Graphiques de la semaine
MARCHÉ DU TRAVAIL : LES DIFFÉRENTES FACETTES DU MODÈLE DANOIS Publié le 26 juil. 2017 par Catherine STEPHAN
PDF

Le système danois de « flexisécurité », qui privilégie la protection de l’individu à celle de l’emploi, est souvent érigé en modèle. Le Danemark, qui affichait un taux de chômage de 5,7% en avril, bénéficie d’une croissance plus riche en emplois que nombre de ses partenaires européens.

Toutefois, la sensibilité de l’emploi à l’activité comporte certains risques en cas de retournement du cycle économique. L’emploi tend en effet à s’ajuster fortement à la baisse. Ce fut particulièrement le cas durant la crise de 2008 lorsque la baisse de 7% du PIB, entre la fin 2007 et le deuxième trimestre 2009, s’est accompagnée d’une contraction de plus de 5% de l’emploi entre la fin 2008 et le premier trimestre 2010. Le taux de chômage a ainsi plus que doublé en l’espace de deux ans. De 3,1% au début de 2008, il a atteint 7,5% début 2010. Cette réaction fut plus vive que celle observée dans d’autres pays européens.

CROISSANCE : FORTUNES CARRÉES Publié le 19 juil. 2017 par Jean-Luc PROUTAT
PDF

Les principaux pays développés sont promis à des fortunes diverses en termes de croissance. Ceux qui sont a priori les mieux placés figurent dans le carré Nord-Est du graphique.

Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France, les gains de productivité (axe des ordonnées) n’ont pas été totalement annihilés, tandis que la croissance de la population active (axe des abscisses) reste positive dans les projections du Bureau international du travail (BIT). L’Allemagne, le Japon et l’Espagne pâtissent du vieillissement accéléré de leur population.

Isolée dans le quart Sud-Est du graphique, l’Italie cumule les handicaps : déclin démographique, déclin de la productivité du travail. Estimé nul, voire négatif, son taux de croissance potentiel est d'ailleurs le plus bas de l’OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économique), avec celui de la Grèce.

 
ENVOLÉE DES SALAIRES EN EUROPE DE L'EST Publié le 12 juil. 2017 par Anna DORBEC
PDF

L’envolée des salaires se poursuit en Europe de l’Est avec des records à +15% annuels en Hongrie et en Roumanie en avril-mai 2017 et des hausses plus modérées en Pologne, République tchèque et Slovaquie. Les taux de chômage de ces pays ont atteint des bas historiques et les entreprises se plaignent du manque de main-d’œuvre qualifiée dans plusieurs branches.

Avec une croissance parmi les plus élevées de l’UE et des industries dynamiques, la demande de main-d’œuvre est en hausse. Mais les tendances démographiques, très négatives ces vingt dernières années (baisse de la natalité, vieillissement), pèsent sur la population active. Celle-ci diminue en Pologne, en Bulgarie et en Roumanie et augmente très modestement dans les autres pays étudiés. Dans ces conditions, le travail détaché, dont ces pays sont fournisseurs, renforce les tensions à court terme.

La hausse des salaires va donc se poursuivre, accélérant le rattrapage des revenus avec un risque à terme d’érosion de la compétitivité.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1578 articles et 402 vidéos