Graphiques de la semaine

Information économique : un économiste commente un graphique

US banks: reactivation of the Fed’s Reverse Repo facility, a factor in reducing balance sheets
Publié le 7 avr. 2021 par Céline CHOULET

On 17 March, the US Federal Reserve (Fed) raised the ceiling on transactions under its Reverse Repo Program (RRP). Each eligible counterparty* can now take, on each trading day, up to USD 80 billion in Treasuries held by the Fed on repo, from a limit of USD30 billion previously.

Introduced in the autumn of 2013, one year before the ending of QE3 (the Fed’s third quantitative easing programme) and two years before the beginning of the post-crisis monetary tightening, this facility saw high levels of participation by money market funds (with interest rates of between 0.01% and 0.07% up to the end of 2015) and helped establish a floor for short-term market interest rates. Against a background of abundant central bank liquidity, the programme has the effect of reducing downward pressure on short-term rates by encouraging money market funds and GSEs to “lend“ part of their cash to the Fed rather than on markets (repo, Fed Funds) where demand has dried up. Although the reactivated RRP has not so far seen much uptake (the interest rate paid is zero), it could allow, over the coming weeks, a slimming down of bank balance sheets. The penalty that certain banks are preparing to introduce on deposits from institutional clients, in a bid to reduce their balance sheets, could push this cash towards money market funds and from there, via the reactivation of the RRP, to the Fed**.

* 24 primary dealers, 16 banks, 15 Government-Sponsored Enterprises and 91 money market funds.

** In 2015 JP Morgan introduced a penalty on deposits that resulted in an outflow of around USD200 billion in non-operating deposits from its balance sheet and helped reduce the regulatory equity surcharge arising from its position as a global systemically important bank (G-SIB).

