Graphiques de la semaine

Information économique : un économiste commente un graphique

World merchandise trade quickly back to pre-pandemic levels
Publié le 17 févr. 2021 par Raymond VAN DER PUTTEN

World merchandise trade has recovered much quicker from the steep fall at the outbreak of the Covid-19 pandemic than anticipated. In March and April 2020, at the height of the crisis, trade was almost 20% lower than a year earlier.

Despite the continuation of the lockdown restrictions and distancing rules in large parts of the industrial world, world trade has continued to expand. In November 2020 (latest data available), merchandise trade was back at the level at the end of 2019. After the financial crisis in 2008, it took more than two years for trade in goods to return to the pre-crisis level. The reason for the quick recovery in goods trade is due to the special nature of the shock, which affected in particular services such as retail trade and the catering industry. Government support measures have eased the impact on the economy, thus allowing goods imports to recover relatively fast.

The strong rebound in trade flows was noticed in container shipping. Recently, the large Danish international shipping company A.P Møller Mærsk reported an almost doubling of net operating profits in Q4 2020. Given bottlenecks in supply chains and equipment shortages, the company expects Q1 2021 to be even stronger than Q4.

Despite the rapid recovery of trade in goods, certain internationally traded services such as travel and tourism have continued to suffer, largely because of travel restrictions. For example, Frankfurt Airport reported a fall in the number of air travelers by 80% in January 2021 from a year earlier. By contrast, cargo was up by 18%.

