Burkina Faso

0 Résultats, Affiner la recherche

 

Pays pauvre et enclavé, le Burkina Faso dispose de ressources naturelles limitées. Grâce à plusieurs réformes structurelles, à une bonne gestion politique et au puissant soutien des bailleurs de fonds internationaux, le pays est, toutefois, devenu l’une des économies non pétrolières à la croissance la plus rapide d’Afrique subsaharienne. La croissance du PIB réel s’est ainsi inscrite à 6,1 %, en moyenne, depuis 2010, portée par l’expansion continue de l’industrie minière (or) et des investissements publics.

En sa qualité de membre de l’Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA), le Burkina Faso bénéficie d’une solide protection face aux chocs de la balance des paiements puisque le Trésor français garantit la convertibilité illimitée du franc CFA en euro sur la base d’une parité fixe. Cela contribue aussi à sa stabilité monétaire, l’inflation dépassant rarement 3 %. Des réformes du franc CFA sont en cours mais les fondamentaux du régime de change restent inchangés et le projet d’union monétaire élargie avec les autres pays d’Afrique de l’Ouest est une possibilité à long terme. De plus, des réserves de change confortables, centralisées à la BCEAO, continuent de soutenir la stabilité de l’ancrage à l’euro.

À terme, la croissance économique devrait rester robuste, mais les risques n’en sont pas moins significatifs. Outre le choc de la pandémie de Covid-19, le pays doit faire face à une détérioration de la sécurité. L’aide extérieure massive octroyée par les donateurs devrait aider à alléger les pressions macroéconomiques à court terme. Mais la menace persistante qui pèse sur la sécurité pourrait miner des perspectives déjà faibles de diversification.