eco TV Week

Réforme de la fiscalité américaine : logique et interrogations

10/11/2017

Aux Etats-Unis, le projet de réforme fiscale et de réduction d'impôts qui vise à accroître les profits des entreprises, en stimulant l’investissement et la croissance de la productivité, devrait aussi permettre d'accélérer la hausse des salaires. Derrière la logique, ce projet soulève de nombreuses interrogations.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Réforme de la fiscalité américaine : logique et interrogations : novembre 2017

Les Etats-Unis se préparent à une baisse d’impôts. Ne s’agit-il que de bonnes nouvelles ou faut-il être plus nuancé ? Bienvenue dans cette nouvelle édition d’EcoTV Week.

Avec la présentation, la semaine dernière, de leur projet de réforme fiscale (baisse d’impôts et création d’emplois), les députés du parti républicain (et la Maison Blanche) ont enclenché la vitesse supérieure.

Pour l’instant, il s’agit d’un projet et les sénateurs républicains devraient présenter le leur d’ici peu, nécessitant ultérieurement des négociations afin de parvenir à un texte commun.

Le processus risque de prendre plusieurs mois mais ce qui compte, c’est qu’enfin les choses bougent. Ceci n’a pas échappé à l’attention des marchés financiers. La perspective de baisse d’impôts a contribué à une remontée des taux longs et a soutenu le dollar.

Au mois d’octobre, le Conseil des conseillers économiques auprès du président américain a publié plusieurs analyses qui permettent de mieux comprendre la logique qui sous-tend le projet de réforme fiscale et de baisse d’impôts.

Il ne s’agit pas de donner un coup de pouce à l’économie américaine. Elle n’en a d’ailleurs pas besoin puisqu’elle est plus ou moins au plein emploi. L’objectif est plutôt de renforcer le côté « offre » de l’économie: une baisse de l’impôt sur les sociétés devrait stimuler l’investissement des entreprises et, du même coup, la croissance de la productivité. Et ceci permettrait une croissance plus rapide des salaires.

Des simulations sur base de modèles économétriques et une analyse fouillée de la recherche empirique mettent en perspective un impact conséquent sur la trajectoire du PIB et du revenu des ménages. La Tax Foundation, un institut de recherche indépendant basé à Washington, estime un impact favorable à long terme sur le PIB de 3,9%.

Faut-il s’inquiéter de réductions d’impôts de grande ampleur ? C’est possible, pour quatre raisons au moins.

D’abord, les baisses d’impôts pourraient trop stimuler l’économie. Une augmentation de la croissance économique par une relance de l’investissement des entreprises et la création d’emplois pourrait déboucher sur une accélération de l’inflation et forcer la Réserve fédérale à accélérer le rythme de son resserrement monétaire.

Ensuite, une inflation et un resserrement monétaire plus importants déboucheraient sur une hausse des taux longs plus marquée qu’attendu qui pourrait peser sur le sentiment des investisseurs et Wall Street. Cela pourrait également provoquer une hausse du dollar,  ce qui constituerait un vent contraire.

Tout dépend aussi de la transmission de la baisse de l’impôt des sociétés et du rapatriement de bénéfices de l’étranger. Cela donnera-t-il lieu à une hausse nette de l’investissement et de la productivité ? Finira-t-elle par provoquer une nette hausse des salaires ?

Enfin, l’évolution à long terme des finances publiques peut avoir de quoi inquiéter : en cas de croissance limitée, la marge de manœuvre budgétaire face à une nouvelle récession serait réduite.

Cela ne veut pas dire que baisser les impôts soit une mauvaise idée. En revanche, cette liste illustre la complexité d’en évaluer les effets à court et long terme pour l’économie.

Merci d’avoir regardé cette émission. Dès à présent, je vous invite à nous rejoindre à nouveau la semaine prochaine pour une nouvelle édition d’EcoTV Week.

 

