Eco Infographies
Croissance sous surveillance
Publié le 29 juil. 2018 par Hélène BAUDCHON

Au début de l’année 2018 et jusqu’à l’approche de l’été, la croissance française a été pénalisée par un certain nombre de facteurs ponctuels (fiscalité, grèves dans les transports) ou impondérables (tensions sur les prix du pétrole). Au second semestre, elle devrait accélérer de nouveau grâce aux facteurs internes de soutien qui reprendraient le dessus (amélioration du marché du travail, baisses d’impôts, conditions de financement et politique économique favorables). Le maintien d’une demande mondiale dynamique est aussi une hypothèse centrale mais plus incertaine, entourant d’un risque baissier notre prévision de 2% de croissance en moyenne cette année.

PDF

Sur le même thème

La faiblesse des taux d’intérêt est-elle durable ? 11/12/2018
Les taux d’intérêt restent très bas en France, une situation qui devrait durer.
10/12/2018
Bonne tenue de l’activité en octobre 07/12/2018
Hormis la confiance des ménages qui a chuté en novembre, surprenant à nouveau défavorablement les attentes et se situant toujours très en-deçà de sa moyenne, le bilan des autres indicateurs conjoncturels disponibles à ce jour est positif.
France : baisse préoccupante de la confiance des ménages 30/11/2018
La confiance des ménages français a accusé une baisse importante en novembre. Elle reflète leurs inquiétudes vis-à-vis de leur pouvoir d’achat, inquiétudes exacerbées par la forte hausse du prix des carburants jusqu’en octobre sur fond d’alourdissement de leur fiscalité.
12/11/2018
L’hypothétique retour de l’inflation : le cas de la France 08/11/2018
À un peu plus de 2% sur un an, l’inflation en France est au plus haut depuis début 2012. Elle n’est, pour autant, pas de retour à proprement parler. Il manque pour cela une remontée plus franche de l’inflation sous-jacente. Celle-ci devrait prendre forme mais ne peut être tenue pour acquise.
France : une illustration de l'interdépendance des réformes 05/11/2018
Les Macronomics, appellation regroupant l’ensemble des réformes structurelles et mesures de politique budgétaire mises en œuvre par Emmanuel Macron et son gouvernement, suivent une double logique de « libérer et protéger » les entreprises et les individus afin de stimuler la croissance et l’emploi. Le cœur de l’action passe par un soutien de l’offre, secondé par un soutien de la demande. Ces Macronomics sont menés sur plusieurs fronts simultanément, chaque bloc (marché du travail, entreprises, pouvoir d’achat des ménages, intervention de l’Etat et Grand Plan d’Investissement) interagissant avec les autres dans une interdépendance forte. Certaines de ces réformes sont en vigueur (code du travail, fiscalité), d’autres viennent d’être votées (loi Avenir professionnel, loi PACTE) et d’autres encore sont en cours d’élaboration (réforme de l’Etat, réforme des retraites). Si l’on peut attendre de ces réformes des effets positifs significatifs, ceux-ci se feront sentir sur le long terme.   Pour aller plus loin : Lire l'article d'Hélène Baudchon : France : premier aperçu du budget 2019
France : Estimation de l'écart de production en temps réel 31/10/2018
Positionner l’économie dans son cycle est un exercice nécessaire mais entouré d’incertitudes tenant à la difficulté d’estimer l’écart de production, qui est l’indicateur de référence. La mobilisation de différents indicateurs de tensions issus des enquêtes de l’INSEE (taux d’utilisation des capacités de production et soldes d’opinion relatifs au manque de main-d’œuvre et à l’insuffisance de la demande dans l’industrie, les services et le bâtiment) permet de contourner ces écueils et de construire une mesure directe et en temps réel de l’écart de production et, autre avantage, peu sujette à révision.   Cette approche alternative reproduit bien l’écart de production tel qu’estimé par la Commission européenne, ce qui amène à considérer son évolution récente comme donnant une indication plus juste du degré d’avancement du cycle : en l’occurrence, celui-ci serait plus avancé que ce qu’indique l’écart de production traditionnel. Et la version trimestrielle donne même des signes de plafonnement, qui pourraient être annonciateurs, non pas de la fin du cycle, mais de son possible point haut.
Rebond en vue 19/10/2018
Encore timides il y a un mois et demi, les signes du rebond attendu de la croissance au troisième trimestre sont plus nets aujourd’hui. Hormis la confiance des ménages (qui a surpris à la baisse et se situe en dessous de sa moyenne), les autres indicateurs portant sur le troisième trimestre (climat des affaires, production et consommation) ont surpris favorablement et se situent au-dessus de leur moyenne.
17/10/2018

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1963 articles et 543 vidéos