Perspectives

PDF
Pays-Bas  
Face au mécontentement des électeurs  
Bien qu’ils soient parvenus à redresser l’économie néerlandaise, les partis de la coalition se dirigent vers une défaite cuisante lors  
des élections législatives du mois de mars. La prochaine assemblée sera plus eurosceptique, mais un référendum sur l'UE est très  
improbable. L’éclatement du paysage politique compliquera la formation d’un nouveau gouvernement. Or, si celle-ci venait à trop  
tarder, l’économie néerlandaise pourrait en être très affectée à un moment où de nombreuses entreprises internationales  
recherchent une nouvelle base en Europe, Brexit oblige.  
En dépit des différences idéologiques, le gouvernement néerlandais  
de coalition qui réunit le VVD (libéral-conservateur) et le PvdA  
1- Synthèse des prévisions  
Variations annuelles, %  
PIB  
2016 e 2017 e 2018 e  
(
travaillistes) peut se targuer d’avoir redressé l’économie. Lors de  
G
P
G
E
2,2  
1,6  
6,2  
3,9  
2,0  
1,6  
3,2  
4,3  
1,6  
1,3  
2,4  
4,5  
sa formation en novembre 2012, l'économie néerlandaise portait les  
stigmates de la crise financière. Au quatrième trimestre 2012, le PIB  
était inférieur de près de 3% à son plus haut niveau de 2008, le  
chômage était orienté à la hausse, à 6,2% de la population active,  
et l'immobilier affichait des prix en moyenne 17% en deçà de leur  
plus haut. Le déficit public avoisinait 4% du PIB et la dette publique  
atteignait 66,4% du PIB.  
Consommation privée  
Investissement  
Exportations  
Indice des prix à la consommation (IPCH)  
Taux de chômage (%)  
H
U
C
G
G
0,1  
6,1  
1,0  
5,3  
1,4  
4,9  
Balance courante (% PIB)  
8,5  
8,3  
8,0  
Le gouvernement a intensifié l’assainissement budgétaire et  
introduit des réformes structurelles sur le marché du travail, portant  
notamment l’âge de la retraite à 67 ans, et assouplissant la  
législation en matière de protection de l’emploi. Une fois le point bas  
du prix de l’immobilier touché, au début de 2014, l’économie a  
renoué avec la croissance. Fin 2016, le PIB était supérieur de 7%  
au niveau du T4 2012, et le chômage avait baissé de 0,6 point. Le  
prix de l’immobilier avait regagné près de 10% ; à Amsterdam, il  
était même de 15% supérieur à son précédent point haut d’avant la  
crise. Les finances publiques s’étaient en outre considérablement  
améliorées. En 2016, le déficit pourrait avoir été ramené à environ  
Solde des Adm. Publiques (% PIB)  
Dette publique (% PIB)  
-1,1  
63,3  
-0,5  
61,2  
-0,2  
59,4  
e: BNP Paribas Group Economic Research estimates and forecasts  
2
- Inversion de la courbe  
Janvier 2013=100  
 Taux de chômage  Faillites  Prix immobiliers (é.d.)  
1
% du PIB, tandis que la dette du secteur public avoisinerait 60%  
du PIB.  
L’assainissement budgétaire a cependant un coût. En moyenne, le  
pouvoir d’achat n’a pratiquement pas évolué depuis la crise  
financière. On observe, en outre, des écarts importants entre les  
différentes catégories socio-professionnelles. Les retraités ont vu  
leur pouvoir d'achat amputé par la baisse des retraites  
complémentaires. Ils ont aussi été sévèrement affectés par la  
réduction des dépenses de santé. Les salariés ont tiré leur épingle  
du jeu, car l’augmentation de l’âge de la retraite a entraîné une  
baisse des cotisations des régimes par capitalisation. Par ailleurs, la  
précarité de l’emploi a augmenté, en particulier pour les salariés les  
plus âgés, qui connaissent toujours un taux de chômage  
relativement élevé.  
Source : Bureau central de la statistique (CBS)  
est porté par la peur de l'afflux de réfugiés et des coûts liés au  
soutien financier aux pays du sud de l’Europe. Le parti des aînés,  
50Plus, se porte aussi bien dans les sondages, en raison de la  
Un parlement davantage eurosceptique  
baisse des prestations de retraite et de la situation précaire des  
salariés âgés sur le marché du travail.  
Selon les sondages, le gouvernement néerlandais de coalition n'a  
aucune chance d'être réélu aux législatives de mars 2017.  
Ensemble, le VVD et le PvdA pourraient obtenir moins de 25% des  
sièges de la nouvelle assemblée. Selon la célèbre formule de Jean-  
Claude Juncker, « nous savons tous quoi faire, nous ne savons  
seulement pas comment être réélu après l’avoir fait ». Le PVV  
Il ne sera pas facile de former un nouveau gouvernement, la plupart  
des partis refusant de s’associer au PVV. Une coalition centre-droite  
autour du VVD, du CDA (démocrates chrétiens) et du D66 (socio-  
libéraux) pourrait ne réunir qu’un peu plus d’un tiers des sièges.  
Quelle que soit l’issue des législatives, il est probable qu’une longue  
période de négociations sensuivra. Historiquement, la plus longue  
période sans gouvernement élu a duré 208 jours (en 1977).  
