eco TV Week

Eblouis par la lumière ? Convergence et écarts en zone euro

13/07/2017

La zone euro bénéficie d’une conjoncture particulièrement favorable. Ce dynamisme est partagé par l’ensemble de ses membres mais des écarts structurels importants subsistent. L’environnement actuel invite à mener une politique structurelle afin de stimuler la croissance potentielle et d’augmenter la résilience en cas de retournement cyclique.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Eblouis par la lumière ? Convergence et écarts en zone euro : juillet 2017

Est-ce que nous sommes éblouis par la lumière ? La forte croissance en zone euro risque de nous rendre aveugles aux écarts structurels.

La croissance en zone euro est robuste et ce dynamisme est bien partagé entre ses membres. Ainsi sept pays sur huit affichent un PMI du secteur manufacturier largement supérieur à 50, la Grèce dépasse cette barrière tout juste. Pour le PMI du secteur des services, quatre pays sur cinq sont dans cette position. Ici c’est l’Italie qui est à la traîne.

En outre, depuis le démarrage de l’UEM, la convergence a augmenté, comme en témoigne la baisse de la dispersion en termes de  

  • Croissance du PIB réel
  • Inflation sous-jacente
  • Deficit budgétaire
  • Solde courant

Bien que la Grande Récession ait donné lieu à une divergence accrue du chômage et de l’output gap, celle-ci a nettement baissé depuis lors.

La forte croissance en zone euro risque de nous rendre aveugles aux écarts structurels, qui restent importants. Citons à titre d’exemple

  • L’endettement du secteur public
  • L’endettement du secteur privé
  • La productivité (en niveau et en taux de croissance)
  • Les créances douteuses

Des écarts structurels importants constituent un vrai défi pour la politique économique. Ils impliquent qu’à long terme, certains pays se développeront plus lentement que d’autres et que leurs citoyens risquent de se sentir mis à l’écart par rapport à d’autres pays.

En outre, la capacité de résister à des chocs serait également très différente d’un pays par rapport à l’autre.

En conséquence, augmenter le taux de croissance potentielle du PIB et renforcer la résilience sont des objectifs importants d’une politique structurelle.

L’environnement actuel constitue une toile de fond idéale pour intensifier les efforts dans ce domaine :

  1. On n’est plus dans l’urgence de lutter contre un essoufflement cyclique, bien au contraire
  2. Dans la mesure où certains de ces efforts risquent de créer un vent défavorable, la croissance soutenue actuelle permet aux pays de mieux y résister.

Rappelons d’ailleurs que les efforts individuels de différents pays ont des externalités positives pour les autres puisqu’ils renforcent la résilience globale de l’UEM.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Zone euro : la confiance décolle 12/01/2018
2017 a vu une forte accélération de la croissance et une nette hausse des indicateurs de confiance avec des chocs favorables et défavorables qui se sont neutralisés. Il semble que les esprits animaux soient de retour et que croissance et confiance se renforcent mutuellement.
Zone euro : tous ensemble à présent ? 12/01/2018
Forte croissance dans la zone euro en 2017, avec une accélération quasiment générale. La dispersion de certains indicateurs cycliques, moindre par rapport au sommet du cycle, a néanmoins augmenté en 2017. Une conjoncture favorable offre l’occasion d’adopter des politiques visant à réduire la dispersion structurelle.
Zone euro : nouvelles propositions de réformes de la Commission européenne 09/01/2018
Zone euro : On assiste à une tentative de relance de plusieurs grands chantiers européens en 2018. Début décembre la Commission a présenté ses propositions pour le fonctionnement de la zone euro. Au menu, budget commun, création d'un fonds monétaire européen... 
Croissance dans la zone euro : en avant toute ! 05/01/2018
Nouvelle hausse en décembre des indices Markit PMI secteur manufacturier et composite, le premier atteignant un niveau record. La plupart des composantes atteignent ou s’approchent des plus hauts historiques. Ces chiffres et l’évolution attendue des déterminants de la demande finale annoncent la poursuite d’une croissance robuste.
Zone euro : situation globalement positive 05/01/2018
Notre baromètre dépeint une situation globalement positive dans la zone euro, malgré une inflation qui reste trop faible.
La BCE privilégie la prudence 15/12/2017
Sans surprise, la BCE a maintenu le statu quo en décembre. Le ton général est resté prudent malgré l'embellie conjoncturelle.
La "forward guidance" de la BCE : un flou délibéré 15/12/2017
La BCE, optimiste sur les perspectives de croissance, estime que l’inflation reste modérée. Elle continue, néanmoins, de tabler sur une inflation de 1,7 % en 2020. Le refus de dire expressément que ce niveau s’approche assez près de son objectif trahit un souci de prudence, mais aussi celui d’entretenir un flou justifié.
Impulsion du crédit dans la zone euro 08/12/2017
Les encours de crédits bancaires poursuivent leur légère accélération. Celle-ci, modérée pour les crédits aux ménages, est plus sensible pour les prêts aux sociétés non financières.
QE, Dr. Pangloss, Dr. Jekyll et Mr Hyde 01/12/2017
La Revue de stabilité financière de la BCE pointe des prises de risques accrues. La sensibilité des marchés à des évolutions inattendues de l’économie s’en trouve renforcée. Une politique monétaire accommodante constitue un exercice d’équilibriste dès lors que la croissance est robuste, l’inflation basse et les valorisations élevées.
Zone euro, réduction des écarts de compétitivité 29/11/2017
En zone euro, les écarts de positions concurrentielles ont tendance à se resserrer. Au prix de politiques d’ajustement sévères, les pays du sud ayant bénéficié de l’aide européenne (Espagne, Portugal, Grèce) ont réduit leurs coûts salariaux unitaires, dans l’absolu comme en regard des pays du nord de la zone. Jadis structurellement déficitaire, leur balance courante est à l’équilibre, voire en excédent. L’Italie a aussi fourni des efforts, tout comme la France, qui met depuis quelques années l’accent sur l’offre. Depuis 2013, les crédits d’impôt compétitivité-emploi et recherche ainsi que le pacte de responsabilité ont permis l’inflexion de la trajectoire des coûts et aidé au redressement des marges. En lâchant un peu de lest sur les salaires et la politique budgétaire (introduction d’un revenu minimum en 2015, accueil de nombreux migrants…) l’Allemagne a, à sa façon, accompagné l’effort.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1697 articles et 443 vidéos