eco TV Week

Réforme de la fiscalité américaine : logique et interrogations

10/11/2017

Aux Etats-Unis, le projet de réforme fiscale et de réduction d'impôts qui vise à accroître les profits des entreprises, en stimulant l’investissement et la croissance de la productivité, devrait aussi permettre d'accélérer la hausse des salaires. Derrière la logique, ce projet soulève de nombreuses interrogations.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Réforme de la fiscalité américaine : logique et interrogations : novembre 2017

Les Etats-Unis se préparent à une baisse d’impôts. Ne s’agit-il que de bonnes nouvelles ou faut-il être plus nuancé ? Bienvenue dans cette nouvelle édition d’EcoTV Week.

Avec la présentation, la semaine dernière, de leur projet de réforme fiscale (baisse d’impôts et création d’emplois), les députés du parti républicain (et la Maison Blanche) ont enclenché la vitesse supérieure.

Pour l’instant, il s’agit d’un projet et les sénateurs républicains devraient présenter le leur d’ici peu, nécessitant ultérieurement des négociations afin de parvenir à un texte commun.

Le processus risque de prendre plusieurs mois mais ce qui compte, c’est qu’enfin les choses bougent. Ceci n’a pas échappé à l’attention des marchés financiers. La perspective de baisse d’impôts a contribué à une remontée des taux longs et a soutenu le dollar.

Au mois d’octobre, le Conseil des conseillers économiques auprès du président américain a publié plusieurs analyses qui permettent de mieux comprendre la logique qui sous-tend le projet de réforme fiscale et de baisse d’impôts.

Il ne s’agit pas de donner un coup de pouce à l’économie américaine. Elle n’en a d’ailleurs pas besoin puisqu’elle est plus ou moins au plein emploi. L’objectif est plutôt de renforcer le côté « offre » de l’économie: une baisse de l’impôt sur les sociétés devrait stimuler l’investissement des entreprises et, du même coup, la croissance de la productivité. Et ceci permettrait une croissance plus rapide des salaires.

Des simulations sur base de modèles économétriques et une analyse fouillée de la recherche empirique mettent en perspective un impact conséquent sur la trajectoire du PIB et du revenu des ménages. La Tax Foundation, un institut de recherche indépendant basé à Washington, estime un impact favorable à long terme sur le PIB de 3,9%.

Faut-il s’inquiéter de réductions d’impôts de grande ampleur ? C’est possible, pour quatre raisons au moins.

D’abord, les baisses d’impôts pourraient trop stimuler l’économie. Une augmentation de la croissance économique par une relance de l’investissement des entreprises et la création d’emplois pourrait déboucher sur une accélération de l’inflation et forcer la Réserve fédérale à accélérer le rythme de son resserrement monétaire.

Ensuite, une inflation et un resserrement monétaire plus importants déboucheraient sur une hausse des taux longs plus marquée qu’attendu qui pourrait peser sur le sentiment des investisseurs et Wall Street. Cela pourrait également provoquer une hausse du dollar,  ce qui constituerait un vent contraire.

Tout dépend aussi de la transmission de la baisse de l’impôt des sociétés et du rapatriement de bénéfices de l’étranger. Cela donnera-t-il lieu à une hausse nette de l’investissement et de la productivité ? Finira-t-elle par provoquer une nette hausse des salaires ?

Enfin, l’évolution à long terme des finances publiques peut avoir de quoi inquiéter : en cas de croissance limitée, la marge de manœuvre budgétaire face à une nouvelle récession serait réduite.

Cela ne veut pas dire que baisser les impôts soit une mauvaise idée. En revanche, cette liste illustre la complexité d’en évaluer les effets à court et long terme pour l’économie.

Merci d’avoir regardé cette émission. Dès à présent, je vous invite à nous rejoindre à nouveau la semaine prochaine pour une nouvelle édition d’EcoTV Week.

