eco TV

Le marché des bureaux à Paris : une histoire de rendement

17/06/2020

L’immobilier tertiaire pouvant être considéré comme un actif financier, l’analyse des écarts entre le rendement locatif et celui des obligations permet de mieux prévoir les niveaux de prix.

TRANSCRIPT // Le marché des bureaux à Paris : une histoire de rendement : juin 2020

François Doux

Focus à présent sur le marché de l'immobilier de bureaux pour appréhender la reprise, ou en tout cas la croissance en France.

Nous sommes avec Richard Malle, directeur de la recherche immobilière chez BNP Paribas Real Estate.

Bonjour Richard.

Richard Malle

Bonjour.

François Doux

L'immobilier de bureaux, c'est le plus gros poste d'actifs chez les investisseurs institutionnels : 250 milliards d'euros. D'où l'importance de ce segment pour appréhender le marché de l'immobilier. Rappellez-nous les fondamentaux des prix de ce marché en France ?

Richard Malle

Effectivement, comme vous l'avez dit c'est avant tout un bien d'investissement professionnel, pour des investisseurs. C'est pourquoi le prix n'est pas directement regardé, mais avant tout la résultante entre une valeur locative et un rendement.

On le voit sur ce graphique, où on a représenté le taux de rendement initial des bureaux, dit "haut de gamme" dans Paris. C'est le benchmark principal pour se comparer au niveau international. On voit que ce rendement a baissé de manière assez significative depuis le début des années 2000, pour atteindre un point bas historique à seulement 2,8% fin 2019.

François Doux

2,8%, ce n'est pas beaucoup. Est-ce que les investisseurs s'en contentent et pourquoi s'en contenter finalement ?

Richard Malle

C'est très peu. C'est un record de faiblesse historique et l'une des explications est la comparaison entre le taux de rendement obligataire, notamment des obligations d'État à 10 ans en France, c'est l'un des principaux benchmarks, et le rendement immobilier que l'on a tendance à comparer souvent avec ce rendement.

Que voit-on ? Le rendement des obligations d'État a aussi fortement diminué puisqu'il a commencé, au niveau des années 2000, à 5%. Actuellement, fin 2019-début 2020, il évolue peu ou prou autour de 0%. C'est pourquoi, dans le même temps, ce rendement immobilier a pu diminuer et fondre de quasiment la moitié, passant de 6% au début des années 2000 à - 3% actuellement.

François Doux

C’est le fameux spread dont je parlais dans les titres d'EcoTv. Quelles sont les perspectives maintenant, Richard ?

Richard Malle

Ce type de graphique et cette analyse peut nous aider à faire des perspectives. On les avait déjà avant le confinement et on les conserve. On peut notamment regarder ce qu'il se passait lors de la précédente crise, celle de 2007-2009, la crise financière mondiale, et aujourd'hui. Les perspectives sont interessantes à comparer parce que la situation est nettement différente.

Que voit-on notamment en 2007, à l'aube de la crise financière mondiale ? Le spread, donc l'écart entre le rendement immobilier et le rendement obligataire, était négatif : - 50 points de base. Pourquoi ? Parce qu'il y avait de la spéculation sur le marché des bureaux. On cherchait des plus-values en capital, qui finalement ne sont pas venues en 2008-2009. Aujourd'hui, la situation est tout autre. On a un écart, un spread, historiquement élevé, autour de 280 points de base. Qu’est-ce que cela va permettre ? Cela fait que le rendement immobilier aujourd'hui est suffisamment élevé pour accepter le risque, les incertitudes qui vont suivre au cours des prochains trimestres, sans pour autant que le rendement immobilier progresse significativement en 2020-2021, contrairement à 2009 où la hausse du rendement a été très significative.

François Doux

On parle beaucoup du télétravail qui se généralise. Cela va peut-être impacter les loyers ?

Richard Malle

Pas tant que cela parce que cette crise démarre dans un contexte de sous-offre très significative, notamment dans Paris intra-muros. Le taux de vacance actuellement est compris entre 2% et 3%. C'est réellement un niveau sous-offreur parce que la moyenne du taux de vacance historique, au cours des 15 dernières années, était de 4%. Il est possible qu'avec la crise économique, avec forcément un impact sur l'emploi et peut-être des conséquences autour de nouvelles formes de travail, l'offre augmente au cours des prochains trimestres. Néanmoins, celle-ci devrait rester limitée, sous son seuil d'équilibre. C'est pourquoi les loyers devraient diminuer, mais assez peu notamment dans Paris intra-muros.

