Perspectives

PDF
e
4
EcoPerspectives // 3 trimestre 2018  
economic-research.bnpparibas.com  
Etats-Unis  
Jeu dangereux  
La guerre commerciale voulue par le président américain Donald Trump prend un tour concret. Invoquant leur sécurité nationale, les  
Etats-Unis appliquent, depuis juin et vis-à-vis de leurs principaux partenaires, une surtaxe sur l’aluminium et l’acier ; et parce qu’ils  
subissent des rétorsions, ils menacent d’aller plus loin. Le risque d’escalade n’a jamais paru aussi grand et le climat, favorable, qui  
entourait jusquici les échanges mondiaux commence à s’assombrir. Les marchés d’actions ou d’obligations d’entreprises, qui  
avaient applaudi les baisses d’impôts du président Trump, goûtent moins la dérive protectionniste de ce dernier. Si l’économie des  
Etats-Unis conserve de l’élan, les récents indicateurs de la conjoncture sont moins euphoriques.  
A l’abord de l’été, le climat économique et financier paraît un peu  
1
- Croissance et inflation  
moins exubérant aux Etats-Unis. Jusqu’alors peu sensibles à la  
rhétorique protectionniste du président Donald Trump, les enquêtes  
de conjoncture se stabilisent, ou s’effritent légèrement par endroits  
Croissance du PIB (%)  
Inflation (%)  
Prévision  
3.0  
Prévision  
(
comme dans la région industrielle et commerçante de Philadelphie).  
2
.9  
Sur le marché de la dette d’entreprises, les primes de risque ou  
spreads tendent à s’écarter, malgré la remontée des profits.  
2.5  
2
.3  
2.1  
2.1  
2
.0  
1
.5  
M. Trump insiste  
1
.3  
Il se trouve qu’outre-Atlantique, la conjoncture est très liée à la  
dynamique des échanges mondiaux (graphique 2). S’il venait à  
casser cette dernière, l’America First ne ferait, vraisemblablement,  
que des perdants. Dans les simulations opérées par la Banque  
centrale européenne, l’économie américaine ressort comme la  
première victime d’un choc tarifaire initié par les Etats-Unis auquel  
les pays partenaires répondraient par des mesures de rétorsion  
0
.1  
15  
16  
17  
18  
19  
15  
16  
17  
18  
19  
Sources : comptes nationaux, BNP Paribas  
2
- Etats-Unis, climat des affaires vs commerce mondial  
1
équivalentes .  
Indice ISM composite* du climat des affaires aux Etats-Unis (é.d.)  
Pour l’heure, les dommages sont contenus. Les surtaxes qui  
s’appliquent réellement (25% sur l’acier, 10% sur l’aluminium)  
n’entravent qu’une petite partie du commerce (à peine 0,5% à  
l’échelle planétaire). Mais la Maison Blanche annonce, pour la suite,  
des droits additionnels de 20% sur les véhicules en provenance de  
l’Union européenne, et de 25% sur un millier de produits chinois  
représentant USD 50 mds d’importations. Les biens visés vont des  
machines-outils aux smartphones, en passant par les circuits  
Volume du commerce mondial, glissement annuel (é.g.)  
6%  
6
0
5
4%  
5
2
%
%
2
intégrés, les camions ou la fibre optique . Problème, ils entrent pour  
une très large part dans la chaîne de valeur ajoutée des entreprises  
0
50  
américaines, et sont peu aisément substituables (Lovely & Liang,  
2
011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019  
*) Secteurs manufacturier et non manufacturier, moyenne.  
Sources : Institute for Supply Management, Centraal Planbureau  
3
2
018 ). Un passage à l’acte serait, à l’évidence, disruptif. Or, le 6  
(
juillet, les premières pénalités s’appliquaient à la Chine.  
La politique tarifaire américaine, de par son imprévisibilité, affecte  
déjà les comportements des entreprises. Aux Etats-Unis, elle est  
devenue la principale source de préoccupation des directeurs  
En Europe, surtout en Allemagne, elle participe au recul de  
l’optimisme des industriels et incite à des comportements  
d’investissement plus prudents.  
4
financiers .  
Pour justifier de sa guerre commerciale, le président Trump invoque  
les « mauvaises affaires » opérées des années durant par les Etats-  
Unis en s’ouvrant au libre-échange, notamment avec la Chine . Le  
constat n’est certainement pas à balayer d’un revers de main. Si la  
mondialisation a permis à des millions d’hommes et de femmes  
vivant dans les pays émergents de sortir de la pauvreté, elle a aussi  
polarisé les richesses et fait des perdants. Dans un article de 2004  
1
5
European Central Bank (2018), Implications of rising trade tensions for the global  
economy, Economic Bulletin, Issue 3, pp 23-24  
2
Insee (2018), Un durcissement de la politique commerciale américaine ne serait pas  
sans risque pour l’activité aux Etats-Unis, Note de Conjoncture, Juin, pp 127-128  
3
Trump taxation primarily hits multinational supply chains, harms US technology  
competitiveness, Policy Brief, Peterson Institute for International Economics. Les  
deux auteurs estiment que, sur les USD 50 milliards de dollars de produits taxés,  
5
8
5% entrent dans le processus de production des grands groupes américains.  
