EcoTV - Octobre 2016 11/10/2016
Chapitre1 : Brexit : à suivreAlexandra ESTIOT
Chapitre2 : La crédibilité de la politique monétaire: le cas du JaponWilliam DE VIJLDER
Chapitre3 : Hongrie: de retour en "investment grade"Anna DORBEC

TRANSCRIPT // EcoTV - Octobre 2016 : octobre 2016

FRANCOIS DOUX

 

Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle édition d’Eco TV, le magazine des économistes de BNP Paribas. Au sommaire de ce numéro d’octobre : Brexit Brexit Brexit. Quelles sont les conséquences pour le Royaume-Uni ? On le verra avec Alexandra  Estiot en ouverture de ce numéro. Pour « Le Graphique du mois », trois variables et une question : le yen, le Nikkei et les taux d’emprunt japonais. On verra cela avec William De Vijlder qui va nous parler de la crédibilité de la Banque du Japon. Pour terminer, trois questions sur la Hongrie avec Anna Dorbec. La Hongrie qui retrouve son rang d’investissement par Standard & Poor’s pour la dette souveraine. La Hongrie qui reste fragilisée après le référendum du début du mois. Bonne émission.

 

FRANCOIS DOUX

 

Le Brexit est bel et bien en marche. Le Royaume-Uni devrait actionner l’article 50 du traité de Lisbonne avant la fin mars 2017, ce qui veut dire qu’il devrait quitter l’Union européenne avant les élections européennes de 2019. Alexandra Estiot, bonjour. Depuis l’annonce de la sortie effective du Royaume-Uni, la livre s’est fortement dépréciée. Quel en est l’impact aujourd’hui sur l’économie britannique ?

 

ALEXANDRA ESTIOT

 

On n’a pas encore de résultats mais ils vont se mettre assez rapidement. Ce seront les premiers effets identifiables : les dépréciations de change passent très rapidement dans les prix. Le prix des biens que l’on importe augmente, avec des effets négatifs sur le pouvoir d’achat des ménages, mais aussi les coûts de production des entreprises.

 

FRANCOIS DOUX

 

Quand une devise baisse aussi, c’est plus pratique pour exporter ?

 

ALEXANDRA ESTIOT

 

Ça peut aider, mais ça n’aide pas toujours. Il faut d’abord disposer d’une base exportatrice assez importante... Plus vous exportez, plus les effets d’une dépréciation de votre monnaie sont potentiellement importants. Ce n’est pas le cas du Royaume-Uni. C’est l’un des pays développés dans lequel le mouvement de désindustrialisation a été le plus élevé. Il y a un autre effet qui s’ajoute pour le Royaume-Uni : les exportations sont relativement intenses en importations. Ça veut dire que les Britanniques importent des matériaux bruts ou intermédiaires, les transforment et les réexportent. Le coût de ces matériaux bruts ou intermédiaires a augmenté, le coût de production augmente. Si on répercute sur les prix de vente, in fine les effets de la dépréciation de la livre sont limités.

 

FRANCOIS DOUX

 

Finalement, est-ce que l’attractivité du Royaume-Uni pour les investissements directs étrangers va baisser ?

 

ALEXANDRA ESTIOT

 

C’est le risque. C’est exactement ce que les économistes redoutent et c’est ce qui nous fait dire, nous économistes, de faire attention : pour certains, le Brexit ce n’est pas grand-chose. Les enquêtes ont reculé mais rebondi ensuite. Et au final il ne s’est rien passé. Non, ce n’est pas fini du tout. Parce que la plupart des entreprises multinationales mondiales, en dehors de l’Europe, se sont implantées au Royaume-Uni moins pour les 65 millions de Britanniques, que pour les 500 millions de consommateurs européens. Maintenant, il existe un doute  sur les conditions de commerce entre Royaume-Uni et Union européenne. Est-ce qu’il va y avoir des tarifs douaniers ? Est-ce qu’il va y avoir des procédures ? Cela constitue une moindre incitation à investir au Royaume-Uni. On n’en est pas à craindre que ceux qui y sont le quittent, encore que le diagnostic varie d’une industrie à l’autre.

 

FRANCOIS DOUX

 

Sans vouloir refaire l’histoire, l’impact de ce Brexit sur l’économie britannique, à long terme en tout cas, sera un petit peu compliqué à mesurer, non ?