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Jeu dangereux 11/07/2018
La guerre commerciale voulue par le président américain Donald Trump prend un tour concret. Invoquant leur sécurité nationale, les Etats-Unis appliquent, depuis juin et vis-à-vis de leurs principaux partenaires, une surtaxe sur l’aluminium et l’acier ; et parce qu’ils subissent des rétorsions, ils menacent d’aller plus loin. Le risque d’escalade n’a jamais paru aussi grand et le climat, favorable, qui entourait jusqu’ici les échanges mondiaux commence à s’assombrir. Les marchés d’actions ou d’obligations d’entreprises, qui avaient applaudi les baisses d’impôts du président Trump, goûtent moins la dérive protectionniste de ce dernier. Si l’économie des Etats-Unis conserve de l’élan, les récents indicateurs de la conjoncture sont moins euphoriques.
Croissance tonique malgré des doutes 06/07/2018
La situation économique américaine dans son ensemble reste solide avec des chiffres qui dépassent les moyennes de long terme et les attentes (ISM manufacturier et non manufacturier, créations d'emplois, vente de détails).
La Chine dans le collimateur des Etats-Unis 04/07/2018
Les Etats-Unis ont fait de la réduction de leur déficit commercial (USD 795,7 mds en 2017) un enjeu majeur. La Chine, dont la part dans ce déficit s’élève à USD 375,6 mds, est particulièrement visée. Les deux pays ne sont pas parvenus à s’entendre et semblent engagés dans une logique de surenchère. La Chine a annoncé des mesures de représailles après que les Etats-Unis ont décidé, le 15 juin, d’une taxe additionnelle de 25% sur les importations de certains produits chinois pour un montant avoisinant USD 50 mds. Elle prévoit ainsi d’instaurer une taxe de 25% sur USD 50 mds d’importations de marchandises américaines, ce à quoi les Etats-Unis ont répondu qu’ils augmenteraient de USD 200 mds le montant des importations en provenance de Chine soumises à des droits de douane additionnels de 10%. Et si la Chine devait exercer de nouvelles représailles, ce montant augmenterait à nouveau de USD 200 mds.
Premières entailles à la loi Dodd Frank 28/06/2018
Le Congrès américain a satisfait une partie des velléités dérégulationistes du président Trump en écornant certains pans de la loi de régulation financière Dodd Frank. Le législateur resserre notamment les périmètres d’application des exigences de fonds propres (normes prudentielles, stress tests) et de liquidité. En parallèle, les régulateurs ont proposé d’assouplir certaines règles relevant de leur compétence. Le cadre réglementaire s’en trouverait simplifié et plus progressif, le cadre de supervision moins intrusif. Les mesures annoncées vont principalement bénéficier aux banques de taille modeste mais aussi aux banques régionales. A l’approche des élections de mi-mandat, la probabilité que des amendements majeurs soient apportés à la loi Dodd Frank semble limitée. S’agissant des modalités d’application de la loi, les marges de manœuvre des régulateurs restent en revanche entières. Dans ce contexte, les régulateurs n’en demeurent pas moins engagés à finaliser la traduction des règles bâloises en droit américain (ratio de liquidité à long terme NSFR, cadre spécifique au portefeuille de négoce FRTB, révision des approches standards de mesure des risques, plancher global de fonds propres).
Est-ce que l’économie américaine croît trop vite ? 08/06/2018
Les chiffres récents sur l’économie américaine ce trimestre indiquent une croissance solide et qui devrait le rester au vu des fondamentaux qui soutiennent la demande et du coup de pouce lié aux baisses d’impôts. On a, dans une certaine mesure, l’impression que l’économie « croît trop vite » : les inquiétudes du marché à l’égard d’une accélération de l’inflation pourraient refaire surface et conduire à un environnement plus volatil, rappelant celui de février dernier. Compte tenu de la robustesse de la croissance actuelle et d’un taux de chômage déjà très bas, le marché du travail pourrait finalement limiter le rythme de la croissance. En effet, comme les données historiques le montrent, lorsque le taux de chômage cesse de reculer, la probabilité d’une récession dans un avenir relativement proche se renforce sensiblement. 
Croissance soutenue 01/06/2018
La plupart des indicateurs économiques américains relatifs au climat économique, à l'activité et aux dépenses dépassent leur moyenne de long terme, reflétant ainsi un environnement de forte croissance. Le tableau est plus nuancé concernant l'inflation où tout dépend de la définition choisie.
Etats-Unis : Vers une érosion des marges bancaires nettes d’intérêt ? 30/05/2018
L’évolution récente de la structure des dépôts au bilan des institutions bancaires affiliées à la FDIC* est inédite. Lors des précédentes phases de resserrement monétaire, la transmission de la hausse des taux des fonds fédéraux aux taux de rémunération des comptes à terme ou d’autres produits d’épargne non bancaires avait accru le coût d’opportunité lié à la détention de dépôts peu ou non rémunérés. Le poids des dépôts à vue ou comptes d’épargne dans les bilans bancaires s’était de ce fait contracté. Depuis 2015, en revanche, il continue de progresser. L’abondance des dépôts, héritée de la politique d’assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale, n’a guère incité les banques à une concurrence sur les dépôts. Dans un contexte de remontée très lente des taux, à partir d’un niveau exceptionnellement bas, la préférence des épargnants pour la liquidité est restée forte. La poursuite du resserrement monétaire et la concurrence accrue sur les dépôts (normes de liquidité bâloises, émergence de nouveaux compétiteurs) pourraient toutefois inverser la tendance, au détriment des marges nettes d’intérêt. * Agence fédérale de garantie des dépôts
La volatilité récente des marchés : décryptage et enseignements 14/05/2018
Comment expliquer la volatilité des marchés actions aux États-Unis au mois de février 2018 ? C'est l'un des sujets traités par l'enquête trimestrielle de la Fed de New York réalisée auprès des grands gérants d'actifs.
Fed : rendez-vous en juin 04/05/2018
Sans surprise, la réunion du FOMC a laissé inchangé le taux des fed funds. Le communiqué était très équilibré mais insistait sur le caractère symétrique de l’objectif d’inflation. Il sera particulièrement intéressant de lire les minutes (publication attendue vers le 23 mai), et en particulier la partie qui concernera le cycle de resserrement monétaire en cours. La poursuite d’une croissance soutenue semble acquise. Le débat portera donc sur l’inflation et jusqu’où la Réserve fédérale acceptera un dépassement de son objectif.
Réserve fédérale : les défis d'un objectif d'inflation symétrique 04/05/2018
L’inflation américaine est très proche de l’objectif de la Fed, qui s’attend à ce qu’il en soit ainsi pendant un certain temps. Elle a réaffirmé la nature symétrique de son objectif d’inflation, ce qui laisse plus de flexibilité. Un dépassement de la cible impliquerait une plus forte sensibilité du marché à des surprises d’inflation.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1848 articles et 510 vidéos