« The U.S. has made such bad trade deals over so many years that we can  
only win! » D. J. Trump sur Twitter, le 4 juin 2018  
4
Sondage CNBC du 21 juin  
e
5
EcoPerspectives // 3 trimestre 2018  
economic-research.bnpparibas.com  
écrit vers la fin de sa vie, Paul Samuelson, prix Nobel d’économie et  
grand théoricien du commerce international, considérait déjà  
l’hypothèse d’une baisse permanente du revenu par tête aux Etats-  
Unis après échange avec la Chine, spécifiquement en cas de  
3
- Taux d’ouverture vs balances courantes  
Axe des X : Taux d’ouverture (% PIB, 2015-2017)  
Axe des Y : Balances courantes (% PIB, 2015-2017)  
9
6
3
%
%
%
R² = 0,3  
6
transfert très rapide de technologie . Or c’est bien sur ce terrain que  
BD  
DK  
la politique de Pékin peut être accusée d’abus, et que Washington  
NW  
7
concentre ses attaques .  
SD  
JP  
IT  
Mais la manière de faire, qui se résume à taxer, est contre-  
productive, pour les raisons déjà évoquées. Face, par exemple, au  
non-respect du droit de la propriété intellectuelle, on peut imaginer  
que des recours conjoints avec l’Union européenne, qui souvent  
adresse à la Chine les mêmes reproches que les Etats-Unis,  
auraient plus d’effet. De même aurait-il mieux valu faire cause  
commune dans un accord de partenariat transpacifique, dont le but  
est précisément de contenir l’influence chinoise, que lui tourner le  
dos. Mais il s’agit là d’entreprises patientes, réfléchies, menées  
dans un cadre multilatéral, qui n’entrent pas dans le champ  
conceptuel de M. Trump.  
OE  
ES  
FR  
CA  
PT  
0%  
3%  
6%  
FN  
US  
-
-
AU  
UK  
10%  
20%  
30%  
40%  
50%  
60%  
Sources : comptes nationaux, FMI  
4- Ecarts de revenus vs prélèvements obligatoires  
Axe des X : Revenus des impôts et taxes (% PIB, 2015-2017)  
Axe des Y : Indice de GINI (2015)  
Dans le débat sur l’intérêt ou non de s’ouvrir aux échanges, croiser  
0
0
0
0
,40  
,35  
,30  
,25  
8
R² = 0,6  
quelques données relatives aux principaux pays de l’OCDE peut  
US  
s’avérer utile. L’exercice indique d’emblée que, sauf à pousser la  
logique jusqu’à l’absurde et viser l’autarcie, entraver le commerce  
n’est pas un gage de résorption des déficits. Il se trouve, en réalité,  
que les pays les plus ouverts (ceux où le poids des exportations et  
importations dans le PIB est élevé) dégagent souvent un excédent  
des comptes courants (graphique 3). Les inégalités n'y sont pas  
plus marquées, car le poids des prélèvements et des transferts y est  
important et permet de réduire les écarts de revenus (graphique 4).  
Aussi, la forte insertion des pays du Nord de l’Europe (Allemagne,  
Suède, Danemark, Autriche, Finlande) dans les échanges mondiaux  
s’opère-t-elle plutôt à leur profit, sans générer d’inégalités  
excessives (graphique 5).  
UK  
ES  
AU  
PT  
IT  
JP  
CA  
FR  
BD  
SD  
OE  
FN  
NW  
DK  
25%  
30%  
35%  
40%  
45%  
50%  
Source : OCDE  
5- Ecarts de revenus vs taux d’ouverture  
M. Powell aussi  
Axe des X : Taux d’ouverture (% PIB, 2015-17)  
Axe des Y : Indice de GINI (2015)  
Le 13 juin 2018, la Réserve fédérale décidait d’une septième  
hausse consécutive de son taux directeur, porté à 2% (limite haute).  
Mentionnée à huit reprises par son président, Jerome Powell, lors  
de la conférence de presse donnée pour l’occasion, la question de  
la stabilité financière apparaît désormais centrale. Cela ne doit pas  
surprendre. Alors que le cycle du crédit est déjà bien avancé aux  
0,40  
0,35  
0,30  
0,25  
R² = 0,6  
US  
UK  
ES  
AU  
PT  
IT  
JP  
CA  
FR  
9
Etats-Unis, la régulation est à nouveau assouplie . A bien des  
BD  
SD  
égards, la politique gouvernementale consiste donc à emballer un  
moteur qui n’est plus en sous-régime. Des tensions peuvent naître,  
et la politique monétaire s’ajuste en conséquence.  
OE  
NW  
FN  
DK  
1
0%  
20%  
30%  
40%  
50%  
60%  
Sources : comptes nationaux, OCDE  
NOTES : Le taux d’ouverture est défini comme la moyenne des exportations et  
importations de biens et services rapportée au PIB ; le coeffficient de GINI est  
compris entre zéro et un, et mesure les inégalités de revenus disponibles après  
transferts et impôts ; plus le coefficient est élevé (faible) plus la dispersion des  
revenus est forte (faible).  
6
Samuelson, P. A. (2004), Where Ricardo and Mill Rebut and Confirm  
Arguments of Mainstream Economists Supporting Globalization, Journal of  
Economic Perspectives, volume 18, n°3, pp 135-146  
7
Magnus, J. (2018), Trump has point about China’s technology abuses,  
AU : Australie ; BD : Allemagne ; CA : Canada ; DK :Danemark ; FN : Finlande ;  
FR : France ; IT : Italie ; JP : Japon ; NW : Norvège ; OE : Autriche ; SD :  
Suède ; PT : Portugal ; ES : Espagne ; UK : Royaume-Uni ; US : Etats-Unis  
Financial Times, June 20, p. 9  
8
Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques  
Choulet C. (2018), Etats-Unis : premières entailles à la loi Dodd Frank, BNP  
9
Paribas EcoFlash, Juin  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1942 articles et 535 vidéos