Graphiques de la semaine

Information économique : un économiste commente un graphique

Central Europe: return to pre-Covid GDP levels likely in 2021
Publié le 5 mai 2021 par Stéphane Colliac

Growth in Central Europe looks set to accelerate in the 2nd quarter of 2021, after already a good performance in the 2nd half of 2020, as indicated by the capacity utilisation rate in the manufacturing sector. This highlights good resilience despite a shortage of chips in the automotive sector and a fairly severe 3rd wave of Covid in the 1st quarter of 2021.
Improving business conditions in the industrial sector stem from the on-going recovery in demand, specifically for exports: this has already allowed economic activity in the Czech Republic and Slovakia to move above pre-Covid levels, whilst the Polish and Romanian economies have returned to around pre-crisis levels.
This performance should allow the region’s GDP to recover its pre-Covid levels before the end of 2021 (growth of 4.2% compared to the 3.8% contraction in 2020), notwithstanding a loss of activity in services that will hold for longer. It is also likely to support inflation (along with the chips shortage and oil prices recovery), which is likely to remain close to 3% on average for the 3rd year in a row.

 

PDF

Sur le même thème

Europe du Sud : la norme comptable IFRS 9 à l’épreuve de la pandémie de Covid-19 01/06/2021
Le choc économique imputable à la crise sanitaire de la Covid-19 a fortement accru le coût du risque bancaire, en particulier pour les systèmes espagnol, italien et portugais, principalement tournés vers la banque de détail et fortement exposés aux activités les plus affectées par la pandémie. Les effets de la crise sanitaire sur le coût du risque ont, en outre, été exacerbés par l’approche prospective du modèle de dépréciation des actifs financiers de la norme comptable IFRS 9, applicable depuis le 1er janvier 2018. Dans ce référentiel comptable, ce ne sont pas les défauts en eux-mêmes qui donnent lieu à la comptabilisation de provisions mais leurs anticipations. Les banques ont ainsi davantage provisionné, à ce stade du choc économique, qu’elles ne l’auraient fait sous l’empire de la norme précédente IAS 39 (ce qui ne sera pas nécessairement le cas pour l’ensemble du cycle). Néanmoins, l’augmentation du coût du risque en Europe du Sud a été limitée, dans une certaine mesure, par la marge d’appréciation laissée à la discrétion des banques ainsi que par les mesures de soutien public et leur traitement comptable préférentiel. La pandémie de Covid-19 a ainsi constitué le baptême du feu pour les principes comptables de la norme IFRS 9. En dépit d’une capacité interne à générer des fonds propres réduite par l’effet de ciseau négatif, sur leur rentabilité financière, de la réduction de leurs revenus et de l’augmentation de leur coût du risque, la capacité globale d’absorption des pertes des systèmes bancaires d’Europe du Sud devrait leur permettre de faire face à une éventuelle augmentation du risque de crédit. À condition néanmoins que la situation sanitaire reste sous contrôle.
Europe centrale : un retour probable au PIB d’avant-Covid dès 2021 05/05/2021
La croissance en Europe centrale devrait s’accélérer de nouveau au 2e trimestre 2021, après déjà une bonne performance au 2e semestre 2020, comme le suggère le taux d’utilisation des capacités de production dans l’industrie. Celui-ci souligne une bonne résilience malgré une pénurie de semi-conducteurs dans l’automobile et une 3e vague de Covid assez sévère au 1er trimestre 2021. L’amélioration de la conjoncture dans l’industrie provient d’un rebond continu de la demande, singulièrement à l’exportation, permettant une activité d’ores et déjà supérieure à l’avant-Covid pour la République tchèque et la Slovaquie, et à peu près équivalente en Pologne et en Roumanie. Cette performance devrait permettre le retour au PIB d’avant-Covid avant la fin 2021 dans la région (croissance de 4,2%, contre -3,8% en 2020), nonobstant une perte d’activité plus longue à se résorber dans les services. Elle devrait également soutenir l’inflation (avec la pénurie de semi-conducteurs et le rebond du prix du pétrole), qui devrait rester proche de 3% en moyenne pour la 3e année consécutive.  
Investissements verts, dette publique et marchés financiers 26/04/2021
