Emerging

PDF
Bulgarie  
Contexte économique favorable pour le nouveau gouvernement  
Les législatives anticipées, organisées à la suite des élections présidentielles remportées par le socialiste Rumen Radev, renforcent  
la position de son parti mais ne lui permettent pas de former un gouvernement. Celui-ci sera dirigé par l’ancien Premier ministre  
Boyko Borissov, le leader de la droite libérale et pro-européenne. Les politiques macroéconomiques devraient donc rester dans la  
continuité. La situation économique s’est nettement améliorée depuis deux ans, avec une accélération de la croissance et une  
amélioration des comptes extérieurs. Le secteur bancaire profite de cette amélioration pour poursuivre sa restructuration.  
Retour de la droite au gouvernement  
1- Prévisions  
Les élections anticipées ont eu lieu le 26 mars 2017, à l’issue de la  
dissolution du Parlement par le nouveau président Rumen Radev,  
lui-même élu en novembre 2016.  
2015 2016e 2017e 2018e  
PIB réel, variation annuelle, %  
Inflation,HICP, var. annuelle, %  
Solde budgétaire, % du PIB  
3,6  
-1,1  
-1,8  
3,5  
-1,3  
1,4  
2,9  
1,6  
2,6  
2,1  
Le parti du président (Parti Socialiste de Bulgarie, ou BSP) termine  
deuxième la course des législatives avec un score de 27,2%. Bien  
que sa position se trouve renforcée par rapport aux législatives  
précédentes, avec 80 sièges contre 39 en 2014-2016, il ne sera pas  
en mesure de former seul un gouvernement. Le parti de centre-droit  
-0,9  
-0,7  
Dette publique, % du PIB  
26,0 29,4 26,3 27,3  
-0,1 4,3 3,8 2,0  
75,0 74,3 72,2 70,4  
21 25 28 30  
Balance courante, % du PIB  
Dette externe, % du PIB  
Réserves de change, mds USD  
Réserves de change, en mois d'imports  
Taux de change EUR:BGN (fin d'année)  
(
Citoyens pour le Développement Européen, ou GERB) de l’ancien  
Premier ministre Boyko Borissov arrive en tête du scrutin avec  
2,7% des voix, remportant 95 sièges sur 240. Les Patriotes unis  
8,5 10,0 10,9 11,1  
1,96 1,96 1,96 1,96  
3
e: estimations et prévisions BNP Paribas Recherche Economique Groupe  
(
(
27 sièges) ainsi que le Mouvement des Droits et des Libertés  
DPS), qui représente la minorité turque, ont également franchi le  
2
La croissance repart, générant une baisse du chômage  
Croissance du PIB (é.g.)  Taux de chômage (é.d. inversée)  
seuil des 4% qui permet d’entrer au Parlement.  
Boyko Borissov s’apprête à revenir au poste de Premier ministre  
pour la troisième fois. Il a été aux commandes du pays de 2009 à  
2
013, puis de 2014 à 2016, avant sa démission en novembre 2016.  
8
0
2
4
6
8
1
Le parti de centre-droit consolide sa position après la défaite de sa  
candidate, Tsetska Tsacheva, aux présidentielles (à l’origine de la  
démission de Borissov en novembre 2016). Bien que GERB ait  
gagné onze sièges supplémentaires, son avancée ne lui permet pas  
de former seul un gouvernement. Il va donc devoir négocier une  
alliance avec l’un des partis minoritaires. En l’absence du Bloc  
réformiste, qui n’a pas franchi le seuil des 4% des suffrages, c’est la  
droite nationaliste, représentée par le mouvement « les Patriotes  
unis », qui apparaît comme le partenaire le plus probable de la  
nouvelle coalition gouvernementale.  
