Graphiques de la semaine

Information économique : un économiste commente un graphique

Greece: A quicker-than-expected recovery
Publié le 15 sept. 2021 par Guillaume DERRIEN

The Greek economy is recovering relatively quickly from the Covid shock of 2020, judging by the GDP and employment figures released in early September. Real GDP grew 3.4% q/q in Q2 and was 0.6% higher than pre-Covid levels. Since the beginning of the pandemic, Greece has reported the fourth strongest rebound in activity among the 19 Eurozone member countries. Even though household consumption remained fragile in Q2 (+0.9% q/q) due to health restrictions, investment was once again solid (+4.3% q/q).

Employment has also reached levels unseen for the past 10 years. Although these figures are encouraging, they nonetheless fit within a health environment that is still uncertain, with a vaccination rate in the country far below the EU average. More broadly, Greece’s unemployment rate is still very high (15,0%), the size of the economy remains considerably smaller than before the 2008 crisis (nearly 25% smaller), and its banking system is still fragile. This cyclical rebound is nonetheless good news for Prime Minister Kyriakos Mitsotakis, who recently presented a new series of measures aimed at consolidating the recovery. In particular, he announced a permanent cut in the corporate tax rate (from 24% to 22%) and new government subsidies to stimulate the hiring of youth. The government also raised its 2021 growth forecast significantly, from 3.6% to 5.9%.

