EcoWeek

PDF
Forte croissance dans la zone euro en 2017, avec une accélération quasiment générale La dispersion de certains indicateurs  
cycliques, moindre par rapport au sommet du cycle, a néanmoins augmenté en 2017 Une conjoncture favorable offre l’occasion  
d’adopter des politiques visant à réduire la dispersion structurelle  
La stabilité et le bon fonctionnement d’une union monétaire passent par une  
homogénéité suffisante des performances économiques, à savoir une faible  
dispersion entre ses États membres. Deux facteurs peuvent soudainement  
accroître la dispersion : une récession générale (comme en 2008-2009), certains  
pays étant plus résilients que d’autres face aux replis conjoncturels, et des chocs  
asymétriques qui frappent un ou seulement quelques pays de la zone.  
L’environnement économique et financier s’étant nettement amélioré ces  
dernières années, on s’attendrait à une diminution de la dispersion cyclique.  
Le graphique montre la dispersion (par écart-type) des valeurs de l’indice Markit  
PMI manufacturier et de ses sous-séries entre l’Autriche, la France, l’Allemagne,  
l’Italie, les Pays-Bas et l’Espagne (les données relatives à la Grèce n’ont pas été  
retenues car elles introduiraient une trop grande distorsion). Pour chaque série, le  
graphique indique les niveaux extrême et médian ainsi que la dernière  
observation.  
INDICE PMI MANUFACTURIER : DISPERSION ENTRE PAYS*  
Le plus haut  Le plus bas  Valeur au 31/12/2017 + Médian  
2000-2017  
8
7
6
5
4
3
2
1
0
**  
L’examen du graphique appelle plusieurs remarques : 1/ globalement,  
l’observation la plus récente se situe bien en deçà du sommet cyclique, mais  
toujours au-dessus de la médiane (à l'exception de la production et des prix de  
vente qui sont à ce niveau), autrement dit, la dispersion n’est pas si faible ; 2/ elle  
est forte concernant l’emploi puisque l’Autriche, l’Allemagne, les Pays-Bas et  
l’Irlande affichent des valeurs élevées par rapport au reste de l’échantillon ; 3/  
c’est également le cas pour l’arriéré de travail, l’Allemagne et la France affichant  
des valeurs d’indice supérieures à celles des autres pays (les données pour  
*
Autriche, France, Allemagne, Irlande, Italie, Pays-Bas, Espagne ** Echelle inversée  
Sources: Markit, BNP Paribas  
l’Autriche n’étaient pas disponibles) ; 4/ la dispersion est très importante pour les délais de livraison et les prix des achats. Dans les deux cas, la situation  
en Irlande, en Allemagne et aux Pays-Bas indique une aggravation des goulets d’étranglement du côté de l’offre avec un allongement significatif des  
délais de livraison et des tensions inflationnistes sur les prix des achats plus fortes que dans les autres pays. D’où la difficulté, pour la BCE, de fixer  
l’orientation de sa politique monétaire. En 2017, la dispersion de l’indice PMI manufacturier s’est accrue, avec des pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas  
et l’Autriche en plein essor, une forte progression en Irlande et en France, et, dans une moindre mesure, en Italie, tandis que le PMI espagnol n’a guère  
évolué. Ces résultats soulignent également la nécessité de profiter d’un environnement cyclique favorable pour mettre en œuvre des politiques  
économiques structurelles visant à réduire la dispersion sur le long terme.  
Revue des marchés  
Baromètre  
Scénario économique  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1823 articles et 502 vidéos