6
4
2
0
2
4
0
12  
14  
-
-
1
6
8
1
Ainsi, à l’issue d’une saison électorale mouvementée (élections  
présidentielles, puis parlementaires), la Bulgarie voit un nouvel  
équilibre politique de cohabitation se constituer avec un président  
socialiste et un premier ministre de droite qui veillera à la continuité  
des politiques économiques. A noter que la Bulgarie prendra la  
présidence du Conseil de l’UE en janvier 2018.  
-6  
20  
0
1 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16  
Source : FMI World Economic Outlook  
politique qui  
a
retardé certains projets d’investissement.  
L’investissement dans la construction a enregistré sa troisième  
année de baisse, mais semble amorcer une stabilisation pour 2017.  
Performance économique satisfaisante  
La consommation des ménages continue son accélération (+2,2%  
en 2016), bénéficiant d’un nouveau recul des prix (-1,3% en  
moyenne annuelle pour l’indice harmonisé HICP) et de  
l’amélioration des conditions sur le marché du travail. L’emploi  
affiche des tendances positives depuis plus de deux ans, avec un  
taux de chômage en recul de deux points par rapport à 2015, à  
8,7% en moyenne en 2016. Cette baisse se poursuit en 2017 : le  
taux de chômage a atteint 8,2% en février. Les salaires sont en  
hausse de 8% en valeur nominale en 2016, pour la deuxième année  
consécutive.  
La croissance du PIB a été de 3,5% en 2016, en léger retrait par  
rapport à 2015, mais bien au-dessus de la moyenne de l’UE. Après  
plusieurs années difficiles, marquées par un net ralentissement  
économique, le pays a donc retrouvé une trajectoire de rattrapage.  
Les exportations deviennent le premier moteur de la croissance  
avec une hausse de 6% en 2016 en volume. L’investissement s’est  
contracté de 4% en 2016 après deux années de hausse. On  
attribue ce renversement de tendance à la volatilité des fonds  
européens qui ont baissé en 2016, mais aussi à l’incertitude  
economic-research.bnpparibas.com  
Bulgarie  
2ème trimestre 2017  
17  
Excédents courants et afflux de fonds européens  
3- Solde courant et flux de capitaux hors dette  
En % du PIB  
L’excédent courant a atteint un record de 4,3% du PIB en 2016  
selon les statistiques nationales (comparé à un déficit de 0,1% du  
PIB en 2015). L’amélioration se poursuit depuis trois ans et résulte  
notamment d’une dynamique favorable du commerce extérieur. Si  
les exportations sont en hausse (+2,6% en valeur en 2016), les  
importations affichent une légère baisse (-0,9%) sous l’effet  
notamment de la baisse des prix de l’énergie et des matières  
premières. Le déficit commercial a pu ainsi atteindre 2,8% du PIB,  
son plus bas niveau depuis 1999 (voir graphique 3). Avec une  
hausse de 20% de la fréquentation touristique en 2016, la balance  
des services affiche un excédent en hausse de 15% en valeur en  
 IDE (entrées nettes)  Transferts nets de capitaux sans contrepartie  
- - - Balance commerciale  Solde de la balance courante  
en % du PIB  
30  
20  
10  
0
-
10  
-20  
30  
2
016.  
La nette amélioration du compte courant s’est accompagnée d’une  
hausse des flux de capitaux, soutenus par les transferts des fonds  
structurels européens. Après le record d’EUR 1,4 milliard (3% PIB)  
en 2015, l’excédent du compte du capital a baissé pour s’établir à  
EUR 1 md (2,3% du PIB) en 2016 (voir graphique 3). Cette baisse  
est due au retour à la normale, après une année 2015  
exceptionnelle où les transferts de l’exercice en cours (2014-2020)  
se sont ajoutés aux crédits encore non utilisés de l’exercice 2007-  
-
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016  
Sources : FMI, Commission européenne, BNP Paribas  
est donc désormais terminée. Le crédit devrait davantage soutenir  
la croissance économique dans les prochains trimestres. A la  
différence de la période du boom de crédit que le pays a connu en  
000-2008, la reprise du crédit est modérée et financée par la  
hausse des dépôts, qui affichent une croissance de 7% en rythme  
annuel début 2017.  
