Perspectives

PDF
e
7
EcoPerspectives // 4 trimestre 2018  
economic-research.bnpparibas.com  
Allemagne  
Assagissement à horizon 2019  
La croissance a nettement décéléré en 2018, tout en restant supérieure à son potentiel. Les tensions sur le marché du travail ont abouti à des  
accords salariaux généreux. L’inflation sous-jacente n’en est pas moins restée morose. Malgré une orientation budgétaire légèrement  
expansionniste et des conditions monétaires très accommodantes, le rythme de la croissance risque de ralentir encore en 2019 sous l’effet de la  
dégradation de l’environnement extérieur. Les pénuries de main-d’œuvre pourraient s’aggraver dans le secteur du bâtiment. L’augmentation des  
coûts unitaires de main-d’œuvre entraînera progressivement une hausse des prix à la consommation. Malgré le renforcement potentiel des  
tensions politiques, la perspective d’une défaite pourrait servir de ciment et permettre à la coalition de rester soudée.  
1- Croissance et inflation  
Repli de la croissance de la production en 2018  
Croissance du PIB (%)  
Inflation (%)  
Grace à la robustesse de la demande intérieure et du commerce  
extérieur, l’activité allemande a progressé de 2,5 % en 2017. Bien  
que toujours supérieure au taux potentiel, la croissance a, toutefois,  
beaucoup ralenti par la suite. Au début de 2018, le PIB a progressé  
de 2 % par rapport à l’année précédente, un rythme qui se  
maintiendrait sur le reste de l’année.  
Prévision  
Prévision  
2.5  
2
.2  
2.1  
1
.9  
1.9  
1
.7  
1
.6  
1.5  
La décélération de la croissance est particulièrement sensible dans  
l’industrie manufacturière. Les commandes étrangères de biens  
d’équipement allemands ont rapidement chuté sous l’effet du  
ralentissement de la croissance mondiale, dû aux difficultés dans  
les marchés émergents et à la montée des incertitudes  
géopolitiques. Par ailleurs, l’activité s’est renforcée dans le bâtiment  
en raison de conditions financières accommodantes et des pénuries  
de logements. Dans le secteur des services, les conditions  
économiques n’ont guère changé depuis le début de l’année.  
0.4  
0
.1  
1
5
16  
17  
18  
19  
15  
16  
17  
18  
19  
Sources : Comptes nationaux, BNP Paribas  
2
- Chute des commandes étrangères de biens d’équipement  
Commandes d’équipement (2015=100, moyenne mobile sur trois mois)  
venant de :  Etranger • • • Allemagne  
Avec une croissance économique supérieure à son potentiel, des  
contraintes de capacités ont commencé à apparaître. Depuis le  
quatrième trimestre 2017, le taux d’utilisation des capacités dans le  
secteur manufacturier est d’environ 88 %, un niveau qui n’avait plus  
été atteint depuis 2007-2008, juste avant la Grande récession. Les  
tensions sur le marché du travail se renforcent également alors que  
le taux de chômage atteignait 3,4 % à peine en septembre, son plus  
bas niveau depuis la réunification. Les immigrants économiques et  
les demandeurs d’asile contribuent de plus en plus à pourvoir les  
postes vacants. Entre le début de l’année et le mois de juillet,  
1
20  
115  
1
1
10  
05  
100  
9
9
8
5
0
5
3
00 000 étrangers supplémentaires ont trouvé un emploi, soit  
2
015  
2016  
2017  
2018  
environ 50 % du total des postes créés. Un tiers d’entre eux était  
des demandeurs d’asile non européens.  
Sources : Deutsche Bundesbank, BNP Paribas  
Avec le renforcement des tensions sur le marché du travail, les  
syndicats ont obtenu de solides accords salariaux. Les employés  
des grands secteurs d’activité comme la métallurgie, l’ingénierie  
électrique, la construction et les services publics verront leurs  
salaires augmenter en termes annualisés de plus de 3 %. De plus,  
ces accords ont été conclus pour une durée assez longue, de plus  
de 27 mois. Ces augmentations salariales ne se sont pas encore  
répercutées sur les prix à la consommation. En septembre,  
l’inflation sous-jacente s’inscrivait à 1,2 % à peine.  
représentants de la CDU/CSU et du SPD. Ce programme pourrait  
représenter un coût total de EUR 90 mds, soit 0,7 % du PIB par an.  
Selon les estimations du FMI, le budget n’aura qu’un impact limité  
sur le PIB. En cumulé sur quatre ans, il aura pour effet d’accroître le  
PIB d’environ 0,5 point de pourcentage et le ratio de la dette  
publique sur le PIB, d’environ 1,25 % du PIB. Il pourrait, par ailleurs,  
réduire l’excédent actuel des comptes courants de 0,25 point de  
pourcentage du PIB. Compte tenu du décalage habituel de la mise  
en œuvre, cet effet se fera essentiellement sentir sur la période  
Un coup de pouce budgétaire modeste  
2
019-2021.  
