eco TV

Le cycle de croissance américaine : record historique et puis ?

11/07/2019

Les États-Unis sont entrés dans leur 121e mois consécutif de croissance, battant ainsi le précédent record qui datait des années 90 sous la présidence de Bill Clinton. Au-delà de la durée, il existe d'autres similitudes entre les deux phases d’expansion.

TRANSCRIPT // Le cycle de croissance américaine : record historique et puis ? : juillet 2019

L’INTERVIEW

François Doux : Nouveau record pour la croissance aux États-Unis en cet été 2019 avec 121 mois consécutifs de croissance.

William De Vijlder, bonjour.

William De Vijlder : Bonjour François.

François Doux : Le précédent record était de 120 mois sous l'administration Clinton. Rappelez-nous le contexte des années 90 ?

William De Vijlder : Tout d'abord, la grande expansion des années 90 a commencé après une récession qui a été surtout marquée par l'invasion du Koweït par l'Iraq, avec une flambée des prix du pétrole. Une récession suivie d’un longue expansion marquée par quelques éléments saillants comme la très forte remontée des taux d’intérêt par la Réserve fédérale en 1994 qui a provoqué un krach obligataire. Krach auquel l'économie a merveilleusement bien résisté.

François Doux : On va essayer de comprendre ensemble les signes avant-coureurs d’une éventuelle nouvelle récession. Parlons des points communs entre ces deux cycles de croissance. La forte hausse des marchés actions ?

William De Vijlder : Forte et très forte. Lors de la seconde partie des années 90, elle était absolument spectaculaire.

François Doux : Plus forte qu'aujourd'hui ?

William De Vijlder : Beaucoup plus forte qu'aujourd'hui. Dans les années 90, l'indice a été multiplié par 4 par rapport à son plus haut du cycle précédent. Et, surtout, les créations d'emplois se sont traduites par une très forte baisse du taux de chômage. Et s'il y a un point dont il faut se féliciter aujourd'hui, c'est que, certes la hausse du chômage a été beaucoup plus importante lors la récession de 2008-2009 que lors la récession de 1990-1991, mais le chômage actuel est même inférieur au meilleur niveau que l'on ait vu dans les années 90.

François Doux : Parlons maintenant des différences entre ces deux cycles de forte croissance. La forte transformation de l'économie américaine, c'est ce que vous avez regardé en tant qu'économiste. Ce n'est pas vraiment le même niveau de transformation ?

William De Vijlder : Il y a eu une transformation majeure dans la seconde partie des années 90. C'était l'époque des télécommunications, des médias et de la technologie en général. C'est cela d'ailleurs aussi qui, à la fin, a donné lieu à cette bulle avec les introductions en Bourse de nombreuses sociétés qui ne faisaient pas de bénéfices. Un autre élément frappe dans cette comparaison : la politique monétaire était plus agressive dans les années 90. Le cycle actuel a été marqué par une politique extrêmement prudente. Pourquoi ? Parce que la Réserve fédérale, bien évidemment, avait peur d'arrêter sa politique accommodante de manière prématurée et, en quelque sorte, de « tuer la reprise ».

François Doux : Focalisons-nous maintenant sur la fin de la fête.

William De Vijlder : La fin de la fête.

François Doux : Le moment où on a basculé en récession. Regardons tout d'abord le marché de l'immobilier. Il a eu un impact aussi à la fin du précédent cycle ?

William De Vijlder : Il a eu un impact. Pour rappel, au printemps 2001 l'économie américaine entre en récession et l’un des éléments mis en avant dans les analyses après coup, c'est un fort essoufflement du marché immobilier, de la construction de nouvelles maisons, etc.  à mettre en rapport avec la politique de resserrement monétaire. Encore une fois, c’est la Fed qui a resserré la vis et cela a considérablement impacté le marché immobilier aujourd'hui.

La similitude, dans une certaine mesure, est que depuis cinq trimestres l'immobilier a une contribution négative à la croissance du PIB.

François Doux : A propos du dollar, William ?

William De Vijlder : Le dollar a joué un rôle en 2000 et 2001. Pourquoi ? Parce que le renchérissement du dollar par rapport aux devises des partenaires commerciaux a donné un coup de frein à la croissance des exportations. Ce qui retient l'attention est que le dollar s'est renchéri sur les 12 à 18 derniers mois. Et lorsque l'on regarde les enquêtes de l'ISM par exemple et les carnets de commandes à l'exportation, on voit un effet.

François Doux : Avant-dernier critère : l'investissement.

William De Vijlder : L'investissement a vraiment joué un rôle en 2001. Pas vraiment parce qu'entre-temps la bulle boursière avait éclaté, cela a dû jouer un peu, mais parce que finalement les entreprises comprenaient que le temps changeait et qu'il fallait être plus prudent. Aujourd'hui, qu'est-ce que l'on constate ? On constate dans les enquêtes menées par la Réserve fédérale, que les entreprises sont plus prudentes en raison de cette incertitude que crée la guerre commerciale.

