Graphiques de la semaine

Information économique : un économiste commente un graphique

Banques américaines : la réactivation du dispositif de mise en pension de la Fed, facteur de réduction des bilans
Publié le 7 avr. 2021 par Céline CHOULET

Le 17 mars, la Réserve fédérale américaine (Fed) a relevé le plafond de ses opérations de mises en pension (Reverse Repo Program, RRP). Chaque contrepartie éligible* peut désormais prendre en pension, chaque jour ouvré, jusqu’à USD 80 mds de Treasuries détenus par la Fed contre USD 30 mds précédemment.
Déployé à l’automne 2013, un an avant l’interruption de QE3 (3e programme d’assouplissement quantitatif de la Fed) et deux ans avant le début du resserrement monétaire post-crise, ce dispositif avait suscité une forte participation des fonds monétaires (pour des opérations rémunérées entre 0,01% et 0,07% avant la fin 2015) et permis d’établir un plancher aux taux courts de marché. Dans un contexte de liquidités centrales abondantes, ce programme est de nature à réduire les pressions à la baisse exercées sur les taux monétaires en incitant les fonds monétaires et GSE à « prêter » une partie de leur cash à la Fed plutôt que sur les marchés (repo, fonds fédéraux) où la demande s’est tarie. Si, pour l’heure, le dispositif RRP demeure peu sollicité (le taux servi est nul), il pourrait de surcroît permettre, au cours des prochaines semaines, un allègement des bilans bancaires. La pénalité que certaines banques s’apprêteraient à introduire sur les dépôts de leurs clients institutionnels, en vue de réduire leurs bilans, pourrait en effet réorienter ces liquidités vers les fonds monétaires, puis, grâce à la réactivation du dispositif, vers la Fed**.

* 24 primary dealers, 16 banques, 15 Government-Sponsored Enterprises et 91 fonds monétaires.
** En 2015, la taxation des dépôts, introduite par JP Morgan, avait conduit à la sortie d’environ USD 200 mds de dépôts non opérationnels de son bilan et contribué à réduire sa surcharge réglementaire en fonds propres au titre de son importance systémique (G-SIB).

