Graphiques de la semaine

Information économique : un économiste commente un graphique

Royaume-Uni : encours cible du programme d’achat d’actifs maintenu, légère détente du taux du Gilt 10 ans
Publié le 13 mai 2020 par Laure Baquero

Le dernier Comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre (BoE) du 7 mai 2020 laisse la politique monétaire britannique inchangée, y compris l’encours cible de son programme d’achat d’actifs, malgré le vote de deux des membres du Comité en faveur d’une augmentation de GBP 100 mds.

Inauguré en 2009 avec un encours initial de GBP 200 mds, le programme a été élargi à plusieurs reprises. Le dernier relèvement, décidé le 19 mars dernier, en a porté l’encours cible à GBP 645 mds (dont 20 mds de titres de dette privés investment-grade), contre GBP 445 mds (dont GBP 10 mds de titres privés) auparavant. Depuis, le taux souverain britannique à 10 ans s’est inscrit en léger repli, malgré l’annonce du gouvernement de son intention d’émettre pour GBP 180 mds entre mai et juillet 2020, contre GBP 39 mds initialement prévus pour cette période et GBP 156 mds pour l'ensemble de l'année 2020.

Pour l’heure, l’amélioration des conditions de financement a conduit le gouvernement à ne pas solliciter la facilité de caisse Ways and Means dont il a décidé le 9 avril 2020, conjointement avec la BoE, d’abolir  temporairement le plafond (GBP 370 mn auparavant) afin de se financer sans recourir au marché dans l’éventualité où les conditions d’accès à ce dernier se détérioreraient.

