Emerging

PDF
e
17  
EcoEmerging// 4 trimestre 2018  
economic-research.bnpparibas.com  
Corée du Sud  
Fondamentaux macroéconomiques solides  
La « stratégie d’apaisement » portée par le président Moon depuis son arrivée au pouvoir en mai 2017 semble porter ses fruits : au  
cours du mois de septembre dernier, une troisième rencontre a été organisée entre les deux dirigeants coréens, et un nouvel  
accord commercial a été signé avec les Etats-Unis. Du point de vue économique, en dépit de la guerre commerciale entre la Chine  
et les Etats-Unis, les perspectives restent bonnes. D’une part, le positionnement de la Corée sur les chaînes de valeur se modifie, ce  
qui devrait lui permettre de limiter progressivement son exposition à l’économie chinoise. D’autre part, les fondamentaux  
macroéconomiques sont solides, et la vulnérabilité externe du pays est très faible, permettant de soutenir l’économie si nécessaire.  
Touchée par la guerre commerciale  
1-Prévisions  
Alors que les tensions saccentuent entre la Chine et les Etats-Unis1,  
2016  
2017 2018e 2019e  
la « stratégie d’apaisement », portée par le président Moon depuis  
son arrivée au pouvoir en mai 2017 semble porter ses fruits. Les  
relations avec la Corée du Nord s’améliorent progressivement. Les  
deux dirigeants coréens se sont rencontrés pour la troisième fois en  
septembre dernier, ce qui a permis, entre autres avancées, la  
reprise du dialogue entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. A la  
suite de cette rencontre, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont  
entériné (fin septembre) un nouvel accord commercial bilatéral, dont  
l’accord de principe avait été conclu en mars dernier. Si la signature  
de ce nouvel accord souligne les bonnes relations entre les deux  
pays, dans les faits, les modalités du traité actuellement en vigueur  
PIB réel, variation annuelle, %  
Inflation, IPC, var. annuelle, %  
Solde budgétaire, % du PIB  
2,8  
3,1  
2,9  
2,8  
1,0  
1,8  
1,9  
1,4  
1,7  
1,4  
1,9  
1,0  
Dette des adm. publiques, % du PIB  
Balance courante, % du PIB  
38,6  
7,0  
39,6  
5,1  
39,5  
4,5  
39,5  
4,3  
Dette externe, % du PIB  
27,0  
366  
27,7  
384  
28,3  
402  
28,6  
409  
Réserves de change, mds USD  
Réserves de change, en mois d'imports  
Taux de change USDKWR (fin d'année)  
8,4  
7,9  
7,3  
7,5  
1 160  
1 130  
1 070  
1 100  
e: estimations et prévisions BNP Paribas Recherche Economique Groupe  
(
depuis 2012) restent globalement les mêmes.  
Cela dit, la Corée ne sera pas épargnée par les effets de la guerre  
commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Bien que la hausse  
des tarifs douaniers vise exclusivement les deux pays, la liste des  
produits ciblés inclut des produits high-tech, dont les composants  
électroniques. Par nature, ces produits sont dépendants des  
chaînes de valeur : les pays d’Asie exportent des composants vers  
la Chine, qui les transforme et les exporte à son tour. Indirectement,  
les restrictions commerciales imposées à la Chine toucheront donc  
l’ensemble de la région. Les pays les plus affectés seront donc ceux  
pour lesquels l’exposition directe à la Chine et aux Etats-Unis est  
forte, d’une part, et dont l’intégration aux chaînes de valeur  
régionale et mondiale est élevée, d’autre part.  
2
- Exposition « directe » à la Chine et aux Etats-Unis  
5 Indice de participation dans les chaines de valeur mondiales  
7
7
0
KO  
6
6
5
5
4
4
3
3
5
MY  
SI  
0
5
0
5
TH  
PH  
VI  
HK  
JP  
IN  
ID  
0
5
0
Part des exportations vers les Etats Unis et la Chine  
en % des exportations totales 2017)  
(
C’est le cas de la Corée : les exportations vers les Etats-Unis et la  
Chine représentent respectivement 26% et 12% du total de ses  
exportations, et, compte tenu de sa spécialisation, essentiellement  
25  
0
10  
20  
30  
40 50 60  
70  
Source: TIVA, FMI  
2
dans les secteurs de la logistique et la haute technologie ,  
l’économie coréenne joue un rôle central dans les réseaux de  
production de la région. Les exportations à destination de l’Asie  
dans son ensemble représentent plus de 50% du total des  
exportations coréennes.  
En résumé, la Corée apparaît très exposée aux effets de la guerre  
commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Cependant, si les  
perspectives de croissance à court terme sont révisées à la baisse,  
elles restent plutôt favorables : après une croissance du PIB de  
3
2
,1% en 2017, celle-ci devrait être légèrement inférieure à 3% en  
018 et 2019. Les exportations ont ralenti (depuis le début du  
1
Le 17 septembre dernier, les Etats-Unis ont annoncé une hausse de 10% des  
deuxième trimestre), mais les entreprises du secteur des semi-  
conducteurs, et plus largement du secteur électronique, bénéficient  
d’une bonne santé financière, ce qui devrait leur permettre  
d’absorber le choc, au moins en partie. Les indicateurs avancés  
tarifs douaniers sur environ USD 200 mds d’importations en provenance de  
Chine. En retour, les autorités chinoises ont augmenté leurs droits de douane  
sur environ USD 60 mds d’importations américaines.  
