eco TV

Rebond des biens de consommation : une rare éclaircie pour l’économie espagnole

10/09/2020

Malgré la situation économique inquiétante en Espagne, le rebond des biens de consommation a été significatif depuis le début de l’été. L’indice PMI de confiance des entreprises pour ce secteur a atteint en juillet son niveau le plus élevé depuis novembre 1999.

TRANSCRIPT // Rebond des biens de consommation : une rare éclaircie pour l’économie espagnole : septembre 2020

LE GRAPHIQUE DU MOIS

 

FRANÇOIS DOUX

Le Graphique du mois est consacré à l'Espagne qui a connu l’une des plus fortes contractions du PIB : -18,5 % au deuxième trimestre de cette année 2020. Pour parler du cas espagnol, nous sommes avec Guillaume Derrien.

Bonjour Guillaume.

 

GUILLAUME DERRIEN

Bonjour François.

 

FRANÇOIS DOUX

Vous avez choisi l’indice des directeurs d'achats du secteur manufacturier, plus précisément les biens de consommation. En anglais, on les appelle les PMI, pourquoi ce choix ?

 

GUILLAUME DERRIEN

Tout simplement, François, parce que c'est l'une des rares éclaircies des statistiques espagnoles. Comme vous pouvez le voir sur ce graphique, l’indice PMI pour ce secteur des biens de consommation a remonté très fortement depuis le mois de mai. Au mois de juillet, il s'établissait à 58,8, ce qui est le niveau le plus élevé depuis novembre 1999.

 

FRANÇOIS DOUX

Alors, on a cette ligne rouge des « 50 » pour ces indices de confiance. Quand on est au-dessus, c’est l’expansion, en dessous, c'est la contraction, la récession qui devrait poindre. Est-ce que cette statistique est en ligne avec les autres statistiques espagnoles ?

 

GUILLAUME DERRIEN

Oui, bien sûr. On le voit dans les données un peu plus tangibles, que ce soient les ventes automobiles ou les ventes de détail qui ont remonté également très fortement depuis le déconfinement au mois de mai. Et notamment les ventes automobiles qui sont repassées en juillet au-dessus de leur niveau de février, environ 2 % au-dessus de ce qu’elles étaient avant le confinement.

 

FRANÇOIS DOUX

Pourquoi ?

 

GUILLAUME DERRIEN

Pour deux raisons principales. La première, c’est l'impact des aides gouvernementales sur le renouvellement du parc automobile. Au mois de juin, le gouvernement espagnol a mis en place le programme RENOVE 2020 qui offre des subventions allant jusqu'à 5000 € pour l'achat de véhicules plus propres. Cela a eu un impact direct.

La seconde raison, à mon sens, est qu'il y a eu un transfert de consommation des services, où l'activité était beaucoup plus fortement ralentie à cause du coronavirus, vers ces biens de consommation.

 

FRANÇOIS DOUX

C’est donc l’un des rare secteurs qui se portent bien ?

 

GUILLAUME DERRIEN

Oui et ce qui est important, c'est que ce secteur tire également les exportations espagnoles. Cela représente environ 35 à 40 % des exportations totales de biens. Sur ce segment spécifique, l'Espagne enregistre un surplus commercial très important depuis près de 10 ans, environ 3 milliards, et on observe en France et en Allemagne, un rebond similaire de ces biens de consommation qui pourrait tirer les exportations espagnoles dans les prochains mois à venir, à condition que l’épidémie reste sous contrôle.

 

FRANÇOIS DOUX

On a aussi une forte expansion en Espagne du e-commerce, mais ça ne fait pas tout non plus.

 

GUILLAUME DERRIEN

Non, cela ne fait pas tout. L’e-commerce a augmenté très fortement, avec plus de 50 % d’augmentation au deuxième trimestre. Malheureusement ce rebond ne compense pas les chutes d'activité dans les services. Vous l’avez dit, le PIB s'est contracté très fortement au deuxième trimestre et l'activité touristique durant l'été a tourné également au ralenti du fait de l'épidémie. Ce rebond ne compensera pas les chutes d’activité dans l'hôtellerie, la restauration ou encore les transports.