PDF

Sur le même thème

États-Unis : réallocation des portefeuilles bancaires vers la zone euro depuis le Brexit 24/11/2021
L’exposition du système bancaire américain à la zone euro s’est nettement élargie depuis 2016, année du référendum en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Entre le 31 mars 2016 et le 30 juin 2021, les créances des huit plus grandes banques américaines1 sur les résidents (hors secteur public) de la zone euro2 ont même progressé davantage (+USD 125,6 mds) que le recul de leurs créances sur l’économie britannique (-USD 56,3 mds). Parmi les principales économies bénéficiaires de ces arbitrages, figurent la France (+USD 66,3 mds, soit +47%), le Luxembourg (+36,5 mds, +97%), l’Irlande (+28,6 mds, +46%) et l’Allemagne (+5,8 mds, +7%). Les banques Goldman Sachs et JP Morgan concentrent l’essentiel de ce surcroît d’exposition. Les expositions transfrontières des banques américaines à la zone euro (i.e. détenues par des entités juridiques établies aux États-Unis) prévalent encore sur les expositions locales de leurs filiales et via leurs succursales implantées sur le continent (89% vs 11%). Le Brexit s’est toutefois accompagné d’une intensification de leurs activités sur place. Les créances locales des grandes banques américaines dans la zone euro ont ainsi été multipliées par trois sur la période (+USD 44,5 mds) aux dépens du Royaume-Uni (-USD 58,8 mds, soit -20%). Globalement, les créances transfrontières à destination de la zone euro se sont en revanche plus modestement accrues (+18% contre +4% vers le Royaume-Uni). 1 La ventilation des expositions étrangères du système bancaire américain, considéré dans son ensemble, est incomplète avant le T3 2016. Au 30 juin 2021, les 8 grandes banques (JP Morgan, Bank of America, Citigroup, Wells Fargo, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Bank of New York Mellon, State Street) concentraient 74% de l’exposition américaine à l’économie britannique et 83% de l’exposition américaine à la zone euro. 2 Les créances d’un système bancaire sur l’étranger englobent ses créances transfrontières et les créances locales de ses filiales et succursales implantées à l’étranger en devises et en monnaie locale. En sont exclues les créances résultant de positions sur des contrats dérivés, les garanties accordées ou lignes de crédit. Les données sont exprimées ici en critère de risque ultime, c’est-à dire qu’elles sont affectées au pays sur lequel repose le risque final (pays de résidence du garant d’une créance et/ou du siège de la maison mère du débiteur).  
L’inflation au-dessus de 6% 15/11/2021
C’est un dérapage transitoire… qui dure ! En octobre, l’inflation américaine a été mesurée à 6,2% sur un an, son plus haut niveau depuis trente-et-un ans. Si, comme les mois précédents, l’alourdissement de la facture énergétique est en cause (il explique 30% du chiffre), l’accélération de la hausse des prix est un phénomène qui s’étend aux États-Unis. Elle rattrape les loyers, dont le renchérissement atteint déjà 3,5% sur un an et va, à coup sûr, s’accentuer. 
Faut-il s’inquiéter de la confiance des ménages américains ? 29/10/2021
D’après une étude récente, l'économie américaine pourrait entrer en récession compte tenu du mouvement à la baisse des attentes des consommateurs. Cependant, la crise du Covid-19 complique l’analyse des données. Les fluctuations des chiffres des infections influencent les attentes, tout comme la spécificité de la reprise de 2020 et d’autres facteurs qui ont fait bondir l’inflation. Au vu du nombre record de départs volontaires, le fléchissement de la confiance des consommateurs pourrait refléter les inquiétudes des Américains concernant l’inflation et son effet sur le pouvoir d’achat. Un phénomène similaire apparait en France d’après les derniers chiffres de la confiance des consommateurs.
États-Unis : Des prêts garantis largement convertis en subventions publiques 13/10/2021
En réponse à la crise liée à la pandémie de Covid-19, le Congrès américain a mis en place, en avril 2020, un programme de prêts aux petites et moyennes entreprises (Paycheck Protection Program, PPP) garantis par l’État fédéral. À la clôture des souscriptions, le 31 mai 2021, environ USD 800 milliards d’encours de prêts PPP avaient été accordés. Les banques ont originé 80% de ces prêts, les sociétés de crédit non bancaires et fintechs les 20% résiduels. Ce dispositif se distingue à divers égards du programme de prêts garantis par l’État (PGE) conduit en France, en particulier quant à son coût budgétaire. D’abord, aux États-Unis, le risque de crédit associé aux prêts garantis est entièrement supporté par l’État fédéral1. Ensuite, les prêteurs américains ont été indemnisés des frais occasionnés par l’origination des créances PPP sous la forme de commissions (entre 1 et 5% en fonction des montants distribués). D’après la structure des prêts PPP originés, le montant des commissions versées s’élèverait aux alentours de USD 30 milliards. Enfin, outre-Atlantique, sous certaines conditions, les prêts garantis sont convertibles en subventions publiques aux entreprises financées (dans la limite de la masse salariale, des intérêts sur prêts hypothécaires, des loyers et frais de fonctionnement supportés). L’annulation partielle ou complète d’un prêt PPP est notamment subordonnée au maintien par l’entreprise bénéficiaire de l’emploi et des salaires durant les 8 à 24 semaines suivant son obtention. Au 10 octobre dernier, plus de USD 575 milliards d’encours de prêts PPP avaient ainsi été effacés (7,5 millions de crédits), soit 73% des montants totaux accordés (65% du nombre de crédits octroyés)2. En posant l’hypothèse extrême d’un effacement intégral des créances distribuées dans le cadre du PPP, le coût budgétaire du dispositif s’élèverait à USD 835 milliards3. 1 En France, l’État assume 70% ou 80% du risque de crédit dans le cas des PGE aux grandes entreprises, 90% dans celui des PGE aux petites et moyennes entreprises. Les banques françaises couvrent le risque résiduel. 2 PPP forgiveness platform lender submission metrics reports (sba.gov) 3 Covid Money Tracker
