eco TV Week

Zone euro : Inflation en vue?

19/05/2017

Faut-il croire au retour de l'inflation d'ici la fin de l'année ?

Thibault MERCIER

TRANSCRIPT // Zone euro : Inflation en vue? : mai 2017

Malgré l’embellie conjoncturelle, les tensions inflationnistes demeurent faibles en zone euro. Plus spécifiquement,  l’inflation sous-jacente ne montre toujours pas de signes convaincants de redressement. Le pic du mois d’avril, qui a vu l’inflation sous-jacente bondir à 1,3%, est essentiellement temporaire et lié à des décalages dans le calendrier des vacances de Pâques.

Fondamentalement, la faiblesse de l’inflation renvoie au déficit d’activité et d’emploi qui caractérise toujours la zone euro en dépit de la reprise. Ce déficit se traduit notamment par une progression lente des salaires. Pour que la reprise entre dans sa phase inflationniste, il faut que la situation sur le marché du travail s’améliore davantage. En principe il faut que le taux de chômage atteigne son niveau dit « structurel », celui justement à partir duquel se matérialisent des tensions sur les salaires.

L’OCDE calcule un taux de chômage structurel en zone euro à 8,8%, c’est-à-dire  0,7 point en deçà du niveau aujourd’hui constaté. Si l’on se fie à cette estimation et que la tendance à la baisse du taux de chômage se poursuit au rythme actuel, l’économie européenne devrait progressivement entrer dans une phase inflationniste d’ici la fin de l’année. Dans cette optique, il est logique que la Banque centrale européenne commence à étudier les modalités de retrait de ses mesures de soutien à l’économie.

Mais le redressement de l’inflation pourrait prendre davantage de temps. En effet, il est possible que le taux de chômage ne donne qu’une image partielle du niveau des capacités de production sous employées. Dans une note récente, des économistes de la BCE ont calculé une mesure plus large du sous-emploi incluant des personnes à temps partiel désirant travailler plus et des personnes sans emploi mais non répertoriées comme chômeurs. Ils arrivent à une mesure des capacités excédentaires de l’ordre de 18% soit le double du taux de chômage aujourd’hui observé en zone euro. Si tel était le cas, le rétablissement complet du marché de l’emploi serait alors un processus beaucoup plus graduel, de même que la normalisation de la politique monétaire, en ligne finalement avec l’expérience américaine.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

« Et croyez-moi, ce sera suffisant » : cinq ans plus tard… 21/07/2017
Les mots « Et croyez-moi, ce sera suffisant » prononcés en 2012 par Mario Draghi se sont concrétisés en deux temps, d'abord avec le lancement du programme OMT puis un assouplissement quantitatif (QE). Pour paraphraser son discours de Londres, et compte tenu du cycle actuel, les marchés aimeraient désormais entendre « concernant la normalisation, croyez-moi, le processus sera suffisamment lent »… Reste à voir si ces mots seront prononcés un jour.  
De "ce sera suffisant" à "le processus sera suffisamment lent" ? 21/07/2017
Le discours de Mario Draghi du 26 juillet 2012 avait nettement contribué à calmer les marchés. Aujourd’hui, comment lancer le processus de normalisation de la politique monétaire sans perturbation majeure ?
Eblouis par la lumière ? Convergence et écarts en zone euro 13/07/2017
La zone euro bénéficie d’une conjoncture particulièrement favorable. Ce dynamisme est partagé par l’ensemble de ses membres mais des écarts structurels importants subsistent. L’environnement actuel invite à mener une politique structurelle afin de stimuler la croissance potentielle et d’augmenter la résilience en cas de retournement cyclique.
L'heure est aux politiques structurelles 13/07/2017
Les Etats membres de la zone euro affichent une croissance robuste. D’importantes différences structurelles subsistent. La conjoncture actuelle est particulièrement favorable à une politique de stimulation de la croissance potentielle et de renforcement de la résilience.
Convergence cyclique, différences structurelles 13/07/2017
La convergence cyclique se renforce depuis quelques années dans la zone euro avec une moindre dispersion des soldes budgétaires, du chômage, de l’inflation, etc.
La syntaxe de Sintra 07/07/2017
Le marché a fortement réagi au discours de Mario Draghi à la conférence de la BCE à Sintra. Cela témoigne du grand malaise créé par la perspective d'une normalisation de la politique monétaire. Les réunions du Conseil des gouverneurs de la BCE du 20 juillet et du 7 septembre revêtent une importance toute particulière.
De mieux en mieux 06/07/2017
La croissance économique est de plus en plus rapide et… solide. L’accélération des créations d’emplois et le redressement du taux d’investissement augmentent la résistance de la reprise aux chocs extérieurs. La Banque centrale européenne a pris acte de cette embellie, d’abord en abandonnant la référence à des taux d’intérêt directeurs potentiellement plus bas à l’avenir ; ensuite en se disant prête à ajuster sa politique à l’amélioration conjoncturelle. Un optimisme qui n’empêcherait pas une certaine prudence, notamment en regard du sous-emploi des capacités de production, dont l’ampleur est sujette à débat.
BCE : une question d'équilibre 30/06/2017
La communication de la BCE entretient l’équivoque, ce qui évite une transition trop brutale vers la normalisation monétaire.
BCE : confiance, persévérance, prudence 30/06/2017
La communication de la BCE entretient l’équivoque, ce qui évite une transition trop brutale vers la normalisation monétaire.
La BCE reste prudente 09/06/2017
La BCE a amendé sa "forward guidance" prenant acte de l'amélioration économique en zone euro. Mais elle reste prudente sur les perspectives d'inflation.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1570 articles et 400 vidéos