eco TV

Égypte : Reprise de l’assouplissement monétaire

09/09/2019

La réduction significative des pressions inflationnistes permet le retour d’une politique monétaire plus accommodante.

TRANSCRIPT // Égypte : Reprise de l’assouplissement monétaire : septembre 2019

3 QUESTIONS

 

François Doux : Trois questions sur l'Égypte. Le FMI a lancé fin 2016 un plan de soutien à l'économie égyptienne. Il arrive à terme en cette rentrée 2019.

Pascal Devaux, bonjour.

Pascal Devaux : Bonjour François.

François Doux : Au-delà de l'échéance de ce plan de soutien du FMI, l'actualité en Égypte c'est la baisse des taux de la Banque centrale. Est-ce positif ?

Pascal Devaux : Oui, c'est très positif. Cela devrait enclencher une deuxième étape dans le processus de réforme en Égypte, après toutes les réformes engagées sous l'égide du FMI. C'était très attendu par l'ensemble des opérateurs en Égypte.

Cette baisse de 150 points de base du taux directeur de la banque centrale a été permis par une baisse vraiment significative de l'inflation sur les 3, 4 derniers mois de 2019.

On a maintenant une inflation sous-jacente à moins de 6 % alors qu'il faut se rappeler qu'on était à plus de 30 % au cours de l'année 2017.

François Doux : Quelles sont les perspectives, c’est ma deuxième question de poursuite de baisse des taux ?

Pascal Devaux : Normalement, on devrait assister à une poursuite de cet assouplissement monétaire, même s'il est difficile d'établir un calendrier.

Donc cette poursuite est liée à deux raisons : d'une part la baisse de l'inflation parce qu'on devrait continuer à avoir une appréciation légère de la livre égyptienne. Deuxièmement on ne devrait plus avoir de mesures fiscales inflationnistes, telle que la baisse des subventions qui a eu lieu en 2017 et en 2018.

Et deuxième élément qui devrait concourir à la poursuite de cet assouplissement, c'est que le marché de la dette égyptien restera attractif même en cas de baisse des taux pour les investisseurs étrangers, étant donné que l'Égypte bénéficie d'un bon rapport entre le rendement et le risque de ces titres de dette publique.

François Doux : Ça c'est aussi très positif.

Pascal Devaux : Très positif.

François Doux : Troisième et dernière question. Les conséquences de cette baisse des taux en Égypte ?

Pascal Devaux : Deux conséquences positives.

Une première à court terme qui est une baisse du coût de financement du déficit budgétaire pour le gouvernement. Difficile à évaluer pour l'instant mais environ 1 % du PIB sur une année pleine.

Deuxième conséquence à moyen terme. Si cet assouplissement se poursuit, cela offre une dynamique supplémentaire à l'investissement privé des entreprises égyptiennes qui pour l'instant restent assez étale.

François Doux : Donc un moteur supplémentaire pour développer la croissance.

Pascal Devaux : Exactement.

François Doux : Merci Pascal Devaux pour ce point sur l'économie égyptienne. On se retrouve en octobre pour un nouveau numéro d'EcoTV.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Égypte : rétablissement de la liquidité en devises 16/12/2020
Au premier semestre 2020, les ventes massives de bons du Trésor par les investisseurs étrangers (-USD 12 mds à partir de mars 2020) et, dans une moindre mesure, la baisse des recettes touristiques ont provoqué une chute des réserves de change de la banque centrale. Celles-ci ont baissé de USD 9 mds pour atteindre USD 36 mds en mai. En parallèle, la position extérieure nette des banques commerciales est passée d’un surplus de USD 7,2 mds à un déficit de USD 5,4 mds. Fin mai, la liquidité en devises du système bancaire restait acceptable puisque les réserves officielles équivalaient encore à 5,8 mois d’importations de biens et services. Néanmoins, les perspectives négatives du secteur touristique (environ 16% des recettes courantes) et les incertitudes quant aux transferts futurs des travailleurs expatriés (soit plus d’un tiers des recettes courantes) font peser un risque sur les comptes extérieurs égyptiens. Cette vulnérabilité est renforcée par la flexibilité limitée de la livre égyptienne qui ne s’est que modestement dépréciée de 1,6% entre mars et mai 2020. Une émission obligataire internationale de USD 5 mds, et surtout le soutien financier du FMI pour un montant d’environ USD 8 mds ont réduit l’incertitude pesant sur la liquidité en devises du pays. Les flux de portefeuille sont revenus à plus de USD 13 mds en août, tandis que la position extérieure nette des banques commerciales était de nouveau positive à USD 2,9 mds en octobre 2020. Les réserves de change de la banque centrale s’élevaient à USD 39,2 mds en novembre, soit 6,3 mois d’importations de biens et services. Les perspectives sont relativement favorables à court terme. Les déboursements du FMI vont se poursuivre, et le rapport rendement/risque des titres de dette publique égyptiens restent attractifs pour les investisseurs étrangers, notamment compte tenu de l’amélioration des finances publiques.
Vers une poursuite de la dépréciation graduelle de la livre égyptienne à court terme 29/04/2020
La dégradation de l’environnement économique international depuis mars 2020 a mis un terme à l’appréciation de la livre égyptienne. En 2019, la hausse des recettes en devises et des investissements de portefeuille avaient fait s’apprécier la livre de 12% par rapport au dollar. Depuis février, l’Égypte fait face à des sorties massives de capitaux, provoquant une dépréciation modérée de la livre, de 1,2%, et une baisse de 11% des réserves de change officielles de la banque centrale (BCE). À court terme, les recettes courantes devraient subir la chute des revenus du tourisme et du Canal de Suez (20% des recettes courantes au total). La liquidité en devises de la BCE (8 mois d’importations de biens et services en incluant les réserves tier 2) et le soutien financier du FMI devraient permettre à cette dernière d’atténuer la pression sur la livre, et ainsi de limiter l’inflation importée. Dans ce contexte, la livre pourrait continuer de se déprécier modérément, à un rythme proche de celui de l’inflation.  
Egypte, de la stabilisation macroéconomique à la croissance durable 30/04/2019
L’effort de consolidation économique initié en 2016 a permis à l’Egypte de corriger ses déséquilibres macroéconomiques et de regagner la confiance des investisseurs internationaux. La liquidité en devises est revenue à un niveau satisfaisant, le déficit des comptes publics se réduit même si la charge de la dette maintient le déficit budgétaire à un niveau élevé, l’inflation reste relativement forte mais elle ralentit. Les perspectives sont favorables. Pour le moment, ce rétablissement macroéconomique n’a pas déclenché de nouvelle dynamique qui permettrait d’accélérer la croissance et de créer des emplois. Le poids du secteur public et l’importance du secteur informel réduisent la réactivité de l’économie aux signaux macroéconomiques positifs. Des réformes structurelles sont nécessaires pour préserver les acquis des réformes en cours.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2766 articles et 735 vidéos