 

FRANÇOIS DOUX

Guillaume Derrien, merci. Dans un instant, Trois questions sur l'Argentine avec François Faure.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Des enquêtes d’opinion trop optimistes ? 07/06/2021
Les dernières données économiques venant d’Espagne indiquent un écart de dynamique important entre les signaux très positifs envoyés par les enquêtes d’opinion, et les données plus « tangibles », notamment celles relatives à la consommation.
Espagne : l’encours des prêts a augmenté en 2020 pour la première fois depuis 2008 04/06/2021
En dépit de la pandémie de COVID-19 qui a conduit le PIB à se contracter de 11% en Espagne en 2020, l’encours des prêts bancaires aux ménages et aux sociétés non financières a augmenté, ce qui est une première depuis 2008. Ce rebond, atypique en période de crise, s’explique notamment par les mesures publiques de soutien à l’économie et par les reports d’échéances accordés par les banques. Toutefois, cette hausse des prêts pourrait n’être que temporaire.
L’horizon se dégage 17/05/2021
Après les chiffres d’activité maussades au T1, le deuxième trimestre devrait voir le début de la reprise tant attendue en Espagne. L'embellie sur le front de la Covid-19 s’est très logiquement répercutée sur la confiance des entreprises et celle des ménages.
Une lente amélioration 12/04/2021
Le baromètre s’est amélioré en mars, principalement sur le front manufacturier où l’activité continue de nettement se renforcer. L’indice de confiance des directeurs d’achat (PMI) pour le secteur a ainsi atteint son niveau le plus élevé depuis plus de 14 ans (56,9). L’activité dans les services et la consommation des ménages sont, à l’inverse, restée très fragiles au T1.
Un redémarrage qui se fait attendre 08/04/2021
L’activité économique est restée très fragile en ce début d’année 2021. À l’épidémie de Covid-19 s’est ajoutée, début janvier, la tempête Filomena, dont les effets délétères, sur la consommation notamment, se sont fait clairement ressentir. Les ventes automobiles et celles de détail ont ainsi fortement chuté au cours de l’hiver. Nous prévoyons désormais une croissance du PIB nulle au T1. L’activité économique pourrait néanmoins rebondir au printemps, et plus fortement cet été, même si les risques baissiers, liés au variant anglais et à une possible quatrième vague de contaminations, ne peuvent être totalement écartés. Nous anticipons une croissance du PIB réel de 5,9% en 2021, et de +5,6% en 2022. Cela fait suite à une contraction record de l’activité de 10,8% en 2020.  
Des raisons d’espérer, malgré un premier trimestre 2021 morose 05/03/2021
Même si notre baromètre s’est globalement amélioré en mars, le premier trimestre 2021 s’annonce décevant sur le front de la croissance économique. En témoignent les ventes automobiles qui, bien que volatiles d’un mois sur l’autre, s’établissaient encore en février dernier près de 40% en dessous de leur niveau de février 2020...  
Espagne : le débat sur la réforme des retraites refait surface 19/02/2021
Sur le plan politique en Espagne, ce début d’année a été marqué par un vif débat autour du régime des retraites, et plus particulièrement sur la question d’un éventuel changement du mode de calcul des pensions.
Elections en Catalogne : la question de l’indépendance reléguée au second plan? 11/02/2021
Selon les sondages, l’élection de dimanche serait marquée par une percée du parti socialiste et de l’extrême droite au détriment du parti de centre-droit Ciudadanos. Si les risques politiques en Catalogne restent présents encore aujourd’hui, la détérioration économique liée à la Covid-19 pourrait affaiblir l’engouement pour la question de l’indépendance, suscitant plutôt un mouvement de repli vers le gouvernement central. La crise de la Covid-19 a accentué la dépendance de la Catalogne à l’égard de l’administration centrale et de l’Europe plus largement.  
L’épidémie se propage mais la confiance résiste en janvier 29/01/2021
La situation en Espagne reste inquiétante sur le plan sanitaire. L’épidémie continue de gagner du terrain, obligeant les autorités, notamment dans les régions de Madrid et de Valence, à renforcer les restrictions. Néanmoins, les derniers indicateurs de confiance, ceux de la Commission européenne notamment, ont montré une certaine résistance en janvier.
Vers une hausse prolongée du déficit public ? 21/01/2021
En Espagne, le soutien budgétaire reste, à l’heure actuelle, essentiel pour que la croissance et l’emploi résistent au choc de l’épidémie de coronavirus. Mais à terme, la question de la maîtrise des finances publiques se posera de nouveau. En effet, dans ses dernières prévisions de novembre, la Commission européenne anticipe un déficit public structurel espagnol de 7,2% du PIB en 2022. Le pays enregistrerait ainsi le déficit le plus élevé depuis 2010 – 2009 étant une année record – et le plus large au sein de la zone euro. Le déficit structurel primaire dépasserait la barre des 5% du PIB en 2022. Son impact sur les dépenses publiques sera néanmoins amorti par des taux d’intérêt souverains – et donc un coût de remboursement de la dette – qui devraient rester bas. Trois obstacles majeurs, dont certains amplifiés par la Covid-19, devraient limiter la résorption du ratio de déficit public : la hausse du chômage et de la pauvreté, l’impact du vieillissement de la population sur le financement des retraites, et une croissance potentielle peu dynamique.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2730 articles et 721 vidéos