eco TV

Argentine : une restructuration de dette sans annulation

10/09/2020

Fin août, le gouvernement argentin a conclu un accord de restructuration de sa dette obligataire internationale avec ses créanciers privés. La charge d’intérêts est fortement réduite et les grosses échéances de remboursement sont repoussées à 2025. Une bouffée d’oxygène bienvenue pour un pays en récession depuis deux ans et demi. Pour autant, contrairement à la dernière restructuration, le pays ne bénéficie que d’une réduction de dette très marginale.

TRANSCRIPT // Argentine : une restructuration de dette sans annulation : septembre 2020

3 QUESTIONS

 

FRANÇOIS DOUX

Trois questions à présent sur l'Argentine.

François Faure bonjour.

 

FRANÇOIS FAURE

Bonjour François.

 

FRANÇOIS DOUX

Un accord a donc été signé fin août entre les créanciers privés et le gouvernement argentin pour la dette obligataire internationale.

Première question : où en est-on de la récession en Argentine et de l'état sanitaire du pays ?

 

FRANÇOIS FAURE

La récession est, comme dans tous les pays, très marquée. La différence par rapport aux autres pays, c'est que l'Argentine est en récession depuis maintenant deux ans et demi. On a donc actuellement une baisse cumulée du PIB depuis le premier trimestre 2018 de -25 %, c’est gigantesque ! Evidemment, la situation sanitaire a pesé comme pour tous les pays au deuxième trimestre. Le pays est toujours en partie confiné en tout cas Buenos Aires et la région de Grand Buenos Aires. Donc cela fait quatre mois qu’ils sont en confinement. Le point positif, par rapport aux autres pays de la région, est que les Argentins ont réussi à gérer la pandémie. Pour juste vous donner un chiffre, ils en sont actuellement à un petit peu moins de 200 morts par million d'habitants, alors qu’au Brésil par exemple, on est à plus de 500 morts et dans les autres pays de la région, c'est nettement plus élevé qu'en Argentine.

 

FRANÇOIS DOUX

Deuxième question : qu'en est-il de ce fameux accord pour la dette obligataire internationale et les créanciers privés ?

 

FRANÇOIS FAURE

Cet accord est une bouffée d'oxygène, c'est un point positif. On l’attendait depuis plusieurs mois. Avec les créanciers internationaux, sur la dette obligataire internationale, les Argentins ont obtenu un étalement des remboursements qui vont commencer de manière massive à partir de 2025, mais aussi un allégement de la charge d’intérêts. Donc cela va donner, comme je le disais, une bouffée d'oxygène au gouvernement qui, comme pour tous les pays du monde, voit son déficit se creuser.

 

FRANÇOIS DOUX

Pour conclure, une troisième et dernière question. Qui dit restructuration ne dit pas forcément annulation, quelle est donc la soutenabilité à moyen terme de cette dette argentine ?

 

FRANÇOIS FAURE

Effectivement, la restructuration n'a pas abouti à une annulation. Les créanciers ne l'ont pas acceptée. Le montant de la dette reste le même et donc le ratio de dette reste le même. Par ailleurs, on a actuellement un large financement monétaire du déficit budgétaire, c’est-à-dire que c’est la banque centrale qui avance l'argent au gouvernement et cela entretient la dépréciation du change et l'inflation. On craint un nouveau choc sur le taux de change. Comme la dette n'a pas changé, sa structure n'a pas changé, et en cas de dépréciation très forte du peso, on aurait mécaniquement une augmentation du ratio de dette. Donc la soutenabilité n'est pas assurée.

 

FRANÇOIS DOUX

On reste vigilants, donc, sur cette dette argentine. Merci François Faure.

On se retrouve en octobre pour un nouveau numéro d’EcoTV, dans un nouveau décor.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2505 articles et 646 vidéos