eco TV
Investissement en zone euro : dynamique et recomposition 11/07/2019

Après une longue période de baisse de l’investissement en zone euro suite à la crise de 2008, un redressement tardif a été observé à partir de 2014. La part dédiée aux actifs immatériels a par ailleurs progressé.

TRANSCRIPT // Investissement en zone euro : dynamique et recomposition : juillet 2019

FOCUS

François Doux : En cet été 2019, certes des incertitudes pèsent sur la croissance en zone euro, mais il y a un facteur de soutien ces derniers trimestres : l'investissement.

Louis Boisset, bonjour.

Louis Boisset : Bonjour François.

François Doux : L'investissement a donc soutenu la croissance dans la zone euro ces derniers trimestres mais cela n'a pas été toujours le cas.

Louis Boisset : Absolument. Le double choc de 2008 et de 2012 a sensiblement pesé sur la dynamique d'investissement dans la zone euro, qui a marqué une baisse importante sur cette période.

Plusieurs facteurs peuvent l'expliquer. D'abord une hausse des coûts de financement et, plus globalement, des difficultés d'accès au crédit, une hausse de l'endettement notamment public dans certains pays et une hausse importante des incertitudes. Depuis 2014, on observe un rebond relativement marqué, mais le niveau de l'investissement total aujourd'hui, public et privé, n'a toujours pas atteint son niveau d'avant-crise.

François Doux : Vous parlez de la crise. Tous les pays la zone euro n'ont pas été affectés de la même manière par la crise, il en est de même sur ce volet de l'investissement. L'Espagne par exemple avait connu un fort taux d'investissement jusqu'à la crise.

Louis Boisset : Absolument. Il y a des diversités importantes entre les pays de la zone euro et des diversités en termes de modèle de croissance. L'Espagne est un bon exemple. Le taux d'investissement espagnol était particulièrement élevé avant la crise, ce qui suggérait des surcapacités de production dans certains secteurs, notamment dans la construction.  Ensuite, la correction a été particulièrement marquée de ce fait.

Dans d'autres pays, le taux d'investissement a également légèrement baissé, comme en Allemagne et en Italie, alors qu’en moyenne le taux d'investissement français est plus élevé après, qu'avant la crise.

François Doux : Alors, on a coutume de dire dans les manuels d'économie que l'investissement est bon pour la croissance à long terme, mais tout dépend encore de la nature de l'investissement.

Louis Boisset : Oui, il est à ce titre intéressant de remarquer que la composition de l'investissement total en zone euro s'est réorientée en faveur des actifs dits immatériels. Par exemple la recherche et développement, au détriment d'autres actifs plus traditionnels comme les machines-équipements ou l'immobilier. Là encore il y a des disparités entre les pays. Même s'il faut regarder ces statistiques avec prudence, on remarque que la France investit relativement plus que ses voisins européens. L'Espagne et l'Italie accusant un certain retard sur ce type d'actifs, les actifs immatériels.

Un fait intéressant à ajouter est que la dynamique en volume de l'investissement en actifs dits immatériels ne semble pas avoir été particulièrement affectée par la crise, au contraire d'autres actifs comme les machines.

François Doux : Vous citiez la recherche et le développement. Est-ce que justement on assiste à une dynamique commune de cet investissement en R&D dans la zone euro, en comparaison à d'autres grands pays comme les États-Unis ou la Chine ?

Louis Boisset : Si on regarde uniquement le champ de l'industrie, qui est une branche marchande assez exposée à la concurrence internationale et réputée productive, on remarque que les taux d'investissement en R&D des industriels allemands et français sont nettement plus élevés qu'en Italie ou en Espagne. D'autres branches dans les services marchands sont réputées productives. C'est le cas notamment du secteur de la communication et de l'information qui affiche également un taux d'investissement en R&D relativement élevé, notamment en France. Lorsqu'on compare à d'autres économies, on remarque, malgré le fait que la productivité soit relativement élevée en zone euro, qu’elle reste en retard par rapport à la productivité des États-Unis. Cela montre que les efforts d'investissement doivent être maintenus et, dans certains pays, accélérés.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

