Graphiques de la semaine
Hongrie : Haut de cycle
Publié le 23 janv. 2019 par Sylvain BELLEFONTAINE

Le premier ministre hongrois Victor Orban, qui entend mener la fronde eurosceptique, souverainiste et anti-immigration lors des élections européennes de mai prochain, peut se prévaloir d’une situation macroéconomique favorable. La croissance du PIB a continué d’accélérer en 2018 grâce à un cocktail de politiques économiques expansionnistes, de fonds structurels européens et de reprise du crédit domestique. Estimée à 4,5% en moyenne sur l’année, un niveau record depuis 2004 et supérieur au potentiel, la croissance devrait ralentir en 2019.

Le « modèle Orban » repose sur un équilibre fragile entre interventionnisme et mesures libérales. Petite économie ouverte, la Hongrie est très intégrée dans les chaînes de valeurs européennes et mondiales, et donc très dépendante de la conjoncture internationale. En dépit d’un fort rejet des institutions européennes, la Hongrie est très friande des fonds structurels, amenés à baisser à partir de 2021. Le patriotisme économique prévaut dans des secteurs stratégiques (énergie, télécommunications, finance). Mais les autorités promeuvent l’ouverture aux investisseurs étrangers dans les secteurs industriels intensifs en main-d’œuvre (automobile, électronique), en proposant un cadre fiscal attractif et un coût du travail faible. En décembre 2018, la loi très favorable aux entreprises rehaussant le plafond des heures supplémentaires a généré de vives protestations sociales.
PDF

Sur le même thème

Hongrie: de retour en "investment grade" 11/10/2016
L’agence S&P vient d’améliorer la note souveraine de la Hongrie pour la passer dans la catégorie d'investissement après cinq années dans la catégorie spéculative.
Ralentissement de l’investissement en Europe centrale en 2016 21/09/2016
L’investissement décélère dans les quatre pays du « Groupe de Višegrad ». La Hongrie est la plus touchée avec une chute de 5% sur quatre trimestres glissants. En Pologne, la croissance de l’investissement est proche de zéro, alors qu’elle se maintient encore en République tchèque et en Slovaquie, mais à un rythme plus lent. On constate que malgré les taux d’intérêt à leurs minima historiques et la fin de la consolidation budgétaire, ni le secteur financier ni les financements des budgets nationaux ne sont en mesure de compenser la baisse des transferts européens. Ce ralentissement devrait se poursuivre à l'horizon de 6-12 mois et pèsera sur les chiffres de la croissance économique.
Les champions de la croissance en Europe se trouvent à l’Est 17/02/2016
En 2015, la croissance moyenne des pays du Groupe de Visegrad a été de 3,6% avec respectivement 4,3% pour la République tchèque, 3,7% pour la Pologne, 3,6% pour la Slovaquie et 2,9% pour la Hongrie. Non-inflationniste, cette croissance est créatrice d’emplois. Elle est portée par l’afflux de fonds européens : ceux « ordinaires » prévus par le budget 2014-2020 se sont ajoutés aux fonds « exceptionnels » de l’exercice 2007-2013 qui devaient être utilisés d'ici à fin 2015.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2029 articles et 558 vidéos