eco TV
Convergence en zone euro : un bilan mitigé 08/04/2019

La convergence consiste à regarder si les économies réduisent les écarts entre elles au niveau macro-économique. Ce processus en zone euro a connu deux phases distinctes. Si avant la crise de 2008 la convergence économique semblait bien enclenchée, depuis lors le tableau est plus mitigé.

TRANSCRIPT // Convergence en zone euro : un bilan mitigé : avril 2019

FOCUS

François Doux

La zone euro a 20 ans. Nous allons parler de la convergence des économies à l'intérieur de cette zone.

20 ans, c'est jeune pour une Union économique et monétaire. Il y a eu des crises comme la crise des subprimes aux États-Unis, mais aussi une crise à l'intérieur de la zone euro. Des des succès aussi, ne les oublions pas. La stabilité économique et surtout la stabilité monétaire. Pourquoi le concept de convergence économique est-il si important ?

Louis Boisset

La convergence, c'est regarder si les économies vont réduire leurs écarts au niveau macro-économique entre elles. Plus concrètement, par exemple, on peut regarder si les économies initialement plus pauvres vont croître plus rapidement et donc enclencher un processus de rattrapage économique, ou bien si les écarts de niveaux de richesse se réduisent au fil du temps. Dans l’Union économique et monétaire, dans la zone euro, c'est d'autant plus important que cela va faciliter la transmission de la politique monétaire.

François Doux

Tout cela est ancré dans le fameux traité de Maastricht de 1992. Quels étaient les critères à l'époque, ceux qui ont déterminé cette convergence ?

Louis Boisset

Dans le traité de Maastricht on parle plutôt de « convergence nominale ». On va regarder en particulier la convergence des taux d'intérêt à long terme, des taux d'inflation et des taux de change.

François Doux

20 ans après, où en est-on ?

Louis Boisset

On peut clairement distinguer deux phases : la première décennie pré-crise et la période post-crise. Avant la crise, on a observé une convergence nominale relativement aboutie avec des écarts de taux  d’intérêt à long terme proches de zéro. Mais aussi une convergence des taux d'inflation qui avait commencé avant même la création de la zone euro pour justement répondre aux critères du traité de Maastricht. La convergence des taux d'inflation a été importante mais des écarts ont persisté entre les pays.

Cela a amené des écarts de taux d'intérêt réels, c'est-à-dire les taux d'intérêt corrigés de l’inflation, ce qui a pu conduire, dans certains pays, à des booms du crédit importants qui ont pu se être relativement déstabilisateurs.

Du côté de la convergence dite « plutôt réelle », on peut dire qu'il y a eu un rattrapage économique, mais qu’il a été quasi exclusivement porté par des économies plus petites, comme les pays Baltes.

François Doux

Après 2008 le diagnostic change un peu ?

Louis Boisset

Le tableau est effectivement un petit peu plus sombre. Le rattrapage économique se tasse, les écarts de niveaux de richesse tendent à ne plus se réduire. Plusieurs facteurs peuvent être avancés à ce stade. Il y a probablement des écarts importants en termes de dynamique de productivité entre les pays. Certaines économies ont vu leurs gains de productivité baisser après la crise pour des raisons structurelles comme en Italie, mais également en raison d’une baisse drastique de l'investissement comme en Grèce. Au total, on peut dire que le boom du crédit d'avant la crise n'a pas permis un rattrapage durable de la productivité des pays les moins productifs vers les plus productifs.

François Doux

Louis Boisset, j'ai envie de vous parler d'un autre critère de convergence : les comptes extérieurs. D'un côté, on a des pays, comme l'Allemagne, avec de forts excédents - 8% du PIB en 2017 selon le FMI - puis d'autres pays qui sont au contraire en fort déficit. Est-ce problématique ?