(
extrême droite) pourrait être le grand gagnant de cette élection,  
avec quelque 25% des sièges, soit deux fois plus qu’aujourd’hui. Il  
economic-research.bnpparibas.com  
Pays-Bas  
1er trimestre 2017  
24  
Pendant les négociations, le gouvernement sortant restera en place  
pour traiter les affaires courantes et élaborer les budgets, mais il ne  
pourra pas introduire de législation nouvelle. S’agissant des  
politiques européennes, la prochaine assemblée restera favorable  
au maintien dans l'UE. Il est peu probable qu’une proposition de  
référendum sur ce sujet soit adoptée. De nombreux partis viseront  
toutefois la limitation des pouvoirs de l’UE et une observation stricte  
des accords précédents, comme le Pacte de stabilité et de  
croissance. En outre, la plupart des partis conviennent que le  
soutien à l’Union bancaire et au dispositif de garantie des dépôts  
devrait être conditionné à la réduction des risques dans le secteur  
bancaire européen.  
3- Pouvoir d’achat depuis la crise  
2008=100  
--Total  Salariés  Bénéficiaires de l'aide sociale  Retraités  
La ratification de nouveaux traités européens est devenue plus  
compliquée depuis l’entrée en vigueur de la loi sur le référendum  
er  
consultatif, le 1 juillet 2015. Cette loi prévoit que toute législation  
nouvelle pourra donner lieu à référendum si 300 000 citoyens en  
font la demande, une condition facilitée par l’omniprésence des  
médias sociaux. La loi a été utilisée pour la première fois en avril  
Source : Bureau central de la statistique (CBS)  
2
016 pour appeler à un référendum sur un traité de l’UE visant à  
développer la coopération avec l’Ukraine ; les électeurs ont rejeté  
ce traité. Un nouveau gouvernement pourrait tenter de modifier la loi  
sur le référendum.  
Le changement de gouvernement devrait avoir peu d’impact sur la  
politique budgétaire. La plupart des partis souhaitent un budget  
équilibré sur la durée du cycle et entendent conserver le cadre  
budgétaire actuel, qui prévoit que les partenaires de la coalition  
s’accordent sur le plafond des dépenses en début de mandat. De  
façon générale, les principaux partis veulent simplifier la fiscalité,  
abaisser le taux d’imposition des revenus imputés de l’épargne,  
augmenter les taxes environnementales et en utiliser le produit pour  
alléger la fiscalité du travail. La fiscalité des entreprises pourrait  
aussi être allégée. Simultanément, en supprimant la déductibilité  
des intérêts d’emprunts de l’impôt sur les sociétés, le système  
devrait être rendu neutre en ce qui concerne la structure financière  
de l’entreprise.  
Perspectives d’une croissance ralentie mais robuste  
Nous tablons sur une croissance robuste en 2017 avant de ralentir  
à 1,6% en 2018. Ce rythme restant supérieur au niveau potentiel,  
estimé à 1,3%, l’écart de production devrait encore se réduire.  
Le ralentissement de la croissance résulte pour une large part de la  
décélération de la progression de la consommation privée, les prix  
de l’énergie ayant repris le chemin de la hausse et l'impact de la  
réduction de l’impôt sur le revenu de 2016 s’estompant pour  
disparaître. La croissance reste, en revanche, soutenue par le  
marché du travail et le marché immobilier. Grâce à l’environnement  
de taux d’intérêt bas, les prix de l’immobilier devraient rester  
orientés à la hausse, ce qui devrait atténuer le problème des prêts  
Le principal risque pesant sur nos prévisions serait un retard  
important dans la formation du nouveau gouvernement. Dans ce  
cas, les finances publiques pourraient être en péril sans possibilité  
d’adopter des mesures correctrices. De plus, d’autres réformes  
urgentes de la sécurité sociale et de la fiscalité resteraient sur les  
étagères. Enfin, l’incertitude pourrait conduire les entreprises à  
hésiter à investir aux Pays-Bas. L’économie néerlandaise pourrait  
en pâtir lourdement, à un moment où de nombreuses entreprises  
internationales recherchent une nouvelle base en Europe, Brexit  
oblige.  
«
sous l’eau ». L’encours d’environ un tiers des prêts hypothécaires  
des ménages est supérieur à la valeur de leur bien.  
L’environnement de taux d’intérêt bas est aussi un moteur important  
de l’activité dans le bâtiment. La construction de logements devrait  
toutefois ralentir en 2017 avec la disparition du taux de TVA réduit  
dans ce secteur. En outre, la croissance de l’investissement des  
entreprises se stabilise, après une forte progression en 2015-2016.  
De plus, elle pourrait être ralentie par les perspectives incertaines  
liées au Brexit et aux législatives de mars aux Pays-Bas.  
Même si une reprise du commerce international est attendue en  
2017, le secteur manufacturier néerlandais pourrait ne pas en  
bénéficier pleinement du fait de la dégradation de la compétitivité-  
prix. Le marché du travail se resserrant (le taux de chômage  
pourrait descendre à 5,5% en 2018), les coûts salariaux unitaires  
augmentent plus vite que dans le reste de la zone euro. La hausse  
des coûts de production intérieurs et du prix des importations sont  
les principaux moteurs de l’inflation. La progression des prix à la  
consommation pourrait augmenter pour atteindre 1,4% en  
glissement annuel en 2018.  
economic-research.bnpparibas.com  
Pays-Bas  
1er trimestre 2017  
25  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1539 articles et 390 vidéos