eco TV Week

Le coût de la menace protectionniste

11/05/2018

Même si en réalité rien ne change, s'inquiéter du protectionnisme peut néanmoins agir comme un frein économique, les menaces et les contre-menaces nourrissant l'incertitude.

William DE VIJLDER

TRANSCRIPT // Le coût de la menace protectionniste : mai 2018

Est-ce que s'inquiéter d'une guerre commerciale finit par causer des dommages économiques ?

La question vient à l'esprit à la lecture des récents rapports portant sur les perspectives économiques. Bien souvent, le risque d'une guerre commerciale figure en haut de la liste des surprises défavorables. Le dernier en date est fourni par la Commission européenne qui, dans ses Prévisions de printemps, stipule que «les différends commerciaux pourraient faire dérailler l'expansion actuelle». Le message ne pouvait être plus clair.

Bien que vivement débattue, l'action reste limitée car la marge de manœuvre a été laissée à la négociation. Cela a apporté un soulagement mais également des déclarations fermes, dans les deux sens, dans le cadre des négociations de l'Alena ou, plus encore, du bras-de-fer entre les États-Unis et la Chine.

S'inquiéter des mesures protectionnistes ou d'une rupture des accords commerciaux en place depuis de nombreuses années peut agir, au final, comme un frein économique même si pour l’instant rien ne change. La raison est que les menaces et les contre-menaces augmentent l'incertitude.

 

S'inquiéter du protectionnisme augmente l'incertitude parce que l'évolution économique dans un scénario de « non-guerre » serait très différente de celle d'un scénario de guerre commerciale. Dans ce dernier cas, quatre effets peuvent être envisagés :

  1. Effets directs à court terme : ralentissement de la croissance, augmentation de l'inflation
  2. Effets indirects à court terme : les entreprises frappées par les droits de douane à l'importation essayeront d'exporter davantage vers d'autres pays. Les droits de douane, qui constituaient d’abord un problème bilatéral, finissent par devenir une question multilatérale touchant de nombreux pays.
  3. À plus long terme, les investissements directs étrangers peuvent également souffrir lorsque la compétitivité des exportations d'un pays souffre de mesures protectionnistes imposées par un autre.
  4. Enfin, les chaînes de valeur mondiales seront également modifiées, les entreprises cherchant à minimiser l'impact de l'augmentation des droits de douane.

En outre, le manque de clarté du calendrier de la décision d'augmenter ou non les droits de douane est une autre source importante d'incertitude.

 

Les différences importantes dans les résultats, selon le scénario retenu, soulèvent des incertitudes, et un manque total de visibilité sur la durée de la situation aggrave les choses.

Pourquoi l'incertitude agit-elle comme un obstacle ? La réponse tient en grande partie à l'irréversibilité des décisions.

Pour cette raison, les entreprises retarderont les investissements et l'embauche, tandis que les ménages reporteront les dépenses importantes.

L'incertitude pèsera également sur les prix des actifs et pourrait pousser les banques à se montrer plus prudentes au moment d’accorder des prêts.

