eco TV Week

Eblouis par la lumière ? Convergence et écarts en zone euro

13/07/2017

La zone euro bénéficie d’une conjoncture particulièrement favorable. Ce dynamisme est partagé par l’ensemble de ses membres mais des écarts structurels importants subsistent. L’environnement actuel invite à mener une politique structurelle afin de stimuler la croissance potentielle et d’augmenter la résilience en cas de retournement cyclique.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Eblouis par la lumière ? Convergence et écarts en zone euro : juillet 2017

Est-ce que nous sommes éblouis par la lumière ? La forte croissance en zone euro risque de nous rendre aveugles aux écarts structurels.

La croissance en zone euro est robuste et ce dynamisme est bien partagé entre ses membres. Ainsi sept pays sur huit affichent un PMI du secteur manufacturier largement supérieur à 50, la Grèce dépasse cette barrière tout juste. Pour le PMI du secteur des services, quatre pays sur cinq sont dans cette position. Ici c’est l’Italie qui est à la traîne.

En outre, depuis le démarrage de l’UEM, la convergence a augmenté, comme en témoigne la baisse de la dispersion en termes de  

  • Croissance du PIB réel
  • Inflation sous-jacente
  • Deficit budgétaire
  • Solde courant

Bien que la Grande Récession ait donné lieu à une divergence accrue du chômage et de l’output gap, celle-ci a nettement baissé depuis lors.

La forte croissance en zone euro risque de nous rendre aveugles aux écarts structurels, qui restent importants. Citons à titre d’exemple

  • L’endettement du secteur public
  • L’endettement du secteur privé
  • La productivité (en niveau et en taux de croissance)
  • Les créances douteuses

Des écarts structurels importants constituent un vrai défi pour la politique économique. Ils impliquent qu’à long terme, certains pays se développeront plus lentement que d’autres et que leurs citoyens risquent de se sentir mis à l’écart par rapport à d’autres pays.

En outre, la capacité de résister à des chocs serait également très différente d’un pays par rapport à l’autre.

En conséquence, augmenter le taux de croissance potentielle du PIB et renforcer la résilience sont des objectifs importants d’une politique structurelle.

L’environnement actuel constitue une toile de fond idéale pour intensifier les efforts dans ce domaine :

  1. On n’est plus dans l’urgence de lutter contre un essoufflement cyclique, bien au contraire
  2. Dans la mesure où certains de ces efforts risquent de créer un vent défavorable, la croissance soutenue actuelle permet aux pays de mieux y résister.

Rappelons d’ailleurs que les efforts individuels de différents pays ont des externalités positives pour les autres puisqu’ils renforcent la résilience globale de l’UEM.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Masse monétaire dans la zone euro : la fraction la plus liquide à un niveau record 15/11/2017
Reflet de la forte préférence des clients des banques pour la liquidité dans un contexte de taux d’intérêt historiquement bas, la fraction la plus liquide (M1, dépôts à vue et monnaie fiduciaire) de la masse monétaire M3 (englobant jusqu’aux dépôts à terme et titres de dette émis par les banques de maturité inférieure à deux ans) atteint une proportion record dans la zone euro (65,1% en septembre 2017). Cela traduit également les anticipations selon lesquelles, à partir des niveaux actuels, seule une remontée des taux d’intérêt est désormais envisageable. Ces arbitrages, en contribuant à la baisse du coût moyen des ressources bancaires et à celle du coût des prêts bancaires, sont de nature à renforcer l’efficacité de la politique monétaire de la BCE.
Environnement de crédit 10/11/2017
Le crédit bancaire demeure bien orienté. L’impulsion se stabilise pour les ménages, alors que la demande de crédits à l’habitat se modère et que celle de crédits à la consommation s’accroît faiblement.
Qu'y a-t-il derrière le sommet ? 03/11/2017
L’indice du sentiment économique dans la zone euro a atteint son plus haut niveau depuis janvier 2001, et les perspectives de croissance demeurent favorables. Or, l’historique des données montre que l’indice ESI peut connaître des fortunes tout à fait diverses aux lendemains des plus hauts : les données en baisse – au-delà de traduire – viennent alors alimenter le regain d'incertitude
La BCE recalibre le QE 27/10/2017
La BCE a annoncé les modifications apportées au programme d'assouplissement quantitatif. A partir de janvier les achats nets de titres seront de EUR 30 mds par mois et ce, jusqu'en septembre 2018 au moins.
BCE : une confiance aux accents accommodants 27/10/2017
Les décisions du Conseil des gouverneurs étaient conformes aux attentes, mais la réaction des marchés n’en a pas moins été positive. Au printemps 2018, l’attention des observateurs se concentrera de plus en plus sur le post-QE. À cet égard, des questions cruciales sont restées sans réponse au cours de la conférence de presse.
Le QE de la BCE : le forward guidance de l'école de Francfort 20/10/2017
La semaine prochaine, la BCE devrait prolonger son programme de QE tout en diminuant ses rachats mensuels. Si le sens du changement est clair, son ampleur l’est moins. L’objectif du QE est dorénavant de guider les anticipations du marché sur l’évolution des taux directeurs.
Zone euro : poursuite de la croissance robuste 20/10/2017
La plupart des indicateurs récents continuent d’indiquer une conjoncture favorable en zone euro. De manière générale la reprise apparaît solide. L’inflation montre enfin quelques signes de redressement même si elle demeure encore trop basse pour envisager une normalisation de la politique monétaire. Dans ce contexte, la BCE, qui s’apprête à recalibrer son soutien (voir l'édito), conservera probablement un discours prudent associé à l’idée d’une politique durablement accommodante.
Accompagner la reprise 18/10/2017
La reprise se poursuit à un rythme rapide eu égard aux estimations courantes de croissance potentielle. La zone euro rattrape le terrain perdu durant la crise, ce qui devrait en principe se traduire par une remontée de l’inflation vers sa cible. Reste que jusqu’ici les salaires et les prix ne réagissent que faiblement à l’embellie conjoncturelle. Des facteurs structurels sont probablement en jeu (mondialisation, innovations technologiques, etc.) mais la BCE continue d’y voir le signe d’un sous-emploi persistant. En conséquence, sa politique restera accommandante l’an prochain même si le soutien sera recalibré en tenant compte des bonnes performances conjoncturelles.
Zone euro : comment expliquer le décalage entre croissance et inflation ? 10/10/2017
La zone euro est dans une bonne dynamique conjoncturelle mais l'inflation réagit faiblement. Comment expliquer ce décalage ?
Zone euro : environnement de crédit 06/10/2017
Le crédit bancaire demeure bien orienté. L’impulsion se stabilise pour les ménages, alors que la demande de crédits à l’habitat se modère et que celle de crédits à la consommation s’accroît faiblement. L’impulsion s’améliore légèrement pour les sociétés non financières, ce qui est cohérent avec l’intensification de la demande de financement dans un contexte où les conditions d’octroi restent neutres (ni restrictives, ni accommodantes).

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1654 articles et 427 vidéos