eco TV Week

Origin of Symmetry

17/03/2017

La Fed réitère l’exploit d’une hausse de taux dans la souplesse, 25 points de base de plus, annoncés sur fond de prévisions inchangées, du rappel de la faiblesse du taux neutre et, surtout, la confirmation de la symétrie de l’objectif d’inflation.

Alexandra ESTIOT

TRANSCRIPT // Origin of Symmetry : mars 2017

C’est sans aucune surprise que la Fed a relevé ses taux d’un quart de point. Après avoir attendu un an entre les deux premières hausses, la banque centrale n’aura laissé que trois mois entre la deuxième et la troisième. Il ne faut pourtant pas y voir une précipitation.

Dès le lancement du processus de normalisation monétaire, il était évident que la Fed ne laisserait filer aucune opportunité de relever les taux. La principale raison est la volonté de s’éloigner aussi vite que possible de la zone d’inconfort des taux zéro. Avec un marché du travail dont le dynamisme ne se dément pas et une inflation qui rejoint progressivement sa cible, il était inimaginable de ne pas agir en mars.

Il s’agissait aussi pour les membres du FOMC de ne pas envoyer le signal d’un cycle de hausse plus rapide qu’initialement prévu. Les trois instruments à leur disposition ont donc été utilisés : le communiqué, les projections et la conférence de presse.

Le communiqué de presse a été légèrement amendé, et le changement le plus important est l’ajout d’un adjectif pour qualifier la cible d’inflation de symétrique. Ce n’est pas nouveau : la symétrie a depuis longtemps été énoncée, mais dans un cadre moins engageant. Son apparition dans le communiqué la rend plus crédible.

Au cours de sa conférence de presse, Janet Yellen a tenu à souligner que la hausse de taux n’était pas le fruit d’une révision de l’analyse conjoncturelle ou des anticipations du FOMC, ce que les projections confirment très clairement. Elles n’ont quasiment pas été révisées depuis leur dernière publication, en décembre.

Finalement, Janet Yellen a une fois de plus souligné l’actuelle faiblesse du taux neutre, déclarant que pour l’atteindre, peu de hausses étaient nécessaires. En résumé, la Fed a relevé les taux, indiqué qu’elle continuerait de le faire au rythme d’ores et déjà annoncé en décembre, et que la limite haute restait bien plus basse que par le passé. Une nouvelle formulation du lower for longer. En attendant de nouveaux détails, continuez de nous lire et à la semaine prochaine pour vos deux minutes d’économie.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Euro fort ? Dollar faible… 10/10/2017
L’euro s’est envolé contre dollar alors même que les divergences de politique entre Fed et BCE auraient dû soutenir un mouvement inverse. Certes la croissance européenne est positive, mais d’autres éléments sont à considérer…
Le casse-tête américain : croissance en hausse et inflation en baisse 06/10/2017
Les enquêtes publiées cette semaine indiquent un raffermissement de la croissance aux Etats-Unis en septembre. Le repli de l’inflation sous-jacente n’est pas enrayé pour autant. Pour le marché obligataire et le marché des changes, le FOMC va se focaliser sur les indicateurs de croissance.
S'il n'y en avait qu'un... 06/10/2017
Le rapport emploi de septembre aura probablement été affecté par les dommages infligés par les ouragans, complexifiant un peu plus son analyse.
Incertitude sur l'inflation : cauchemar ou aubaine ? 29/09/2017
L’incertitude au niveau des perspectives d’inflation est anormalement élevée. Ce qui constitue un cauchemar pour les banques centrales est, pour l’instant, une aubaine pour les marchés.
Les Treasuries ignorent les "dots" pour 2018 29/09/2017
La projection médiane du taux cible des fonds fédéraux à fin 2018 est restée remarquablement stable. Les rendements des obligations d’Etat américaines à 10 ans (taux spot et taux forward dans un an) y sont à peine supérieurs. Selon l’explication retenue, les conséquences sont très divergentes pour les marchés et l’économie.
Une chose après l’autre 22/09/2017
La Fed a choisi de ne pas surprendre du tout, une volonté qui va certainement s’inscrire dans la durée.
Un dollar tiré par les "dots" 22/09/2017
L’EUR/USD réagit aux nouvelles de manière très sélective. La pertinence d’une information dépend des indications qu’elle donne sur l’évolution de la politique monétaire. Les nouvelles projections du taux cible (« dots ») des membres du FOMC renforcent les spéculations de relèvement du taux en décembre.
Saison des ouragans 22/09/2017
A la fin du mois d’août, Harvey dévastait le Texas, puis la Floride fut balayée par Irma. Aujourd’hui, la trajectoire de Maria, au-delà de Puerto Rico, demeure incertaine. Comme l’a souligné la Fed cette semaine, « les destructions suivies de reconstructions après le passage des tempêtes affectent généralement l’activité économique à court terme mais […] il est très improbable de les voir changer la trajectoire de moyen terme de l’économie nationale ». En résumé, la Fed décidera certainement de ne pas tenir compte des données publiées pour la fin de l’été, que ce soit la chute de la production industrielle ou le rebond des prix.
Invitation à un vernissage : la réduction du bilan de la Fed 15/09/2017
La semaine prochaine, la Fed annoncera probablement un début de réduction de la taille de son bilan. L’opération est délicate mais les marchés restent sereins. La forward guidance et les décisions de la Fed sur les taux gagnent en importance.
États-Unis : Mais où est passée l’inflation? 08/09/2017
L’ensemble des différentes mesures de l’inflation porte le même message : l’inflation décélère. Ni les prix du pétrole ni la valeur du dollar ne peuvent être accusés…

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1624 articles et 418 vidéos