eco TV

Le marché des bureaux à Paris : une histoire de rendement

17/06/2020

L’immobilier tertiaire pouvant être considéré comme un actif financier, l’analyse des écarts entre le rendement locatif et celui des obligations permet de mieux prévoir les niveaux de prix.

TRANSCRIPT // Le marché des bureaux à Paris : une histoire de rendement : juin 2020

François Doux

Focus à présent sur le marché de l'immobilier de bureaux pour appréhender la reprise, ou en tout cas la croissance en France.

Nous sommes avec Richard Malle, directeur de la recherche immobilière chez BNP Paribas Real Estate.

Bonjour Richard.

Richard Malle

Bonjour.

François Doux

L'immobilier de bureaux, c'est le plus gros poste d'actifs chez les investisseurs institutionnels : 250 milliards d'euros. D'où l'importance de ce segment pour appréhender le marché de l'immobilier. Rappellez-nous les fondamentaux des prix de ce marché en France ?

Richard Malle

Effectivement, comme vous l'avez dit c'est avant tout un bien d'investissement professionnel, pour des investisseurs. C'est pourquoi le prix n'est pas directement regardé, mais avant tout la résultante entre une valeur locative et un rendement.

On le voit sur ce graphique, où on a représenté le taux de rendement initial des bureaux, dit "haut de gamme" dans Paris. C'est le benchmark principal pour se comparer au niveau international. On voit que ce rendement a baissé de manière assez significative depuis le début des années 2000, pour atteindre un point bas historique à seulement 2,8% fin 2019.

François Doux

2,8%, ce n'est pas beaucoup. Est-ce que les investisseurs s'en contentent et pourquoi s'en contenter finalement ?

Richard Malle

C'est très peu. C'est un record de faiblesse historique et l'une des explications est la comparaison entre le taux de rendement obligataire, notamment des obligations d'État à 10 ans en France, c'est l'un des principaux benchmarks, et le rendement immobilier que l'on a tendance à comparer souvent avec ce rendement.

Que voit-on ? Le rendement des obligations d'État a aussi fortement diminué puisqu'il a commencé, au niveau des années 2000, à 5%. Actuellement, fin 2019-début 2020, il évolue peu ou prou autour de 0%. C'est pourquoi, dans le même temps, ce rendement immobilier a pu diminuer et fondre de quasiment la moitié, passant de 6% au début des années 2000 à - 3% actuellement.

François Doux

C’est le fameux spread dont je parlais dans les titres d'EcoTv. Quelles sont les perspectives maintenant, Richard ?

Richard Malle

Ce type de graphique et cette analyse peut nous aider à faire des perspectives. On les avait déjà avant le confinement et on les conserve. On peut notamment regarder ce qu'il se passait lors de la précédente crise, celle de 2007-2009, la crise financière mondiale, et aujourd'hui. Les perspectives sont interessantes à comparer parce que la situation est nettement différente.

Que voit-on notamment en 2007, à l'aube de la crise financière mondiale ? Le spread, donc l'écart entre le rendement immobilier et le rendement obligataire, était négatif : - 50 points de base. Pourquoi ? Parce qu'il y avait de la spéculation sur le marché des bureaux. On cherchait des plus-values en capital, qui finalement ne sont pas venues en 2008-2009. Aujourd'hui, la situation est tout autre. On a un écart, un spread, historiquement élevé, autour de 280 points de base. Qu’est-ce que cela va permettre ? Cela fait que le rendement immobilier aujourd'hui est suffisamment élevé pour accepter le risque, les incertitudes qui vont suivre au cours des prochains trimestres, sans pour autant que le rendement immobilier progresse significativement en 2020-2021, contrairement à 2009 où la hausse du rendement a été très significative.

François Doux

On parle beaucoup du télétravail qui se généralise. Cela va peut-être impacter les loyers ?

Richard Malle

Pas tant que cela parce que cette crise démarre dans un contexte de sous-offre très significative, notamment dans Paris intra-muros. Le taux de vacance actuellement est compris entre 2% et 3%. C'est réellement un niveau sous-offreur parce que la moyenne du taux de vacance historique, au cours des 15 dernières années, était de 4%. Il est possible qu'avec la crise économique, avec forcément un impact sur l'emploi et peut-être des conséquences autour de nouvelles formes de travail, l'offre augmente au cours des prochains trimestres. Néanmoins, celle-ci devrait rester limitée, sous son seuil d'équilibre. C'est pourquoi les loyers devraient diminuer, mais assez peu notamment dans Paris intra-muros.