2
Le secteur des semi-conducteurs représente à lui seul 20% du total des  
(
carnet de commandes, indice PMI) suggèrent que le secteur des  
exportations et les exportations de machines et appareils électriques à  
destination de la Chine représentent 10% du total des exportations.  
semi-conducteurs devrait enregistrer de bonnes performances dans  
e
18  
EcoEmerging// 4 trimestre 2018  
economic-research.bnpparibas.com  
les mois à venir. En outre, la demande intérieure devrait légèrement  
ralentir, mais rester soutenue. La progression de l’investissement  
devrait être freinée par la mise en place de nouvelles régulations  
sur le marché immobilier (et les prêts hypothécaires accordés aux  
ménages) tandis que la consommation des ménages sera soutenue  
par la hausse du salaire minimum et l’ensemble des réformes  
sociales mises en place par le gouvernement. Enfin, l’apaisement  
des tensions politiques entre la Chine et la Corée du Sud ont permis  
le retour des touristes chinois en Corée (leur part dans le total des  
touristes en Corée était passée de la moitié en 2016, à 30% en  
3
- IDE sortants  
vers la Chine  
vers les Etats-Unis  
vers le Vietnam  
Mds USD, 4 trimestres glissants  
25  
20  
1
5
0
5
0
2
017). Depuis le mois de mars 2018, les arrivées de touristes  
chinois progressent de nouveau.  
1
Montée en gamme  
A plus longue échéance, la diversité de l’économie coréenne est un  
atout majeur, qui renforce sa capacité à absorber les chocs. D’après  
«
L’atlas de la complexité économique », édité par l’université  
d’Harvard, la Corée du Sud est la troisième économie la plus  
complexe » (compte tenu de la diversité des exportations et de  
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018  
Source : Banque centrale de Corée  
«
l’intensité de la connaissance requise pour produire les biens  
exportés), après le Japon et la Suisse. Les cinq secteurs  
exportateurs les plus importants sont : lélectronique et les circuits  
imprimés, l’automobile, les produits pétroliers raffinés, les navires  
 Très faible vulnérabilité externe  
Enfin, la Corée dispose de solides fondamentaux  
macroéconomiques qui permettront aux autorités de soutenir  
l’économie si nécessaire. L’inflation est basse, le gouvernement  
enregistre des excédents budgétaires (en prenant en compte  
l’excédent du fonds de sécurité sociale) chaque année depuis le  
début des années 2000, et la dette publique se situe à 40% du PIB,  
avec un bon profil. Surtout, la vulnérabilité extérieure est à présent  
très faible. La balance courante a affiché un excédent tous les ans  
au cours des dix dernières années, de 4,1% en moyenne entre  
2007 et 2017 (5,1% en 2017). L’excédent courant devrait se  
maintenir autour de 4% en 2018 et 2019. Ces excédents renforcent  
la solidité du gouvernement, ainsi que celle des secteurs bancaire  
et manufacturier dans le cas d’une augmentation de la volatilité des  
flux de capitaux. De même, les réglementations macroprudentielles  
et l’ensemble de mesures adoptées au cours des dix dernières  
années ont significativement réduit la vulnérabilité du secteur  
bancaire et des entreprises. La dette de court terme des banques  
représente à présent 5,5% du PIB, alors qu’elle s’élevait à près de  
(
de passagers et de charge) et les composants automobiles.  
En outre, on observe depuis plusieurs années une montée en  
gamme de l’industrie coréenne, qui devrait lui permettre de limiter  
progressivement son exposition à l’économie chinoise. D’un point  
de vue régional, la Chine reste au centre des chaînes de valeur  
3
asiatiques, mais on observe depuis le début des années 2010 une  
diminution de ce rôle « central », au profit de relations intra-  
régionales la contournant.  
La structure « classique » de la spécialisation régionale « Chine-  
Corée-Japon » semble se modifier progressivement, au profit de la  
Corée ou des pays de l’ASEAN. La montée en gamme de l’industrie  
coréenne est reflétée par la modification de son intégration dans les  
chaînes de valeur : dans le cas des smartphones vendus par  
Samsung par exemple, 80% de l’assemblage du produit final est  
réalisé en dehors de la Corée, mais avec des composants  
incorporant une valeur ajoutée coréenne de plus en plus  
sophistiquée. Ainsi, au niveau régional, les entreprises coréennes  
13% du PIB en 2009. Enfin, la position extérieure nette du pays  
s’est continûment renforcée entre 2010 et 2016. Elle s’est  
légèrement dégradée en 2017 (à 16,2% du PIB), mais reste très  
solide, reflétant la moindre vulnérabilité du pays aux sorties de  
capitaux.  
(
principalement celles du secteur électronique) sont devenues  
d’importants fournisseurs de produits intermédiaires à haute valeur  
ajoutée.  
Alors que les investissements directs coréens à destination de la  
Chine sont restés relativement stables au cours des dernières  
années, ceux à destination des pays de l’ASEAN, et notamment du  
Vietnam (dont le coût du travail est plus faible), ont progressé.  
Dans le même temps, les investissements à destination des Etats-  
Unis ont rapidement progressé depuis 2016, traduisant la volonté  
des entreprises coréennes de se rapprocher de leur marché final.  
3
KIEP, China’s Manufacturing development and its implications for Korea,  
World Economy brief, Vol.8 No 18, juillet 2018  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1942 articles et 535 vidéos