Graphiques de la semaine
France : L'assurance-vie et l'épargne retraite ont moins pâti des taux bas en 2018
Publié le 6 févr. 2019 par Laurent QUIGNON

Les flux annuels de placements financiers des ménages français en numéraire et en dépôts (dépôts à vue, livrets d’épargne et épargne logement, principalement), d’une part, et en assurance-vie et épargne retraite, d’autre part, évoluent en opposition de phase.

Dans un contexte de faible coût d’opportunité à la détention de dépôts bancaires, les premiers dépassent les seconds depuis le troisième trimestre 2016. Un début de rééquilibrage se dessine toutefois depuis le deuxième semestre 2017 : le léger élargissement de la collecte nette en assurance-vie s’est accompagné d’une modération des flux d’épargne vers les dépôts. Ce mouvement a exclusivement profité aux contrats en unités de comptes dont les cotisations brutes1 étaient, en 2018, au plus haut depuis 2000. Dans le même temps, les flux nets vers les contrats en euros ont souffert, tout particulièrement en 2017, de l’effet ciseau consécutif à la baisse des cotisations et à la hausse des prestations.

[1] Données FFA. Les cotisations nettes des prestations ne sont pas disponibles avant 2012.

PDF

Sur le même thème

09/09/2019
Signaux rassurants sur fond de risques accrus 30/08/2019
Le signal envoyé par les indicateurs de notre baromètre reste positif : stabilité des enquêtes de confiance en août (indices INSEE), voire une légère amélioration (PMI) ; baisse plus importante que prévu du taux de chômage au T2 (-0,2 point, à 8,5%) ; rebond, faible mais solide, de la consommation des ménages en biens en juillet (+0,4% m/m) ; légère révision en hausse de la deuxième estimation de la croissance au T2 (+0,1 point, à 0,3% t/t) qui reste ainsi stable par rapport au T1.
La croissance se maintient 10/07/2019
Aux signes de stabilisation du début de l’année a succédé une amélioration des enquêtes de confiance. Le redressement du moral des ménages est l’indicateur le plus net et le plus encourageant. Le caractère plus mitigé des données d’activité disponibles vient toutefois tempérer ces signaux positifs et nous amène à anticiper une croissance stable au T2, à 0,3% t/t, soit un sixième trimestre d’affilée sur, peu ou prou, ce même rythme. Cette stabilité, remarquable en soi, et qui perdurerait à l’horizon des prochains trimestres d’après nos prévisions, est à voir d’un bon œil : elle est le signe de la résistance à la baisse de la croissance française. Dans notre scénario, cette résistance indique une certaine efficacité des mesures de soutien aux ménages et aux entreprises.
27/06/2019
France : le nouveau traceur du climat des affaires de l’INSEE 26/06/2019
L’INSEE a développé un nouvel outil graphique, le traceur du climat des affaires, permettant de positionner l’économie française dans son cycle et de suivre la tendance conjoncturelle. Sur la période récente, les évolutions sont assez ramassées et rapides : l’embellie de 2017 a été suivie dès 2018 d’un ralentissement avant un – timide – retour en zone d’expansion depuis début 2019 (proximité de la frontière avec le quadrant « ralentissement »). Ce qui ressort du graphique, c’est donc plus le caractère hésitant, « entre-deux », de la conjoncture française actuelle que son caractère favorable (et résistant). Ce caractère hésitant se retrouve au niveau sectoriel : si l’indicateur relatif aux services se situe tout juste dans la zone « expansion », celui relatif au secteur du bâtiment s’y inscrit confortablement, tandis que les indicateurs de l’industrie et du commerce sont à la frontière de la zone « contraction ». Note : graphique réalisé avec le concours de Théodore Humann (stagiaire aux Etudes Economiques avril-juillet 2019).  
La conjoncture se porte bien 14/06/2019
Le signal renvoyé par les indicateurs de notre baromètre est clairement positif. Seul le PMI composite a surpris défavorablement (51,2) et se situe sous sa moyenne.
France : quelques enseignements des élections européennes 31/05/2019
En 2019, le mois de mai marquait un double moment politique en France : la deuxième année de mandat d’Emmanuel Macron et les élections européennes.
20/05/2019
France : signaux positifs sur le front de l’emploi 15/05/2019
Depuis le T3 2018, les créations nettes d’emplois salariés privés augmentent (+31k au T3 2018, + 54k au T4 2018, +66k au T1 2019), une hausse contrastant favorablement avec la stabilité de la croissance sur la période. Près de 900 000 emplois salariés privés ont ainsi été créés en net depuis le creux de 2013. Les perspectives pour 2019 sont encourageantes d’après la dernière enquête Besoins en Main d’Œuvre de Pôle emploi qui fait état d’une nouvelle forte hausse de 15% des intentions d’embauche après +19% en 2018. Ces projets représentent 2,69 millions d’embauches potentielles. Leur nombre progresse dans tous les secteurs et de manière particulièrement dynamique dans la construction, l’industrie et les services aux entreprises. La hausse importante du nombre d’intentions d’embauche en CDI (+24%) est également remarquable (+8% pour les CDD). Ce plus grand nombre de projets va de pair avec des difficultés de recrutement croissantes : le pourcentage de projets anticipés comme difficiles atteint 50,1%.
Pouvoir d’achat, le grand gain 13/05/2019
En 2019, les gains de pouvoir d’achat des ménages français sont attendus en forte hausse. D’après nos prévisions, ils seraient proches de 2,5 %, soit la progression la plus importante depuis 2007. Ce gain important a plusieurs origines. Les baisses d’impôts sont la partie la plus visible mais le soutien aux revenus d’activité et les revalorisations de prestations sociales sont également déterminants. Le reflux de l’inflation y participe aussi mais il constitue un facteur réversible, notamment si la remontée actuelle des prix du pétrole se poursuivait.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2204 articles et 555 vidéos