Louis Boisset

Oui parce que cela sous-tend que les mécanismes d'ajustement ne sont pas à l'œuvre au sein de la zone euro. Effectivement il y a eu un écart très important de compte courant entre les pays excédentaires et les pays déficitaires avant la crise. Il tend toutefois à se réduire car du côté des pays déficitaires une dépression de la demande interne a considérablement pesé sur les importations. Cela a réduit leur déficit courant. Pourquoi de tels écarts ? Il y a des écarts de dynamique de compétitivité-coût. Lorsque l'on regarde, par exemple, les coûts salariaux unitaires, donc globalement les salaires au regard de la dynamique de productivité du travail, on remarque qu’ils ont stagné en Allemagne sur la première décennie de l'euro, alors que dans d'autres économies ils ont été particulièrement dynamiques, notamment en Grèce et en Espagne. Cela crée des divergences de compétitivité-coût. Divergences qui se sont toutefois réduites ces dernières années avec l’enclenchement d’un rééquilibrage certain, les dynamiques salariales en Allemagne étant plus importantes qu'en moyenne dans la zone euro. Cela conduit à une baisse des déséquilibres au sein de la zone.

François Doux

Au final, on comprend bien que cette zone euro n'est pas une zone économique optimale mais comment éviter des crises telles que celles que l'on a connues ?

Louis Boisset

On peut regarder davantage du côté de la convergence dite « institutionnelle ». Des progrès ont été fait sur ce terrain-là avec, au moment de la crise des dettes souveraines en zone euro, la création du mécanisme européen de stabilité, ou plus récemment de l'Union bancaire. Il faut probablement approfondir ces structures et peut-être en créer de nouvelles. Pourquoi pas, par exemple, un budget au niveau de la zone euro qui est d'ailleurs une idée poussée du côté français. Un budget qui, pour être efficace, doit être relativement important et contenir une fonction de stabilisation macro-économique. On doute aujourd'hui qu'à moyen terme un tel budget puisse voir le jour. Néanmoins d'autres solutions peut-être plus simples à mettre en œuvre pourraient prendre place en zone euro, par exemple une moindre pro-cyclicité de la politique budgétaire ou encore une meilleure coordination des politiques budgétaires nationales entre elles.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

