eco TV Week

Origin of Symmetry

17/03/2017

La Fed réitère l’exploit d’une hausse de taux dans la souplesse, 25 points de base de plus, annoncés sur fond de prévisions inchangées, du rappel de la faiblesse du taux neutre et, surtout, la confirmation de la symétrie de l’objectif d’inflation.

Alexandra ESTIOT

TRANSCRIPT // Origin of Symmetry : mars 2017

C’est sans aucune surprise que la Fed a relevé ses taux d’un quart de point. Après avoir attendu un an entre les deux premières hausses, la banque centrale n’aura laissé que trois mois entre la deuxième et la troisième. Il ne faut pourtant pas y voir une précipitation.

Dès le lancement du processus de normalisation monétaire, il était évident que la Fed ne laisserait filer aucune opportunité de relever les taux. La principale raison est la volonté de s’éloigner aussi vite que possible de la zone d’inconfort des taux zéro. Avec un marché du travail dont le dynamisme ne se dément pas et une inflation qui rejoint progressivement sa cible, il était inimaginable de ne pas agir en mars.

Il s’agissait aussi pour les membres du FOMC de ne pas envoyer le signal d’un cycle de hausse plus rapide qu’initialement prévu. Les trois instruments à leur disposition ont donc été utilisés : le communiqué, les projections et la conférence de presse.

Le communiqué de presse a été légèrement amendé, et le changement le plus important est l’ajout d’un adjectif pour qualifier la cible d’inflation de symétrique. Ce n’est pas nouveau : la symétrie a depuis longtemps été énoncée, mais dans un cadre moins engageant. Son apparition dans le communiqué la rend plus crédible.

Au cours de sa conférence de presse, Janet Yellen a tenu à souligner que la hausse de taux n’était pas le fruit d’une révision de l’analyse conjoncturelle ou des anticipations du FOMC, ce que les projections confirment très clairement. Elles n’ont quasiment pas été révisées depuis leur dernière publication, en décembre.

