Emerging

PDF
Russie  
Consolidation macroéconomique  
La situation macroéconomique de la Russie s’est sensiblement consolidée au cours des derniers mois. La croissance économique a  
accéléré à +0,5% en g.a. au T1 2017 et les derniers indicateurs d’activité font état d’une reprise de la consommation des ménages au  
début du T2 2017. La stabilisation de la situation dans le secteur bancaire depuis la fin d’année devrait permettre de soutenir la  
reprise au S2 2017. Par ailleurs, sur les cinq premiers mois de l’exercice budgétaire 2017, le déficit a sensiblement diminué grâce à la  
fois à la hausse des revenus du pétrole et du gaz et à la baisse des dépenses. Dans le même temps, les autorités russes ont  
commencé à renflouer le fonds de réserve en utilisant les excès de recettes budgétaires, sans que cela ne pèse sur le rouble.  
Reprise de la consommation privée  
1- Prévisions  
Au premier trimestre 2017, l’activité économique russe a rebondi de  
0,5% en glissement annuel (g.a.). La croissance a principalement  
2
015 2016 2017e 2018e  
+
PIB réel, variation annuelle, %  
-2,8 -0,2  
15,5 7,1  
1,4  
4,5  
1,6  
4,5  
été soutenue par le rebond des investissements alors que la  
consommation des ménages a continué de se contracter.  
Néanmoins, depuis le mois de mars, les ventes au détail ont cessé  
de baisser. Elles ont enregistré une croissance de +0,9% en avril en  
g.a. et les ventes automobiles ont rebondi de +5,1% en g.a.  
Inflation, IPC, var. annuelle, %  
Solde budg.du gouvernement et des adm.  
Dette des adm. publiques, % du PIB  
Balance courante, % du PIB  
-3,4 -3,7 -2,7 -2,1  
17,7 18,4 19,0 19,3  
5,0 1,9 3,4 3,2  
38,9 38,1 32,2 30,6  
320 318 349 395  
Dette externe, % du PIB  
La reprise de la consommation privée a été favorisée par la hausse  
des salaires réels induite par le net ralentissement de l’inflation et la  
baisse du taux de chômage. En mai, la hausse sur un an des prix à  
la consommation n’était plus que de 4,1% contre 7,3% un an plus  
tôt. Toutefois, la banque centrale estime que l’inflation serait proche  
de son point bas et qu’elle devrait être de l’ordre de 4% en fin  
d’année. Dans le même temps, la production industrielle a accéléré  
de +5,6% en g.a. en mai et les indices de confiance des  
entrepreneurs sont bien orientés dans l’industrie manufacturière  
comme dans les services.  
Réserves de change, mds USD  
Réserves de change en mois d'imports  
Taux de change RUB/USD (fin d'année)  
10,8 11,2 10,9 11,2  
72,5 60,3 60,0 62,0  
e : estimations et prévisions BNP Paribas Recherche Economique Groupe  
2
- Production industrielle et indice PMI manufacturier  
 Production industrielle (g.a., %, é.g.)  PMI (é.d.)  
4
56  
Par ailleurs, la position des entreprises non financières s’est  
consolidée au cours de l’année 2016. Dans l’ensemble, les profits  
ont augmenté de près de 38%. Les plus fortes hausses ont été  
enregistrées dans l’industrie manufacturière et notamment dans  
l’industrie textile et la production de machines et équipements. De  
plus, le nombre d’entreprises liquidées s’est stabilisé à 9,9 pour  
5
5
4
3
2
1
0
5
53  
5
2
1
5
1
000 en février et mars 2017 alors qu’il s’élevait à 19,1 pour 1000  
en décembre 2016. La baisse des taux d’intérêt sur les prêts en  
roubles aux entreprises (-200 points de base en un an), favorisée  
par l’assouplissement monétaire, devrait consolider davantage la  
position des entreprises et soutenir la reprise de leurs  
investissements.  