François Doux : Le dernier critère, justement, le commerce mondial. Cela a eu un impact en 2001 et aujourd'hui il est sous les feux de l'actualité.

William De Vijlder : Effectivement en 2001, le ralentissement du commerce mondial et l'essoufflement économique auprès des partenaires commerciaux ont joué un rôle aussi.

En même temps, il y avait la perspective que la Chine allait entrer à OMC et tous les espoirs qui en découlaient. Force est de constater que le monde actuel est diamétralement opposé. Le point commun est le très fort ralentissement du commerce mondial mais la Chine n'apparaît plus comme un partenaire commercial qui peut aider, mais plutôt -  est-ce que l'on peut d’ailleurs encore utiliser le mot « partenaire » - plutôt comme un intervenant, comme un acteur avec lequel des conflits s'éternisent.

François Doux : Pour conclure, William De Vijlder, en 2000-2001, on n’a pas vraiment vu venir la fin de la fête, la récession. Or en cette mi-année, on se pose la question ? C'est aussi l'une des différences?

William De Vijlder : Tout à fait.

En fait, on ne parle plus que de ça. C'est lié à des enquêtes réalisées auprès de dirigeants d'entreprise où ils expriment leur inquiétude. Une inquiétude qui n'a pas échappé à l'attention de la Réserve fédérale. C'est pour cela que l'on se félicite de la décision de la Réserve fédérale de changer de ton et, en quelque sorte, de la perspective qu'il y aura des assouplissements monétaires. La conclusion la plus importante est qu’il faut que l'on arrive à régler les conflits commerciaux parce que ce n'est pas une baisse des taux d'intérêt qui résoudra un problème qui trouve son origine dans cette confrontation commerciale.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Pandémie de COVID-19 et marchés actions américains 18/05/2020
Les commentaires de Jerome Powell sur ce qu’il adviendrait si la récession venait à se prolonger ont considérablement pesé sur les marchés actions américains. Historiquement, les récessions s’accompagnent de fortes baisses des cours boursiers. Le recul observé depuis le début de l’année, relativement limité, est sans commune mesure avec l’effondrement de l’activité. Le soutien monétaire et budgétaire massif a induit une réévaluation de la distribution des risques, expliquant dans une large mesure le rebond des marchés actions. L’attention se concentre désormais sur les perspectives de résultats des entreprises, d’où l’importance du débat sur la configuration de la reprise.
Etats-Unis, la chute s’accélère 18/05/2020
Aux États-Unis comme ailleurs, la paralysie de l’activité provoquée par la pandémie de Covid-19 affecte la production des statistiques, devenues plus ou moins interprétables. Le rebond des revenus horaires au mois d’avril, indiqué par notre baromètre, fait partie de ces quelques faux signaux dont il convient de se méfier : il s’explique par la chute du temps de travail face à laquelle les salaires marquent toujours une certaine inertie. Outre que l’information collectée auprès des entreprises est incomplète, un décalage a pu exister entre le moment où l’activité a dû s’interrompre et celui où les rémunérations ont cessé d’être versées ...
La Fed, prêteur en dernier ressort global 05/05/2020
Le stress sur la disponibilité de liquidités en dollar a rendu urgente l’intervention de la Réserve fédérale américaine (Fed). Endossant le rôle de prêteur en dernier ressort global que lui confère son statut d’émetteur de la monnaie d’échange et de réserve internationale, la Fed a réactivé les accords de swap, permanents ou temporaires, conclus en 2008 avec 14 autres banques centrales. Afin d’étendre la portée de son offre de dollar, la Fed a, par ailleurs, ouvert un dispositif de prise en pension de titres, à l’intention des nombreux pays dépourvus d’accords de swap en dollar. Sa tarification élevée en limite toutefois l’usage, et prive ainsi les marchés d’un outil d’apaisement potentiellement important.
Les premiers effets des mesures de politique monétaire sur les bilans bancaires 22/04/2020
Les mesures prises par la Réserve fédérale américaine (Fed) depuis le 15 mars dernier ont déjà profondément affecté les bilans des banques commerciales résidentes aux Etats-Unis*. Ayant joué le rôle d’intermédiaires lors des achats de titres, des prêts d’urgence et des swaps de liquidités de la Fed, leurs réserves en banque centrale ont considérablement augmenté. La politique d’assouplissement quantitatif de la Fed a, par ailleurs, comme en 2008-2014, déconnecté l’évolution des crédits de celle des dépôts inscrits au bilan des banques. Les achats de titres de la Fed ayant été effectués principalement auprès d’agents non bancaires, les dépôts de la clientèle ont crû plus vite que les crédits. Enfin, de même qu’en 2008, une large part des liquidités en dollar prêtées par la Fed aux banques centrales étrangères, puis distribuées à des banques non-résidentes, a, in fine, été reprêtée aux banques résidentes, ainsi qu’en témoigne le gonflement de leur dette nette à l’égard d’entités affiliées implantées à l’étranger (maisons mères, filiales ou succursales). *Banques américaines, filiales et succursales américaines de banques étrangères