Finalement, Janet Yellen a une fois de plus souligné l’actuelle faiblesse du taux neutre, déclarant que pour l’atteindre, peu de hausses étaient nécessaires. En résumé, la Fed a relevé les taux, indiqué qu’elle continuerait de le faire au rythme d’ores et déjà annoncé en décembre, et que la limite haute restait bien plus basse que par le passé. Une nouvelle formulation du lower for longer. En attendant de nouveaux détails, continuez de nous lire et à la semaine prochaine pour vos deux minutes d’économie.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Pas si vite 06/07/2017
La croissance a connu son traditionnel ralentissement de début d’année, cette fois imputable à la consommation des ménages. Les perspectives de rebond, bien réelles, sont néanmoins limitées, et 2017 pourrait s’achever sur une performance décevante. Les risques au cours des prochains mois sont concentrés sur le marché de l’immobilier qui donne les premiers signes de réaction à la hausse des taux hypothécaires. Pourtant la Fed continue de normaliser sa politique, ayant annoncé les prochaines étapes sans pour autant préciser un calendrier. Et pour cause : il s’agit de diagnostiquer les causes profondes de l’actuel ralentissement de l’inflation avant de lever davantage le soutien monétaire à la croissance.
Marché hypothécaire américain : vers une redistribution des risques de crédit 05/07/2017
La semaine dernière, la commission bancaire du Sénat tenait audience sur la réforme du marché hypothécaire américain, notamment sur le devenir des deux agences de refinancement (ou GSE), Fannie Mae et Freddie Mac - sauvées de la faillite et placées sous la tutelle du Trésor en septembre 2008. A la fin 2016, les risques de crédit associés à près de 4 500 milliards de dollars de prêts au logement (45% de l’encours) étaient couverts par les deux GSE alors qu’elles accusaient un déficit de fonds propres durs de plus de 220 milliards de dollars. Sous la réforme envisagée, le statut des GSE serait revu et l’essentiel des risques de crédit « non extrêmes » transféré des agences vers le marché (en approfondissant les expériences menées en ce sens depuis 2013). Afin de préserver la liquidité du marché secondaire, l’Etat fédéral offrirait une garantie explicite et inconditionnelle contre les risques de pertes « extrêmes » (un fonds de garantie serait abondé afin d’indemniser intégralement les contribuables dans cette éventualité).
L'économie américaine est-elle en haut de cycle ? 26/06/2017
A première vue, l’économie américaine est loin d’un haut de cycle : écart au potentiel à peine refermé, immobilier résidentiel convalescent, tensions mesurées sur les salaires et les prix, taux monétaires négatifs en termes réels, courbe relativement pentue…mais sous certains aspects, elle s’en rapproche : endettement record des entreprises, plafonnement des marges bénéficiaires, valorisations boursières élevées, « boom » du marché de l’automobile et du crédit à la consommation… Mélange de chaud et de froid, la situation économique des Etats-Unis est atypique et plus fragile qu’il n’y paraît, notamment face au risque de remontée des taux d’intérêt. Compte tenu de l’importance prise par les activités liées aux gaz et huiles de schiste, elle devient aussi plus sensible aux variations des prix du pétrole. A l’horizon de 2018 ou 2019, la possibilité d’un atterrissage abrupt n’est pas à écarter.
Une flexible précision 16/06/2017
La Fed dévoile les détails du processus de normalisation de son bilan. Comme souvent, le plan est précis, détaillé tout en laissant place à une grande flexibilité.
Et désormais la question est : « Quand » ? 16/06/2017
   La Fed relève le taux cible des fonds fédéraux. Elle annonce la méthode de réduction de la taille de son bilan. Et pendant ce temps, l'inflation continue de fléchir…   
Etats-Unis : interactions pétrolières 08/06/2017
Cycle des affaires et pétrole aux Etats-Unis: une histoire ancienne, loin d'être terminée...
Incertitudes sur les taux d'intérêt : quelle est l'ampleur du problème ? 26/05/2017
Les différentes mesures conduisent à une conclusion commune : l’incertitude augmente, notamment autour de la future politique de la Fed. Quels impacts peut-on imaginer ?
L'avenir de la régulation bancaire américaine en question 24/05/2017
Les projets de déréglementation financière de la nouvelle administration américaine suscitent de vives inquiétudes en matière de stabilité financière. Le contenu précis de la réforme n’a, pour l’heure, pas été précisé ; le soutien que le Congrès y accorderait demeure, quant à lui, incertain. De nombreuses voix plaident pour (re)faire de l’exigence de levier le socle du cadre prudentiel américain. Le périmètre d’application de Bâle 3 serait resserré et le corpus de règles bâloises appliqué, restreint.
Fin de printemps en demi-teinte 19/05/2017
Aux Etats-Unis, le tassement des prix du pétrole n’est pas forcément bienvenu. De fait, les enquêtes sont moins euphoriques.
Etats-Unis : Ralentissement de l'inflation 17/05/2017
Les prix du pétrole ne progressent plus, subissant  une correction marquée : le West Texas Intermediate repassant sous la barre des USD 50/Baril. Avant même ce retournement, la contribution des prix de l’énergie à l’inflation totale se faisait moins importante. En résumé, le glissement annuel des prix à la consommation a d’ores et déjà passé son point haut, revenant de 2,7% en février à 2,1% en avril. Hors composantes volatiles (prix des biens alimentaires et de l’énergie) et coût de la résidence principale, l’inflation a également ralenti récemment, soutenant l’hypothèse de la persistance d’un output gap négatif. Un autre argument en faveur de cette thèse est la sagesse des salaires notamment au vu de la faiblesse du taux de chômage (4,4% en avril). On comprend mieux pourquoi la Fed maintient les taux aussi bas, alors que nous n’anticipons que deux hausses d’ici à la fin de l’année.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1578 articles et 402 vidéos