eco TV

Royaume-Uni : Trois questions à propos du Brexit

11/06/2019

Le Brexit est reporté au 31 octobre 2019 mais il n’est pas dit que, obtenant un délai supplémentaire, le Royaume-Uni soit mieux à même de l’acter.

TRANSCRIPT // Royaume-Uni : Trois questions à propos du Brexit : juin 2019

François Doux : 2019 sera-t-elle l'année du Brexit ? 31 mars, 12 avril et maintenant le 31 octobre 2019. Jean-Luc Proutat bonjour.

Jean-Luc Proutat : Bonjour François.

François Doux : Le 31 octobre est la prochaine échéance, a priori, à laquelle le Royaume-Uni devrait quitter l'Union européenne. Première question : pourquoi la situation semble ainsi bloquée ?

Jean-Luc Proutat : Parce qu'elle est inextricable. Il faut bien comprendre qu'en 45 ans de vie partagée, le Royaume-Uni et l'Union européenne ont tissé des liens très étroits, très imbriqués, qui vont bien au-delà de simples accords de libre-échange.

On peut prendre l'exemple d'Airbus. Le Royaume-Uni en est une pièce essentielle (pour les ailes, les circuits électriques, les moteurs, etc.). Airbus fait vivre, directement, ou à travers ses sous-traitants, une centaine de milliers de familles au Royaume-Uni. Or, une fois en dehors de l'UE, cela risque d'être plus compliqué.

François Doux : Pourquoi ?

Jean-Luc Proutat : Tout simplement parce que l'Union européenne met en commun des normes juridiques, techniques, réglementaires, ce qui qui assure une très grande sécurité dans les échanges. L’UE permet aussi la libre circulation des travailleurs, ce qui, pour un secteur aussi intégré que l'aéronautique, est très important. On pourrait multiplier les exemples dans toute l'industrie mécanique, l'agroalimentaire, etc.

Le Fonds monétaire international a parlé d' « automutilation » au sujet du Brexit. On peut donc comprendre pourquoi, au moment de couper les liens, les parlementaires britanniques et les politiques hésitent.

François Doux : D’où la deuxième question : que vont faire les responsables politiques ? Au moment où l’on enregistre cette émission, on ne connait pas les résultats du scrutin européen mais on a quand même des sondages.

Est-ce que cette nouvelle donne peut changer les choses ?

Jean-Luc Proutat : Il est à craindre que non. Les sondages montrent que le pays est divisé en trois. A peu près un tiers des électeurs sont partisans d'un Brexit "pur et dur". En face, un bon tiers également sont pour un maintien dans l'Union européenne et votent pour des partis tels que les libéraux-démocrates, les verts, le parti écossais par exemple. Et au milieu, le dernier tiers hésite un peu à l'image des leaders conservateurs modérés ou des leaders travaillistes.

Donc dans ce paysage-là, il sera très difficile d'acter la moindre décision. On sait en outre que la première ministre, madame Teresa May, est tout prêt de démissionner. Elle devra être remplacée par un autre membre du parti conservateur ; on ne peut pas exclure non plus qu'il y ait des élections générales anticipées, avec, pourquoi pas, un nouveau référendum sur le Brexit. Tout ceci va occuper beaucoup les politiques britanniques dans les semaines et mois à venir. La recherche d'un accord autour du Brexit passera au second plan. Si bien qu'au 31 octobre, on risque d'être finalement plus ou moins au même stade qu'aujourd'hui.

François Doux : Troisième et dernière question : avec cette incertitude qui n'en finit pas, où en l'économie britannique ?

Jean-Luc Proutat : Elle freine indubitablement. Elle a beaucoup ralenti depuis trois ans. Il y a eu un petit sursaut d'activité au premier trimestre 2019 parce que les Britanniques se sont livrés à une intense activité de stockage, ce qui a un peu soutenu l’économie précisément en vue du Brexit. Les tendances de fond sont moins bonnes. On pourrait dire que le Brexit agit un peu comme un poison lent. On voit par exemple les flux d'investissements directs étrangers se tarir, tangenter vers zéro. Les flux migratoires en provenance de l'UE ralentissent aussi très nettement. L'immobilier atterrit et il y a finalement assez peu de raisons de penser que ces tendances s'inverseront dans les mois et trimestres à venir.

 

