L’économie chinoise connaît un nouveau coup de frein

19/05/2022

La croissance économique chinoise s’était légèrement renforcée au cours des deux premiers mois de l’année. Mais le redressement s’est brutalement interrompu en mars.

Découvrir les autres articles de la publication

Transcription

La principale raison de ce nouveau coup de frein est la crise sanitaire. Ces dernières semaines, les mesures visant à contenir l’épidémie ont été appliquées dans un très grand nombre de régions. Les mesures vont de confinements très stricts bloquant l’ensemble des activités à des restrictions localisées n’affectant que partiellement la consommation des ménages.

La production industrielle a ralenti en mars et probablement encore en avril. L’activité dans le secteur des services s’est contractée légèrement. Les ventes au détail ont baissé. La crise du secteur immobilier s’est de nouveau aggravée.

Les prochaines semaines devraient rester compliquées. Et la Chine va ressentir des effets indirects de la guerre en Ukraine, principalement via la hausse des prix des matières premières et l’affaiblissement du commerce mondial.

Dans ce contexte, les autorités accélèrent l’assouplissement de la politique économique.

Des mesures de soutien budgétaire assez importantes sont envisagées. Elles seront en partie financées grâce au report de ressources budgétées en 2021, mais non utilisées. Elles seront également prises en charge, comme souvent en Chine, par les fonds quasi-budgétaires gérés par des collectivités locales et par des entités extrabudgétaires.

Les principales mesures de relance budgétaire seront de nouveaux investissements dans les infrastructures publiques ainsi que des aides et réductions d’impôts visant notamment à soutenir les petites entreprises et l’industrie manufacturière. Etant donné la faiblesse de la consommation privée, des mesures de soutien aux ménages seraient également bienvenues.

La politique monétaire et les conditions de crédit ont été assouplies très progressivement depuis le dernier trimestre 2021, y compris dans le secteur immobilier. La croissance du total des crédits à l’économie s’est légèrement redressée.

D’autres mesures d’assouplissement monétaire sont attendues à très court terme. Les autorités monétaires semblent toutefois vouloir rester prudentes, et ce en dépit de l’ampleur du ralentissement et la dégradation de l’environnement international.

LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
François FAURE
Equipe : Risque pays
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays