisent.

François Doux : William De Vijlder, l'écart dont vient de parler Jean-Luc Proutat, entre la croissance américaine et la croissance européenne, est-il en train de se resserrer?

William De Vijlder : Pas vraiment si on fait référence aux indices du sentiment de confiance parce que le plafonnement aux États-Unis est une stabilisation tandis que du côté européen, les indicateurs des directeurs d'achat ou encore le sentiment de la Commission européenne ont déjà bien fléchi.

Les PMI par exemple sont au plus bas depuis 16 mois. On peut se consoler en disant que l’on partait d'un niveau très élevé, comme l'a dit Jean-Luc tout à l'heure. Ce qui veut dire que la croissance va encore largement dépasser le potentiel ; elle devrait donc tourner aux alentours de 2 %. Cela montre un écart de près de 1% de croissance entre les États-Unis et la zone euro cette année.

François Doux : Dans ce contexte, quel rôle joue la fameuse guerre commerciale ?

Les menaces protectionnistes des États-Unis dans les médias vont peut-être arriver, quel est votre point de vue d'économiste sur ce facteur ?

William De Vijlder : Tout d'abord philosophiquement, il est très intéressant d'observer que dans une économie qui tourne à plein régime et qui bénéficie d'une impulsion fiscale très importante, on veuille donner un coup de pouce supplémentaire en favorisant la production domestique au détriment des importations. Toute la théorie économique et toute la recherche empirique en économie montrent que c’est quelque chose qui  devient "perdant, perdant" pour tout le monde, y compris pour le pays qui prend ces mesures. Ce n'est pas vraiment pris en compte à l'heure actuelle et, justement, ces mesures ont créé un climat d'incertitude profonde avec des signes manifestes des chefs d'entreprise, dans leurs commentaires, mais également par exemple dans les enquêtes de conjoncture un fléchissement des commandes de l'étranger. Je pense que l'on peut commencer à voir un lien avec la politique commerciale des États-Unis.

François Doux : Justement, Jean-Luc Proutat, dans les faits qu'est-ce que ce protectionnisme américain pourrait donner ?

Jean-Luc Proutat : Rien de bon. Et, les arguments qui fondent cette politique sont contestables. Ainsi, se fermer aux échanges ne permet pas de rétablir un excédent commercial, comme semble le croire  le président américain Cela ne fonctionne pas comme ça. Lorsque l’on croise des données de pays de l’OCDE, donc des pays avancés, on constate au contraire que ce sont souvent les pays les plus ouverts qui obtiennent des excédents commerciaux.

Un autre argument également très présent dans le discours du président des États-Unis, est que l'insertion dans la mondialisation crée des inégalités. Certains en profitent, d'autres pas. C'est un débat, mais il est important d'avoir en à l’esprit, lorsque l’on aborde ce sujet, le poids des prélèvements, des transferts. Prenez par exemple les pays du Nord de l'Europe, les pays scandinaves. Ils sont à la fois très ouverts sur le commerce et peu inégalitaires. Ce n'est donc pas si simple.

François Doux : Dans le match entre banques centrales, entre la Fed et la BCE, le contexte est celui d'un accroissement de la croissance et de l'inflation mais aussi des risques. Quel rôle ces deux banques centrales vont-elles jouer, William ?

William De Vijlder : Le risque, c'est le joker qui peut changer la donne soudainement. Les banques centrales mènent depuis des années une politique qui cherche à être extrêmement prévisible. C'est la fameuse ‘fonction de réaction’. Tous leurs discours cherchent à donner des indications sur ce qu'elles veulent faire sans créer de soubresauts sur le marché, sans troubler les dirigeants d'entreprises ou les ménages. A ce propos, lors des réunions récentes de la Banque centrale européenne ou de la Réserve fédérale, voire même de la Banque d'Angleterre, le message était extrêmement réconfortant. Elles insistent sur leur confiance  dans les perspectives économiques, etc.

En revanche, ce qui a frappé, lors de la réunion à Sintra de la Banque centrale européenne il y a quelques semaines, avec notamment messieurs Powell de la Fed, Draghi de la BCE et Kuroda de la Banque du Japon, c’est le ton beaucoup plus prudent. Ils ont beaucoup insisté sur les éléments d'incertitude, notamment ceux liés à la crainte d'une guerre commerciale. Ces choses peuvent donc changer la donne dans le sens où la Réserve fédérale nous prépare à plusieurs resserrements et la Banque centrale européenne a clairement indiqué l’arrêt de l'assouplissement quantitatif. Tout porte à croire qu'il y aura un premier resserrement à la rentrée 2019. C'est clair, mais si soudainement la conjoncture devait se détériorer davantage, parce que nous sommes en phase de normalisation cela changerait la donne.

C'est peut-être pour cette raison que, du côté américain par exemple, malgré la volonté claire de la Fed de resserrer la politique monétaire, les taux longs ne remontent pas.

François Doux : Jean-Luc Proutat, justement sur la dernière décision de la Fed, le président de la Fed a fait un commentaire sur l'instabilité financière. Quelle est votre analyse ?

Jean-Luc Proutat : Ce thème revient de plus en plus souvent dans le débat aux États-Unis, mais il n'est pas très présent en Europe tout simplement parce que le cycle du crédit n'en est pas du tout au même stade Ce dernier est beaucoup plus avancé aux États-Unis.

Les États-Unis enregistrent une très forte expansion des crédits à la consommation ;ils affichent un niveau d'endettement des entreprises à nouveau assez haut. L'une des raisons pour lesquelles la Réserve fédérale est en train de resserrer la politique monétaire est qu’elle cherche à contrôler l'expansion du crédit, de manière à ne pas générer de déséquilibres excessifs. La BCE n'en est pas là et cela explique aussi une partie du décalage évoqué en début d'interview.