PDF

Sur le même thème

Grèce : une reprise d’activité plus solide qu’espéré 15/09/2021
Il aura fallu relativement peu de temps à l’économie grecque pour se remettre du choc de 2020. C’est ce qui ressort des chiffres du PIB et de l’emploi publiés début septembre. Avec une croissance de 3,4% t/t enregistrée au T2, le PIB en volume est repassé 0,6% au-dessus de son niveau de pré-Covid. À titre de comparaison, la Grèce connaît la quatrième plus importante reprise d’activité parmi les 19 économies de la zone euro, depuis le début de la pandémie. Même si la consommation des ménages restait fragile au T2 (+0,9% t/t) du fait des restrictions sanitaires, l’investissement a été de nouveau solide (+4,3% t/t). L’emploi a, lui aussi, atteint un niveau inédit depuis 10 ans. Si ces chiffres sont encourageants, ils s’inscrivent néanmoins dans un contexte sanitaire encore incertain, avec un taux de vaccination qui se situe très en dessous de la moyenne de l’Union européenne. Plus globalement, la Grèce conserve un taux de chômage très élevé (15,0%), la taille de son économie reste considérablement inférieure à celle précédant la crise de 2008 (près de 25% inférieur), et son système bancaire demeure très fragile. Ce rebond conjoncturel est néanmoins une bonne nouvelle pour le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis qui a récemment détaillé de nouvelles mesures destinées à consolider la reprise. Il a notamment annoncé une baisse pérenne du taux d’imposition sur les sociétés (de 24% à 22%), ainsi que de nouvelles subventions gouvernementales afin de stimuler l’embauche des jeunes. La prévision de croissance du gouvernement pour 2021 a également été rehaussée significativement, passant de 3,6% à 5,9%.
Des signaux contrastés 06/07/2021
Sur le plan économique, la Grèce a fait preuve de résistance, avec une reprise d’activité jusqu’au T1 2021 comparativement plus rapide que dans la plupart des autres pays de la zone euro. Le rebond, très significatif, des exportations (biens) en est le principal moteur. La propagation du variant Delta en Europe constitue un risque pour l’activité touristique, dont le redémarrage est crucial pour soutenir la croissance et l’emploi dans les mois à venir. En effet, la dynamique sur le marché du travail reste fragile. Le taux de chômage est remonté au T1 (16,3%), tandis que le nombre de travailleurs inactifs a bondi, en partie sous l’effet de la hausse du nombre de travailleurs au chômage partiel. Créer de l’emploi et réduire le taux de chômage reste le défi majeur du pays, qui devrait continuer néanmoins à bénéficier dans le court et moyen terme de conditions de financement favorables, grâce notamment à l’appui de la BCE.
Un redémarrage en 2021 plus lent qu’ailleurs ? 17/12/2020
La reprise de l’activité sera pavée d’incertitudes en 2021. Le tourisme, secteur très important de l’économie grecque, pourrait être impacté plus durablement que d’autres industries par la crise actuelle. La chute de la fréquentation touristique cet été a entraîné un rebond du PIB au T3 2020 très inférieur à celui enregistré dans les autres pays européens. Certains indices de confiance, notamment ceux sur les perspectives de chômage, se sont dégradés cet automne. Le gouvernement conservateur compte s’appuyer sur les sommes importantes allouées par le fonds de relance européen pour financer son plan dont les détails seront finalisés début 2021. Malgré cela, l’endettement public pourrait  rester au-delà de  200% du PIB à la fin 2021, un niveau très préoccupant sur le long terme.
L’emploi va-t-il résister en 2021 ? 02/12/2020
Bien que le pic de la seconde vague semble avoir été atteint mi-novembre, les perspectives économiques, notamment sur le marché du travail, restent en Grèce, et comme dans bien des pays, préoccupantes. L’indice des consommateurs sur les perspectives de chômage, publié par la Commission européenne, est ainsi reparti à la hausse, atteignant en novembre son niveau le plus élevé depuis août 2013. Les chiffres tangibles du chômage fournis par le service des statistiques grecques ont traditionnellement un retard important : les données les plus récentes sont pour août. Malgré une gestion correcte de l’épidémie sur le plan sanitaire, le pays est fortement impacté économiquement par le ralentissement très fort du tourisme, ralentissement qui pourrait se prolonger au-delà même de l’épidémie, freinant d’autant plus la reprise d’activité en 2021. Cela va laisser, sans aucun doute, des marques profondes sur le marché de l’emploi qui était encore en grande convalescence avant l’arrivée de la pandémie, le taux de chômage s’élevant à 16,4% fin 2019.   
Une saison touristique à haut risque 13/07/2020
Malgré une bonne gestion de l’épidémie, la Grèce ne va pas échapper à une forte récession en 2020. Le tourisme, qui compte pour près de 20% de l’activité du pays, n’offre aucune certitude de reprise solide. Les risques d’une résurgence de foyers épidémiques en Europe vont peser sur ce secteur pendant de nombreux mois encore. Le système bancaire grec va être davantage fragilisé et la dette publique va s’accroître fortement. Cependant, le soutien de la Banque centrale européenne a été renforcé en mars avec la création du PEPP, qui permet à la BCE d’acheter de la dette souveraine grecque. Les taux souverains sont restés sous contrôle. Dans un tel contexte, l’élaboration d’un plan de relance devrait inciter le gouvernement à développer de nouveaux secteurs, détachés du tourisme.     
Le redressement se poursuit 23/01/2020
Portée par des effets de rattrapage, l’économie grecque est parvenue à légèrement accélérer dans un environnement européen orienté à la baisse. Le moral des agents économiques s’améliore nettement et le retour de l’Etat grec sur le marché des capitaux est un succès. Le nouveau gouvernement de centre droit cherche à alléger les taxes sur le travail et le capital sans sacrifier la rigueur budgétaire. Le rétablissement sera long mais il est engagé.
Une nouvelle majorité aux commandes 10/07/2019
La reprise économique se poursuit. La croissance accélère et s’établit pour l’instant dans la partie basse de la fourchette des attentes. Après quatre années et demie au pouvoir, Alexis Tsipras passe les commandes à Kyriakos Mitzotakis, chef de file du parti de centre-droit Nouvelle démocratie, qui était en tête des sondages depuis 2016. Le nouveau Premier ministre ne devrait pas remettre en cause la trajectoire assignée aux finances publiques à la sortie du programme de financement européen.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1586 articles et 280 vidéos