Les Cinq Derniers EcoFlash
A la une
25/07/2014
Global
Tour d’horizon
Accélération américaine contre morosité européenne. Statuquo monétaire de part et d’autre de l’Atlantique.
Separateur
25/07/2014
Etats-Unis
Un rebond marqué mais insuffisant
L’activité a été particulièrement faible au premier trimestre, et bien que marqué, le rebond du deuxième trimestre restera trop limité. La croissance en 2014 sera bien inférieure aux projections de la Fed, et pourrait n’atteindre que difficilement 1,5%. Les conditions sur le marché du travail s’améliorent et continueront de la faire, permettant à la Fed de mettre fin à QE3, comme prévu, en octobre. Mais le niveau du sous-emploi reste très élevé, contraignant la formation des salaires et la croissance des prix, et la politique monétaire restera extrêmement souple pour longtemps.
Separateur
25/07/2014
Zone euro
Août ne sera pas de tout repos
La publication des données nationales du PIB du deuxième trimestre devrait confirmer la faiblesse de la reprise économique dans la zone euro. Certains pays de la périphérie comme l’Espagne ou l’Irlande tirent toutefois leur épingle du jeu. Par ailleurs, les enquêtes pour le mois de juillet laissent présager une amélioration modérée de la situation économique au début du troisième trimestre.
Separateur
25/07/2014
Zone euro
La dynamique du crédit et de l’inflation reste faible
L’inflation devrait rester faible à moyen terme. En 2014, elle s’établirait à 0,6 % et dépasserait à peine 1 % en 2015. Les statistiques de crédit demeurent décevantes malgré quelques signes d’amélioration. Dans ces conditions, la BCE ne décidera pas de nouvelles actions dans l’immédiat.
Separateur
25/07/2014
Irlande
La possibilité pour l’île
La reprise apparaît bien ancrée en Irlande si l’on se concentre sur les indicateurs internes, comme le PNB et l’emploi. L’investissement des entreprises et la reprise de la construction devraient être les principaux moteurs de la croissance dans les prochaines années. Le principal risque demeure le financement de l’économie. La profitabilité des banques est plombée par les créances douteuses. Leur résolution est essentielle pour restaurer l’offre de crédit. Du côté des finances publiques, le plus gros de l’ajustement est réalisé. Les efforts budgétaires devraient donc être moins marqués à l’avenir même si la rigueur restera vraisemblablement de mise.
Separateur