Premiers signes de décrochage 10/04/2020
Comme dans de nombreux pays, la population et l’économie des Etats-Unis payeront un lourd tribut à l’épidémie de coronavirus. La progression de la maladie, qui semblait un temps s’infléchir, accélérait à nouveau au moment d’écrire ces lignes (plus de 30 000 nouveaux cas recensés par jour). L’activité donnait, quant à elle, ses premiers signes de décrochage...
État d’urgence 07/04/2020
La population et l’économie des États-Unis ne seront pas plus épargnées que d’autres par l’épidémie de coronavirus. Arrivée tard sur le sol américain, longtemps minimisée par le président Trump, celle-ci progresse désormais rapidement, à tel point que l’Organisation mondiale de la santé pourrait déclarer les États-Unis nouvel épicentre de la maladie. Espace fédéral, le pays a réagi en ordre dispersé, les mesures de confinement restant à l’appréciation des États ; et si la Maison Blanche a fermé les frontières (à l’Union européenne, au Canada…) elle répugne par principe à restreindre les flux intérieurs de biens et de personnes. Anticipant une récession, les marchés ont lourdement chuté, la banque centrale déclenchant, quant à elle, un véritable « plan Marshall » monétaire.
La position en liquidité des grandes banques américaines ne s’est pas améliorée 11/03/2020
La Réserve fédérale américaine (Fed) n’aura finalement pas attendu la prochaine échéance du paiement de l’impôt sur les sociétés (avril) pour intervenir sur le marché monétaire. Soucieuse de prévenir les tensions que l’épidémie de coronavirus serait susceptible de provoquer, elle a accru, lundi 9 mars, l’ampleur de ses opérations de prise en pension de titres (repo). De fait, la demande de cash des primary dealers avait, en fin de semaine dernière, très largement excédé l’offre de la Fed. Bien qu’elle ait injecté près de USD 480 mds supplémentaires de monnaie centrale depuis mi-septembre, la position en liquidité (immédiatement disponible) des grandes banques américaines ne s’est pas améliorée. D’une part, les réserves des banques auprès de la Fed ne se sont élargies que de USD 280 mds en raison du gonflement des avoirs du Trésor. D’autre part, les grandes banques ont absorbé une large part du collatéral émis par le biais d’achats fermes ou, indirectement, du fait de la rétention forcée des titres par leurs primary dealers.  
Revue stratégique de la Réserve fédérale : vers une fourchette d’inflation cible ? 21/02/2020
L’introduction d’une fourchette d’inflation cible fait l’objet de débats au sein de la Réserve fédérale. Elle pourrait permettre une conduite plus flexible de la politique monétaire américaine, voire même prendre en compte les écarts passés par rapport à l’objectif. Si la Fed prenait une telle décision alors que l’inflation est inférieure à cet objectif, elle courrait le risque d’être perçue comme indifférente au déficit d’inflation. Cela plaide en faveur d’une fourchette asymétrique. Celle-ci augmenterait néanmoins le risque de turbulences sur les marchés lors du démarrage du cycle de resserrement.
Emploi et confiance en nette amélioration en janvier 07/02/2020
La première estimation de la croissance du T4 2019 est ressortie à 2,1% en rythme trimestriel annualisé, en ligne avec les prévisions. L’absence de mauvaise surprise, de même que le maintien de la croissance sur son rythme des deux trimestres précédents (qui correspond d’ailleurs à son rythme moyen depuis le début du cycle mi-2009), constituent une bonne nouvelle. La croissance reste toutefois modérée et, surtout, sa composition laisse une impression mitigée...
2020, année à haut risque 23/01/2020
La divergence entre tendances économique et boursière s’est accentuée aux Etats-Unis, sur fond d’accommodation monétaire et d’expansion de la dette des entreprises. Les risques pris par les investisseurs (fonds de pension ou d’investissement, sociétés d’assurance-vie) ont augmenté, tout comme la vulnérabilité des marchés face à d’éventuels chocs adverses ou renversements d’anticipations. Or 2020, année électorale, pourrait ne pas être paisible. Pour bienvenue qu’elle soit, la trêve dans le conflit commercial avec la Chine entérine l’essentiel des hausses de droits de douane passées, sans modifier fondamentalement la politique, peu encline au multilatéralisme, de l’administration américaine.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2422 articles et 621 vidéos