PDF

Sur le même thème

Un Livre beige teinté de rose 19/04/2021
Publié huit fois par an par la Réserve fédérale américaine (Fed), le Livre beige sur l’état de la conjoncture outre-Atlantique apporte, en ce mois d’avril 2021, un certain plaisir de lecture. Sans exception, les douze districts couverts par les enquêtes de la Fed enregistrent une amélioration du climat des affaires, qui confine même à l’euphorie dans les régions les plus riches et productives du nord-est des États-Unis, comme celle de Philadelphie...
Recul de l’épidémie, poussée de fièvre 08/04/2021
L’économie américaine s’envole. Dopée par le recul de l’épidémie de Covid-19 autant que par des transferts budgétaires sans précédent, l’activité croîtra d’au moins 6% en 2021, pour dépasser son niveau de 2019. L’inflation accélérera, jusqu’à s’établir assez sensiblement au-dessus de la cible de 2% visée par la Réserve fédérale. Pour autant, la Banque centrale ne déviera pas de sa ligne accommodante. Sa priorité reste l’emploi, qui porte encore les stigmates de la crise et est loin d’avoir récupéré tout le terrain perdu avec celle-ci. Les conditions monétaires resteront donc favorables, pour l’économie comme pour les marchés, quitte à encourager quelques excès.
Banques américaines : la réactivation du dispositif de mise en pension de la Fed, facteur de réduction des bilans 07/04/2021
Le 17 mars, la Réserve fédérale américaine (Fed) a relevé le plafond de ses opérations de mises en pension (Reverse Repo Program, RRP). Chaque contrepartie éligible* peut désormais prendre en pension, chaque jour ouvré, jusqu’à USD 80 mds de Treasuries détenus par la Fed contre USD 30 mds précédemment. Déployé à l’automne 2013, un an avant l’interruption de QE3 (3e programme d’assouplissement quantitatif de la Fed) et deux ans avant le début du resserrement monétaire post-crise, ce dispositif avait suscité une forte participation des fonds monétaires (pour des opérations rémunérées entre 0,01% et 0,07% avant la fin 2015) et permis d’établir un plancher aux taux courts de marché. Dans un contexte de liquidités centrales abondantes, ce programme est de nature à réduire les pressions à la baisse exercées sur les taux monétaires en incitant les fonds monétaires et GSE à « prêter » une partie de leur cash à la Fed plutôt que sur les marchés (repo, fonds fédéraux) où la demande s’est tarie. Si, pour l’heure, le dispositif RRP demeure peu sollicité (le taux servi est nul), il pourrait de surcroît permettre, au cours des prochaines semaines, un allègement des bilans bancaires. La pénalité que certaines banques s’apprêteraient à introduire sur les dépôts de leurs clients institutionnels, en vue de réduire leurs bilans, pourrait en effet réorienter ces liquidités vers les fonds monétaires, puis, grâce à la réactivation du dispositif, vers la Fed**. * 24 primary dealers, 16 banques, 15 Government-Sponsored Enterprises et 91 fonds monétaires. ** En 2015, la taxation des dépôts, introduite par JP Morgan, avait conduit à la sortie d’environ USD 200 mds de dépôts non opérationnels de son bilan et contribué à réduire sa surcharge réglementaire en fonds propres au titre de son importance systémique (G-SIB).
Le plan de relance américain va-t-il trop loin? 23/03/2021
D’un montant de 1 900 milliards de dollars ou 9 points de PIB, l’American Rescue Plan figure parmi les plus vastes dispositifs de relance jamais engagés aux États-Unis. Les mesures visent à surmonter l’épidémie de Covid-19, mais pas seulement. Peu discriminantes, s’ajoutant à celles déjà votées en décembre 2020, elles pourraient rapidement mettre l’économie sous tension. Bien qu’appelée à dépasser 2%, l’inflation n’est pas le principal danger. Le rebond des prix serait transitoire, la concurrence mondiale ainsi que l’accélération de la révolution numérique jouant plutôt dans le sens d’une modération. L’encouragement d’excès sur certains segments de marchés (valeurs technologiques, dette à haut rendement, etc.) s’inscrit en revanche sur la liste des effets indésirables possibles.
Lire dans les pensées de la Réserve fédérale 22/03/2021
Les dernières projections des membres du FOMC reflètent l’effet d’entraînement, robuste mais temporaire, de la relance budgétaire et de la normalisation de l’activité économique du fait de la vaccination des adultes. Ils tablent ainsi sur une hausse limitée de l’inflation. Quatre d’entre eux estiment désormais que la situation justifierait un relèvement du taux des fonds fédéraux l’année prochaine. Selon sept autres, les conditions seraient réunies pour 2023. Le président de la Fed n’a pas manqué de souligner que les projections ne constituent pas les prévisions du Comité et que les données ne justifient pas un virage monétaire. Ce message a manifestement ancré les taux d’intérêt à court terme, tandis que les rendements des obligations à long terme fluctuent entre soulagement et malaise à propos du niveau auquel le taux des fonds fédéraux pourrait se situer d’ici plusieurs années.
L’embellie se confirme 15/03/2021
