Graphiques de la semaine
Les exportations du Brésil à l’aune de la guerre commerciale sino-américaine
Publié le 2 janv. 2019 par Salim HAMMAD

Depuis 2009, la Chine a très largement évincé les États-Unis (EU) en tant que principal partenaire commercial du Brésil. D’après les données d’exportations sur 12 mois glissants, cette position s’est raffermie en 2018, la Chine représentant 30% des exportations brésiliennes, soit une augmentation de 5 p.p. par rapport à novembre 2017. Fin 2017, le Brésil exportait déjà USD 20 mds de plus vers la Chine (USD 47,5 mds vs USD 27,2 mds vers les EU). Quant à son surplus commercial avec l’empire du Milieu, il était environ 10 fois supérieur à celui avec les EU (~ USD 20 mds). Dans le contexte de guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, la récente hausse résulte en partie d’une réorientation - en faveur du Brésil - de la demande chinoise notamment en graines de soja qui, déjà fin 2017, représentaient à elles seules 1,5 fois les cinq principales exportations du Brésil vers les États-Unis.

La balance commerciale brésilienne reste très largement exposée au risque chinois puisque environ 80% des exportations totales de graines de soja, 50% de celles de minerais et 35% des exportations d’huiles et autres combustibles minéraux (pétrole brut inclus) sont absorbées par le géant asiatique. Au vu de ces chiffres (et sans compter le fait que le Brésil attire la moitié des IDE de la Chine en Amérique latine), il paraît essentiel pour le Brésil de soigner ses relations avec Pékin. La visite de Bolsonaro à Taiwan début 2018, son commentaire selon lequel « la Chine achète le Brésil » ainsi que la nomination d’un ministre des Affaires étrangères pro-américain interrogent toutefois sur ses intentions : sa géopolitique pourrait-elle prendre le dessus sur les intérêts économiques du pays ?

PDF

Sur le même thème

Brésil : Un programme économique à double tranchant 08/11/2018
Le programme économique de Bolsonaro a le potentiel d’apaiser les tensions sur les finances publiques mais d’attiser celles au niveau social. La dynamique de la dette publique reste inquiétante traduisant un manque de marges de manœuvre sur le plan budgétaire.
Alternance politique radicale ? 17/10/2018
Le contrecoup de la crise économique, politique et morale que traverse le Brésil depuis plusieurs années s’est matérialisé dans des élections générales marquées par un virage à droite d’une partie de l’électorat. Les gouvernements de Dilma Roussef et Michel Temer - assombris par les scandales de corruption et deux années de récession profonde en 2015-16 - auront fourni un terreau fertile à la fragmentation du paysage politique brésilien. L’alternance politique risque d’attiser les tensions sociales alors que la situation macroéconomique se dégrade avec un essoufflement de la croissance, un retournement de l’investissement, une dérive de la dette publique et un environnement extérieur plus incertain.
Crise et châtiment 11/07/2018
La récession est terminée même si la reprise montre des signes d’essoufflement. La crise financière a pu être évitée mais la situation budgétaire reste très préoccupante. Alors que la crise politique, sociale voire morale perdure, les élections générales se profilent en octobre. Dans un contexte de tensions sur les marchés émergents depuis mars, les investisseurs internationaux s’inquiètent d’une éventuelle remise en cause de l’agenda des réformes par la future administration brésilienne. Point positif, le Brésil a résorbé ses déséquilibres macroéconomiques autres que budgétaires, les banques sont solides et les agents privés se sont désendettés.
Reculer pour mieux sauter 13/04/2018
Malgré la reprise économique en cours et un environnement international toujours favorable, l’espoir d’une consolidation budgétaire pérenne demeure prématuré. La dégradation des finances publiques restera un stigmate des errements de la politique budgétaire de ces dernières années. L’administration, qui prendra ses fonctions début 2019, aura la lourde tâche de répondre à des attentes sociales fortes tout en fixant un cap fiscal qui rassure les investisseurs. Elle devra relancer les réformes structurelles, dont celle des retraites mise sous le boisseau par le gouvernement Temer. A défaut, la trajectoire des finances publiques pourrait devenir insoutenable à moyen-long terme.
Reprise ne vaut pas sortie de crise 24/01/2018
Le PIB a enregistré un troisième trimestre consécutif d’expansion au 3e trimestre 2017 après huit trimestres de récession. Nous continuons de privilégier un rebond graduel de l’activité en 2018, porté par la demande intérieure et la demande mondiale. L’inflation est sous contrôle et le cycle d’assouplissement monétaire touche à sa fin. Des réformes en suspens et des élections à suspense pourraient perturber les marchés financiers dans les prochains mois. Malgré l’amélioration du marché du travail en 2017, les stigmates sociaux et psychologiques de la crise économique et politique ont réveillé le spectre d’un vote radical, susceptible de compromettre la difficile consolidation macroéconomique et budgétaire en 2019.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1998 articles et 549 vidéos