 

ALEXANDRA ESTIOT

 

Ce sera très compliqué à mesurer et ça fait partie des grands dangers et ce danger-là, il est pour l’Europe. On va assister à une érosion de l’économie, du potentiel de croissance britannique et l’économie va croître moins rapidement qu’elle n’aurait pu l’espérer en restant dans l’Union européenne. Mais ça ne va pas empêcher certains de dire : « Regardez, il y a encore de la croissance au Royaume-Uni, ils sont sortis de l’Union européenne, ils continuent à faire de la croissance ». Ce sera très certainement possible de le dire, et ce discours-là sera dommageable à l’intérieur de l’Union.

 

FRANCOIS DOUX

 

Alexandra Estiot, merci pour ce point sur le Brexit vu du Royaume-Uni et un petit peu de l’Union européenne. Dans un instant, pour « Le Graphique du mois », on va retrouver William De Vijlder pour parler de la crédibilité des banques centrales.

 

FRANCOIS DOUX

 

Pour « Le Graphique du mois », nous allons parler de crédibilité et de politique monétaire, avec le cas spécifique du Japon. William De Vijlder, bonjour. En septembre, il y a eu une communication de la Banque du Japon, mais avant de revenir sur le message et surtout sur la réaction des marchés, regardons ce qui s’est passé depuis le début de l’année. On a sur ce graphique trois courbes. Quelles sont-elles ?

 

WILLIAM DE VIJLDER

 

La courbe bleue montre combien de yens il faut pour un dollar. La ligne rouge montre le rapport entre la bourse japonaise et la bourse américaine, et la ligne jaune, la courbe des taux au Japon, soit la différence entre le taux à trente ans et celui à dix ans.

 

FRANCOIS DOUX

 

On voit que c’est assez négatif. En tout cas, la tendance sur le marché des changes et sur le marché des taux du gouvernement. On voit un aplatissement de la courbe, sur le marché des actions aussi.

 

WILLIAM DE VIJLDER

 

On voit que les actions japonaises sous-performent par rapport aux actions américaines, et que le yen s’est raffermi. Que s’est-il passé ? Fin janvier, la Banque du Japon annonce, contre toute attente, l’introduction d’un taux des dépôts négatif. Cela a dérouté les investisseurs parce que c’était complètement à l’encontre des propos qu’ils avaient tenus jusqu’en 2015. Sous-performance des bourses, manque de crédibilité, souci en termes d’impact sur la rentabilité des banques. Donc vraiment des répercussions très importantes.

 

FRANCOIS DOUX

 

Et au tournant de l’été, fin juin-début juillet, que s’est-il passé ? On a vu une légère inversion. En tout cas, c’est un point important dans l’année.

 

WILLIAM DE VIJLDER

 

Effectivement, vers le mois de juillet il y a eu une anticipation selon laquelle il pourrait y avoir un changement de politique monétaire avec notamment l’introduction d’un ciblage des taux longs. C’est effectivement ce qui a été décidé lors de la réunion du 21 septembre. D’ailleurs, cette anticipation et cette confirmation ont donné lieu à une « repentification » de la courbe des taux. On voit que la ligne jaune monte, ce qui était vraiment l’objectif de la Banque du Japon avec ce souci de veiller quand même au bien-être des banques japonaises.

 

FRANCOIS DOUX

 

Par contre, sur la fin de la courbe bleue ou de la courbe rouge on voit que le marché actions ou le marché des changes n'a pas vraiment bien réagi.

 

WILLIAM DE VIJLDER

 

Effectivement, c'est très frappant cette nouvelle sous-performance de la bourse japonaise par rapport à la bourse américaine, et notamment le raffermissement du yen. C'est d'autant plus surprenant parce que la Banque du Japon s’est engagée le 21 septembre à dépasser son objectif en termes d'inflation, et donc elle s'est engagée à dépasser durablement l’inflation. Normalement, si on regarde les manuels d'économie, on s'attendrait à une forte baisse de la devise et que la bourse remonte fortement. Ce n'est pas ce qu'on a vu, au contraire. La devise est même plus forte aujourd'hui qu'avant cette annonce. Cela illustre un vrai problème de crédibilité. Il y a eu tellement de changements de cap, au mois de janvier et de septembre, que le marché est un peu perdu et qu’il y a un manque de crédibilité. Le marché envoie comme signal qu’il ne croit pas que la Banque du Japon arrivera à dépasser son objectif d'inflation.

 

FRANCOIS DOUX

 

Dernière question, William De Vijlder, est-ce que le Japon a une autre porte de sortie que la politique monétaire dont on voit maintenant qu'elle a beaucoup moins d'effets ?