2
013 (la date limite de leur utilisation ayant été fixée à fin 2015). Les  
2
flux nets d’investissements directs étrangers restent positifs, à  
EUR 0,5 md, bien qu’en recul par rapport au record d’EUR 2,3 mds  
atteint en 2015. La hausse des excédents courants et  
l’augmentation des flux de capitaux non générateurs de dette ont  
permis le désendettement du pays. La dette extérieure est ainsi  
passée d’un plus haut de 101% du PIB en 2014 à 74% du PIB  
La position extérieure du secteur bancaire continue de s’améliorer  
avec des actifs extérieurs désormais supérieurs aux passifs. Les  
engagements des banques bulgares vis-à-vis des non-résidents  
continuent de se contracter (-10% en g.a. en janvier 2017) alors que  
l’actif étranger est en hausse (+9% en g.a.).  
(
EUR 35 mds) à fin 2016.  
Les réserves de change se sont également consolidées. En février  
2
017, les réserves de la Banque nationale de Bulgarie ont atteint  
La part des devises étrangères (principalement l’euro) dans les  
dépôts et les crédits aux résidents décroît mais reste élevée. A la fin  
de 2016, 52% des crédits des banques bulgares étaient encore  
libellés en devises. Ce ratio est en baisse depuis 2008 où il avait  
atteint 88%. Dans la mesure où la stabilité du régime de change est  
assurée, cette « euroisation » ne pose pas de problème majeur  
pour l’économie bulgare à court terme, mais elle est susceptible  
d’exacerber les chocs. La dynamique va donc dans le sens du  
renforcement de la stabilité du secteur bancaire.  
EUR 24 mds, couvrant dix mois d’importations et représentant 1,7  
fois la base monétaire, ce qui est très au-delà de la limite de  
soutenabilité du Currency Board Arrangement.  
La dynamique d’inflation ne suscite pas plus d’inquiétude quant à la  
soutenabilité de la devise. L’inflation est restée négative trois  
années d’affilée, mais sa remontée au cours des premiers mois de  
2017 montre que cette période déflationniste touche à sa fin.  
L’indice d’inflation atteint 0,9% en g.a. en février 2017, toujours en  
deçà de la moyenne de la zone euro (1,9% en g.a.).  
Le taux de créances douteuses (calculé à partir des données de la  
banque nationale), après avoir atteint son plus haut à 19% du total  
des créances en 2014 (11% du PIB), a amorcé une baisse pour  
atteindre 17% du total fin 2016. L’amélioration de la conjoncture  
économique renforce la solvabilité des entreprises et des ménages.  
La performance du secteur bancaire s’améliore également,  
permettant aux banques d’accroître leurs provisions et de renforcer  
leurs fonds propres. La revue de la qualité des actifs et les stress-  
tests réalisés par les vingt-deux banques bulgares en été 2016  
confirment globalement cette amélioration.  
L’amélioration de la balance des paiements, le désendettement  
externe et le renforcement de la liquidité extérieure soutiennent la  
stabilité du Currency Board Arrangement. L’ancrage de la devise  
bulgare à l’euro fait toujours consensus au sein des élites politiques  
et de la population. Cette politique reste soutenable et sera  
maintenue par la nouvelle majorité politique.  
Meilleures perspectives pour le secteur bancaire  
Le dynamisme économique ouvre de meilleures perspectives pour  
le secteur bancaire qui souffre de ratios de créances douteuses très  
élevés.  
Le crédit au secteur privé est reparti à la hausse. Après deux  
années de baisse, sa croissance a été de 1,8% en g.a. en valeur  
nominale en décembre 2016. Le mouvement accélère en 2017 avec  
une croissance de 3,3% en g.a. en janvier 2017. La crise du crédit  
economic-research.bnpparibas.com  
Bulgarie  
2ème trimestre 2017  
18  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1607 articles et 410 vidéos