BCE : Mario Draghi passe le relais 13/09/2019
Les attentes du marché étaient fortes, mais le Conseil des gouverneurs ne les a pas déçues. Avec l’ensemble de mesures adoptées, notamment l’introduction d’une forward-guidance liée à l’état de l’économie, il ne devrait pas être nécessaire d’en faire plus à l’horizon des prévisions. Les analystes, en scrutant la BCE, pourront se limiter à la surveillance de l’écart entre l’inflation et son objectif dans ce domaine.  Conscients de certains effets secondaires négatifs des mesures prises, les banquiers centraux appellent désormais les gouvernements qui disposent de marges de manœuvre budgétaires, à faire leur part afin de stimuler la croissance et d’accélérer la convergence de l’inflation vers l’objectif. Le passage de relais est ainsi acté.
BCE, un objectif à atteindre 12/09/2019
La BCE envoie un signal fort. Les autorités monétaires de la zone euro ont annoncé la mise en place d’un nouvel ensemble de mesures d’assouplissement monétaire, allant au-delà des anticipations. Renforcement net de la forward guidance, baisse du taux de dépôt, assouplissement des conditions des prêts à long terme aux banques, réactivation des achats nets d’actifs : l’institution de Francfort a largement mobilisé ses outils. Si l’efficacité de telles mesures reste incertaine, la grande proactivité de la BCE doit être saluée. Les banquiers centraux, conscients de certains effets pervers de leur politique, passent désormais, et pour un long moment, le relais aux gouvernements.
Quelles marges de manœuvre budgétaire en zone euro ? 09/09/2019
Les données économiques publiées cet été ont montré que la croissance mondiale et européenne ralentit, avec notamment des craintes de récession en Allemagne. La BCE se tient prête à faire plus si nécessaire, mais la question se pose aussi d’un soutien budgétaire.
Equilibre précaire entre secteur manufacturier et secteur des services 06/09/2019
Les dernières données économiques de la zone euro offrent un constat toujours mitigé. L’histoire se répète depuis plusieurs mois. Alors que la croissance baisse (+0,2% t/t au T2 2019 après +0,4% au T1), l’activité manufacturière reste dégradée et l’indice des directeurs d’achats (PMI) du secteur est nettement inférieur à sa moyenne de long terme. A l’inverse, les services résistent et le PMI est globalement en ligne avec les attentes. Dans cet environnnement, l’inflation globale demeure inférieure à la cible de 2%, et surprend à la baisse les anticipations. La composante sous-jacente continue d’osciller autour de seulement 1% (+0,9% en juillet).
BCE : vers le retour du QE ? 06/09/2019
Et si les mesures prises n’étaient pas à la hauteur des promesses ? Depuis cet été, la communication de la Banque centrale européenne (BCE) laisse espérer un ensemble de mesures qui devraient être annoncées lors de sa réunion du 12 septembre.
Zone euro : croissance de l’emploi et de la consommation 04/09/2019
La consommation privée est la principale composante du PIB de la zone euro : 54% en 2018. Elle est moins sensible aux chocs que le PIB, ce qui apparaît particulièrement important lorsque l’activité ralentit. Principal déterminant macroéconomique de la consommation des ménages, le revenu disponible réel dépend quant à lui de la dynamique de l’emploi (et des salaires bien entendu). Cette dernière se tasse depuis le pic de croissance en zone euro au second semestre 2017. La composante « emploi » de l’indice PMI composite étant sensiblement corrélée avec la croissance de l’emploi, celle-ci devrait fléchir et ainsi peser sur la consommation des ménages.
BCE : un assouplissement en septembre, mais de combien? 26/07/2019
Le Conseil des gouverneurs a chargé des comités de l'Eurosystème d'examiner ses options en matière de politique monétaire. Compte tenu de son insistance à propos de sa détermination, la BCE, à l’issue de sa réunion de jeudi dernier, a exprimé pour l’essentiel son engagement à assouplir sa politique lors de sa réunion du 12 septembre prochain. Conscient de l'importance pour la BCE de défendre sa crédibilité en matière de ciblage de l'inflation, Mario Draghi a très clairement signifié son mécontentement face à l’inflation actuelle et à ses perspectives, ajoutant que la politique monétaire resterait très accommodante encore longtemps.
Zone euro : Environnement économique incertain et nouveau soutien monétaire 26/07/2019
Les difficultés traversées par le secteur manufacturier pourraient se transmettre au secteur des services, compte tenu de leur forte interconnexion. La BCE est prête à intervenir face au ralentissement économique actuel et aux premiers signes de décrochage des anticipations d’inflation.
Des poches d’inflation sur fond d’inflation basse 19/07/2019
Malgré un rebond en juin, l’inflation sous-jacente se maintient obstinément à un niveau bas. On observe néanmoins une dispersion significative entre les pays et les postes de dépenses de l’indice des prix. L’inflation est faible dans l’habillement et les chaussures, l’ameublement et l’équipement ménager, les transports et les communications ; elle est plus élevée pour les postes liés au logement, à la restauration et l’hôtellerie, aux autres biens et services, aux loisirs et à la culture. L’inflation des prix des produits industriels non énergétiques est très modérée. Autrement dit, si la situation devait persister, l’accélération de l’inflation, visée par le nouvel assouplissement de la politique monétaire de la BCE, devra venir des services. Or, les prix des services mettent plus de temps à réagir à la politique monétaire et à l’activité économique. L’assouplissement monétaire est donc parti pour durer.
Erosion des marges en zone euro : jusqu’où peut-on aller 17/07/2019
Depuis le 3e trimestre 2017, année dynamique en termes de croissance économique, le taux de marge* des entreprises non financières en zone euro ne cesse de décroître. Il atteint au 1er trimestre 2019 un plus bas depuis début 2014, à moins de 40% de la valeur ajoutée. Cette dynamique fait écho à l’augmentation des coûts salariaux unitaires, sous l’effet à la fois de l’accélération des salaires et du ralentissement de la productivité du travail. S’inscrivant plus globalement dans un contexte de ralentissement de l’activité en zone euro depuis plusieurs trimestres et de niveau élevé des incertitudes, cette détérioration reflète la difficulté des entreprises à transmettre la hausse de leurs coûts aux prix. L’inflation sous-jacente reste particulièrement inerte. Si elle se poursuivait, la diminution des marges pourrait peser sur la dynamique de l’investissement. * Mesuré ici comme le ratio : (excédent brut d’exploitation + revenu mixte) / valeur ajoutée, données CVS-CJO

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2202 articles et 553 vidéos