C'est aussi le constat qu'on peut faire dans la plupart des principales métropoles régionales en France : Lyon, Lille, Marseille et la côte atlantique avec Bordeaux.

François Doux

En conclusion, peu de corrections sur les prix sur ce marché de l'immobilier de bureaux à cause de ces fameuses sous-offres.

Richard Malle

Effectivement.

François Doux

Merci Richard Malle pour ce point sur ce segment très particulier de l'immobilier de bureau. Dans un instant, on va continuer à parler des spreads avec William De Vijlder. On va, cette fois, dans le Graphique du mois comparer les taux à 10 ans allemands et américains. Restez avec nous.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

France : Reprise en V ? Pas si vite 03/07/2020
Lorsque l’on fait le bilan de la situation et des perspectives de l’économie française, l’optimisme le dispute au pessimisme.
France : franche éclaircie conjoncturelle en juin 26/06/2020
Encore timide en mai, l’éclaircie conjoncturelle est franche en juin. De par sa construction, notre baromètre n’en porte pas encore la trace, mais elle est aussi remarquable que la chute qui l’a précédée [...]
16/06/2020
France : timide éclaircie conjoncturelle en mai 29/05/2020
Les enquêtes sur le climat des affaires du mois de mai esquissent une éclaircie dans le ciel conjoncturel français.
Forte hausse des anticipations d’inflation des ménages en avril, un signal à relativiser 06/05/2020
La très forte hausse des anticipations d’inflation des ménages est l’un des résultats frappants de l’enquête mensuelle de conjoncture de l’INSEE d’avril 2020. Elle est en complète opposition avec la baisse du solde d’opinion sur l’évolution passée des prix et de l’inflation observée, un grand écart remarquable au regard de la relative proximité habituelle des trois indicateurs. Cette hausse de l’inflation anticipée fait écho au sentiment des Français, évoqué dans les médias, que les prix ont beaucoup augmenté depuis le confinement. Il faut probablement y voir un effet de composition des paniers de consommation et non le signe avant-coureur d’une hausse généralisée et importante des prix. Plus un produit est consommé régulièrement, plus la sensibilité à la hausse de son prix est grande, une sensibilité qui peut être extrapolée, à tort, à l’ensemble des prix. Actuellement, les dépenses sont essentiellement alimentaires et de fortes augmentations de prix sont justement observées dans ce domaine, un résultat de la loi de l’offre et de la demande. A contrario, du fait de la moindre fréquence des pleins d’essence, les anticipations d’inflation des ménages ne reflètent pas la chute des prix du pétrole.  
France : les chiffres du choc, le choc des chiffres 30/04/2020
D’après la première estimation de l’INSEE, le PIB français s’est contracté de 5,8% au premier trimestre 2020. Cette baisse lève un coin du voile sur l’ampleur du choc récessif provoqué par la pandémie de Covid-19.
Le nouveau prêt garanti par l’État en France 24/04/2020
Les banques françaises pourraient distribuer jusqu’à 300 milliards de prêts garantis par l’État (PGE) jusqu’au 31 décembre 2020. D’une ampleur inédite, ce dispositif a vocation à aider les entreprises à surmonter les difficultés de trésorerie consécutives à la crise du coronavirus.
France : récession historique 10/04/2020
Il faut désormais s’attendre à un choc récessif massif, provoqué par la pandémie de Covid-19. Cette pandémie entre dans la catégorie des chocs extrêmes de type « cygne noir », c’est-à-dire un évènement imprévisible, de faible probabilité mais au coût considérable.
Choc récessif massif 07/04/2020
2020 ne sera pas une année de croissance peu élevée mais résistante comme cela était anticipé au trimestre dernier. Il faut désormais s’attendre à un choc récessif massif, provoqué par la pandémie de Covid-19. La perte d’activité économique instantanée directement liée aux mesures d’endiguement est, à ce jour, estimée à 35% par l’INSEE, ce qui équivaut à amputer le PIB annuel de 3 points par mois de confinement. La chute libre du climat des affaires en mars donne aussi un tout premier aperçu de l’ampleur du choc. Un arsenal de mesures a été déployé pour amortir autant que possible ce choc. D’après nos prévisions, le PIB français se contracterait de 3,1% en 2020, plus qu’en 2009 (-2,8%), avant de rebondir de 5,4% en 2021. Ces prévisions sont hautement incertaines et assorties d’un risque baissier.
Le climat des affaires en chute libre en mars 27/03/2020
Au regard des indicateurs économiques représentés sur notre radar, le tableau conjoncturel français se noircit, en partant, précisons-le, d’une situation relativement positive...

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2454 articles et 632 vidéos