C'est aussi le constat qu'on peut faire dans la plupart des principales métropoles régionales en France : Lyon, Lille, Marseille et la côte atlantique avec Bordeaux.

François Doux

En conclusion, peu de corrections sur les prix sur ce marché de l'immobilier de bureaux à cause de ces fameuses sous-offres.

Richard Malle

Effectivement.

François Doux

Merci Richard Malle pour ce point sur ce segment très particulier de l'immobilier de bureau. Dans un instant, on va continuer à parler des spreads avec William De Vijlder. On va, cette fois, dans le Graphique du mois comparer les taux à 10 ans allemands et américains. Restez avec nous.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Consommation des ménages en France. Tableau de bord : poids, vitesse et composition 26/11/2020
Dans ce premier épisode, nous remettons en perspective l’importance du rebond de la consommation des ménages en 2019. Au travers d’éléments descriptifs de la consommation des ménages, de ses rythmes de progression, historiques et récents, et de l’évolution de sa composition au cours du temps, Hélène Baudchon dresse un tableau de bord permettant de comprendre son rôle de moteur. Elle s’intéresse plus particulièrement à l’année 2019, pour mieux cerner l’ampleur du rebond de la consommation cette année-là, à quel point il est fort et/ou faible.  
Les déterminants de la consommation des ménages français : Focus sur les gains de pouvoir d’achat 26/11/2020
La consommation des ménages ne réagit pas immédiatement et intégralement à un surcroît de pouvoir d’achat. C’est, en partie, pour cette raison que la hausse de la consommation des ménages en 2019 n’a pas été aussi importante que les gains de pouvoir d’achat cette année-là. Dans ce deuxième épisode, Hélène Baudchon abordera différents éléments d’explication de cette performance en demi-teinte de la consommation des ménages en 2019 en mettant notamment l’accent sur le rôle des gains de pouvoir d’achat.
Les autres déterminants de la consommation des ménages français (chômage, politique budgétaire, confiance, variables financières) 26/11/2020
Dans ce troisième et dernier épisode, Hélène Baudchon passe en revue les  déterminants de la consommation des ménages autres que le pouvoir d’achat. Elle abordera les effets du chômage et de l’épargne de précaution, de la politique budgétaire, de la confiance, des taux d’intérêt et des effets de richesse sur la consommation.
Marché du travail français : état des lieux et éléments de perspective 20/11/2020
L’ampleur du choc récessif en France, au premier semestre 2020, dû à la crise de la Covid-19, et le rebond mécanique spectaculaire qui a suivi au troisième trimestre retiennent tout particulièrement l’attention. Mais les évolutions de l’emploi salarié privé et du taux de chômage sont également remarquables.
France : les chiffres hors-normes du budget 2021 13/11/2020
Les chiffres hors-normes de déficit budgétaire prévus par le gouvernement, dans son projet de loi de finances pour 2021, portent la double trace du choc récessif massif provoqué par la pandémie de Covid-19 et de la réponse budgétaire apportée, également massive, tant pour amortir la crise que pour soutenir la reprise.
Les évolutions très amorties de l’emploi par rapport à celles du PIB 10/11/2020
D’après l’estimation flash de l’INSEE, l’emploi salarié privé en France a rebondi de 1,8% t/t au T3 2020 après avoir chuté de 2,5% au T1 et de 0,8% au T2. Un peu plus de la moitié des emplois détruits au S1 a ainsi été récupérée (345k sur 650k). L’emploi se situe 1,5% en-deçà de son niveau d’avant-crise contre 4% pour le PIB. L’évolution très amortie du premier par rapport au second, à la baisse comme à la hausse, est remarquable. Il faut y voir l’effet du recours massif au chômage partiel permis par l’important renforcement du dispositif décidé par le gouvernement dans le cadre des mesures d’urgence prises au printemps pour faire face au choc du confinement. Au T4, l’emploi devrait rechuter dans le sillage de l’activité, sous l’impact du nouveau confinement. Ensuite, l’ampleur de son redressement est très incertaine, pour partie parce que la vigueur de la reprise l’est également. En 2021, la croissance de l’emploi sera certes soutenue par le plan France Relance. Toutefois, elle restera aussi et surtout contrainte par l’effet retard de la chute de l’activité en 2020, par l’hétérogénéité sectorielle (les secteurs les plus durablement affectés par la crise de la Covid-19 étant d’importants employeurs), par le retour en activité des personnes en chômage partiel et par les efforts de reconstitution des gains de productivité et des marges des entreprises (plus ils seront importants, moins le redressement de l’emploi le sera). C’est en 2022 que la situation devrait plus visiblement s’améliorer.
Le prêt garanti par l’État évolue 06/11/2020
Afin d’atténuer les conséquences de la reprise de l’épidémie de Covid 19 et du reconfinement depuis le 30 octobre sur la trésorerie des entreprises, la distribution du Prêt garanti par l’Etat est allongée de six mois, jusqu’au 30 juin 2021.
Montagnes russes 03/11/2020
La principale nouvelle économique est la publication, par l’INSEE, vendredi 30 octobre, d’une première estimation de la croissance française au T3. La surprise est bonne puisque le rebond du PIB est plus important qu’attendu : +18,2% t/t (contre +16% t/t prévu). Il est aussi spectaculaire que le plongeon qui l’a précédé (-5,9% t/t au T1 et -13,7% t/t au T2) mais il ne permet pas de rattraper tout le terrain perdu : le PIB reste 4% sous son niveau de la fin 2019. L’ensemble des composantes du PIB ont très fortement rebondi, plus que prévu. La contribution des variations de stocks, plus négative qu’anticipé, vient atténuer le rebond...
France, budget 2021 : budget de crise, budget de reprise 30/10/2020
Dans son projet de loi de finances pour 2021, présenté fin septembre, le gouvernement prévoyait un déficit de 10,2% du PIB en 2020 et de 6,7% en 2021 (après un déficit observé de 3% en 2019). Selon les prévisions, le ratio de dette publique devait augmenter de près de 20 points, à 117,5% du PIB en 2020, avant de refluer légèrement à 116,2% en 2021. Ces chiffres hors normes portent la double trace du choc récessif massif au premier semestre 2020, provoqué par la pandémie de Covid-19, et de la réponse budgétaire, également massive, apportée tant pour amortir la crise que pour soutenir la reprise. Leur détérioration devrait s’amplifier avec la recrudescence de l’épidémie à l’automne.  S’agissant du soutien à la reprise, le plan « France Relance » met sur la table EUR 100 milliards, alloués sur 2020-2022. D’après les estimations de Bercy, le plan soutiendrait l’activité à hauteur d’1,1 point en 2021 et d’1 point en 2022. Ce soutien proviendrait pour 75% du volet demande du plan. Ainsi soutenue, la croissance s’élèverait à 8% en 2021 en moyenne annuelle d’après la prévision du gouvernement, après une contraction attendue de 10% en 2020. Le Haut Conseil des finances publiques estime « prudente  » la prévision de croissance du gouvernement pour 2020 et « volontariste » celle pour 2021. S’agissant des prévisions de déficit budgétaire pour 2020 et 2021, elles sont jugées «  atteignables » mais sont soumises à de fortes incertitudes. Le rapport économique, social et financier (RESF) fournit des premières indications de la trajectoire des finances publiques à l’horizon 2025, notamment le retour attendu du déficit juste sous la barre des 3% à cette date. Ce budget marque aussi une première avec la présentation d’un « budget vert », c’est-à-dire une comptabilisation des dépenses publiques à l’aune de leur impact environnemental.
La consommation des ménages français en 2019 : faible et forte à la fois 20/10/2020
Le moteur de la croissance française, la consommation des ménages, serait-il grippé ? Ou, au contraire, était-il en train de repartir ? En 2019, elle a progressé de 1,5% en volume en moyenne annuelle[1], un rythme considéré comme décevant. Pour quelle(s) raison(s) ? Par rapport à quoi ? S’agit-il vraiment d’un rebond de faible ampleur ? Il n’est pas si facile d’en juger : tout dépend de la perspective retenue et du déterminant analysé. Cet article apporte des éléments de contextualisation et de réponses à ces questions. La première partie décrit le rôle de moteur de la consommation des ménages, sa dynamique de croissance, et sa composition. La seconde partie analyse le (manque de) dynamisme de la consommation depuis 2008 en général et en 2019 en particulier. [1] Toutes les données commentées dans cet article sont issues des comptes nationaux disponibles à la mi-juin 2020.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2569 articles et 664 vidéos