 

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Etats-Unis, les déficits explosent 10/10/2018
Baisses historiques d’impôts, hausses des dépenses militaires, transferts aux agriculteurs, premières victimes collatérales de l’affrontement commercial avec la Chine : à l’approche des élections de mi-mandat, tout est mis en œuvre par l’Administration Trump afin de soutenir la conjoncture. Quitte à faire exploser le déficit fédéral, dont la hausse est l’une des plus fortes jamais enregistrée hors période de récession. Les Etats-Unis, dit-on, peuvent se le permettre, grâce au statut international du dollar. Mais l’exercice a ses limites. A bien des égards, la politique américaine consiste à emballer un moteur qui fonctionne déjà à plein régime. Des tensions en découlent, les taux d’intérêt remontent. A 3,23% sur le compartiment de la dette fédérale à 10 ans, ils sont au plus haut depuis mai 2011.
Taux d'ouverture et balances courantes : liaison incertaine 09/10/2018
Taxer les échanges permet-il d’éliminer les déficits ? Pas si sûr !
Croissance américaine : fondamentaux solides mais des incertitudes liées à la politique commerciale 09/10/2018
Les fondamentaux solides de l'économie américaine devraient continuer à soutenir la croissance. Toutefois, les chefs d'entreprises sont de plus en plus inquiets de l'effet des mesures commerciales protectionnistes.
Quand la dépendance aux données crée le malaise 05/10/2018
Les indicateurs récents confirment la persistance d’une croissance robuste aux Etats-Unis. L’indice ISM non manufacturier a fait grimper les rendements des Treasuries : compte tenu de la dépendance de la forward guidance à l’égard des chiffres économiques, les marchés s’attendent à ce que la Fed ne reste pas inactive face à la vigueur particulière des données. Malgré le ralentissement de la croissance mondiale, en dehors des Etats-Unis, les rendements obligataires partout dans le monde ont emboîté le pas à leurs homologues américains. Le dollar s’est également raffermi, une mauvaise nouvelle pour les entreprises des pays en développement, dont beaucoup sont très endettées en dollar.
Fed : la courbe de Phillips est plate 28/09/2018
Le président de la Fed, Jerome Powell, a fait des déclarations importantes lors de sa conférence de presse. La politique budgétaire est sur une trajectoire non viable et la hausse généralisée et durable des droits de douane serait néfaste pour les Etats-Unis et le reste du monde. La politique monétaire américaine reste accommodante et dépendante de la conjoncture. Les marchés ont apprécié le ton modéré (« dovish ») de ce message.
Fed : changement dans la continuité 28/09/2018
"Cela dépend" est, en résumé, le message délivré par le président de la Fed, Jerome Powell, lors la conférence de presse qui a suivi la décision du FOMC d'augmenter de 25 points de base le taux cible. Une décision pleinement anticipée par les marchés. La suite du cycle de resserrement dépendra effectivement de l’évolution de la croissance et de l’inflation.
Chiffres solides et inflation maîtrisée 21/09/2018
A l'exception notable de l'inflation sous-jacente, tous les chiffres atteignent ou dépassent (de beaucoup) leur moyenne de long terme. De plus, les deux indices ISM, la confiance des consommateurs et les créations d'emplois ont dépassé les attentes en août. Cela ressemble fort à une "situation idéale"...
La Fed se méfie des étoiles 31/08/2018
Pour décider de son orientation de politique monétaire, la Fed considère les écarts entre l’objectif d’inflation et la hausse effective des prix, entre le taux de chômage et son niveau naturel, et entre le taux directeur et le taux d’intérêt « neutre ». Or, il est très difficile d’évaluer précisément ces valeurs de référence. La Fed adopte donc une approche pragmatique fondée sur les chiffres et la progressivité : la modération prévaut toujours.
Réserve fédérale : le cycle de resserrement monétaire est bien avancé, selon le marché 27/07/2018
D’après une étude récente de la Réserve fédérale, la pente de la partie courte de la courbe de taux est un indicateur plus fiable que l’écart de rendement entre les obligations à 10 ans et les titres à 1 ou 2 ans. De la même façon, nous pouvons analyser la différence entre le taux forward  Libor 3 mois et le taux spot. Cette différence s’est récemment creusée. Cependant, le niveau et le profil de la courbe forward dans son ensemble montrent que, d’après le marché, le cycle de durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale est déjà bien avancé.
Courbe de taux américaine : il faut savoir ce que l’on veut 20/07/2018
Dernièrement, l’aplatissement de la courbe des Treasuries a été au centre des attentions car d’après les données historiques, les récessions sont précédées d’une inversion de la courbe. Une courbe de taux relativement plate n’annonce pas nécessairement une crise. L’histoire montre néanmoins que lorsque la courbe commence à se repentifier après s’être aplatie ou inversée, une récession est proche. Au lieu de se concentrer sur la pente, mieux vaut donc se demander quand la Réserve fédérale mettra un point final au resserrement de sa politique monétaire.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1910 articles et 526 vidéos