Alors que les États-Unis ont franchi le cap dramatique des 500 000 morts de la Covid-19, d’autres statistiques, plus réjouissantes, font s’envoler les marchés. L’accélération de la campagne vaccinale, le recul concomitant du taux des contaminations, pratiquement au plus bas depuis le début de l’épidémie, confortent jour après jour l’espoir d’en sortir...
La remontée des rendements obligataires doit-elle inquiéter les investisseurs en actions ? 26/02/2021
Jusqu’à une date récente, la hausse des taux d’intérêt à long terme n’a pas empêché le marché actions de grimper, mais à en juger par les évolutions de la semaine, l’inquiétude semble gagner les investisseurs. L’impact potentiel de la remontée des taux obligataires sur les cours des actions dépend des facteurs à l’origine de cette augmentation : accélération de la croissance, baisse de l’incertitude, hausse des anticipations d’inflation. Ce dernier facteur est le plus délicat car il pourrait entraîner une réévaluation en profondeur des perspectives de politique monétaire. Au cours des deux dernières décennies, la relation entre la hausse des taux et le marché actions n’a pas été significative d’un point de vue statistique, ce qui s’explique entre autres par l’approche gradualiste de la politique monétaire. Comme le montrent ses déclarations récentes, Jerome Powell sait parfaitement combien il est important de ne pas prendre le marché par surprise.
États-Unis : en matière de relance budgétaire, le risque est de ne pas en faire assez 12/02/2021
L’état désastreux dans lequel se trouve le marché du travail américain justifie un effort important pour soutenir l’économie. C’est l’avis de Jerome Powell, président de la Réserve fédérale, et de Janet Yellen, secrétaire au Trésor. Le plan de relance budgétaire massif de l’administration Biden est critiqué par des économistes de renom qui l’estiment trop important et susceptible de déclencher des tensions inflationnistes.  Les considérations de gestion du risque jouent un rôle important dans le calibrage de ce plan. Les risques liés à une action insuffisante sont plus importants que ceux découlant d’une action excessive. Cependant, en cas d’effort budgétaire conséquent, la Réserve fédérale finira par devoir démontrer son indépendance et ne devra pas craindre de relever les taux en dépit des implications pour les finances publiques.
L’espoir d’en sortir 12/02/2021
Alors que l’épidémie de Covid-19 n’a jamais fait autant de victimes aux États-Unis, l’espoir d’en sortir n’a jamais été aussi réel. Avec près de 3 000 décès par jour en moyenne depuis le 15 janvier, soit 50% de plus que lors du pic d’avril 2020, la situation sanitaire reste objectivement mauvaise. Parallèlement, la campagne vaccinale s’accélère...
Banques américaines : des plans de rachats d’actions avant la cure d’amaigrissement des bilans 03/02/2021
Depuis mars 2020, les dispositifs exceptionnels de soutien à la liquidité ont provoqué un élargissement sensible des bilans bancaires. Craignant que les exigences de levier n’entravent la transmission de la politique monétaire et la capacité des banques à prêter à l’économie, les autorités les ont temporairement assouplies aux Etats-Unis (jusqu’au 31 mars prochain), puis en zone euro (jusqu’au 27 juin). Aux États-Unis, si l’exclusion provisoire des réserves en banque centrale et titres du Trésor de l’exposition de levier (dénominateur du ratio de levier bâlois) est automatique dans le cas des grandes holdings bancaires, cette exclusion est optionnelle dans le cas de leurs filiales de dépôt. Ces dernières ne peuvent y prétendre qu’à la condition préalable qu’elles soumettent leur programme de distribution de dividendes (y compris intra groupe) à l’approbation de leurs superviseurs. Bien qu’elles portent à leur bilan l’essentiel des réserves des groupes consolidés et une part non négligeable des Treasuries, les filiales ont, dans leur grande majorité, renoncé à cette option l’an passé. Les bénéfices réalisés sur l’année et l’interdiction faite à leurs maisons mères de procéder à des rachats d’actions ayant contribué à renforcer leurs fonds propres (capital Tier 1, numérateur du ratio), leurs ratios de levier ne se sont que modérément détériorés. La Fed a toutefois levé l’interdiction de rachats d’actions, au moins pour le premier trimestre 2021. Or, les réserves et donc, toutes choses égales par ailleurs, les bilans bancaires pourraient s’élargir encore sensiblement cette année (maintien des achats de titres de la Fed de USD 120 mds par mois, projet du Trésor de réduire ses avoirs auprès de la Fed de USD 800 mds). Les ambitieux plans de distribution de capital annoncés ces derniers jours (en termes de rachats d’actions et versements de dividendes) pourraient ainsi appeler des mesures d’allègement des bilans de manière à préserver les ratios de levier, et les scores d’importance systémique de certains groupes par la même occasion.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2682 articles et 705 vidéos