eco TV
Révisions à la baisse de la croissance : facteurs explicatifs 07/02/2019

Au regard du récent ralentissement des données économiques, le FMI et les prévisionnistes professionnels contactés par la BCE revoient à la baisse leurs prévisions. Nous abaissons également les nôtres pour la zone euro en 2019.

TRANSCRIPT // Révisions à la baisse de la croissance : facteurs explicatifs : février 2019

FOCUS

François Doux

Les prévisionnistes ont le blues. Les économistes qui prévoient le comportement de la croissance dans les mois à venir sont de plus en plus pessimistes.

Ceux interrogés par la BCE ne prévoient plus que 1,5 % de croissance dans la zone euro en 2019, contre 1,8 %.

William De Vijlder, bonjour.

William De Vijlder

Bonjour François.

François Doux

Vous aussi vous êtes pessimiste ? Un peu plus qu'avant ?

William De Vijlder

On est moins optimiste, moins confiant. Nous sommes donc passés de 1,4% à 1 % de croissance en zone euro cette année.

François Doux

Il n'y a pas que vous. Il n'y a pas que les enquêtes de la Banque centrale européenne, il y a aussi le Fonds monétaire international. On va voir les chiffres apparaître derrière nous. Le FMI a revu à la baisse ses prévisions de croissance. Au niveau mondial à 3,5 %, on était à -0,2 %. Aux États-Unis, c’est inchangé à 2,5 % et puis, en zone euro, ils restent plus optimistes que vous, avec 1,6 %. Quelles sont les raisons de cet excès de pessimisme ?

William De Vijlder

Je ne sais pas si c'est un excès de pessimisme. Disons que la prudence est beaucoup plus grande et c’est à mettre en rapport avec différents facteurs.

Premièrement, force est de constater lorsque l'on revisite un peu les prévisions de l'année précédente, ou d’il y a six mois, qu’il y avait un peu trop d'optimisme. Je pense que tout le monde s'est laissé emporter par des chiffres de croissance robuste avec des indicateurs de confiance à un niveau très élevé.

En revanche, ce qui est beaucoup plus important, c'est que le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui a très fortement évolué. Il y a un an, par exemple, le Fonds monétaire mettait beaucoup l'accent sur le risque de remontée des taux aux États-Unis, liée à une remontée de l'inflation.

Aujourd'hui tout le monde est préoccupé par les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine, ou encore le Brexit. Donc, finalement, le monde a beaucoup changé.

François Doux

Les risques ont évolué. Ils sont même un petit peu plus nombreux. Du coup l'exercice de prévoir l'avenir est-il compliqué, la visibilité est-elle moindre ?

William De Vijlder

La visibilité est réduite et elle l’est d'autant en raison également de facteurs ponctuels. Par exemple ce que l'on vit en France ces dernières semaines. C'est un vrai défi d'appréhender dans quelle mesure cet effet, qui devait être temporel a priori, pourrait influencer de manière plus durable la dynamique de croissance. A notre avis, c'est temporaire. Du côté allemand, on a également vu des facteurs qui ont joué un rôle très ponctuel, notamment la nouvelle norme antipollution qui a impacté le secteur automobile.

Ce sont donc des éléments qui, effectivement, créent un environnement plus difficile à analyser, plus opaque. Et cette visibilité réduite a également une influence sur le comportement des ménages et des entreprises. Les ménages, par exemple, ont vu une baisse de leur niveau de confiance. Je pense que c’est à mettre en rapport avec cette visibilité réduite. Lorsque les entreprises sont un peu moins confiantes, qu’elles ont un peu moins de visibilité, alors elles freinent leurs investissements.

François Doux

Plus d'incertitudes, on le voit aussi sur les marchés financiers avec des statistiques économiques moins bonnes que prévu en zone euro et, du coup, cela surréagit encore plus sur les marchés. Est-ce qu'il n'y a pas quelques lueurs d'espoir William De Vijlder ?

William De Vijlder

Tout à fait. Psychologiquement, il y a un risque de passer d'un optimisme excessif à un pessimisme excessif. C'est très connu.

Le deuxième élément, que je trouve plus important, c'est qu’il y a bon espoir qu'au niveau des négociations entre les États-Unis et la Chine, on parvienne à une sorte d'accord. Le deuxième point est le Brexit où là on est dans l'opacité totale, mais on parle quand même de l'hypothèse selon laquelle une sortie sans accord pourra être évitée. C'est aussi un facteur de soutien au moral.

Un troisième élément, qui est très important, c'est que la Chine a annoncé une série de mesures, également d'ordre budgétaire, qui devraient commencer à porter leurs fruits à partir du deuxième trimestre.