Quantifier ces effets est impossible car la psychologie joue un rôle important. Il ne fait cependant aucun doute qu'une période prolongée de tensions commerciales pourrait, via le canal de l'incertitude, peser sur les perspectives de croissance.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Rentrée économique : les défis se multiplient 11/09/2018
La menace protectionniste, omniprésente dans les médias, n’a pas empêché Wall Street d’atteindre de nouveaux sommets, portée par la croissance des bénéfices et une Réserve fédérale perçue comme accommodante.
Leviers d’endettement bancaire : dix ans après 05/09/2018
Au lendemain de la crise financière de 2007-2008, les régulateurs internationaux ont considérablement renforcé les exigences de fonds propres bancaires. Depuis, les ratios de levier moyens des banques (fonds propres comptables/bilans consolidés) ont nettement progressé jusqu’à atteindre fin 2017 7,3% en zone euro et 10,1% aux Etats-Unis, contre respectivement 4% et 6,9% en 2008. Au-delà de ces évolutions, les niveaux relatifs des ratios doivent toutefois être mis en regard des modes de financement très différents des deux économies et de la structure de l’épargne. Aux Etats-Unis, d’une part, l’économie s’appuie davantage sur les marchés de capitaux que sur les prêts inscrits dans les bilans bancaires. La titrisation de créances immobilières bénéficiant des garanties fédérales, notamment, permet de réduire la taille des bilans bancaires. Il en résulte un transfert partiel du levier du système bancaire vers des entités moins régulées. D’autre part, les passifs bancaires y représentent une plus faible proportion de l’épargne des ménages. Ainsi, à l’échelle de l’économie, la probabilité que les fonds propres bancaires jouent le rôle de matelas d’absorption entre d’éventuelles pertes sur actifs et l’épargne est sans doute plus faible aux Etats-Unis que dans la zone euro.
Comment l’appétence pour le risque peut se volatiliser 28/07/2017
La politique monétaire a une influence importante sur les prix des actifs. Ceux-ci fluctuent davantage que les "fondamentaux" en raison des variations importantes de la prime de risque. Ces fluctuations reflètent l'hétérogénéité des acteurs de marché. Pour aller plus loin Lire l'article de William De Vijlder : Comment l’appétence pour le risque peut se volatiliser
Perdant-perdant ? 30/06/2017
La normalisation des politiques monétaires est un exercice d'équilibriste : un resserrement trop rapide fait courir le risque de tuer la reprise, un autre trop tardif d’augmenter l'inflation et de mener, dans un deuxième temps, à une hausse de taux plus agressive. Pour aller plus loin Lire l'article de William De Vijlder : Resserrement monétaire : un jeu perdant-perdant ?
Global : Synchronisation des surprises 11/01/2017
Les données économiques récentes se sont révélées solides et étonnamment favorables : les chiffres ont été meilleurs qu’attendu aux Etats-Unis, dans la zone euro et dans les marchés émergents (vingt pays au total).  Une telle synchronisation des surprises (les trois indicateurs se trouvant simultanément en territoire positif) n’est pas si courante. Cette embellie simultanée pourrait être due par coïncidence à des raisons propres à chaque pays, ou à un facteur commun comme la perspective d’une relance budgétaire aux Etats-Unis. Nous en saurons plus dans les prochains mois. Un autre élément frappant a été la forte hausse de l’indice de surprise de la zone euro qui a atteint un niveau tel qu’il devient de plus en plus difficile de continuer à surprendre favorablement.
Un euro faible pour longtemps 06/01/2017
L’euro à nouveau très bas contre dollar. Une situation qui devrait perdurer…
2017 : une année décisive pour les négociations sur le climat 06/01/2017
En novembre 2016, l'accord de Paris sur le climat entrait en vigueur et les pays décidaient même d'en accélérer la mise en oeuvre. Cependant, la présidence de Trump jette une ombre sur la capacité d'avancer.
L'année 2016 en graphiques 23/12/2016
2016 a été une année pleine de surprises sous bien des aspects : Brexit, victoire de Donald Trump, virage de la politique économique avec la perspective d’une approche moins monétaire et davantage budgétaire, accord de l'OPEP, de meilleures données économiques en fin d'année, etc. Sans oublier les fulgurantes fluctuations des marchés actions, obligations, devises et matières premières qui reflètent tout autant une évolution des fondamentaux économiques que le retour de l'appétit pour le risque des investisseurs. Les conséquences économiques de ces phénomènes seront particulièrement visibles en 2017. Nous ne manquerons pas de les décrypter tout au long de l'année dans nos diverses publications. Pour patienter, ce numéro spécial d'EcoFlash présente une sélection de graphiques indispensables pour comprendre 2016 mais aussi, bien souvent, pour envisager 2017.
Tout en nuance 16/12/2016
Relèvement des taux par la Fed... prudent. Maintien du statu quo par la BoE... prudent. Prochaines décisions... prudentes.
Aux origines de la faiblesse du commerce mondial 18/11/2016
La croissance du commerce mondial, au regard de celle du PIB, a fortement ralenti depuis 2012. La question se pose alors de savoir si des facteurs conjoncturels, et en premier lieu le manque de vigueur de l’investissement, sont à l’origine du ralentissement des échanges commerciaux, ou si celui-ci révèle des changements plus profonds, auquel cas le commerce mondial renouera difficilement avec la dynamique observée entre le milieu des années 1990 et 2000.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1908 articles et 526 vidéos