François Doux : Pour conclure, William De Vijlder, quelles sont vos prévisions sur l'eurodollar et les marchés financiers dans les mois à venir ?

William De Vijlder : Un régime de volatilité structurellement plus élevé pour le marché, avec le resserrement monétaire américain comme facteur déterminant. Pour ce qui est de l'eurodollar, étant donné la perspective d’un arrêt par la Réserve fédérale du resserrement de sa politique monétaire à partir de début 2019, et une banque centrale européenne qui normalisera davantage sa politique en 2019, cela donne un scénario de 1,24 en fin de cette année et 1,34 fin 2019. Il faut insister sur le fait que tout ceci est extrêmement dépendant du différentiel de croissance entre les États-Unis et l’Europe, et notamment du différentiel de momentum de croissance.

François Doux : Merci à tous les deux pour ce point sur la conjoncture mondiale.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Menaces sur le commerce mondial 17/07/2018
Alors que les échanges commerciaux progressent à nouveau rapidement, la montée du protectionnisme suscite une inquiétude grandissante. Sous l’impulsion de leur président Donald Trump, les Etats-Unis remettent en cause le principe même du multilatéralisme qui régit le commerce mondial depuis l’après-guerre. Ils ont ainsi initié, en mai 2017, la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), puis sont arrivées les premières taxes à l’importation (notamment sur l’aluminium et l’acier) et l’enquête diligentée sur les importations de véhicules et de pièces automobiles. Des mesures de rétorsion sont prises et le risque d’escalade est désormais important. S’il venait à se matérialiser, tous les pays, à commencer par les Etats-Unis, en sortiraient perdants et l’économie mondiale ralentirait sensiblement.
Marchés financiers : des signaux contradictoires 13/07/2018
D’après les positions spéculatives des contrats à terme sur le VIX, la volatilité resterait faible et exclurait tout choc de croissance ou d’inflation. L’aplatissement de la courbe des taux aux États-Unis montre que les investisseurs anticipent un ralentissement. Ces anticipations contradictoires peuvent refléter des horizons d’investissement différents mais au final une seule sera juste.
Incertitude : la hausse reste contenue 13/07/2018
L’incertitude influence les décisions des ménages et des entreprises. A défaut d'observations directes, les indicateurs permettent de le vérifier : ceux de la couverture médiatique, de la dispersion des estimations des perspectives économiques par les entreprises allemandes et les indices de la dispersion des rendements des composantes des indices S&P500 et Eurostoxx 50.
Confiance relative 11/07/2018
Les hypothèses de croissance restent favorables pour 2018 grâce aux créations d’emplois, au développement du crédit, à la faiblesse des taux d’intérêt. Pourtant, les risques augmentent. Ils sont de nature politique et commerciale. Si tous ne se matérialisent pas, ils font naître un climat d’incertitude qui, à la longue, peut freiner la consommation des ménages, l’investissement des entreprises et les échanges mondiaux.
Economie mondiale : (in)évitable incertitude 06/07/2018
L’incertitude modifie le comportement des ménages et des entreprises. Les imprévus et leurs effets de second tour impliquent qu’elle est, dans une certaine mesure, inévitable. La politique économique doit éviter d’y contribuer. Alors que la politique monétaire vise à contenir l’incertitude, les mesures protectionnistes en génèrent et peuvent, à terme, freiner la croissance.
La communication inclusive soutient la croissance inclusive 22/06/2018
La communication des banques centrales a profondément évolué au cours des dernières décennies : elle est devenue plus fréquente, moins opaque, très nuancée et plus complexe. L’initiative prise par le président de la Fed, M. Powell, de commencer sa conférence de presse en langage simple mérite d’être saluée.
Le frein des incertitudes liées au relèvement des droits de douane 22/06/2018
Le relèvement des droits de douane fait naître des incertitudes qui pénalisent la croissance. La mondialisation des chaînes de valeur vient compliquer l’analyse. La hausse des droits de douane fait grimper les prix des intrants dans les pays importateurs et pèse sur les carnets de commandes des pays exportateurs. Toutefois, depuis le début de l’année les prix des intrants comme les commandes à l’export ont baissé dans de nombreux pays, mais il est trop tôt pour trouver un lien avec les mesures tarifaires.
Les ressorts de la contagion internationale 08/06/2018
Les fortes corrélations entre marchés internationaux pourraient être le résultat de chocs mondiaux, de fluctuations de l’aversion au risque ou d’un effet de contagion. Un large éventail de facteurs peut expliquer cet effet de contagion. Il est important de déterminer la nature de la contagion pour en évaluer les conséquences économiques.
Économie mondiale : les nuages s'amoncellent 07/06/2018
La combinaison de taux d'intérêt réels bas, créations d'emplois, hausse des bénéfices des entreprises et augmentation des échanges internationaux devrait permettre à la croissance économique mondiale de rester soutenue. Toutefois, les nuages font leur apparition : les indicateurs de confiance régressent en Europe, au Japon et dans les marchés émergents ; ce qui n'était jusqu'alors qu'une menace protectionniste est devenu réalité ; en Italie, l'incertitude politique a provoqué des turbulences sur les marchés et des questions concernant les choix économiques du nouveau gouvernement restent en suspens. Ensemble, ces vents contraires pourraient freiner la croissance mondiale.
Montée des incertitudes et du risque de "mauvaise inflation" 11/05/2018
La réaction des marchés au retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien a été modérée. Malgré la montée de l’incertitude, la fuite vers les valeurs refuges n’a pas eu lieu et le cours du pétrole comme le rendement des Treasuries ont augmenté. Si les prix du pétrole continuaient leur ascension, la croissance mondiale finirait par en souffrir.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1851 articles et 510 vidéos