PDF

Sur le même thème

Changement de modèles de consommation et Covid-19 19/04/2021
La pandémie de Covid-19 a fortement impacté les dépenses de consommation des ménages, dont les volumes ont baissé et la composition a été profondément modifiée. Avec la levée progressive des restrictions, certains services, comme les loisirs, la restauration et l’hôtellerie, qui ont connu une chute de la demande due aux mesures de restriction, pourraient tirer leur épingle du jeu au détriment – en termes relatifs tout au moins – des dépenses en biens. La demande contenue constitue un facteur déterminant de la vigueur du début de la reprise. Elle joue, cependant, un rôle moins décisif dans le secteur des services. Ainsi, les pays avec un important secteur des services, après avoir pâti des mesures de restriction, pourraient connaître un redressement plus difficile que les autres. 
Incertitude : tendance à la baisse 19/04/2021
La plupart de nos indicateurs d’incertitude poursuivent leur repli à la faveur de l’accélération des campagnes de vaccination et de l’amélioration des données économiques, alors que le taux d’incidence repart en forte hausse dans plusieurs pays...
Baisse de la fréquentation des commerces et des établissements de loisirs en Europe 19/04/2021
Face à la recrudescence de la pandémie, la fréquentation des commerces et des établissements de loisirs* a baissé durant la semaine du 4 au 11 avril dans les principaux pays développés par rapport à la semaine précédente. Par ailleurs l’indicateur de substitution hebdomadaire de la croissance en glissement annuel du PIB (OCDE) continue de fléchir en Europe...
Les banques centrales face au changement climatique 12/04/2021
Les banques centrales prennent de plus en plus conscience de l’impact du changement climatique sur les prix et la stabilité financière. De plus, par le biais des collatéraux et des achats d’actifs, leurs bilans sont exposés à ce risque. La BCE l’a intégré à sa revue de la stratégie monétaire lancée en 2020. La question centrale est de savoir si la BCE devrait aussi poursuivre des objectifs climatiques dans sa politique monétaire. Cela pourrait être perçu par certains comme trop éloigné de sa mission qui consiste à viser la stabilité des prix. A minima, on s’attend à ce que la banque centrale demande davantage d’informations sur les facteurs liés au climat des actifs qu’elle détient. La question du maintien de la neutralité de ses achats à l’égard du marché reste ouverte. Celui-ci attend donc avec impatience le résultat de la revue stratégique qui devrait être annoncé en septembre 2021.
Indices PMI : un début d’amélioration dans le secteur des services ? 12/04/2021
Dans le secteur manufacturier, hormis de rares exceptions (Mexique, Égypte, Liban), la quasi-totalité des pays de notre échantillon affiche un indice PMI supérieur à 50 au mois de mars 2021. Le PMI manufacturier mondial se situe au niveau le plus élevé de la période sous revue. Cela vaut également pour la zone euro. 
Les campagnes de vaccination accélèrent en Europe 12/04/2021
La situation épidémique continue de se dégrader dans le monde. Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 augmente. Du 1er avril au 7 avril, on en a enregistré plus de 4,14 millions*, soit une hausse +23% par rapport à la semaine précédente. Cette augmentation s’observe en Europe, en Asie (à l’exception de la Chine) avec 1,35 million nouveaux cas, et sur l’ensemble du continent américain.
La certitude que l’incertitude finira par baisser 08/04/2021
Dans beaucoup de pays, le nombre de contaminations est reparti à la hausse, obligeant le maintien, voire le resserrement des mesures sanitaires. C’est le cas, entre autres, en zone euro où le redémarrage de l’activité et de la demande est une nouvelle fois reporté. Il s’amorcera essentiellement grâce à l’efficacité des mesures restrictives, l’accélération de la vaccination mais aussi l’effet d’entraînement des partenaires commerciaux dont l’économie redémarre plus vite. C’est le cas des États-Unis grâce au succès du programme de vaccination et du plan de relance conséquent qui vient d’être déployé. L’influence américaine ne se limite pas aux opportunités commerciales pour les exportateurs européens. Ainsi, les taux longs en zone euro ont suivi, en partie, la hausse des rendements obligataires américains. Celle-ci reflète surtout une hausse des attentes inflationnistes, tandis que la Réserve fédérale estime qu’il devrait s’agir d’un phénomène passager. Les entreprises et les ménages devront se féliciter de la nervosité du monde obligataire. Il témoigne du sentiment que l’économie ira bientôt vraiment mieux.
Va-t-on vers une reconnexion entre la croissance de la masse monétaire et l’inflation ? 02/04/2021
Depuis la Grande récession, la base monétaire a considérablement augmenté dans plusieurs économies avancées du fait de la constitution de réserves bancaires auprès des banques centrales. Cependant, cela ne s’est pas accompagné d’un rebond significatif de l’inflation comme ce fut le cas par le passé. Dans le sillage de la crise financière mondiale de 2008-2009, la demande de réserves de banque centrale, émanant du système bancaire, s’est nettement accrue en raison de l’état critique de l’économie et du marché monétaire. Les nouvelles règles concernant la liquidité bancaire ont également joué un rôle. Par la suite, l’assouplissement quantitatif a provoqué une augmentation des réserves à l’initiative des banques centrales. À terme, avec le redressement de l’économie, le lien entre croissance de la masse monétaire et inflation pourrait se rétablir sous l’effet de l’accélération de la circulation de la monnaie ou celle de la croissance de la demande de crédit. Les banques centrales disposent des moyens nécessaires pour y faire face. Les marchés d’actifs, en revanche, pourraient être moins à l’aise avec cette perspective.
Mobilité : hétérogénéité des données à haute fréquence 02/04/2021
Les indicateurs de la pandémie Covid-19 continuent d’augmenter dans le monde. Avec la résurgence de l’épidémie dans de nombreux pays, le renforcement progressif des mesures sanitaires a affecté la mobilité des personnes...
Nervosité sur les perspectives d’inflation à court terme 29/03/2021
Ces derniers mois, les directeurs d’achat de la zone euro et des États-Unis ont fait état d’une hausse significative des prix des intrants ainsi que d’un allongement des délais de livraison. Ces évolutions reflètent l’effet perturbateur de la pandémie, l’offre ayant du mal à répondre au redressement de la demande. Selon une enquête de la Fed d’Atlanta, les entreprises qui connaissent les plus fortes perturbations sont, en général, celles dont les anticipations d’inflation sont les plus élevées. Seront-elles pour autant prêtes à relever leurs prix de vente ? Cela reste à voir. La Réserve fédérale n’a pas d’inquiétude à cet égard. Aux Etats-Unis, la nervosité sera néanmoins grande au second semestre à l’occasion de la publication des données sur l’inflation alors que l’économie devrait être en mesure de combler rapidement son écart de production (output gap).

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2682 articles et 705 vidéos