BCE, l’atonie de l’inflation fait monter la pression 19/04/2019
Plus l’inflation est élevée au moment de l’accélération de la croissance des salaires, plus la répercussion de cette dernière sur la hausse des prix est forte et rapide. Dans la zone euro, la faiblesse de l’inflation a freiné le mécanisme de transmission. Le ralentissement prononcé de la croissance, sur fond de baisse de la demande extérieure et de chocs d’incertitude, vient compliquer le processus. La pression sur la BCE se fait d’autant plus sentir que l’inflation sous-jacente reste bloquée à un niveau bien inférieur à son objectif.
Freins externes, espoirs internes 18/04/2019
Le secteur manufacturier de la zone euro souffre de la baisse de la croissance du commerce international et du niveau toujours élevé des incertitudes. L’ouverture internationale forte de la zone euro la rend sensible aux ralentissements conjoncturels mondiaux. Les fondamentaux macroéconomiques internes restent toutefois solides et l’éclaircie venant du secteur des services résiste. La BCE prend acte de la dégradation plus durable qu’attendu de l’activité et mobilise de nouveau ses prêts à long terme. De nombreux risques pèsent toujours sur l’horizon de prévision. Les perspectives pourraient nettement s’assombrir si toutefois ces risques se matérialisaient.
Impulsion du crédit 12/04/2019
Après une contraction en janvier, l’impulsion du crédit s’est très légèrement redressée en février 2019. Cette évolution tient presque exclusivement à celle des prêts aux sociétés non financières, alors que l’impulsion du crédit demeure relativement stable pour les ménages depuis novembre 2018. La demande est anticipée en hausse au deuxième trimestre 2019 pour l’ensemble des catégories de prêts, à la faveur de conditions de financement réassouplies, sauf pour les prêts à l’habitat pour lesquels un léger resserrement des conditions est attendu.
Croissance en zone euro : quelques signes encourageants 29/03/2019
Après la morosité des PMI flash de la semaine dernière, les dernières données reflètent une situation contrastée. L’indice du sentiment économique (ESI) de la Commission européenne continue de se replier dans beaucoup de pays et pour la zone euro dans son ensemble. Les données IFO pour l’Allemagne indiquent une amélioration du climat économique global malgré la poursuite du repli dans l’industrie manufacturière. D’après l’Insee, la situation se stabilise en France, voire s’améliore légèrement. Dans l’ensemble, les signes sont encourageants mais il serait prématuré de conclure à une fin prochaine du ralentissement de la croissance. Les données du mois d’avril seront à cet égard particulièrement importantes.
Poursuite de la dégradation dans le secteur manufacturier 22/03/2019
Les derniers indicateurs économiques sont globalement conformes, voire supérieurs aux attentes. La majorité d’entre eux figurent par ailleurs au niveau, ou au-delà, de leur moyenne de long terme. L’attention se porte toutefois sur la dégradation particulièrement brutale de l’activité dans le secteur manufacturier.
La BCE annonce moins de croissance et un soutien monétaire prolongé 08/03/2019
La BCE a revu sensiblement à la baisse ses projections de croissance pour 2019. L’inflation serait plus modérée sur l’ensemble de l’horizon de prévision. Le président M. Draghi reconnait un niveau particulièrement élevé d’incertitudes, mais indique que la bonne tenue du marché du travail soutient l’activité. Les taux directeurs n’augmenteront pas en 2019. Une nouvelle vague de prêts à long terme (TLTRO), d’une maturité de deux ans, sera enclenchée à compter de septembre 2019 et jusqu’en mars 2021.
Que dit la croissance monétaire des perspectives de croissance de la zone euro ? 07/03/2019
La croissance monétaire corrigée de l’inflation (M1) serait un indicateur avancé de premier ordre de la croissance du PIB dans la zone euro d’après les chercheurs. Le délai requis serait de neuf mois environ.
Les taux d’intérêt peuvent-ils augmenter ? 26/02/2019
En zone euro, les taux du marché monétaire évoluent en territoire négatif depuis plus de quatre ans ; ceux des emprunts d’Etat ou d’entreprises les mieux notés restent inférieurs à 1%. D’abord vue comme une adaptation exceptionnelle à la crise, cette distribution des taux d’intérêt au voisinage de zéro perdure. Pour certains, cette longue parenthèse finirait tout de même par se refermer avec l’arrêt des achats nets de titres de la Banque centrale européenne, puis la remontée possible des taux directeurs, après l’été 2019. Pour d’autres, le décor a définitivement changé ; un peu comme au Japon, l’affaissement des taux d’intérêt en zone euro acterait de l’épuisement du potentiel ainsi que d’une quasi disparition de l’inflation. Le point de vue défendu ici est médian : la zone euro n’est pas tout à fait le Japon, les taux d’intérêt qui y prévalent n’ont pas vocation à rester indéfiniment à zéro. Mais elle n’est pas non plus une zone monétaire optimale telle que des transferts puissent venir équilibrer les effets, variables selon les pays, d’une remontée des taux. Quel qu’en soit l’horizon, celle-ci ne pourra donc être que lente et limitée.
Accélérer l’assainissement du bilan des banques européennes 22/02/2019
En fixant une échéance à certaines banques pour qu’elles alignent le ratio de couverture de leur stock d’expositions non-performantes sur celui de leur flux, la BCE les pousse à accélérer l’assainissement de leur bilan.
Impulsion du crédit 15/02/2019
Au dernier trimestre de l’année 2018, la croissance annuelle de l’encours de crédits au secteur privé non financier s’est stabilisée aux alentours de 3,3% au sein de la zone euro. Les données d’enquête suggèrent toutefois une moindre appétence des ménages et des entreprises pour le crédit depuis le début de 2018. En outre, et contrairement à ce qui fut observé en 2018, les banques prévoient de ne plus assouplir leurs conditions d’octroi au premier trimestre 2019. Outre le ralentissement de l’activité, ces deux facteurs pourraient peser sur les évolutions des encours de crédit bancaire durant les prochains trimestres.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2092 articles et 576 vidéos