50  
4
9
8
-
1
2
4
-
47  
2014  
2015  
2016  
2017  
Source : Rosstat  
Stabilisation de la situation dans le secteur bancaire  
Dans un environnement économique beaucoup plus favorable, la  
situation dans le secteur bancaire s’est stabilisée fin 2016. La  
qualité des actifs bancaires a cessé de se dégrader. Le ratio des  
créances douteuses a baissé de 0,6 point en quatre mois pour  
s’établir à 9% en avril 2017 et la part de l’ensemble des créances à  
Dans le même temps, le déficit de liquidité s’est totalement dissipé,  
les banques russes présentant un excès de liquidité depuis le début  
de l’année. Dans ces conditions, la banque centrale a introduit de  
nouveaux instruments de politique monétaire afin de maintenir les  
taux sur le marché monétaire proches du taux directeur.  
1
risque s’est stabilisée à 18,8%.  
Par ailleurs, en un an les profits des banques russes ont été  
multipliés par cinq pour atteindre RUB 930 mds, soit le niveau qui  
prévalait avant la crise. Les statistiques disponibles pour le premier  
trimestre 2017 confirment cette amélioration.  
De plus, les ratios de solvabilité, CAR et Tier1 CAR, ont cessé de  
se dégrader dès la fin du premier semestre 2016 pour atteindre  
respectivement 13,3% et 9,2% en avril.  
Néanmoins, en dépit d’une stabilisation de la situation dans le  
secteur bancaire, l’activité de crédit reste encore faible. Ajusté des  
variations de change, le stock de crédits au secteur privé s’est  
1
Définies comme la somme des créances douteuses, des retards de paiement et  
des créances irrécouvrables  
economic-research.bnpparibas.com  
Russie  
3ème trimestre 2017  
5
contracté de 2,1% en g.a. sur l’ensemble de l’année 2016. Sur les  
trois premiers mois de 2017, la tendance ne semble pas s’être  
inversée.  
3
- Taux de change et réserves de change  
Taux de change RUB/USD (é.g. inversée)  Réserves de change  
USD mds, é.d.)  
(
3
0
500  
Consolidation budgétaire en début d’année  
Le déficit budgétaire du gouvernement fédéral est estimé à 1,7% du  
PIB sur les cinq premiers mois de l’année 2017, soit en baisse de  
40  
4
50  
2
,9 points par rapport à l’année dernière. Sur la même période, le  
50  
déficit primaire a diminué pour n’atteindre que 0,8% du PIB.  
400  
60  
70  
80  
90  
Cette consolidation résulte, d’une part, de la hausse des revenus du  
pétrole et du gaz (+0,9 point de PIB), qui a compensé la baisse des  
recettes hors pétrole et gaz et, d’autre part, de la baisse des  
3
50  
2
dépenses du gouvernement qui ont diminué de près de 3 points de  
300  
250  
PIB. Ainsi, sur les cinq premiers mois de l’année, le déficit  
budgétaire hors pétrole et gaz a enregistré une baisse de 4,6% pour  
s’établir à 7,9% du PIB.  
2014  
2015  
2016  
2017  
Source : Banque centrale russe (CBR)  
Sur les trois premiers mois de l’année le déficit a été financé à 70%  
par des prélèvements sur le fonds de réserve, le solde ayant été  
financé par des émissions de dette sur le marché domestique.  
Néanmoins, la mise en place, en février dernier, d’une nouvelle  
règle fiscale visant à utiliser les excès de recettes sur les activités  
pétrole et gaz , pour acquérir des devises sur le marché des  
changes afin de renflouer le fonds de réserve, a permis de le  
maintenir à un niveau stable depuis le début de l’année  
Il est peu probable que la chambre des représentants ne vote pas  
en faveur du durcissement des sanctions à l’égard de la Russie, à  
moins qu’elle n’assouplisse quelque peu le projet de loi initial sous  
la pression de l’Allemagne et de l’Autriche. En effet, ces deux pays,  
dont les entreprises sont impliquées dans de nombreux projets  
énergétiques russes, ont fait savoir qu’ils désapprouvaient le vote  
de ce projet de loi car il prévoit notamment des sanctions  
financières à l’encontre des entreprises qui contribueraient d’une  
manière ou d’une autre à la construction des pipelines russes.  