 

WILLIAM DE VIJLDER

 

Le Japon devrait être beaucoup plus patient par rapport à la dynamique inflationniste. Ce qui est assez étonnant, c'est que c'est une économie de plein emploi, avec peu d'inflation et une contrainte au niveau de la croissance. La politique qui devrait être menée est une politique d'offre qui cherche à doper le taux de croissance potentiel. A terme, il y aura bien une remontée de l'inflation, mais il faut vraiment procéder à un changement de priorités de la politique économique.

 

FRANCOIS DOUX

 

Cela prend un peu de temps.

 

WILLIAM DE VIJLDER

 

Cela prend beaucoup de temps.

 

FRANCOIS DOUX

 

Merci beaucoup William de Vijlder. Dans un instant, on retrouve Anna Dorbec avec trois questions sur la Hongrie.

 

FRANCOIS DOUX

 

On parle à présent de la Hongrie, qui n'est plus un investissement spéculatif selon l'agence Standard & Poor's. La Hongrie avec aussi un référendum au début du mois qui fragilise un peu Budapest en Europe. Anna Dorbec, bonjour. Première question, pourquoi l'agence S&P a relevé la note de la Hongrie ?

 

ANNA DORBEC

 

Il y a trois raisons à cela. La première est une amélioration des comptes extérieurs. Si, il y a cinq ans, la dette externe de la Hongrie était à 150 % de son PIB, aujourd'hui elle devrait atteindre 100 % de son PIB à la fin de 2016, ce qui est un progrès tout à fait notable. Ensuite, les comptes publics sont dans un meilleur état, avec les déficits sous contrôle et en dessous de la barre des 3 % et une dette qui se réduit peu à peu. La Hongrie est donc très loin de la situation qu'elle a connue en 2008, où il a fallu demander l'aide au FMI. Et, enfin, la troisième raison, c'est l'amélioration du climat d'investissement, notamment la réduction de la taxe sur les activités bancaires, qui a été très favorablement perçue.

 

FRANCOIS DOUX

 

Deuxième question, quelles sont les conséquences de ce relèvement de la note de S&P ?

 

ANNA DORBEC

 

Nous avons vu la bourse remonter et la devise s'apprécier. De façon plus structurelle, les gérants de portefeuille vont pouvoir augmenter leurs investissements dans la dette hongroise. Ceci devrait permettre de réduire davantage les coûts de financement pour le gouvernement et de dégager donc de la capacité de financement pour autre chose, et notamment l'investissement. Nous nous attendons aussi à ce que les coûts de financement pour le secteur privé soient tirés à la baisse.

 

FRANCOIS DOUX

 

Troisième et dernière question, du coup va-t-on voir une accélération de la croissance hongroise ?

 

ANNA DORBEC

 

Pas dans l'immédiat, car l'économie hongroise ralentit. La consommation se porte toujours bien, mais l'activité d'investissement se réduit sous l'effet de la réduction des transferts européens.

 

FRANCOIS DOUX

 

Ces transferts européens, d'ailleurs, sont-ils mis en cause par le dernier référendum ?

 

ANNA DORBEC

 

Pas dans l'immédiat, parce que les budgets ont été votés jusqu'en 2020. Par contre les négociations sur le prochain exercice budgétaire promettent d'être beaucoup plus difficiles. Cependant, cette amélioration du rating va permettre à la Hongrie de remplacer en partie les transferts européens par des financements d’origine privée.

 

FRANCOIS DOUX

 