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Royaume-Uni : encours cible du programme d’achat d’actifs maintenu, légère détente du taux du Gilt 10 ans 13/05/2020
Le dernier Comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre (BoE) du 7 mai 2020 laisse la politique monétaire britannique inchangée, y compris l’encours cible de son programme d’achat d’actifs, malgré le vote de deux des membres du Comité en faveur d’une augmentation de GBP 100 mds. Inauguré en 2009 avec un encours initial de GBP 200 mds, le programme a été élargi à plusieurs reprises. Le dernier relèvement, décidé le 19 mars dernier, en a porté l’encours cible à GBP 645 mds (dont 20 mds de titres de dette privés investment-grade), contre GBP 445 mds (dont GBP 10 mds de titres privés) auparavant. Depuis, le taux souverain britannique à 10 ans s’est inscrit en léger repli, malgré l’annonce du gouvernement de son intention d’émettre pour GBP 180 mds entre mai et juillet 2020, contre GBP 39 mds initialement prévus pour cette période et GBP 156 mds pour l'ensemble de l'année 2020. Pour l’heure, l’amélioration des conditions de financement a conduit le gouvernement à ne pas solliciter la facilité de caisse Ways and Means dont il a décidé le 9 avril 2020, conjointement avec la BoE, d’abolir  temporairement le plafond (GBP 370 mn auparavant) afin de se financer sans recourir au marché dans l’éventualité où les conditions d’accès à ce dernier se détérioreraient.
Dans l’épreuve 07/04/2020
Aujourd’hui répandue mondialement, l’épidémie de coronavirus s’est déclarée relativement tard au Royaume-Uni, et n’a pas donné lieu à des mesures de protection immédiates. Après avoir opté pour une stratégie d’« immunité collective », le gouvernement de Boris Johnson a finalement décidé, le 24 mars, d’un confinement à l’échelle nationale. Comme en Italie, en France ou plus généralement en Europe continentale, les mouvements et rapprochements de personnes sont désormais limités outre-Manche. La maladie progresse, quant à elle, à un rythme rapide, comparable à celui observé dans les pays les plus touchés. Face aux risques, sanitaires et économiques, qu’elle représente, les autorités monétaires et gouvernementales ont décidé de mesures de soutien exceptionnelles.
Actualité du Brexit 23/01/2020
Le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni quittera officiellement l’Union européenne et toutes les institutions qui la composent. Le Brexit  aura donc lieu de jure, mais pas de facto, puisque, durant une période dite de « transition » devant s’achever le 31 décembre 2020, l’économie britannique demeurera partie intégrante du marché unique et de l’union douanière européenne. Ses biens, services et capitaux continueront de s’échanger librement avec l’UE, qui restera maître en matière juridique et réglementaire. Ce n’est qu’ensuite, lorsque le cadre de la relation future aura été convenu, qu’interviendra la véritable séparation. Or, pas plus aujourd’hui qu’hier, celle-ci ne promet d’être facile.
Royaume-Uni : la sortie approche, les investissements s’éloignent… 10/01/2020
Au Royaume-Uni, la perspective du Brexit a pesé sur les entrées nettes d’investissements directs étrangers.
Royaume-Uni, en route vers la sortie 20/12/2019
Les élections législatives du 12 décembre dernier au Royaume-Uni confèrent au Parti conservateur du premier ministre, Boris Johnson, une large majorité à la Chambre des communes. La porte s’ouvre ainsi pour une ratification de l’Accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit), qui interviendra au plus tard le 31 janvier 2020. Une période de transition débutera alors, durant laquelle Britanniques et Européens auront à bâtir le cadre de leurs relations futures. Réduite à onze mois, celle-ci risque toutefois de s’avérer trop courte pour opérer le franc désarrimage voulu par M. Johnson. A moins d’imaginer un retour aux règles de l’OMC, le Royaume-Uni ne s’affranchira véritablement de ses liens avec l’UE qu’à l’issue d’un processus long et délicat. Le Brexit, en réalité, ne fait que commencer.
Royaume-Uni : la dynamique du crédit bancaire soutient l'activité des banques au prix d'un léger accroissement du risque 08/11/2019
L’encours des crédits bancaires à l’habitat accordés aux ménages conserve un rythme de croissance assez dynamique dans un contexte de taux relativement bas, ce qui s’accompagne d’une légère progression du risque. Ce dernier semble toutefois pour l’heure maîtrisé. 
Comment les grandes banques ont renoué avec les bénéfices 08/11/2019
La crise financière de 2008 a marqué de son empreinte l’environnement macroéconomique, réglementaire et légal du Royaume-Uni. S’en est suivie une longue période de consolidation du secteur bancaire. Si les grandes banques britanniques sont parvenues à améliorer leurs performances au cours de la période récente, elles sont désormais exposées à de nouveaux défis, à commencer par l’incertitude entourant le Brexit. Cette incertitude ne devrait pas se dissiper immédiatement après le dénouement du Brexit, car il leur faudra encore s’adapter à la perte du passeport européen et éventuellement faire face à une contraction de la demande sur leur marché.
Actualité du Brexit 10/10/2019
A l’approche du 31 octobre 2019, nouvelle date limite avant une sortie britannique de l’Union européenne (Brexit), qui peut dire où le Royaume-Uni se dirige ? Sans doute pas le premier ministre lui-même, Boris Johnson, qui, après s’être aliéné une partie de son Parlement en tentant d’y interdire les débats, a nourri le scepticisme de ses partenaires européens en leur présentant comme à prendre ou à laisser un « compromis » sur l’Irlande du Nord aussi peu réaliste qu’acceptable. Resteraient, en bout de course, l’option d’un Brexit sans accord, qu’une loi britannique interdit toutefois, ou celle, plus vraisemblable mais non totalement acquise, d’un nouveau report, assorti d’élections générales anticipées.
Royaume-Uni : Les risques de crédit s’accroissent au bilan des établissements bancaires 24/07/2019
La part des prêts immobiliers aux particuliers, dont la valeur à l’origination représente plus de 90% de la valeur du bien acquis, a continué de progresser au 1er trimestre 2019. Cette catégorie de crédits représentait alors 4,5% de l’encours des prêts à l’habitat, contre 4,4% au trimestre précédent et 3,3% un an auparavant. L’augmentation de leur poids au 1er trimestre 2019 prolonge la tendance observée depuis le point bas de 2009. Elle va, en outre, de pair avec l’augmentation de la proportion des prêts immobiliers dont la valeur représente entre 75% et 90% de la valeur du logement. L’augmentation de la part des emprunts avec un ratio prêt/revenu élevé illustre également la contrainte financière croissante des ménages. L’érosion des marges des établissements de crédits, soucieux de préserver les volumes et leurs parts de marché, y a marginalement contribué en maintenant, malgré les deux relèvements du taux de base de la Banque d’Angleterre (BoE) intervenus depuis octobre 2017, le montant empruntable à un niveau élevé, à mensualités constantes.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2422 articles et 621 vidéos