PDF

Sur le même thème

Royaume-Uni : un Brexit dur, mais à quel point ? 25/09/2020
Les négociations se poursuivent entre le Royaume-Uni et l’Union européenne pour arriver à un traité de libre-échange, mais la possibilité d’une sortie sans accord est toujours bien réelle. Pendant ce temps-là, le Royaume-Uni cherche à répliquer les accords de libre-échange dont il bénéficiait grâce à son adhésion à l’UE…
Alors que l’économie repart, le Brexit inquiète de nouveau 11/09/2020
D’après les données du Bureau de la statistique nationale (Office for National Statistics, ONS), le Royaume-Uni a enregistré une chute de son PIB de plus de 20% au deuxième trimestre, soit la plus grosse baisse en Europe...
Les mesures de soutien au financement bancaire des entreprises 21/07/2020
La Banque d'Angleterre et le gouvernement britannique ont répondu à la crise liée à l’épidémie de Covid-19 par une large palette de mesures. Elles ont été annoncées rapidement mais la traduction opérationnelle de certaines d’entre elles a pris plus de temps, notamment celles concernant le soutien au financement des entreprises privées. Ces mesures ont en commun de s’appuyer largement sur le secteur bancaire du pays, solide, en dépit de difficultés communes à la plupart des secteurs bancaires européens. Enfin, cela s’inscrit sur fond de Brexit et de refus de l’exécutif britannique de prolonger la période de transition, au motif que cela accentuerait l’incertitude pesant sur les entreprises et pourrait réduire la souplesse dont il a besoin pour répondre à cette crise.
Des chiffres encore décevants 17/07/2020
Après une chute de plus de 25% entre mars et avril, le PIB du Royaume-Uni a augmenté de 1,8% en mai. Si les mesures de restrictions n’ont commencé à être assouplies qu’en juin, ce timide rebond a tout de même déçu. Aucun des prévisionnistes sondés par Reuters n’anticipait un chiffre aussi bas, et le consensus s’attendait à un rebond de 5,5%. Ceci s’explique par la pauvre performance du secteur des services. Alors que les indices de production industrielle et des services avaient tous deux baissé d’environ 25% entre mars et avril, le premier a augmenté de 6,0% en mai tandis que le second ne progressait que de 0,9%. Néanmoins, cette amélioration va certainement s’accélérer suite à la réouverture de la plupart des commerces non essentiels le 15 juin et du secteur du tourisme et de l’hébergement le 4 juillet...
Royaume-Uni : le TFSME plus efficace que le TFS pour faire diminuer les taux des prêts aux entreprises ? 15/07/2020
À l’instar du Term Funding Scheme (TFS) introduit par la Banque d’Angleterre (BoE) à l’été 2016, le Term Funding Scheme Small and Medium-sized Enterprises (TFSME), annoncé en mars 2020, vise à soutenir l’offre de prêts aux entreprises. Il s’agit d’un programme de refinancement à quatre ans accordé aux établissements de crédit à un taux inférieur à celui des opérations principales de refinancement[1]. Contrairement au TFS, le TFSME cible plus précisément le financement des petites et moyennes entreprises (SME). Opérationnel depuis le 15 avril dernier et ayant donné lieu au tirage de GBP 11,9 mds de la part des établissements de crédit au 27 mai, le dispositif s’accompagne d’une baisse significative des taux emprunteurs moyens de l’ensemble des sociétés non financières (SNF) privées, et davantage encore s’agissant des PME. Et ce, dans une mesure bien plus grande que celle observée après le lancement du TFS. L’explication de cet écart est multifactorielle. Le TFSME intervient alors que la BoE recourt plus amplement à ses outils de politique monétaire avec une baisse du taux directeur de 0,75% à 0,10% (contre de 0,50% à 0,25% en 2016) et l’élargissement de son programme d’achat d’actifs de GBP 200 mds (contre GBP 70 mds). Il s’inscrit, en outre, dans un environnement marqué par le recul des taux souverains, et concomitamment aux programmes de prêts garantis par l’État.   [1] À lire prochainement sur notre site : Royaume-Uni, les mesures de soutien au financement bancaire des entreprises, EcoFlash, BNP Paribas
Un rebond économique tardif et incertain 13/07/2020
Du fait de la mise en place retardée de mesures de restriction, le Royaume-Uni a été durement affecté par la pandémie de Covid-19. En conséquence, le pays sort du confinement avec du retard par rapport à ses voisins européens, et son économie est particulièrement affaiblie. Le retour au niveau d’avant-crise sera donc long et difficile. De surcroît, le risque d’une crise prolongée est d’autant plus grand que deux menaces majeures assombrissent l’horizon. D’une part, une seconde vague de la pandémie pourrait mener à la réimposition de mesures de restriction. D’autre part, l’échec des négociations avec l’Union européenne sur un traité de libre-échange avant la fin de l’année fait craindre des difficultés économiques supplémentaires.
Chute du PIB record en avril 19/06/2020
Après une baisse de 5,8% en mars, le PIB du Royaume-Uni a plongé de plus de 20% en avril – la production industrielle et les ventes au détail ayant chuté de 24,3% et 18,7%, respectivement. C’est sa plus grosse baisse mensuelle depuis le début de la série en 1997. Néanmoins, le retour de la croissance sera sûrement rapide, du fait de la levée progressive des mesures de restriction – la plupart des commerces dits non essentiels ont rouvert cette semaine – et des nombreuses mesures de soutien monétaire et fiscal...
Dans l’épreuve 07/04/2020
Aujourd’hui répandue mondialement, l’épidémie de coronavirus s’est déclarée relativement tard au Royaume-Uni, et n’a pas donné lieu à des mesures de protection immédiates. Après avoir opté pour une stratégie d’« immunité collective », le gouvernement de Boris Johnson a finalement décidé, le 24 mars, d’un confinement à l’échelle nationale. Comme en Italie, en France ou plus généralement en Europe continentale, les mouvements et rapprochements de personnes sont désormais limités outre-Manche. La maladie progresse, quant à elle, à un rythme rapide, comparable à celui observé dans les pays les plus touchés. Face aux risques, sanitaires et économiques, qu’elle représente, les autorités monétaires et gouvernementales ont décidé de mesures de soutien exceptionnelles.
Actualité du Brexit 23/01/2020
Le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni quittera officiellement l’Union européenne et toutes les institutions qui la composent. Le Brexit  aura donc lieu de jure, mais pas de facto, puisque, durant une période dite de « transition » devant s’achever le 31 décembre 2020, l’économie britannique demeurera partie intégrante du marché unique et de l’union douanière européenne. Ses biens, services et capitaux continueront de s’échanger librement avec l’UE, qui restera maître en matière juridique et réglementaire. Ce n’est qu’ensuite, lorsque le cadre de la relation future aura été convenu, qu’interviendra la véritable séparation. Or, pas plus aujourd’hui qu’hier, celle-ci ne promet d’être facile.
Royaume-Uni : la sortie approche, les investissements s’éloignent… 10/01/2020
Au Royaume-Uni, la perspective du Brexit a pesé sur les entrées nettes d’investissements directs étrangers.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2511 articles et 648 vidéos