eco TV Week

Révisions de croissance : toujours plus

09/02/2018

Dans ses prévisions économiques d’hiver, la Commission européenne se montre confiante dans la persistance d’une croissance  forte. L’expansion est partagée et s’autoalimente. Malgré sa baisse récente, le taux de chômage permettra une croissance européenne bien supérieure à son potentiel. Néanmoins, les pénuries de main-d’œuvre, qui se multiplient dans certains secteurs, pourraient finir par la freiner.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Révisions de croissance : toujours plus : février 2018

“Une expansion solide et durable”. Le titre du rapport de la Commission européenne sorti cette semaine avec ses nouvelles prévisions ne peut être plus clair.

La conviction des prévisionnistes de Bruxelles est basée sur 4 facteurs :

  1. D’importantes créations d’emplois conduisant à une hausse de la consommation des ménages
  2. Un environnement favorable pour les investissements des entreprises
  3. Une demande extérieure forte
  4. Des conditions financières souples

Au-delà de la réaffirmation de sa confiance dans la robustesse de la croissance, la Commission a également revu à la hausse ses prévisions. Pour l’année en cours, elle table désormais sur une croissance de 2,3% (2,1% précédemment) et pour 2019 sur 2,0% contre 1,9%.

Cette révision s’explique par

  • Un second semestre 2017 meilleur que prévu
  • Ceci crée un effet de base favorable en 2018
  • Les données récentes montrent que la dynamique reste forte

La sous-utilisation des ressources devrait permettre au PIB de croître à un rythme bien supérieur au taux de croissance potentiel (estimé par la Commission à 1,5%).

En revanche, son insistance sur la multiplication de signes de pénurie sur le marché du travail, dans certains secteurs et régions, est très pertinente. Trouver de la main d’œuvre qualifiée est devenu le souci dominant des chefs d’entreprise.

Cette contrainte d’offre devrait finir par provoquer un ralentissement du rythme de recrutement et donc de la croissance de l’emploi, ce qui pèserait sur la croissance du revenu disponible des ménages.

En conséquence, la croissance devrait se modérer quelque peu au cours de 2018 et en 2019.

La liste des incertitudes qui accompagnent les prévisions de la Commission est sans surprise : le Brexit, le protectionnisme, la géopolitique. En revanche, un progrès dans le renforcement de la zone euro pourrait constituer une surprise favorable.

Quant aux risques, elle note un équilibre entre des facteurs favorables (l’auto-alimentation de la croissance) et défavorables (la valorisation élevée de certaines classes d’actifs).

C’est la contrainte d’offre qui constitue le lien entre les deux. La continuation d’une croissance robuste finirait par déclencher une contrainte d’offre sur le marché du travail, qui provoquerait un ralentissement et/ou une accélération de la croissance des salaires et de l’inflation.

On peut dire qu’il y a une certaine ironie dans l’histoire : plus ce déclenchement se fait attendre, plus grande sera la réaction à des surprises désagréables. La forte baisse de Wall Street est là pour nous le rappeler.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Zone euro : contributions à l'inflation totale 23/05/2018
Le graphique montre la contribution respective des principales composantes de l’inflation totale (inflation sous-jacente, énergie, alimentation). On voit que le pic d’inflation à 2%, constaté au tournant de l’année 2017, a été essentiellement dû à la composante énergie. L’inflation sous-jacente, de son côté, est restée beaucoup plus stable, ce qui explique le maintien d’une politique monétaire très accommodante par la BCE. La tendance haussière des prix du pétrole à l’œuvre actuellement devrait à nouveau tirer l’inflation totale à la hausse dans les prochains mois. Reste à voir comment réagira la composante sous-jacente, et donc la BCE, cette fois-ci. Une hausse des prix de l’énergie est une source de risque pour l’économie européenne alimentant la prudence de la BCE. Mais avec un marché du travail plus tendu, notamment au nord de la zone euro, la BCE sera également attentive aux éventuels effets de second tour.
Impulsion du crédit 11/05/2018
Le crédit bancaire a poursuivi, en glissement annuel, sa légère accélération au premier trimestre 2018, en ligne avec la croissance du PIB. La demande de crédit, tant des ménages que des entreprises, est demeurée favorablement orientée tandis que les conditions d’octroi s’assouplissaient pour l’ensemble des clientèles.
Zone euro : un tassement du sentiment, mais des fondamentaux toujours au beau fixe 27/04/2018
Les indices du sentiment économique sont en baisse depuis quelques mois, y compris dans la zone euro. Malgré des évolutions historiques différentes, les replis cycliques du sentiment dans la zone euro ont tendance à se prolonger sur plusieurs mois. Au vu des fondamentaux actuels, on peut supposer que ce repli du sentiment indique simplement une certaine modération de la croissance
La BCE reste prudente 27/04/2018
La BCE est restée prudente en avril, la modération actuelle de la croissance pouvant donner lieu à plusieurs interprétations. Une annonce de tapering pourrait n'intervenir qu'en juillet.
Des poches d'« esprits animaux » ? 20/04/2018
L’évaluation de la situation économique globale par les ménages du quartile supérieur est plus sensible au cycle que celle des ménages du quartile inférieur. La première est particulièrement positive depuis début 2017 même si l’évaluation de leur situation financière n’a pas plus augmenté que celle du quartile inférieur. Peut-être les ménages du 4e quartile se sentent-ils moins incertains quant à l’avenir.
Fléchissement des indicateurs de sentiment 20/04/2018
Les indicateurs basés sur des résultats d'enquêtes récents sont en repli. Ceux de mars étaient conformes ou légèrement en deçà des attentes du consensus. Leur niveau reste néanmoins élevé et bien au-dessus de la moyenne de long terme. Mais l'inflation reste en deçà de la moyenne de long terme bien que la perspective d'une croissance supérieure au potentiel devrait permettre une remontée de l'inflation.
Encore de la marge 13/04/2018
La reprise devrait se poursuivre à un rythme soutenu en 2018. C’est en tout cas ce qu’indiquent les récentes enquêtes de confiance et plus fondamentalement l’absence de tensions inflationnistes, qui suggère la présence de ressources encore inemployées dans l’économie. Le maintien d’une croissance robuste alimente les débats autour du niveau véritable de l'écart de production et du rythme de la croissance potentielle. Cette double incertitude explique pourquoi la patience, la persévérance et la prudence restent les mots d’ordre de la BCE malgré les bonnes performances de croissance.
Pic de confiance des consommateurs ? 13/04/2018
Les points de retournement de l’opinion des ménages sur l’opportunité de faire des achats importants précèdent ceux de l’indice global de confiance. La différence d’opinion concernant ces dépenses entre les ménages des quartiles de revenus supérieur et inférieur est très cyclique et les points de retournement de cette courbe précèdent ceux de la confiance des consommateurs. A en juger par des observations récentes, le pic cyclique de confiance des consommateurs n’est plus très loin.
Zone euro : encore de la marge ? 06/04/2018
La poursuite d'une croissance forte en zone euro alimente les débats autour du niveau véritable de l'écart de production et du rythme de la croissance potentielle.
Demande insatisfaite de consommation en zone euro : espoir ou inquiétude ? 06/04/2018
Dans la plupart des pays de la zone euro, la consommation de biens durables rapportée au revenu reste inférieure au pic conjoncturel antérieur. La confiance des ménages, quant à elle, a tendance à être supérieure à son pic passé. Il existerait donc une demande insatisfaite de consommation, et les ménages resteraient sceptiques quant au caractère durable de la robustesse de la croissance actuelle.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1794 articles et 490 vidéos