3
(
USD 16 mds). Par ailleurs, en dépit du risque de durcissement des  
sanctions américaines, le ministère des Finances russe est parvenu  
à émettre pour USD 3 mds d’obligations en juin dernier.  
Dans le même temps, l’Union européenne a prolongé les sanctions  
à l’encontre de la Russie pour six mois supplémentaires.  
Vers un durcissement des sanctions américaines ?  
Le 15 juin dernier, le Sénat américain a voté un projet de loi afin,  
d’une part, de durcir les sanctions à l’égard de la Russie et, d’autre  
part, d’empêcher le président Donald Trump d’assouplir sa politique  
sans l’accord préalable du Congrès.  
Consolidation des comptes extérieurs  
Sur les cinq premiers mois de l’année 2017 les comptes extérieurs  
de la Russie se sont sensiblement consolidés en raison, notamment,  
de l’amélioration des termes de l’échange. Le rouble s’est stabilisé  
autour de 57 RUB / USD (+6% en g.a.), en dépit des interventions  
de la banque centrale pour acheter du dollar (dans le cadre de son  
programme de renflouement du fonds de réserve), et les réserves  
de change ont augmenté de près de USD 19 mds à USD 326 mds  
Ce projet de loi (adopté à 98 voix pour et deux voix contre) prévoit  
d’étendre les sanctions existantes aux entreprises publiques des  
secteurs minier, métallurgique, des transports ferroviaire et maritime  
ainsi que des pipelines. De plus, il prévoit de réduire la durée de  
financement des banques et des entreprises pétrolières russes à  
respectivement quatorze et trente jours, contre quatre-vingt-dix  
jours actuellement. Il interdit, par ailleurs, toute prise de participation  
d’une valeur supérieure à USD 10 mn dans le capital d’une  
entreprise russe « proche du gouvernement » et à terme, tout achat  
(
ce qui équivaut à près de seize mois d’importations de biens et  
services).  
Au T1 2017, la balance des paiements a enregistré un excédent  
(
hors variation des réserves de change) de plus de 4,1% du PIB  
4
(soit près de deux points de PIB supplémentaires par rapport au  
T1 2016). Le solde courant a augmenté de 1,6 point de PIB par  
rapport au T1 2016 pour atteindre 6,7% du PIB sous l’impulsion  
d’une hausse de l’excédent commercial, reflet de la hausse des prix  
du pétrole et du gaz.  
de bons du Trésor pourrait être interdit .  
Par ailleurs, tout assouplissement des sanctions nécessitera au  
préalable l’accord des deux tiers des membres de la Chambre des  
représentants et du Sénat alors qu’à ce jour le président, seul, avait  
l’autorité suffisante pour le faire.  
Dans le même temps, en dépit des importants remboursements de  
dette de la part des banques, le déficit du compte financier a  
légèrement diminué de 0,4 point de PIB à 2,6% du PIB.  
Le projet de loi doit encore être adopté par la Chambre des  
représentants. Il devra ensuite être ratifié par le président américain.  
2
Au T1 2017, près de 60% des dépenses étaient consacrées aux retraites et à la  
défense.  
3
Dans le cas où le prix international du pétrole serait supérieur à celui fixé dans le  
budget 2017, soit USD 40 le baril.  
4
Le Trésor américain se réserve le droit d’interdire tout achat de titres souverains  
russes dans les six mois qui suivront l’adoption de la loi.  
economic-research.bnpparibas.com  
Russie  
3ème trimestre 2017  
6
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1605 articles et 408 vidéos