Les actions visant à limiter le réchauffement climatique requerront des investissements considérables, y compris publics. Cela pose la question d’un éventuel effet d’éviction, des tensions sur les taux d’intérêt freinant les investissements du secteur privé. Un tel risque est peu probable à court terme. Au contraire, l’accroissement de l’investissement public dans la lutte contre le changement climatique et dans la transition énergétique pourrait avoir un effet d’entraînement et stimuler l’investissement privé. Une communication claire des différents gouvernements sur la nature des investissements réalisés sera nécessaire pour réduire le risque que les marchés financiers se focalisent sur la hausse de l’endettement public. Ils devront en particulier insister sur le fait que le rendement sur investissement devrait correspondre à un multiple du coût d’emprunt.
Europe : le choc de la Covid-19 et la crainte d’une zombification accélérée 02/03/2021
Au-delà du choc économique à court terme, la pandémie de Covid-19 et les mesures sanitaires exceptionnelles mises en place pour la contenir posent de nombreuses questions sur les conséquences durables de cette crise. Le débat autour des entreprises zombies, qui n’est pas nouveau, a pris de l’ampleur puisque leur part dans les économies développées a tendanciellement augmenté depuis les années 1980. Les interventions publiques massives de lutte contre les effets de la pandémie, du côté des gouvernements - moratoire sur la dette, annulation de cotisations sociales pour les employeurs, large recours aux dispositifs d’activité partielle, etc. - comme de celui des banques centrales - augmentation et prolongement des programmes de rachats d’actifs-, pourraient maintenir en vie des entreprises non viables, ce qui ravive les inquiétudes relatives à la zombification des économies.
Commerces et loisirs : une dynamique de mobilité qui se poursuit en Europe 11/12/2020
La fréquentation des commerces et des établissements de loisirs en Europe poursuit sa dynamique enregistrée depuis la fin du mois de novembre, comme le montre le rapport de Google sur la mobilité (Google Mobility Report) publié le 6 décembre dernier...
Europe du Sud : pourquoi une croissance potentielle si faible ? 30/11/2020
L’Espagne, la Grèce, l’Italie et le Portugal ont été durement frappés sur le plan économique par l’épidémie de Covid-19. Ces pays pâtissent, en outre, depuis de longues années d’une croissance potentielle en berne, parmi les plus basses d’Europe. Les principaux facteurs de ralentissement à l’œuvre sont les mêmes : un faible niveau d’investissement et de productivité, et une démographie qui ralentit - voire décline - et qui pèse sur la force de travail. Comment évoluent ces différents facteurs ? Quel peut être l’impact de la crise économique actuelle sur la croissance structurelle ? Quels leviers actionner ?
Vers une reprise de la consolidation bancaire en Europe du Sud ? 16/09/2020
CaixaBank et Bankia, respectivement troisième et quatrième plus grands groupes bancaires espagnols par les fonds propres CET1, ont officialisé, le 3 septembre 2020, l’ouverture de négociations en vue d’une potentielle fusion. Si elle se concrétisait, cette opération consoliderait le système bancaire espagnol. Le niveau de concentration de ce dernier est comparable à celui observé en moyenne dans la zone euro, à la suite de deux vagues successives de consolidation (2008-2009 puis 2012-2013) dont sont elles-mêmes issues CaixaBank et Bankia. Il reste à savoir si cette opération sera le prélude à un mouvement de concentration plus vaste auquel la Banque centrale européenne est favorable depuis plusieurs années. Le superviseur bancaire voit, en effet, dans la consolidation un moyen d’améliorer la rentabilité financière et la solidité des banques1. C’est dans cette perspective qu’il a publié en juillet 2020 un document consultatif visant à encourager les fusions bancaires2. [1] Cf. notamment l’entretien donné par Edouard Fernandez-Bollo, représentant de la BCE au Conseil de surveillance prudentielle, « Consolidation can secure safe and sound banks » dans la Supervision Newsletter de la BCE, août 2020. [2] ECB, Guide on the supervisory approach to consolidation in the banking sector – Draft, juillet 2020.