Donc avec la conjonction de ces trois éléments, on pourrait dire que les indicateurs de confiance devraient se stabiliser au minimum, et donc donner lieu à une lecture un peu plus confiante des perspectives pour le reste de l'année.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Accord commercial entre Washington et Pékin : peu de raisons de se réjouir 17/01/2020
L’accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine a apporté un certain répit. Il évite, en effet, de nouveaux relèvements des droits de douane, par les Etats-Unis, et le risque d’une nouvelle escalade. L’accord devrait être le bienvenu en Chine compte tenu du ralentissement actuel de la croissance, mais également aux Etats-Unis, où les entreprises ont été de plus en plus nombreuses à faire part de leur inquiétude face à la guerre commerciale. Le reste du monde surveillera de près l’ampleur de la réorientation des échanges qui pourrait découler de l’accord. L’attention va à présent se porter sur les négociations de la phase « 2 », qui pourraient très bien signifier une nouvelle aggravation de l’incertitude commerciale à un moment donné.
Accord commercial États-Unis – Chine : retour au calme, pour l’instant 17/01/2020
La première phase de l’accord commercial que les États-Unis et la Chine viennent de passer met fin, du moins pour l’instant, à la montée des tensions de ces dernières années.
Les marchés et l’incertitude géopolitique : une complaisance (ir)rationnelle ? 10/01/2020
Le contraste est saisissant entre les conséquences géopolitiques possibles de l’escalade des tensions entre les États-Unis et l’Iran, depuis le début de l’année, et la réaction modérée des marchés. Celle-ci reflète probablement l’opinion des investisseurs selon laquelle l’impact sur la croissance, pondéré en fonction des probabilités des divers scénarios, devrait être très modeste. Ils estiment vraisemblablement limité le risque d’une escalade majeure et/ou faible l’incidence attendue d’une hausse des cours du pétrole sur l’économie. La réaction des marchés, jusqu’à présent, peut aussi s’expliquer, abstraction faite de l’incertitude géopolitique, par un environnement économique jugé propice à la prise de risque : stabilisation des données d’enquête, réduction de l’incertitude liée aux tensions commerciales et politique monétaire accommodante.
Perspectives 2020: croissance faible mais avec un potentiel de surprise favorable 10/01/2020
Pour l’économie mondiale, l’année 2019 a été marquée par, entre autres, un fort ralentissement dans le secteur manufacturier, une résilience dans les services et, récemment, une stabilisation d’indicateurs d’enquête. Tout au long de l’année, l’incertitude a été un thème dominant. L’ensemble de ces facteurs a poussé les banques centrales à de nouveaux assouplissements. Nos prévisions tablent sur une croissance en 2020 qui serait assez lente. Nous estimons toutefois qu’il existe un potentiel de surprise favorable vu l’environnement monétaire et budgétaire accommodant et à condition que l’incertitude, qui a récemment baissé, ne réaugmente pas.
Vers des villes plus durables et inclusives 23/12/2019
Les villes concentrent aujourd’hui plus de la moitié de la population mondiale et plus de 80 % du PIB global. La dynamique sous-jacente qui explique leur expansion continue résulte de diverses externalités positives (densité du marché du travail, partage des connaissances techniques et des intrants…) générant des effets qui se renforcent mutuellement. Ces vagues d’urbanisation rapides ont d’importantes conséquences sur la production de biens et de services, la qualité environnementale et le développement humain. On observe dans le monde entier des pics de densité et des disparités dus à l’essor inexorable des métropoles. Pour rester habitables, les villes devront devenir plus écologiques et plus inclusives. Face à ces enjeux sociétaux, les politiques publiques ont un rôle important à jouer.
2019 : une année difficile qui se termine sur une note d’espoir 20/12/2019
L’incertitude a dominé en 2019 en raison, notamment, des conflits commerciaux, du risque de Brexit dur, mais aussi de l’inquiétude grandissante entourant le ralentissement de la croissance mondiale. Cela a amené la BCE à accentuer sa politique accommodante tandis que la Réserve fédérale a changé d’orientation en abaissant les taux des fonds fédéraux à plusieurs reprises. Les marges de manœuvre des banques centrales s’en sont trouvées réduites, un sujet qui sera traité dans les revues stratégiques que mènent la Fed et la BCE, et a motivé les appels à davantage d’action budgétaire. La performance des marchés boursiers a surpris, les investisseurs préférant s’intéresser au rôle des taux bas plutôt qu’à la détérioration des perspectives bénéficiaires. L’année s’achève toutefois sur une note positive avec des données d’enquête qui laissent espérer un certain regain de la croissance.
Les indicateurs d’incertitude s’améliorent 20/12/2019
Il existe différents moyens de mesurer l’incertitude et certains ont dernièrement enregistré quelques améliorations. L’indicateur de l’incertitude relatif à la politique économique, qui est basé sur la couverture médiatique, accuse une baisse, même si son niveau reste élevé. Cela est probablement dû à l’accord commercial de phase 1 dont la signature est attendue entre la Chine et les Etats-Unis et l’espoir, qu’à l’issue des élections britanniques, on pourra éviter un Brexit chaotique...
Les enseignements de 2019 pour 2020 20/12/2019
Les points clés de l’année 2019 devraient rester tout autant d’actualité en 2020 : croissance au ralenti, forte incertitude, faiblesse de l’inflation, taux d’intérêt bas.
La structure des revenus des plus de 65 ans dans le monde 12/11/2019
Les faibles taux d'intérêt et le vieillissement de la population exercent des pressions sur les systèmes de retraite des pays de l'OCDE. Des réformes sont nécessaires car le rapport entre le nombre de personnes âgées de plus de 65 et la population en âge de travailler augmente. Comme au Japon, le niveau faible des prestations de retraite pourrait inciter les seniors à continuer à travailler après 65 ans. Toutefois, il existe un risque qu’ils soient plus nombreux à passer sous le seuil de pauvreté, à 50% du revenu médian.
Le climat des affaires se stabilise, mais à un niveau bas 08/11/2019
Les récentes enquêtes de conjoncture, comme celles réalisées auprès des directeurs d’achats (PMI), suggèrent une stabilisation générale du climat des affaires en octobre. Après une tendance prolongée à la baisse, cette évolution est la bienvenue. Cependant, au vu des données historiques, les derniers chiffres sont bas, voire très bas pour ce qui est du secteur manufacturier, reflétant un environnement de croissance toujours atone. À terme, la stabilisation de l’évolution de ces enquêtes devrait renforcer la probabilité d’une accélération de la croissance : avec la diminution de la fréquence des mauvaises nouvelles, la confiance devrait finalement rebondir, entraînant une hausse des dépenses, d’autant plus que les conditions financières et monétaires sont très accommodantes.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2300 articles et 585 vidéos