Emerging

PDF
Hongrie  
Une politique fiscale pour relancer la croissance  
La croissance ralentit. La consommation continue son accélération, soutenue par l’embellie du marché de l’emploi et la hausse des  
salaires. L’investissement se contracte sous l’effet du coup de frein aux transferts budgétaires européens en 2016, mais devrait  
repartir en 2017. L’inflation revient modestement en territoire positif, mais ne nécessite pas de durcissement monétaire. Avec une  
baisse de l’impôt sur les sociétés et une réduction des cotisations sociales, le gouvernement entend soutenir l’activité et améliorer  
l’attractivité du pays pour les investisseurs. L’effet d’éviction perd en intensité et laisse entrevoir une reprise du crédit au secteur  
privé.  
La croissance ralentit sur fond de « normalisation »  
des transferts européens  
1- Prévisions  
2015 2016e 2017e 2018e  
Depuis 2013, l’économie hongroise a retrouvé la voie d’une  
croissance soutenue. Elle a accéléré en 2014-2015 avec des taux  
supérieurs à 3% avant de ralentir à 1,5% en glissement annuel (g.a.)  
au cours des trois premiers trimestres de 2016. Tandis que la  
consommation privée (60% du PIB) a continué son expansion  
entamée en 2013 et augmenté de 4% en g.a. au cours des trois  
premiers trimestres de 2016, l’investissement (20% du PIB) montre  
une forte volatilité. La croissance à deux chiffres de 2013-2014 a été  
suivie d’une stabilisation en 2015 et d’une contraction à deux chiffres  
au cours des trois premiers trimestres de 2016.  
PIB réel, variation annuelle, %  
Inflation,HICP, var. annuelle, %  
Solde budgétaire, % du PIB  
3,1  
0,1  
1,4  
0,5  
1,6  
2,1  
2,0  
2,5  
-1,6  
-2,1  
-2,6  
-2,6  
Dette publique, % du PIB  
74,7 74,3 74,9 74,1  
4,4 6,0 3,8 3,2  
106,0 93,3 90,9 81,6  
Balance courante, % du PIB  
Dette externe, % du PIB  
Réserves de change, mds USD  
Réserves de change, en mois d'imports  
Taux de change EUR:HUF (fin d'année)  
33  
3,9  
25  
28  
30  
3,0  
309  
3,2  
312  
3,2  
320  
316  
e: estimations et prévisions BNP Paribas Recherche Economique Groupe  
Cette volatilité est due à une forte variation des transferts européens.  
L’essentiel des fonds alloués entre 2007 et 2013 a été absorbé à la fin  
de la période, en 2014-2015 (la date limite pour leur utilisation étant la  
fin de l’année 2015). Ces fonds se sont ajoutés à des déboursements  
2- Reprise de l’inflation en ligne avec la tendance européenne  
Inflation HCPI Hongrie  Inflation HCPI (EU-28)  
«
réguliers » de l’enveloppe de la période 2014-2020. Ceux-ci ont dû  
10  
se contracter fortement en 2016 comparé au pic de 2014-2015,  
entraînant une baisse de l’investissement. La dynamique d’absorption  
des fonds européens restera un des principaux déterminants de la  
dynamique de la croissance à court et à moyen terme. Les efforts  
déployés par les autorités pour accélérer l’utilisation des fonds ont  
pour objectif de lisser ces flux, et ainsi réduire la volatilité de  
l’investissement et de la croissance à l’avenir.  
8
6
4
2
0
2
Le marché du travail affiche une très bonne performance avec une  
réduction du taux de chômage à 5% en août 2016 (contre 10% en  
2013) accompagnée d’une hausse du taux d’activité de la population.  
-
Une amélioration aussi rapide laisse même craindre des pénuries de  
main d’œuvre, en particulier pour les emplois très qualifiés. Les  
salaires sont en hausse (+6% en g.a. au cours des trois premiers  
trimestres de 2016) : si cette hausse soutient la consommation, elle  
07  
08  
09  
10  
11  
12  
13  
14  
15  
16  
17  
Source : Eurostat  
ne fait que confirmer l’émergence de tensions sur le marché du travail. Le retour de l’inflation devrait marquer la fin de la période de baisse  
des taux directeurs (à 0,9% annuel depuis mai 2016). Mais l’inflation  
Les prix immobiliers regagnent le terrain perdu en 2008-2014,  
restant en deçà de l’objectif de 3% de la banque centrale (MNB), il est  
attestant du retour de la demande dans le secteur. L’augmentation  
encore trop tôt pour un durcissement. La croissance et l’emploi  
récente du nombre de permis de construire, ainsi que les mesures de  
restent des objectifs importants de la MNB, qui pourrait tolérer une  
soutien aux familles modestes pour l’acquisition de leur logement,  
inflation plus forte si celle-ci permet d’améliorer davantage les  
devraient contribuer à relancer l’activité du secteur prochainement.  
conditions du marché de l’emploi.  
Le retour de l’inflation  
L’embellie des comptes externes se poursuit  
L’inflation est de retour en territoire positif depuis septembre après  
quatre mois sous la barre de zéro. L’indice harmonisé des prix (HCPI)  
a atteint 0,46% en moyenne sur l’année 2016, avec une accélération  
à 1,8% en g.a. à la fin de l’année. Ces données rejoignent la tendance  
récente observée dans les autres pays de l’UE (Graphique 2).  
Le compte courant affiche des excédents importants depuis 2011. Les  
excédents du compte de capital (provenant principalement du budget  
européen) s’ajoutent aux excédents courants. Cette situation permet  
aux secteurs public et privé de rembourser USD 8 mds sans mettre  
en péril la liquidité extérieure. Ainsi, en six ans la dette externe  
economic-research.bnpparibas.com  
Hongrie  
1er trimestre 2017  
19  
hongroise, tous secteurs confondus, s’est réduite de 1,5 fois le PIB  
T1 2010) à 1 fois le PIB (Q2 2016).  
3
- Dette publique  
(
En % du PIB  
En dépit de ces entrées de capitaux, les réserves de la banque  
centrale sont passées de USD 33 mds à la fin de 2015 à USD 25 mds  
à la fin de 2016, du fait de la réduction de la dette externe mais aussi  
d’une augmentation des actifs étrangers des banques. Le niveau des  
réserves reste toutefois satisfaisant, couvrant trois mois  
dimportations de biens et services.  
 Dette en monnaie locale  Dette en devises  
80%  
70%  
60%  
50%  
40%  
30%  
20%  
10%  
On peut s’attendre à une réduction de l’excédent courant en 2017  
sous l’effet de la demande domestique très dynamique et de la  
remontée des prix des matières premières. La vitesse de  
désendettement devra être modérée pour éviter l’érosion des  
réserves : le gouvernement envisage même de retourner sur les  
marchés avec une émission de 1 milliard d’euros d’Eurobonds.  
0%  
La politique budgétaire restera accommodante  
05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16  
Sources : ministère des Finances de Hongrie, BNP Paribas  
La performance budgétaire a été très satisfaisante en 2016. Malgré  
une nette accélération des dépenses budgétaires en décembre, le  
déficit de l’année (en base cash) a atteint 2,4% du PIB. Le déficit  
mesuré aux standards européens ne devrait donc pas dépasser le Le programme d’autofinancement du gouvernement hongrois, qui  
seuil des 3% du PIB fixé par le traité de Maastricht.  
donne la priorité à l’épargne nationale comme source de financement  
des déficits publics, a permis de réduire la part de la dette en devises  
à 25% du total de la dette publique hongroise (comparé au pic de  
Les prévisions budgétaires pour l’année 2017 se basent sur un  
objectif de déficit de 2,4% du PIB. En vue des élections qui auront lieu  
en 2018, les dépenses de soutien à la croissance seront renforcées.  
41% atteint à la mi-2014).  
L’initiative fiscale la plus importante consiste en une baisse de l’impôt La situation du secteur bancaire laisse entrevoir un début de reprise  
sur les sociétés à 9%, ce qui en ferait le plus bas de l’Union du crédit au secteur privé. L’intensité de l’effet d’éviction, effet  
européenne. En revanche, le salaire minimum devrait augmenter de secondaire de la politique d’autofinancement, diminue. La qualité du  
2
3%, obligeant en quelque sorte les entreprises à « partager » les portefeuille de crédit s’améliore : le taux des créances douteuses est  
gains fiscaux avec leurs employés. Par ailleurs, pour éviter le retour passé sous le seuil des 10% à la mi-2016, alors qu’il avait atteint le  
du travail non-déclaré, les cotisations sociales aussi seront réduites, pic de 17% trois années auparavant. Les institutions de crédit ont  
de 5%. Enfin, le taux de TVA sur certains biens alimentaires de base restauré leur profitabilité avec une rentabilité des capitaux propres de  
passera de 27% à 5%.  
19% au T2 2016 (contre 4,5% seulement à la mi-2015). Ainsi, les  
temps difficiles pour le secteur bancaire semblent bien terminés. Les  
prochains trimestres diront si ce secteur s’est suffisamment renforcé  
pour devenir un moteur de croissance économique sans le soutien de  
la banque centrale.  
Du côté des dépenses budgétaires, le gouvernement envisage une  
augmentation des dépenses de santé et d’éducation. Les salaires des  
professeurs augmenteront en septembre 2017, suivis de ceux du  
personnel médical (médecins et infirmières). Les dépenses en faveur  
des familles atteindront ainsi un record de 4,7% du PIB, notamment Anna Dorbec  
avec les déductions fiscales pour les familles avec deux enfants ou anna.dorbec@bnpparibas.com  
plus. Cette mesure vise à relancer la natalité qui reste parmi les plus  
faibles de la région (à 1,35 enfant par femme).  
A l’approche des élections de 2018, nous pouvons nous attendre à de  
nouvelles augmentations de dépenses fin 2017. Le déficit pourrait  
alors dépasser l’objectif de 2,4% du PIB, mais il devrait toutefois  
rester en deçà du seuil des 3% du PIB fixé par Maastricht.  
Dynamique de dette : l’effet d’éviction faiblit  
La dette du gouvernement central s’est élevée à 72% du PIB en  
novembre 2016, alors qu’elle avait atteint un pic de 80% en 2014. Le  
niveau de la dette publique reste encore bien au-dessus du seuil des  
60% du PIB fixé par le traité de Maastricht. Le taux d’intérêt sur les  
bons du Trésor hongrois était quasi nul à la fin de 2016. Cet  
environnement de taux bas a permis au gouvernement hongrois  
d’attirer des financements en forints à des conditions très  
avantageuses rendant possible une réduction du risque de change et  
du coût de la dette.  
economic-research.bnpparibas.com  
Hongrie  
1er trimestre 2017  
20  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1539 articles et 390 vidéos