Pays nordiques : pas d’optimisme particulier malgré une plus grande résilience 09/09/2020
Si le continent européen a été frappé de plein fouet par la pandémie de Covid-19, les pays nordiques ont été relativement peu affectés ­– à l’exception de la Suède, où les mesures de restriction ont été particulièrement souples. En conséquence, leurs économies ont été parmi les plus résilientes d’Europe. Au deuxième trimestre, le PIB a chuté de « seulement » 8,3% en Suède, 6,9% au Danemark, 5,1% en Norvège, et 4,5% en Finlande. Cela tranche avec des baisses de 9,8% en Allemagne, 13,8% en France, et près de 12% pour la zone euro dans son ensemble. Néanmoins, les entreprises et consommateurs des pays nordiques ne sont pas plus optimistes qu’ailleurs, ce qui est certainement dû à la dépendance de la région au commerce extérieur. Depuis le début de la crise, les indicateurs de sentiment économique (ESI) de la Suède et de la Finlande se sont comportés de manière similaire à celui de la zone euro. De son côté, l’indicateur du Danemark a sensiblement sous-performé. Alors que ces pays semblent plutôt bien positionnés pour faire face à la crise – notamment du fait de leur modèle économique – le manque de confiance des agents économiques pourrait être un frein à la relance.
Plan de relance : l’Union européenne fera-t-elle d’une pierre deux coups ? 29/07/2020
À travers la facilité pour la relance et la résilience, un volet essentiel de son plan « Next Generation EU », l’Union européenne (UE) accordera des subventions et des prêts aux États membres en fonction de critères bien précis. Les allocations pour 2021 et 2022 seront fonction de la population, du PIB par habitant et du taux de chômage de chaque pays. Les mêmes critères seront utilisés pour les allocations de 2023, à l’exception toutefois du taux de chômage qui sera remplacé par la perte de PIB réel enregistrée cette année ainsi que la perte cumulée pour la période 2020-2021. Le think tank Bruegel a estimé le montant de ces allocations par pays[1]. Si l’on exclut les pays les plus développés (en rouge), il apparaît que les subventions bénéficieront particulièrement aux membres qui tirent le moins profit de leur appartenance au marché commun de l'UE. Il s’agit d'abord d’une coïncidence, la pandémie de Covid-19 ayant fortement touché des pays bénéficiant relativement peu du marché commun, comme l’Italie ou l’Espagne. Néanmoins, cela traduit aussi la double stratégie de l’UE : améliorer la résilience des pays les plus fragiles et favoriser la relance dans toute la région. Le but est ainsi d’éviter une divergence économique entre États membres. Au final, tous devraient y trouver leur compte. En effet, les pays recevant le moins de subventions comptent, pour soutenir leurs exportations, sur la demande des autres pays membres pour qui un décrochage économique a été rendu moins probable par le plan de relance. [1] Bruegel, Having the cake, but slicing it differently: how is the grand EU recovery fund allocated?, 23 juillet 2020
Classification des banques européennes selon leur modèle d’activité : une approche objective 28/07/2020
L’analyse du modèle d’activité des banques répond à des besoins stratégiques, réglementaires ou encore d’étude des effets de la politique monétaire. Pourtant, aucune définition harmonisée n’existe. Les auteurs ont ainsi régulièrement recours aux méthodes de classification hiérarchiques afin classifier objectivement les banques selon leur modèle d’activité. Ces approches empiriques, fondées sur des algorithmes, reposent dans une large mesure sur des variables bilancielles. Or, la répartition des différentes sources de revenus des banques ou encore l’importance des actifs sous gestion constituent des variables tout aussi pertinentes. Nous réalisons donc notre propre classification des banques européennes selon leur modèle d’activité en utilisant l’ensemble de ces variables. En outre, nous appliquons une méthode de classification hiérarchique descendante qui apparaît sensiblement plus performante que sa version ascendante, pourtant plus courante dans la littérature. Enfin, la rétention d’une composante principale supplémentaire, en plus des deux qui le sont traditionnellement, permet d’améliorer la qualité de notre classification.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2732 articles et 723 vidéos