Merci Anna Dorbec pour ce point sur la Hongrie. On se retrouve dans un mois pour un nouveau numéro d'Eco TV.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Création destructrice 17/02/2017
Le Royaume-Uni s’apprête à quitter l’UE. Une séparation qui va nécessiter beaucoup d’efforts et… de créativité.
Montagnes russes 13/01/2017
La livre repart à la baisse. Pas de répit attendu la semaine prochaine. Tout dépend ensuite de la Cour Suprême.
Royaume-Uni : Gestion de crise 25/11/2016
Brexit veut dire Brexit, mais quelles sont les conséquences sur le policy-mix? Davantage de budgétaire et moins de monétaire apparemment...
Moins d’austérité 25/11/2016
Le gouvernement britannique desserre le frein budgétaire, sans le lâcher. Le déficit structurel continue d’être réduit, de façon marquée, sur les 5 prochaines années. Le Brexit soulève alors deux questions : celle de la crédibilité et celle de l’opportunité d’une telle politique.
Faux-départ ? 08/07/2016
Les résultats du référendum sont sans appel : les Britanniques se sont prononcés pour une sortie de l’Union européenne. Les premières conséquences, liées à l’incertitude des modalités de sortie de l’UE, apparaissent : chute du cours des actions et de la devise, annonces d’embauches et d’investissements gelés. L’incertitude n’est pas prête d’être levée. Si les Européens sont quasi unanimes dans leur volonté de commencer au plus vite les négociations, les Britanniques sont tout autant unanimes dans leur volonté de les retarder. Il s’agit pour eux de préserver l’unité du pays et son accès au marché unique, alors qu’il apparaît que les tenants du Brexit n’étaient pas préparés à leur victoire…
Les banques britanniques à l’épreuve du Brexit 08/07/2016
Les nuages s’amoncellent au-dessus des banques britanniques pénalisées par la baisse des marchés boursiers à court terme, la dégradation de l’environnement macroéconomique à moyen terme et les incertitudes réglementaires.
Royaume-Uni : L'union faisait la force 01/07/2016
Suite à sa décision de quitter l'Union européenne, le Royaume-Uni traverse une crise politique. Les incertitudes sont nombreuses et affecteront l'économie, expliquant la chute de la Livre sterling. Dans cet environnement, la Banque d'Angleterre apparaît comme la seule source de réconfort.
Union européenne : les exportations de biens vers le Royaume-Uni 29/06/2016
Les conséquences économiques du Brexit restent incertaines mais la dépréciation de la livre sterling, qui atteint 9% depuis jeudi dernier, pourrait avoir des répercussions sur les échanges commerciaux des économies européennes avec le Royaume-Uni. Le graphique montre les exportations de biens vers le Royaume-Uni en pourcentage du PIB pour une sélection de pays. Avec un ratio de près de 8%, la Belgique et l’Irlande sont les plus exposées. Malte et les Pays-Bas pourraient également voir leurs exportations ralentir. Les « grands » pays de la zone euro semblent plus protégés : l’exposition de l’Allemagne atteint près de 3%, celle de la France ou de l’Italie ne dépasse pas 2%.
L’UE et le Brexit : conséquences économiques 27/06/2016
Le Royaume-Uni a décidé de sortir de l’UE. Le PIB de la zone euro pourrait, selon nos prévisions, être amputé de 0,5 % en 2016−2017, sous l’effet conjugué des incertitudes ainsi créées, de l’impact sur les échanges commerciaux et du resserrement des conditions monétaires et financières. La Banque centrale européenne (BCE) va probablement réagir en injectant des liquidités supplémentaires et en accélérant les rachats d’actifs. On peut également s’attendre à une baisse de 10 pb du taux repo. Ces mesures pourraient s’ajouter au prolongement de six mois du programme d’achat d’actifs que la BCE devrait toujours, selon nos prévisions, annoncer en septembre. Il est difficile de dire, pour le moment, quel sera l’impact économique du « Brexit » à long terme. Cela dépendra de l’évolution de la relation entre l’UE et le Royaume-Uni, notamment des décisions sur le commerce, la réglementation et la concurrence. La sortie du Royaume-Uni pourrait affaiblir la domination de la City dans les services financiers de l’UE au profit d’autres places financières. L’UE pourrait, sans le Royaume-Uni, s’orienter vers une politique moins libérale et perdre de son influence internationale. Mais les prises de décisions au sein de l’Union pourraient aussi s’en trouver facilitées. Principaux risques pour l’UE : un « effet de domino » et le renforcement du camp des eurosceptiques ou des partis protestataires. Dans ce cas, l’impact serait plus important dans les pays non membres de la zone euro que dans ceux qui en font partie. La zone euro a en effet su gérer par le passé des périodes de tensions sur les marchés. Tous les projecteurs sont désormais braqués sur la classe politique européenne et la manière dont elle va réagir. Selon des informations publiées par l’agence Reuters ce week-end, les ministres des Affaires étrangères français et allemand ont déjà élaboré des propositions portant sur une politique européenne commune en matière de sécurité, de migration et de renforcement de la convergence. Le sommet de Berlin entre Angela Merkel, François Hollande, Matteo Renzi et Donald Tusk, le lundi 27 juin, revêt une importance toute particulière dans le sens où il donnera un aperçu de la manière dont l’UE va gérer les conséquences et les implications des résultats du référendum au Royaume-Uni.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1437 articles et 346 vidéos