Le programme de la coalition pour la période 2018-2022 est le  
résultat d’un compromis soigneusement négocié entre les  
e
8
EcoPerspectives // 4 trimestre 2018  
economic-research.bnpparibas.com  
Le gouvernement  
a
mis l’accent sur l’amélioration des  
2- Les travailleurs immigrés réduisent la pénurie  
infrastructures. Les dépenses d’investissement au niveau fédéral  
s’élèveront à EUR 150 mds sur la période 2019-2022. La priorité  
sera notamment donnée aux infrastructures routières, à l’éducation,  
au logement et aux technologies numériques. Le programme est en  
partie financé par les recettes des adjudications de fréquences de  
téléphonie mobile 5G.  
Travailleurs immigrés en % de l’emploi total  
UE28  • • hors UE28  
pénurie de main d’œuvre (solde d’opinion, é. d.)  
7
6
5
4
40  
30  
20  
10  
0
Le deuxième objectif est de soutenir le pouvoir d’achat des familles  
aux revenus faibles à moyens. Les allocations familiales et  
abattements fiscaux pour enfants à charge vont être augmentés, et  
les pensions des personnes ayant élevé des enfants seront  
bonifiées. De plus, le gouvernement entend améliorer les services  
de la petite enfance et de l’enfance et accroître le nombre d’écoles  
primaires à horaires étendus. Grâce à ces mesures, les parents  
pourront concilier plus facilement leur activité professionnelle et  
l’éducation de leurs enfants. En affectant davantage de fonds à une  
politique active du marché de l’emploi, le gouvernement espère  
réduire le chômage de longue durée. Les familles avec enfants  
appartenant à la classe moyenne se verront, par ailleurs, allouer  
des aides à l’achat d’un logement. Enfin, la taxe de solidarité sera  
supprimée pour 90% des imposables vers la fin du mandat du  
gouvernement en 2021.  
3
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018  
Sources : Eurostat et Commission européenne, BNP Paribas  
 Retour potentiel en 2019  
Malgré une orientation de politique budgétaire légèrement  
expansionniste et des conditions monétaires très accommodantes,  
la croissance économique pourrait décélérer encore et rejoindre son  
taux potentiel suite à la dégradation de l’environnement extérieur.  
Les dépenses intérieures seront probablement le principal moteur  
de la croissance. Même si la croissance de l’emploi est appelée à  
ralentir, la progression du revenu disponible devrait rester robuste  
grâce aux accords salariaux élevés déjà conclus. De plus, l’activité  
dans le secteur du bâtiment continue de bénéficier de conditions de  
financement accommodantes et de la hausse des prix des  
logements. La pénurie de main-d’œuvre qualifiée va néanmoins  
freiner la croissance de la production dans ce secteur. Par ailleurs,  
les perspectives relatives au secteur manufacturier demeurent  
incertaines. Devant l’accentuation des tensions géopolitiques, les  
chefs d’entreprise sont peu enclins à s’engager dans de nouveaux  
projets d’investissement, une situation qui va certainement peser  
sur l’industrie manufacturière allemande, spécialisée dans les biens  
d’équipement.  
Cependant, le programme du nouveau gouvernement a quelque  
peu oublié le secteur des entreprises. Ce dernier bénéficiera, certes,  
des investissements dans les infrastructures et les technologies  
numériques, mais il ne pourra compter sur aucune réduction d’impôt.  
Le gouvernement espère à la place parvenir à un accord avec la  
France et quelques autres pays de l’UE sur une assiette commune  
consolidée pour l’impôt sur les sociétés et un taux d’imposition  
commun.  
En dépit de l’accroissement des dépenses, les finances publiques  
vont probablement rester excédentaires, grâce à l’accélération des  
recettes fiscales, due à une conjoncture porteuse. Les comptes  
publics devraient continuer à dégager un excédent, et le ratio de la  
dette sur PIB à progressivement reculer, pour atteindre 56 % en  
2
019, bien en dessous de la limite de 60 %, fixée par le Traité de  
Maastricht.  
Malgré les succès économiques, la coalition entre la CDU/CSU  
Il faut s’attendre à une hausse rapide des coûts unitaires de main-  
d’œuvre sous l’effet d’accords salariaux élevés et de la hausse du  
salaire minimum réglementaire, de 4 % en 2019 et de 1,75 % en  
(
chrétiens-démocrates) et le SPD (sociaux-démocrates) n’a pas vu  
sa cote de popularité augmenter. Conformément aux attentes, les  
partis de la coalition ont subi une large défaite lors de l’élection  
régionale de Bavière le 14 octobre dernier. En revanche, les Verts  
et l’AfD (droite populaire), qui avaient milité sur des programmes  
diamétralement opposés, ont renforcé leurs positions. Une autre  
défaite des partis de la coalition est anticipée dans l’élection locale  
en Hess le 28 octobre prochain, de quoi accentuer les pressions  
pour la démission de la chancelière Angela Merkel. La perspective  
d’une défaite lors des élections anticipées pourrait, néanmoins,  
servir de ciment à la coalition et lui permettre de rester soudée.  
2
020. Ces coûts seront progressivement répercutés sur le  
consommateur final. Le déflateur du PIB va, selon les prévisions,  
augmenter de 1,5 % en 2017 à plus de 2 % en 2019. De plus, le  
taux d’inflation hors énergie et alimentation est appelé à remonter  
progressivement de 1,3 % en 2017 à 1,7 % en 2019 et pourrait  
atteindre 2 % l’année suivante.  
Raymond Van der Putten  
raymond.vanderputten@bnpparibas.com  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1942 articles et 535 vidéos