Lenteur coupable 11/10/2021
C’est l’un des paradoxes choquants de l’Amérique, berceau du miracle vaccinal contre la Covid-19 mais où les victimes quotidiennes de la maladie se comptent encore par milliers. Encore trop meurtrière, la vague épidémique des mois d’été a sans doute freiné la reprise de l’emploi.
Controverse budgétaire, resserrement monétaire 08/10/2021
Bien que de manière inégale, l’économie des États-Unis a, somme toute, très vite effacé ses pertes liées à l’épidémie de Covid-19. Alimentée par des transferts fédéraux exceptionnels, la consommation privée a connu un redressement spectaculaire, jusqu’à provoquer le trop-plein. Confrontées à une pénurie mondiale de composants, peinant aussi à recruter, les entreprises ont du mal à répondre à la demande. Les prix sont sous tension. Pour la Réserve fédérale, l’heure du retrait des perfusions monétaires est venue. Quant à la poursuite des grands travaux budgétaires, elle reste suspendue à l’accord des républicains concernant le « plafond » de la dette, qui vient d’être atteint, et doit être relevé.
L’emploi récupère, le Delta fait douter 06/09/2021
A l’occasion de son traditionnel discours de politique monétaire au symposium annuel de Jackson Hole, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, s’est réjoui des dernières statistiques du marché du travail. Non sans raison. Sur les trois derniers mois de juin à août, ce sont plus de 2,2 millions de postes qui ont été créés dans l’ensemble de l’économie (hors activités agricoles), dont plus de 800 000 dans le seul secteur du tourisme (hôtellerie, restauration, loisirs, etc.) en pleine renaissance. Si la Covid-19 laisse toujours derrière elle un large déficit d’emplois (d’environ 5,5 millions) ainsi qu’un taux de chômage trop haut pour les standards américains (5,2%), la situation se normalise peu à peu. 
Le message rassurant de Jerome Powell 03/09/2021
Le discours de Jerome Powell à la conférence annuelle de Jackson Hole organisée par la Réserve fédérale de Kansas City était très attendu par les marchés financiers, qui espéraient un message clair sur les intentions de la Fed de réduire ses achats d'actifs (tapering).
États-Unis : un nouvel outil de gestion pour juguler les tensions sur les taux monétaires 01/09/2021
Le 28 juillet dernier, la Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé la pérennisation de sa facilité de prise en pension de titres (Standing Repo Facility, SRF). Dorénavant, chaque contrepartie éligible* pourra emprunter, chaque jour ouvré et au jour le jour, jusqu’à USD 120 mds de liquidités centrales dans le cadre de ce dispositif**. Les opérations seront facturées au taux de la facilité de prêt marginal (25pb) et plafonnées à USD 500 mds. La Fed se dote ainsi d’un nouvel outil de détection de possibles pénuries de monnaie centrale. Introduit en urgence et de manière provisoire en septembre 2019, ce dispositif avait permis de résorber la crise des marchés repo. Il avait en revanche fait défaut en amont du choc alors que les contraintes réglementaires de liquidité, exacerbées par la réduction du bilan de la Fed, empêchaient les banques de répondre aux demandes de cash exprimées sur les marchés monétaires. Peu utile dans le contexte actuel de liquidités abondantes, la possibilité de convertir à tout moment des titres en réserves, sans la stigmatisation associée à la fenêtre d’escompte, pourrait en revanche inciter certaines banques à gonfler leurs portefeuilles de Treasuries et de Agencies. Ce pourrait être le cas des banques de taille modeste qui, contrairement aux très grandes banques, détiennent des stocks de titres bien inférieurs au plafond individuel de la SRF. * Primary dealers et, à partir du 1er octobre 2021, institutions de dépôts dont le bilan excède USD 30 mds ou dont le portefeuille de titres éligibles excède USD 5 mds au 30 juin 2021. D’après les données de S&P Global Market Intelligence, 69 institutions de dépôts pourraient y prétendre. ** Par le biais de mises en pension auprès de la Fed de titres de dette du Trésor (Treasuries), de titres de dette et MBS émis par les agences de garantie hypothécaire (Agencies).
Inflation aux États-Unis : toujours plus inconfortable 26/07/2021
La hausse annuelle des prix à la consommation a atteint 5,3 % en juin aux Etats-Unis. Les facteurs de l’inflation restent très concentrés mais pourraient gagner d’autres secteurs. De plus en plus d’entreprises se plaignent d’une aggravation de la pression sur les prix. C’est aussi le signal que livre l’indice ISM. D’après les données historiques, une relation assez étroite peut être observée entre l’indicateur des pressions sur les prix et la hausse des prix à la production. Néanmoins, la transmission dépend de plusieurs facteurs tels que la politique de tarification, la position concurrentielle, les goulets d’étranglement sur le marché du travail. Les prochains mois seront décisifs pour la Réserve fédérale et les marchés financiers, compte tenu de la thèse défendue par la Fed jusque-là selon laquelle la hausse de l’inflation serait temporaire. Le marché obligataire s’est rangé à cet avis jusqu’ici mais sa sensibilité à une hausse surprise de l’inflation devrait être plus élevée que la normale.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1620 articles et 292 vidéos